Le site de l'histoire érotique

Vacances en chambre d'hôte.

Chapitre 1

18
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 6 568 fois

18

1

Un beau Parc clôturé d’un grand mur, un portail coulissant pour unique entrée, les voici arrivés à leur destination.


En effet Jessica et Vincent ont loué pour une dizaine de jours une chambre d’hôte dans une belle maison bourgeoise en Auvergne pour leurs 3 ans de mariage.


Deux voitures sont déjà garées, un Q5 et une vielle XM, véritable voiture de collection bien entretenue. Ils se garèrent au même endroit.


Un vieil homme est venu les accueillir. La bâtisse doit dater de la fin de XIXème mais ne montre aucun signe de vétusté, la voiture, du siècle dernier, a, elle aussi, fière allure. L’Hôte de ce lieu, finalement ne dépareille pas même s’il ne fait pas ses 70 ans.


Ils ont, en fait, découvert son âge en lisant le livre d’or, l’un des clients précédents qui parlaient de l’anniversaire de ce dernier en mentionnant l’âge : c’était en février de cette même année.


La maison offrait une impression de calme, de sérénité et de confort. Elle avait été rénovée avec soin et goût et décorée de meubles et tableau de charme. Quelques objets insolites venaient agrémenter tout cela pour nous offrir un petit grain de folie.

Ils étaient enchantés de leur première impression.


Le jardin, que dis-je le jardin, le parc s’étendait sur 3 ou 4 ha, des arbres centenaires et autres arbustes acidophiles ajoutaient une touche bucolique à ce lieu qui les enchantait déjà.

Mais alors qu’ils s’étonnaient de ne pas avoir vu de piscine comme indiqué dans l’annonce, Il les fît descendre vers ce qu’ils pensaient être la cave.

L’escalier donnait sur une petite pièce, sorte de sas qui donnait sur 2 portes.


- La première, indiqua le maître des lieux, donne sur un autre escalier de quelques marches seulement pour nous conduire vers une cave en terre battue où je garde mon vin.


Il ne leur a pas fait visiter cette cave, mais a ouvert la seconde pour leur faire découvrir la piscine.


Une piscine d’intérieure et en sous-sol, drôle d’idée, mais la pièce était agréable et très claire.


- L’ouverture de la porte se fait en glissant dans une fente à droite de celle-ci. La lumière s’allume dès qu’une carte y est introduite.


Expliqua-t-il.


La visite fût longue et même si elle était intéressante, Jessica et Vincent n’avaient qu’une hâte, rejoindre leur chambre pour se reposer un peu et se rafraîchir. 4h00 de route, ils avaient envie de se poser un peu.


Connaissant son épouse « fleur bleue », il avait réservé la suite romantique avec lit à baldaquin. La salle de bain était immense, une douche et une baignoire balnéothérapie. Il y avait même un petit sauna pour 2 personnes.


Ils étaient vraiment aux anges.


L’heure du repas approchant, Jessica, sa douche prise, elle choisit une belle petite robe noire, Vincent, en la voyant sortir de la salle de bain n’eut aucun mal à imaginer ce qu’elle devait porter dessous. Il aime autant qu’elle la belle et fine lingerie et n’avais aucun doute qu’elle voudrait mettre tous ses atouts en valeur. Etant donné le nombre de valise qu’elle avait prise pour ces 10 jours, il était d’ailleurs certain qu’elle lui avait concocté quelques petites surprises vestimentaires qui ne devraient pas lui déplaire.


Elle aime autant que lui les tenues sexy et classe. Elle ne tombe jamais dans la vulgarité, ses tenues sont toujours élégantes et sexy. Elle sait aussi qu’il aime beaucoup les bas et les talons hauts… et là encore, pour cette première soirée, elle ne l’a pas déçue.


Un apéritif les attendait avant le repas. Les propriétaires du Q5, étaient déjà là. Un couple d’une cinquantaine d’année, qui s’était évadé pour un weekend en tête-à-tête, loin des enfants.

Le téléphone de Vincent sonna alors que l’apéritif n’était pas encore servi. Il s’excusa en sortant dans le couloir pour prendre la conversation.

Un problème au travail, il lui fallait revenir le lundi pour 2 ou 3 jours. Il l’annonça à son épouse :


- Je pars dimanche en fin d’après-midi et je reviens au mardi soir ou mercredi…


Elle n’était pas très contente et voulais revenir avec lui, mais il insista pour qu’elle reste.


- Je te retrouverai ainsi en pleine forme


Le repas terminé, Jessica et Vincent ont regagné leur chambre. Il était impatient de découvrir la lingerie qu’elle avait choisie.

L’autre couple semblait, lui aussi pressé de retrouver leur chambre. La femme s’était, elle aussi, vêtue de manière sexy et à 52 ans, qu’elle ne faisait pas, elle était encore très belle.

À peine dans la chambre, Vincent embrassa Jessica, la caressa et se déshabilla. Enfin il dégrafa d’une main son pantalon qui tomba sur ses chevilles. L’autre main parcourait le corps de Jessica.

Elle était toujours habillée et en talon, lui, en caleçon avaient les pieds plus ou moins prisonnier par son pantalon descendu jusqu’au bas de ses mollets.

Ce qui devait arriver, arriva. Ils s’emmêlèrent et chutèrent. Heureusement, la chute fût sans gravité.

La robe relevée laissait voir la lisière entre le nylon noir des bas et la peau blanche et nue de Jessica. Beau spectacle, mais Vincent n’y prêta pas attention, ses mains trop occuper à s’occuper de sa poitrine et sa bouche à chercher les lèvres de Jessica.

Sa main gauche glissa vers le bas ventre pour se glisser sous la robe de Jessica. Ses doigts écartèrent un peu l’étoffe pour se frayer un passage vers les lèvres intimes de son épouse.


- Nous serons mieux dans le lit.


Glissa-t-elle à son mari alors qu’il avait déjà introduit 2 doigts en elle.


Ils se sont relevés, déshabillés complètement pour se retrouver rapidement tous les 2 nus sous la couette.

Elle était toute humide et lui très excité. Elle était sur le dos, il se positionna sur elle pour la prendre en missionnaire.

Il entra facilement car elle était déjà très humide et ouverte, il commença de va-et-vient de plus en plus frénétique… il était de plus en plus excité, son rythme s’accélérait. Elle aimait être prise sauvagement, mais là, ce n’était pas sauvage ni brutal mais de simplement « coup de butoir » qui allait de plus en plus vite. Elle voulait qu’il ralentisse, qu’il l’attende un peu, mais…


Trop tard, un liquide chaud inonda son intime cavité alors qu’elle était encore loin de l’orgasme.


Elle aurait aimé une lutte animale entre leur deux corps, mais le sexe de Vincent, rassasié, trop vite repus, n’avait qu’une hâte, retrouver le repos du guerrier après belle bataille.

Seulement, si l’éjaculation lui avait fait éructer un râle de plaisir, il n’avait pas de quoi être fier, car il avait tout simplement oublié celui de Jessica.

Elle essaya de revigorer son sexe en le masturbant et en le suçant bien qu’elle n’aime pas prendre en bouche son serpent après qu’il ait craché son venin.


Mais la frénétique envie de Vincent, les 4 heures de route et un repas trop copieux avaient eu raison de son endurance.

Elle se dirigea vers la douche en espérant que ce petit repos lui donne l’occasion de remettre le couvert en étant, cette fois, plus attentif à son désir à elle.

Elle espérait cela, d’autant plus, qu’elle avait acheté pour l’occasion une petite nuisette en voile noire qui n’avait certainement pas l’ambition de cacher quoi que ce soit.

Mais en sortant de la salle de bain, rafraîchie et vêtue de son vêtement de nuit qui serait, selon elle, une arme de séduction totale.


Elle pensait ainsi anéantir chez lui toute sensation de fatigue, mais…


Il ronflait déjà.