Le site de l'histoire érotique

Vacances en chambre d'hôte.

Chapitre 6

17
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le

17

1

Jessica dormait à point fermé quand elle fut réveillée par la sonnerie de son téléphone.  C’était Vincent.


Sa première réaction, fut de vérifier qu’elle était bien seule dans le lit et dans la chambre.

Elle hésita à décrocher.


Elle se rappelait trop ce qu’elle avait fait la veille, ou plutôt ce que Marc lui avait fait. Elle ne l’avait non seulement pas découragé dans son entreprise, mais elle y avait aussi pris un grand plaisir. ses soupirs étaient d’aise, ses gémissements de plaisir et son cri de délivrance nullement simulé.


Il l’avait embrassé, caressé et fait jouir de ses seuls doigts. Il n’avait pas ensuite cherché à lui faire l’amour.  Elle aurait certainement accepté s’il avait essayé de la pénétrer, mais après l’orgasme de Jessica, il s’est levé, a posé un baiser sur ses lèvres et lui a dit qu’il était certainement temps de se coucher, ils avaient pas mal de chose à faire le lendemain.


Elle se souvenait très bien de cette fin, un peu en queue de poisson. Elle devait admettre que cela était quelque peu frustrant.


En effet, quand il lui avait proposé d’aller se coucher, elle a tout de suite pensé qu’il voulait partager son lit. Il l’a prise par la main pour l’aider à sortir du canapé, elle était encore un peu endolorie. Elle se leva avec difficulté, sans chercher à fuir cette main bienfaitrice. Il l’emmena vers l’escalier. Elle le suivit docilement, se laissant guider passivement.


Elle trébucha sur la dernière marche, heureusement qu’il tenait toujours sa main. Il l’attira vers elle pour la retenir. Son corps contre le sien, elle pouvait se rendre compte de l’effet qu’elle lui faisait. Il bandait fort.


Ainsi blotti contre lui, elle ne chercha pas à se détacher de son étreinte, elle avait même légèrement fermé les yeux, s’attendant à recevoir un baiser de Marc. Elle entrouvrit sa bouche, mais après lui avoir demandé si elle s’était fait mal, il avait repris le chemin de la chambre, en la tenant toujours par la main.


 Dans sa tête, elle se demandait ce qu’elle faisait là, elle venait de jouir sous les caresses d’un homme qu’elle ne connaissait pas encore il y a seulement 2 jours et là, elle l’accompagnait dans son lit pour faire l’amour avec lui. Du moins c’est ce qu’elle pensait.


Quand ils arrivèrent devant la chambre de Jessica, Marc ouvrit la porte, lui fit signe d’entrée.

Pour elle, c’était le geste d’un galant homme qui la laisse passer la première, mais elle était persuadée qu’il allait la suivre, fermer la porte et à nouveau l’embrasser.


-    Bonne nuit Jessica et merci pour cette agréable soirée.


Marc avait pris sa main en disant cela et y avait posé un petit baiser.


Jessica fut surprise et même peut-être un peu déçue. Il venait de fermer la porte, comme elle l’imaginait peu avant, mais il était resté de l’autre côté.


Elle avait eu beaucoup de mal à trouver le sommeil. Elle se tournait et se retournait dans son lit… elle avait pris une douche avant de mettre sa nuisette, mais elle sentait encore l’humidité de son plaisir entre ses jambes. Elle se remémorait chaque instant et ne savait si elle devait en être honteuse ou heureuse.


La sonnerie n’allait pas tarder à s’arrêter pour basculer l’appel vers le répondeur. Il fallait qu’elle se décide. Allait-elle répondre à Vincent ? Et qu’allait-elle lui dire ?


-    Allo ?

-    Je te réveille ?

-    Oui !

-    Désolé, je suis dans la voiture là, j’ai branché le Bluetooth et nous pouvons donc parler sans problème.

-    Ouais, je dormais bien…

-    Désolé, j’avais trop envie de te parler…  je t’ai manqué.

-    Euh.  Non… tu n’étais pas là ?


Taquina-t-elle.


Elle chercha en fait à prendre un air dégagé et serein, mais elle n’était pas aussi à l’aise qu’elle voulait le laisser paraitre.


-    Je présume que tes doigts m’ont remplacé…

-    Non, non mes doigts ont été sages.

-    Humm cela m’étonne de toi…


Dit Vincent en riant.


-    Et notre hôte, il fut serviable ?

-    Euh… oui.


Vincent ne remarqua pas le ton hésitant et timide de Jessica pour faire cette réponse.


-    Je présume qu’il m’a remplacé à merveille…

-    Que veux-tu dire ?


Jessica avait pris un air inquiet.


Comment l’avait-il su ?


Qu’avait-elle dit ou fait pour qu’il devine ?


-    Je te taquine …


Il ria et elle se força pour l’imiter.


-    Un bel homme, même s’il est vieux, ce mec, non ?

-    Oui peut-être…


Dit-elle hésitante. Elle marchait sur des œufs. Elle ne voulait pas se trahir et ne voulait pas non plus mentir à Vincent. Mais comment lui dire ce qu’ils avaient fait… comme ça… et surtout au téléphone.


-    Humm je suis sûr qu’il doit être  libertin.


-    Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

-    J’ai bien vu comment il regardait ton petit cul quand nous sommes sorties de table samedi soir.

-    N’importe quoi !

-    Il ne te l’a pas dit ?

-    Quoi ?

-    Que t’avais un beau cul.


Il éclata de rire.


Jessica fut un peu vexée par cette remarque qui aurait pu aussi la flatter, car ne la complimentait-il pas sur ses belles formes finalement ? 


Piquée au vif, elle décida d’entrer dans son jeu.


-    Pas avec ses mots, mais ses mains m’ont montrée qu’il le trouvait à son goût.

Il éclata de rire.

-    Je présume qu’il a dû aussi honoré ta poitrine.

-    Oui, bien entendu, tu la trouves moins belle que mon cul ?

-    Oh que non, tes seins sont superbes.

-    Eh bien,  de la manière dont ses mains les ont vénérés, je pense qu’il est du même avis que toi.


Il éclata à nouveau de rire.


-    Petite vicieuse… je présume qu’il a fouillé ton intimité aussi…

-    Oui et il m’a même fait jouir avec ses doigts.

-    Il t’a baisé ?

-    Non, ses doigts ont suffi pour me faire jouir… et je peux même te dire qu’ils sont bien plus doués que ta bite pour m’offrir un orgasme.


Il riait de plus belle en concluant d’un :


-    Et tient, prend ça dans les dents… j’avais qu’à pas commencer.


Il n’avait pas, bien entendu, cru un seul mot de ce qu’elle venait de lui raconter… et elle, elle n’avait finalement pas eu à lui mentir.