Le site de l'histoire érotique
Lioubov
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
24995 Messages
Sexe : Homme
Age : 74 ans
Lieu: Périgord

La véritable histoire de Noël (1)

L'histoire «La véritable histoire de Noël (1)» a été publiée. N'hésitez pas à en discuter ici !

Extrait :
— Hey, Mary, on va faire un tour ?
— Ben, j'suis pas contre. Mais avec quoi ?
— En Merk' ; j'en ai « empruntée » une.
— Quoi ? Une Merkabah ? Mais ce sont des tas de ferraille…
— Ouais, j'sais bien, mais avec les nouveaux antivols quantiques, on ne peut plus pirater les codes des clés numériques...

Cliquez ici pour lire cette histoire

Pikatchu
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
08-12-2015
5206 Messages
Sexe : Homme
Age : 67 ans
Lieu: Juste à côté de chez BB

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Si toutes les grenouilles de bénitier te tombe dessus, tu ne viendras pas te plaindre !

Mais non, c'est en fait ce que tu cherches...te les faire toutes lol

Pour l'histoire, il fallait y penser. smile

Pat

Dernière modification par Pikatchu (Le 16-12-2016 à 14h20)


Histoire vraie : Mes premiers pas d'auteur débutant ou comment se déroule  l'édition d'une histoire sur XStory : Cliquez ici
Charlie'stories
Membre
27-10-2016
76 Messages

Re: La véritable histoire de Noël (1)

C'est jubilatoirement blasphematoire.

Il fallait oser.

Bravo

Charlie

hpassage
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
23-12-2012
977 Messages
Sexe : Homme
Age : 64 ans
Lieu: région toulousaine

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Liou, tu débordes d'imagination galactique smile
Ce récit est un petit bijou transgressif, qu'apprécieront les geeks qui fréquentent ce site !
Bravo mon pote.

Nkari
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
19-04-2013
2342 Messages
Sexe : Homme
Age : 33 ans
Lieu: En enfer

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Oui en effet, ce texte est très subversif et très amusant. J'ai adoré.


Toi qui entres ici, abandonne tout espoir.
rorschach2.0
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
07-11-2015
635 Messages

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Tu vas finir par comprendre de quoi je parle, Lioubov ?
Si on se base sur les points, à l’heure où nous parlons, tu es premier et je suis bon dernier.
Est-ce que cela signifie que ton récit est meilleur que le mien, ou celui des autres ? A toi de me le dire.
Il y a un truc d’amusant avec les points.
Le dernier chapitre de mon récit « Marion » est celui qui m’a demandé le plus de travail et qui, paradoxalement, m’a rapporté le moins de points. Va chercher à comprendre pourquoi.


Sinon je ne suis pas d’accord avec toi. Nous n’avons pas du tout la même approche du sujet. Le blasphème ne m’intéresse pas. Je ne cherche pas à choquer le bourgeois en piétinant sa foi, comme toi.

Excuse-moi de trouver un peu facile de vomir le nouveau testament. Il n’y a aucun risque, n’est-ce pas ?
Es-tu capable (as-tu les couilles ?) de faire la même chose avec le Coran, de démembrer, comme tu le dis si bien, Mahomet comme tu l’as fait avec Marie ?

Je demande à voir mais ne t’en fais pas, je connais la réponse.

Je n’ai pas la foi personnellement, je suis athée.
Je me suis juste amusé à transgresser un dogme insensé...


"Notre malheur n'atteint son plus haut point que lorsque a été envisagée, suffisamment proche, la possibilité pratique du bonheur."
Michel Houellebecq
Lioubov
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
24995 Messages
Sexe : Homme
Age : 74 ans
Lieu: Périgord

Re: La véritable histoire de Noël (1)

rorschach2.0 :

Si on se base sur les points, à l’heure où nous parlons, tu es premier et je suis bon dernier. Est-ce que cela signifie que ton récit est meilleur que le mien, ou celui des autres ? A toi de me le dire.

Lorsque tu emploies le comparatif « meilleur que », tu te places dans le champ de l’objectivité. Or, en matière de littérature, il n’existe aucun critère objectif : peut-on dire que Céline est meilleur que Bukowski ?

Je dirais plutôt que lorsqu’un texte obtient plus de points qu’un autre, c’est qu’il « plaît plus » ; là, on se situe au plan de la subjectivité (celle des lecteurs).

Objectivité et subjectivité sont deux notions diamétralement opposées.

rorschach2.0 :

Excuse-moi de trouver un peu facile de vomir le nouveau testament. Il n’y a aucun risque, n’est-ce pas ?

Aucun risque ? Je ne serai pas aussi affirmatif que toi, Rorschach. Tu n’ignores pas les liens qui unissent les franges les plus extrémistes des catholiques et l’extrême droite. L'homme qui symbolise ces relations troubles au sein du parti nationaliste s'appelle Bernard Antony, président de l'AGRIF (Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne) association engagée dans la défense des Français et des Chrétiens qui a notamment engagé (et perdu) plusieurs procès contre Charlie Hebdo et qui est connue pour ses commandos anti-avortement ainsi que pour des attentats, comme l’incendie du cinéma St Michel (en 1988) qui projetait La dernière tentation du Christ, de Scorcese, et qui avait fait 14 blessés. Aux USA, de nombreux médecins qui pratiquaient l’IVG ont été abattus par des commandos anti-avortement. J’en conclus que le risque existe.

rorschach2.0 :

Es-tu capable (as-tu les couilles ?) de faire la même chose avec le Coran, de démembrer, comme tu le dis si bien, Mahomet comme tu l’as fait avec Marie ?

Exact : j’en suis incapable. Tout simplement parce que je ne connais pas le Coran. J’en ai bien un exemplaire dans ma bibliothèque, mais je suis incapable de le lire car je ne connais pas la langue arabe.

Je n’écris que sur ce que je connais ; et si j’ai écrit ce texte qui se réfère à la Bible, c’est parce que je la connais assez bien pour l’avoir lue dans son intégralité (Ancien Testament, Nouveau Testament, Évangiles, Actes des Apôtres, Épîtres et Apocalypse). Il serait toutefois intéressant de s’intéresser aux Évangiles dits « apocryphes » qui n’ont pas été retenus pour figurer dans la Bible « officielle » connue de nos jours.

Mais bon, on ne va pas entamer une discussion théologique sur un site de cul !

rorschach2.0
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
07-11-2015
635 Messages

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Ton raisonnement se tient. Ce qui me dérange, c’est la surenchère dans le blasphème, surtout venant de la part de quelqu’un qui connaît apparemment bien mieux la Bible que moi.

J’avais la possibilité d’aller très loin dans le trash avec mon récit moi aussi, plaire un peu plus aux lecteurs d’un site de cul en accumulant les détails scabreux, les situations sordides. Ce n’est pas la direction que j’ai choisie, et comme Marie j’en paye le prix.

Les extrémistes religieux sont un cancer, mais ta démonstration ne vise qu’une catégorie, comme par hasard.

Je te vois un peu comme un vieil anar intelligent qui a passé sa vie biberonné par Hara Kiri , Charlie Hebdo, mais aussi par la lecture du Monde, de Libération, deTélérama… bref, par la lecture de la presse toute puissante.

« L’empire du bien », comme l’avait prophétisé Philippe Muray il y a 25 ans.

Rassure-toi (ou pas), j’ai donné. Je connais parfaitement cette pensée unique pour l’avoir acceptée pendant de nombreuses années moi aussi, les yeux fermés.

Je les ai ouvert il n’y a pas longtemps.
Tu me diras mieux vaut tard que jamais, pas vrai ?

Une dernière remarque, pour enfoncer le clou.

Tu es incapable de parler du Coran parce que tu ne sais pas lire l’arabe, c’est bien ça ?

L’argument est sidérant de mauvaise foi.

Malgré ta culture indéniable, je doute fortement que tu ais lu la Bible autrement que dans une traduction.

Alors qu’est-ce qui t’empêche de faire de même avec le Coran ?


"Notre malheur n'atteint son plus haut point que lorsque a été envisagée, suffisamment proche, la possibilité pratique du bonheur."
Michel Houellebecq
rorschach2.0
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
07-11-2015
635 Messages

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Je m'excuse pour cette digression qui n'a effectivement rien à faire ici.

Revenons à nos moutons...


"Notre malheur n'atteint son plus haut point que lorsque a été envisagée, suffisamment proche, la possibilité pratique du bonheur."
Michel Houellebecq
Lioubov
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
24995 Messages
Sexe : Homme
Age : 74 ans
Lieu: Périgord

Re: La véritable histoire de Noël (1)

rorschach2.0 :

Les extrémistes religieux sont un cancer […]

La démonstration vient encore de nous en être donnée pas plus tard qu’hier à Berlin.

rorschach2.0 :

[…] mais ta démonstration ne vise qu’une catégorie, comme par hasard.

Par hasard ? Non : tout simplement parce que c’est Noël, une fête chrétienne.
Pour d’autres catégories, je te renvoie à ce poème que j’avais publié sur le forum le jour de l’attentat contre Charlie Hebdo (le 7 janvier 2015).
Là, la catégorie est bien identifiée, non ?
Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, le voici :

Vous, brutes sanguinaires pour qui la vie n'est rien,
Vous les vils mercenaires au cerveau de saurien,
Non, ce n'est pas en utilisant l'agression
Que vous détruirez la liberté d'expression.

Vous avez choisi de rester dans l'ignorance,
Vous qui vous complaisez dans une crasse rance,
Nous ne cèderons pas à l'ignoble pression :
Nous conserverons notre civilisation.

Vous, sadiques barbares ; vous, assoiffés de sang,
Vous pouvez en tuer dix et même plus de cent :
D'autres prendront leur place, reprendront le flambeau
Alors que vous serez déjà dans le tombeau.

Lioubov
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
24995 Messages
Sexe : Homme
Age : 74 ans
Lieu: Périgord

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Au fait, je n'égratigne (ou démembre) pas que la religion catholique ; si vous recherchez la signification de "Merkabah", vous vous apercevrez que ce terme est commun au mysticisme hébraïque et au new-age.

rorschach2.0
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
07-11-2015
635 Messages

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Ok Lioubov. J'ai compris le message...


"Notre malheur n'atteint son plus haut point que lorsque a été envisagée, suffisamment proche, la possibilité pratique du bonheur."
Michel Houellebecq
SystemePileux
Membre banni définitivement

Re: La véritable histoire de Noël (1)

J'ai bien aimé.

Quelques coquilles, dommage (comme « encloque » au lieu de « en cloque »).

Puisque vous aimez les avis typographiques, je préfère personnellement, pour les dialogues, les tirets demi-cadratins (surtout dans cette fonte). Je réserve les cadratins pour les propositions d'incise. Mais vos cadratins sont corrects, bien entendu. C'est juste un avis, comme ceux que vous aimez vous-même donner.

Il y a aussi des tournures syntaxiques que je me permettrais de vous inviter à éviter, tournures un peu lourdes qui rendent difficile la compréhension. Il s'agit, par exemple, de ce que j'appelle « exploser » la phrase, c'est-à-dire scinder en deux une expression idiomatique (c'est souvent le signe d'une phrase trop travaillée).

Par exemple, lorsque vous écrivez :

« Elle relève jusqu'à la taille sa longue robe de grossesse bleue »

Il vaut mieux écrire :

« Elle relève sa longue robe de grossesse bleue jusqu'à la taille »

Lorsque vous écrivez :

« […] et s'enfonce progressivement dans le rectum de Mary le plus loin possible. »

Il vaut mieux écrire (pour ne pas forcer le cerveau du lecteur à une contorsion sémantique) :

« […] et s'enfonce le plus loin possible dans le rectum de Mary. »

(je me suis permis de supprimer le « progressivement » qui, pour moi, ne fonctionne pas très bien avec l'image).

Bien à vous

Edit : j'ai oublié de préciser, pour la compréhension, que « SystemePileux » = « Bénédicte Noiselle » sur Story-fr…

Dernière modification par SystemePileux (Le 11-01-2017 à 10h18)

Lioubov
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
24995 Messages
Sexe : Homme
Age : 74 ans
Lieu: Périgord

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Je prends bonne note de vos avis, Bénédicte ; voici quelques explications :


1) « […] pour ne pas forcer le cerveau du lecteur à une contorsion sémantique. » :

a) À l’inverse, je préfère obliger le lecteur à faire travailler ses neurones car, à force de « mâcher le travail » pour éviter les efforts intellectuels, on risque de s’acheminer vers une génération de décérébrés. Les synapses, c’est comme les muscles : il faut les entretenir.

b) Il est possible que ma formation de latiniste me pousse inconsciemment à formuler ainsi mes expressions, mais sans toutefois aller jusqu'à rejeter le verbe en fin de phrase (les Allemands le font bien, eux).

c) Il se peut aussi que j’aie (toujours inconsciemment) employé cette structure de phrase soutenue pour créer un contraste avec les tournures vulgaires employées par Jo et Mary.


2) « […] encloque au lieu de en cloque. » :

Si je n’ai pas scindé ces deux mots et les ai accolés, c’était pour que leur aspect visuel se rapproche de « enceinte » (en un seul mot).


En tout cas, merci pour ces observations constructives.
D’autres co(q)uilles ?

Dernière modification par Lioubov (Le 11-01-2017 à 10h49)

SystemePileux
Membre banni définitivement

Re: La véritable histoire de Noël (1)

Merci de votre réponse, @Lioubov.

Lioubov :

on risque de s’acheminer vers une génération de décérébrés.

Rassurez-vous, on n'a pas attendu la littérature pour ça. LOL

Lioubov :

Les synapses, c’est comme les muscles : il faut les entretenir.

Et comme les muscles, elles ne supportent pas la contorsion (sémantique), malheureusement.

Et puis pourquoi ne pas appliquer votre sain principe à votre propre littérature ? (cf. plus bas l'emploi du point virgule et autre exemple).

Lioubov :

Il est possible que ma formation de latiniste me pousse inconsciemment à formuler ainsi mes expressions

Je ne pense pas… Mon latin et mon grec ancien ne m'y poussent pas, alors pourquoi vous ?

Remarquez que cela n'a rien à voir avec le rejet du verbe en fin de phrase. Je parle de la scission de formules idiomatiques.

D’ailleurs, c'est en allemand, langue que vous citez en exemple, que le problème est le moins susceptible de se rencontrer puisque cette langue fonctionne en mots composés qui figent, justement, ces expressions idiomatiques.

Lioubov :

Il se peut aussi que j’aie (toujours inconsciemment) employé cette structure de phrase soutenue

Si elle avait été soutenue, croyez bien que je n'aurais rien dit. On ne la trouve malheureusement chez aucun auteur sachant écrire (c'est aussi une des erreurs stylistiques les plus souvent corrigées chez les auteurs en passe d'être édités).



Lioubov :

D’autres co(q)uilles ?

Si vous voulez les couilles aussi, alors je vous les indique, tant pis pour vous ! smile


"Hey Joe" — en français : "Hé, Joe"

"aux confins de l'atmosphère" — je ne comprends pas vraiment de quoi il s'agit. L'atmosphère n'a pas de confins.

"il se met à chantonner " — on ne sait plus qui est ce "il", tant le porteur de ce pronom est distant.

"une verge impressionnante en pleine érection" — lourd (soit "impressionnante" seul, soit "en pleine érection" seul, soit à la rigueur "impressionnante en érection" — car "pleine" = "impressionnante" dans le contexte donné).

"[…] du liquide qui suinte de la vulve de cette femme qui s'offre […]" — "qui… qui…", toujours un peu lourd (plusieurs fois dans le texte)

"on est parti" — il faut un "s", ici, à "parti" puisque le sujet est clairement défini et pluriel.

"transmetteur hyperluminique :" — les deux points ne se justifient pas (en fin de phrase).

Je ne dirai rien sur la coquetterie de l'utilisation à outrance du point virgule. Pour quelqu'un qui ne veut pas mâcher le travail du lecteur, vous accompagnez un peu trop sa lecture par cette utilisation excessive. Vous contraignez avec un peu trop d’autorité notre liberté rythmique. Je ne l’aurais jamais dit si vous ne revendiquiez le fait de laisser le lecteur réfléchir.

"En quelques minutes, ses efforts sont récompensés par des salves qui la recouvrent de plusieurs litres de sperme animal." — Je ne dirais rien sur la méconnaissance patente de l'auteur en matière d'animaux de ferme LOL. Il aurait été bon de faire une distinction franche, ici, entre le bœuf, qui projette une quantité de sperme proche de l'homme — donc ridicule, messieurs —, et l'âne, qui au contraire fait partie des mammifères les plus généreux. D'autre part, il est impossible, sauf bonne connaissance de ces animaux, de faire coïncider leurs éjaculations (l'âne va éjaculer en moins de « quelques minutes », par exemple, et bien avant le bœuf).

"Quelques jours se passent " — tournure lourde : les jours passent plus élégamment.

"s'enquiert le second.", et plus loin : "précise le second" — il faut mettre "le deuxième", car ils sont trois. "Second" ne s’emploie que lorsqu'il y a deux items.

"Je troisième" — une vraie couille, bien moche ("Le").

"contre trois importuns" — une autre vraie coquille. Il manque "ces" pour faire "contre ces trois importuns").

" nom de Dieu" — vérifier la cohérence : peut-on écrire Jésus sans accent et faire dire au personnage "nom de Dieu" (anachronisme) ?

"à votre appel, et nous vous apportons" — virgule + "et" est superfétatoire.

"comme tel !" — une espace insécable avant le point d'exclamation aurait été la bienvenue. Chez moi, le "!" se retrouve orphelin (seul à la ligne suivante).

"Joseph lui répond à côté de la plaque, croyant qu'il lui demande le nom de l'enfant :" — très très lourd, d'expliquer au lecteur ce qu'il peut comprendre lui-même… Il est impossible de rire, ici. Et puis il est préférable de laisser le lecteur réfléchir. Supprimez cette phrase et vous verrez comme l'effet comique est bien meilleur :

– Seigneur, quand cet enfant est-il né ?
Joseph est tiré brusquement de sa rêverie de magnificence.
– Hein ?… Léon, il s'appelle Léon.
[bien sûr, il faudrait la réaction étonnée de Melchior — qui manque cruellement, ici]


"Jean. 14 : 2" — Pas d'espaces autour des deux points, et pas de point après le nom, ici ("Jean 14:2").

En espérant que ça puisse vous servir, désolée de vous avoir ennuyé.

BN