Le site de l'histoire érotique

Un week-end pas comme les autres

Chapitre 1

17
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 997 fois

17

0

Aujourd’hui, je vais vous raconter une histoire incroyable qui m’est arrivée le week-end passé.


Je m’appelle Marie, j’ai 18 ans, je fais 1m75 et je vis avec ma sœur et mes parents à Bulle, en Suisse. Je suis assez bien foutue, je fais du 95C et même les filles se retournent sur mon cul. Ma sœur, Émilie, est exactement comme moi car nous sommes jumelles. Ma dernière histoire d’amour ne s’est pas très bien passée et je commence à avoir des doutes sur mon orientation sexuel tandis que ma sœur, elle, est bisexuelle.


Comme tous les week-ends d’hiver, nous sommes dans notre chalet de montagne en famille, pour skier. Mais cette fois-ci, nos parents ont eu des problème qui les ont obligés à rester à la maison, alors nous sommes entre sœurs.

C’est vendredi soir, il neige. Nous mangeons des pâtes sauce tomate puis nous allons devant la télévision. Comme il n’y a rien d’intéressant, nous préférons allez dans la chambre pour discuter un peu avant de se coucher. Je dors dans la même chambre que ma sœur et elle n’est pas très grande alors nous mélangeons souvent nos affaires mais là c’est spécial. En me changeant, je trouve un gode. Je le lui montre avec un grand sourire. Elle me dit que ce n’est pas à elle, mais je vois bien qu’elle rougit. Pour la détendre, je lui montre le petit vibromasseur que je garde toujours dans mon sac au cas où. On se met à rire puis je lui propose de se les échanger comme ça on pourra les essayer chacun de notre côté pour voir la différence. Elle accepte mais me propose de les essayer maintenant, ensemble.

Je ne m’attendais pas du tout à ça et je ne bouge plus pendant 5 bonnes secondes. Pour me convaincre, elle me pousse sur le lit et m’embrasse. Je résiste mais mon doute sur mon orientation finit par la laisser faire. Elle est très sensuelle et va tout doucement. Elle m’enlève les quelques habits qu’il me reste et caresse ma poitrine. Elle descend sa bouche et lèche mes tétons qui pointent rapidement vers elle. Sa main continue sa descente jusqu’au genou gauche en frôlant ma vulve déjà humide et remonte à l’intérieur de la cuisse droite. Quand elle pose un doigt sur mes lèvres, je recule mais elle me dit de me détendre et recommence à m’embrasser. Elle met deux doigts sur ma chatte et l’entrouvre.

Je suis encore vierge mais elle y va tout doucement. Elle m’insère un doigt et fais des va-et-vient, de plus en plus vite. Au moment où elle met son second doigt, des spasmes partent de mon vagin et me traverse le corps dans un râle de plaisir, mon premier orgasme lesbien. Elle me dit que c’est à mon tour de lui donner du plaisir, j’accepte. Comme je suis un peu désemparée, elle m’aide à la déshabiller et met mes mains sur sa poitrine. Je malaxe maladroitement ses seins puis prends sa chatte dans ma main. Je la caresse comme je fais quand je me masturbe, un doigt dans la chatte et le pouce sur le clitoris. Je vois qu’elle réagit alors je continue mais avec deux doigts. Quand je vois qu’elle va atteindre l’orgasme, j’arrête tout.


Je vais chercher mon vibromasseur, l’enclenche et fais des tours sur son clitoris pendant que mes deux doigts reprennent leur place dans son vagin. Elle jouit mais retient ma main et me demande de continuer. Elle a encore deux orgasmes violents. Elle me félicite, et pour me remercier, m’embrasse à pleine bouche. Sans faire de pause, elle descend sa tête jusqu’à mon pubis et lèche toute mon intimité. Elle enfonce sa lange dans la chatte, suce le clitoris, descend même jusqu’au cul. Après un bon lavage, elle prend son gode et le met au fond de mon trou déjà bien dilaté. Je pousse un profond gémissement. Elle le fait aller en avant, en arrière, à gauche, à droite et de plus en plus vite. Son autre main descend et un doigt se pose sur mon anus qui se contracte. Elle le masse pour le détendre et y fourre son index. Elle tourne pour mieux le dilater. Une fois ouvert, elle sort le gode de mon vagin et me le donne pour que je le lèche.


En fait, la cyprine a assez bon goût. Quand il est bien humide de salive, elle le reprends puis l’enfonce doucement dans mon anus. Je réagis avec un spasme qui me traverse le corps et un petit cri. Elle le bouge lentement de haut en bas. Après que je me sois habituée, elle me met le vibromasseur sur le con et recommence à me sucer le clitoris. Avec les trois, il me faut peu de temps pour atteindre un nouvel orgasme produisant un jet de cyprine qui arrive en plein dans la bouche d’Émilie. Elle en avale le plus possible et lèche ma chatte pour nettoyer le reste. Je la remercie pour m’avoir fait connaître une relation lesbienne et m’avoir donné ces orgasmes.


Nous nous échangeons nos jouets respectifs et nous nous promettons de les utiliser en pensant à l’autre. Elle me promet de le refaire pour que je puisse m’entraîner pour mes prochaines relations.


Je crois que je connais maintenant mon orientation sexuelle...