Le site de l'histoire érotique
  • Forum
  •  » Fun
  •  » Propos racistes dans une histoire
Thea
Compte Supprimé

Je sais que la Charte des textes publiés est assez stricte. Cependant, alors qu'il y a toute une polémique sur le racisme et les propos employés, je suis choquée qu'on les accepte dans des récits sur le site.

D'ailleurs, j'avais aidé un auteur à corriger une histoire dont le personnage principal était un migrant. Elle était très bien écrite, mais comme il avait beaucoup appuyé sur le terme "étranger" en employant des propos qui pouvaient être considérés comme étant rascites, alors je lui ai conseillé de revoir la présentation de son personnage. Cela l'a tellement déçu qu'il n'a pas publié son histoire.

Finalement, quand je vois ce que je viens de lire, elle avait largement sa place sur le site.

C'était mon premier et petit coup de gueule du jour.


Bonne journée

Dernière modification par Thea (Le 16-07-2018 à 15h22)

MarkPM
Compte Supprimé

Tu penses à un récit en particulier ? Parce que peut-être avons-nous eu la même impression sur le même récit...

Je suis aussi, de manière générale, assez perturbé par la façon dont sont tournées certaines histoires mettant en scène, par exemple, des blacks, avec tous les clichés qu'on puisse imaginer... Mais il en va de même avec les filles asiatiques, ou maghrébines... Je ne suis pas fan de tout ça.

Thea
Compte Supprimé

L'histoire est "Crier avec un noir 2". Rien que le titre m'a choqué. Je n'ai pas pu m'empêcher de dire à l'auteur ce que j'en pensais.

@MarkPM : surtout que les clichés sur les blacks, asiatiques, etc... Ne sont pas fondés.

Dernière modification par Thea (Le 16-07-2018 à 15h47)

MarkPM
Compte Supprimé

Thea :

L'histoire est "Crier avec un noir 2". Rien que le titre m'a choqué. Je n'ai pas pu m'empêcher de dire à l'auteur ce que j'en pensais.

@MarkPM : surtout que les clichés sur les blacks, asiatiques, etc... Ne sont pas fondés.

Alors non, je n'ai pas lu celle-ci.
Oui, comme tous les clichés, c'est rarement vrai !! Et en abuser n'est absolument pas bénéfique.

Nkari
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
19-04-2013
2749 Messages
Genre : Homme
Age : 34 ans
Lieu: En enfer

Attention tout de même à vouloir trop censurer. Une histoire qui utilise des termes racistes n'est pas forcément raciste. On peut, par exemple, très bien utiliser un personnage raciste/sexiste/homophobe pour dénoncer le comportement ou juste pour écrire un personnage différent de ce qu'on fait d'habitude.
Perso, je suis actuellement en train de rédiger une longue histoire où de nombreux persos tiennent des propos sexistes, égoïstes, intolérants, et où les seuls qui se montrent plus ouvert, nobles ou idéalistes apparaissent comme des naïfs ou des incapables. Et pourtant, l'histoire sera plus du genre à prôner la tolérance.

Tu réagissais à l'histoire « Crier avec un noir » parce que l'auteur à utiliser les termes « noir » et « de couleur ». Perso, je ne suis pas persuadé qu'il s'agisse de termes racistes (ça dépend aussi du contexte). Mais oui, cette histoire ne vole pas haut et surfe sur des clichés vus et revus.

Thea
Compte Supprimé

Demande à un antillais ou un africain ce qu'il pense des termes "noirs" et "de couleur", ou a un maghrébin qu'on traite "d'arabe", de "gris", "beurre", et de "musulman".

Bien-sûr, chacun a son niveau de tolérance.

Ton histoire ne sera pas la première à tenir des propos sexistes et misogynes. Je pointe encore du doigt l'histoire "Crier avec un noir" où l'auteur dit qu'une femme, dont la sienne, devrait se jeter sur la première bite qui passe au lieu de regarder un film porno. Chacun son point de vue, mais cette vision de la femme est aussi restreinte que celui qui est persuadé qu'une femme est seulement faite pour cuisiner et faire le ménage.

Après, il faut voir le scénario de ton histoire. Pointer du doigt des phénomènes de société peut aider à réfléchir, ce qui rend le récit encore plus intéressant. Tu es obligé de donner une personnalité à tes personnages, ce qui demande un travail de raisonnement. J'apprécie ce genre d'histoire.

Nkari :

Attention tout de même à vouloir trop censurer. Une histoire qui utilise des termes racistes n'est pas forcément raciste.

Je suis entièrement d'accord. Mais c'est parce que son histoire pouvait être considérée comme raciste que j'ai conseillé à cet auteur de la modifier.

Je vais lui dire de la poster quand-même, il verra l'avis des lecteurs et des validateurs.

Dernière modification par Thea (Le 16-07-2018 à 18h02)

Lioubov
Membre banni temporairement
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
28951 Messages
Genre : Homme
Age : 75 ans
Lieu: Périgord

Thea :

L'histoire est "Crier avec un noir 2". Rien que le titre m'a choquée.

Heureusement que l'auteur n'est pas dyslexique ; il aurait pu permuter les deuxième et troisième lettre, ce qui aurait donné "Cirer avec un noir", renvoyant ipse facto aux shoeshines des USA, et là ça aurait ouvertement raciste.


Il ne faut pas tanner la peau du loup avant de l'avoir tué !
Lioubov
Membre banni temporairement
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
28951 Messages
Genre : Homme
Age : 75 ans
Lieu: Périgord

Quand je corrige des textes mettant en scène des personnes de couleur, je mets systématiquement une majuscule : Noir, Blanc, Jaune. Ces termes génériques sont plus respectueux.


Il ne faut pas tanner la peau du loup avant de l'avoir tué !
Nkari
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
19-04-2013
2749 Messages
Genre : Homme
Age : 34 ans
Lieu: En enfer

Quand ils décrivent un personnage/une personne, beaucoup ont tendance à commencer par ses caractéristiques physiques les plus évidentes. « C'est un grand blond », « C'est une vieille femme corpulente », « c'est un noir baraqué ». Le mot « noir » peut juste fait référence à une simple caractéristique physique sans avoir aucune connotation derrière. C'est compliqué (pas impossible) de décrire ce type d'humain sans utiliser ce simple mot. Tu peux utiliser les termes d'antillais ou d'africain mais cela peut porter à confusion puisque tout antillais ou tout africain ne sont pas noirs (et puis, encore faut-il connaître l'origine de la personne/ du personnage).
Le terme « noir » ou « de couleur » peuvent juste être utilisé pour décrire un simple fait : la couleur sombre de la peau d'une personne.
Après, c'est sûr, dans une grande majorité des cas, ces termes sonnent racistes ; genre si tu croises quelqu'un dans la rue et que tu lui fais « Eh le noir, t'as l'heure ? » plutôt qu'un « Monsieur, auriez-vous l'heure ? » ou que tu réduis quotidiennement une personne à sa couleur de peau.

Thea :

Ton histoire ne sera pas la première à tenir des propos sexistes et misogynes. Je pointe encore du doigt l'histoire "Crier avec un noir" où l'auteur dit qu'une femme, dont la sienne, devrait se jeter sur la première bite qui passe au lieu de regarder un film porno.

Oui, le pauvre, ça le choquait qu'une femme puisse se donner du plaisir toute seule. Le gros facepalm que j'ai eu quand j'ai lu ça. Pour le coup, c'est ce qui m'a surement le plus choqué.

Thea :

Après, il faut voir le scénario de ton histoire. Pointer du doigt des phénomènes de société peut aider à réfléchir, ce qui rend le récit encore plus intéressant. Tu es obligé de donner une personnalité à tes personnages, ce qui demande un travail de raisonnement. J'apprécie ce genre d'histoire.

Ouais, c'est une histoire très particulière que je prépare, bien différente de celles que j'ai déjà publiées ici. Elle se déroule dans un univers issue d'une autre œuvre que je détourne pour faire écho à notre société. J'ignore comment elle sera reçue quand elle paraîtra (si elle paraît un jour). Le ton plus ou moins satirique devrait permettre aux lecteurs de ne pas prendre les propos des personnages au premier degré.

Christine Hargensen
Compte Supprimé

Lioubov :

Noir, Blanc, Jaune

Et voilà que Lioubov défend les couleurs d'Arcachon.
En guise de récompense, il recevra une bourriche d'huîtres, livrée en 24 h en éco-emballage réfrigéré.

Zeltron
Super Auteur
11-05-2014
1162 Messages
Genre : Homme
Age : 29 ans

Thea :

Demande à un antillais ou un africain ce qu'il pense des termes "noirs" et "de couleur", ou a un maghrébin qu'on traite "d'arabe", de "gris", "beurre", et de "musulman".

Il faut faire attention à ne pas entrer dans une psychose qui tend à s'intensifier à cette époque d'individualisme et où sa petite personne est très importante, qu'il ne faut pas la choquer sous peine de déverser une armée haineuse sur Twitter pour obtenir excuses publiques.

Nous sommes différents et c'est en usant de ces différences qu'on peut reconnaître quelqu'un. Un homme a la peau noire, il est noir. C'est un fait, une évidence et je ne vois pas en quoi ce serait raciste ; on ne l'a pas traité de nègre. De même qu'une femme avec des cheveux roux sera nommé "la rousse". Il n'y a rien de discriminant là-dedans.

Nkari :

si tu croises quelqu'un dans la rue et que tu lui fais « Eh le noir, t'as l'heure ? » plutôt qu'un « Monsieur, auriez-vous l'heure ? » ou que tu réduis quotidiennement une personne à sa couleur de peau.

Oui ou alors dans un groupe de personnes, tu veux désigner quelqu'un à peau noire, tu dis généralement à ton pote "Tu vois le noir, là-bas ?" Caractéristique physique évidente et facile à assimiler, sans racisme quelconque.


Il faut aussi replacer un texte dans l'époque où il se passe. On ne peut pas faire une histoire qui se passe par exemple au début du XXe siècle en disant que les femmes ont des droits, que ce sont des êtres douées d'intelligence, qu'elles peuvent voter et avoir un travail... ou simplement vivre libres sans un mari, ou être mères célibataires/refuser d'être mères tout en étant bien vues par la société. A moins de faire un récit où l'on parle d'un individu en particulier qui va à contre-courant de la bienséance (que ce soit par conviction assimilée ou par esprit de provocation).

J'ai écrit un texte qui se passait justement en 1914, juste avant la guerre, dans lequel un groupe de gitans ont installé leur campement dans un village bien français. J'ai écrit des mots, des idées racistes car c'est dans l'esprit de l'époque : c'est ancré dans les esprits et il aurait été illogique de faire un accueil chaleureux à bras ouverts. Suis-je raciste pour autant dans la vie ? Bien sûr que non.

Sauf envers les cons.

Dernière modification par Zeltron (Le 16-07-2018 à 19h35)


"Je crois avoir fait à cheval à peu près tout ce qu'un homme peut faire, excepté l'amour. Mais je ne désespère pas d'y parvenir un jour."
Lioubov
Membre banni temporairement
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
28951 Messages
Genre : Homme
Age : 75 ans
Lieu: Périgord

Christine Hargensen :

Et voilà que Lioubov défend les couleurs d'Arcachon.
En guise de récompense, il recevra une bourriche d'huîtres, livrée en 24 h en éco-emballage réfrigéré.

C'est gentil, Christine ; j'apprécie ton geste, mais je suis strictement végétarien depuis un demi-siècle.


Il ne faut pas tanner la peau du loup avant de l'avoir tué !
Thea
Compte Supprimé

Ce débat m'a beaucoup plu et je vous remercie pour vos interventions.

Je me suis enflammée un peu trop rapidement, milles excuses.

Sharhajar 7.0
Compte Supprimé

Ils étaient si mignons et polis.