Le site de l'histoire érotique


Hedoniste65
Super Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
27-05-2018
13 Messages

Sexe : Homme
Age : 53 ans
Lieu: Bruxelles

Le paradoxe du HIV

Bonjour ou Bonsoir à toutes et tous.

Je suis nouveau ici et il me faut me présenter semble-t-il. 

J’ai 53 ans, je vis à Bruxelles.  Je suis universitaire (n’insistez pas, vous n’en saurez pas plus), vraiment bi et, cerise sur le gâteau, je suis séropositif depuis début 2018.  Grâce aux progrès de la médecine, je suis indétectable (moins de 3 mois de traitement).

Comment ai-je été contaminé importe peu.  Ce qui compte c’est de vous faire partager les réflexions d’une personne vivant avec le VIH et ayant constaté à la fois le manque d’information sur ce qu’est une personne dite indétectable mais également la peur que cette maladie provoque encore, entraînant une forme d’isolement social.

Mes réflexions ont abouti à un paradoxe.  Je le livre à vos observations et critiques.

1. Vous savez que vous ne l’avez pas et vous vous faites dépister.

C’est tant mieux. Mais attention, vous pouvez rapidement tomber, l’espace d’une jouissance, dans la deuxième catégorie.
Continuez à vous protéger et à protéger vos partenaires des autres IST en pratiquant le SSR ou en parlant franchement à votre partenaire.
Et n'oubliez pas les tests réguliers ou, le cas échéant, la PrEp (mais cela ne fonctionne que pour le HIV, pas pour les autres IST)

2. Vous ne vous faites pas dépister :

Vous êtes potentiellement très contaminant et surtout totalement irresponsable (là je suis très poli).

3. Vous l’avez et vous vous soignez et vous êtes indétectable :

C’est vraiment très simple aujourd'hui (en ce qui me concerne : 2 pilules par jour sans effet secondaire).

Vous n’êtes PLUS contaminant et ne pouvez PLUS transmettre le virus. En outre, vous êtes suivi par un centre de référence (c'est obligatoire en Belgique) qui vous dépiste aussi des autres IST tous les 3 mois.

Conclusions :

N’est-ce pas paradoxal que les « indétectables » soient potentiellement les plus safes des partenaires ?

Voilà voilà...

Et pourtant, nous sommes toujours, pour beaucoup, des pestiférés !

Lincoln a dit "Si l'éducation coûte trop cher, essayer l'ignorance".

Et ce brave Albert E. dit également "Il y a deux choses qui sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue".

Pour ceux qui veulent s'informer, je vous conseille preventionsida.org ou catie.ca.  A consommer sans modération

Bon, envoyer les scuds, je suis dans mon abri !

Hors ligne

 
Haulaf
Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
04-09-2017
60 Messages

Sexe : Homme
Age : 48 ans
Lieu: IdF

Re: Le paradoxe du HIV

Bonjour Hedoniste,

témoignage intéressant, peux-tu éclaircir les acronymes SSR et PrEp ?

Hedoniste :

Et pourtant, nous sommes toujours, pour beaucoup, des pestiférés !

Probablement :
- à cause d'un manque évident d'infomartion
- parceque jusqu'à ce qu'il y ait suffisament de recul le sida est (à titre officiel) mortel dans 100% des cas.
Ce que je ne te souhaite pas bien sur!
J'ai un ancien camarade de classe dans le même cas que toi: séropositif depuis 20 ou 25 ans, désormais indétectable.
Vos deux cas laissent espérer que le sida ne finisse plus nécessairement mortellement.
Cela dit il est probable que les pouvoirs publics mettront du temps à le reconnaitre ou à l'annoncer, de peur que la vigilance et la prudence ne se relâchent.

Et tu as raison d'évoquer les autres IST, syphilis et hépatite B sont bien plus contagieuses que le HIV mais ne font pourtant pas autant peur !

Hors ligne

 
Hedoniste65
Super Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
27-05-2018
13 Messages

Sexe : Homme
Age : 53 ans
Lieu: Bruxelles

Re: Le paradoxe du HIV

#Haulaf

Merci de ta réaction.

SSR, safe sex.  La PreP, c'est un traitement pré-exposition qui protège contre le HIV. 

Et on ne décède PLUS du Sida aujourd'hui si on se soigne (sauf dans les pays pauvres malheureusement). 

Il faut aussi distinguer les HIV+ des malades du Sida, c'est-à-dire les personnes qui ont un système immunitaire tellement déprimé qu'elles sont sujettes à toutes les maladies "opportunistes". 

Mais même malade du Sida, il est possible de restaurer le système immunitaire grâce aux thérapies qui existent de nos jours.

Hors ligne

 
Rick73
Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
14-07-2018
15 Messages

Sexe : Homme
Age : 45 ans
Lieu: PARIS

Re: Le paradoxe du HIV

J'aimerai bien sucer n'importe quelle queue et boire son jus sans me dire ah non ! c'est dangereux de faire ça.. Vous conviendrez avec moi que l'on ne sait pas trop le facteur de risque qu'il y a avec une fellation ou un cunni par rapport à une pénétration vaginale ou anale. C'est peut être 1 "chance" pour 10000 pour la fellation et 1 "chance" sur 3 pour la pénétration anale.. Ça serait bien de savoir ça.. On ne parle jamais d'étude à ce sujet...

Hors ligne

 
Lioubov
Super Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
01-01-2012
16984 Messages

Sexe : Homme
Age : 72 ans
Lieu: Périgord
Site web

Re: Le paradoxe du HIV

Hedoniste65 :

3. Vous l’avez et vous vous soignez et vous êtes indétectable : [...] Vous n’êtes PLUS contaminant et ne pouvez PLUS transmettre le virus.
Conclusion : n’est-ce pas paradoxal que les « indétectables » soient potentiellement les plus safes des partenaires ?

Conclusion encore plus paradoxale : un gouvernement soucieux de la santé de ses administrés devrait rendre obligatoires la contamination au virus du SIDA (méthode à déterminer de manière à ce qu'elle soit la plus agréable possible) et le traitement qui s'ensuit. Une manne pour les laboratoires pharmaceutiques !

Hors ligne

 
FtMchaud
Membre
15-07-2018
17 Messages

Re: Le paradoxe du HIV

Pour les risques de contamination par rapports oraux et autres, j'ai vu passer un tableau de transmission que je trouve plutôt bien fait. Il réunit les ist les plus fréquentes (vih, hépatites A B C, condylomes, syphillis etc) et les modes de contamination, incluant fellation, cunnilingus, anulingus, masturbation mutuelle...
Il est sur le site de preventionsida.

Hors ligne

 
Zeltron
Super Auteur
11-05-2014
890 Messages

Sexe : Homme
Age : 25 ans

Re: Le paradoxe du HIV

Lioubov :

Conclusion encore plus paradoxale : un gouvernement soucieux de la santé de ses administrés devrait rendre obligatoires la contamination au virus du SIDA (méthode à déterminer de manière à ce qu'elle soit la plus agréable possible) et le traitement qui s'ensuit. Une manne pour les laboratoires pharmaceutiques !

On a pas déjà essayé avec des poches de sang ? big_smile

Hedoniste65 :

1. Vous savez que vous ne l’avez pas et vous vous faites dépister.

C’est tant mieux. Mais attention, vous pouvez rapidement tomber, l’espace d’une jouissance, dans la deuxième catégorie.
Continuez à vous protéger et à protéger vos partenaires des autres IST en pratiquant le SSR ou en parlant franchement à votre partenaire.

C'est pour cette raison que je préfère "faire connaissance" avant de songer à se sauter dessus. Je n'ai aucun problème à l'idée de pénétrer avec un préservatif, mais il est vrai que pour le sexe oral (tant de mon côté que celui de la fille) je préférerais faire des tests préalables afin d'avoir le confort et le plaisir de la chair. J'ai déjà essayé de lécher un préservatif, et je comprends les filles qui disent que c'est nul.

Hedoniste65 :

N’est-ce pas paradoxal que les « indétectables » soient potentiellement les plus safes des partenaires ?

Je reconnais que si j'apprends qu'une fille qui me plaît est infectée, même sous traitement et indétectable, j'y réfléchirais à deux fois. Le problème de la science c'est que rien n'est absolument sûr à 100%, je garde à l'idée qu'il puisse y avoir une faille et que ça tombe sur moi. Je ne rejetterai pas la personne comme une malpropre : aucun souci à lui faire la bise, lui parler, la prendre dans mes bras... Mais sexuellement, bien sûr que j'aurais des doutes.


"Je crois avoir fait à cheval à peu près tout ce qu'un homme peut faire, excepté l'amour. Mais je ne désespère pas d'y parvenir un jour."

Hors ligne

 
Haulaf
Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
04-09-2017
60 Messages

Sexe : Homme
Age : 48 ans
Lieu: IdF

Re: Le paradoxe du HIV

Hedoniste est ce que les médecins laissent voir la possibilité d'arrêter ton traitement un jour, ce qui reviendrait à te déclarer guérit je suppose, ou bien est-ce à vie pour l'instant ?

Hors ligne

 
Hedoniste65
Super Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
27-05-2018
13 Messages

Sexe : Homme
Age : 53 ans
Lieu: Bruxelles

Re: Le paradoxe du HIV

#Haulaf.  Au stade des connaissances actuelles, le traitement est à vie mais c'est juste deux pilules par jour sans aucun effet secondaire.  Pas pire que si tu as trop de tension ou que si tu es diabétique. 
L'image du HIV+ malade au point d'en mourir comme Andrew Beckett dans le film Philadelphia (1993) ne sont plus d'actualité dans nos régions depuis fort longtemps.

Pour le surplus, il est exact que la médecine n'est pas toujours une science exacte mais sachez qu'en Belgique en tout cas (j'ignore la position des autres pays) il y a des campagnes d'informations soutenues par le gouvernement sur le statut d'indétectable et le fait qu'ils ne peuvent PLUS transmettre le virus.

Aucun gouvernement ne prendrait le risque de faire une telle campagne sans certitude absolue, surtout après le scandale du sang contaminé en France.  Ils prennent zéro risque (les politiciens n'ont jamais été réputés pour leur courage, cela se saurait).

Hors ligne

 
Doogy Woogy
Super Auteur
Classement auteurs :
(sur les 30 derniers jours)
20-01-2016
1579 Messages

Sexe : Homme
Lieu: Saint-Etienne

Re: Le paradoxe du HIV

Zeltron :

On a pas déjà essayé avec des poches de sang ? big_smile

Ils étaient en avance sur leur temps et ont été incompris... le problème c'est "juste" que le traitement n'existait pas encore, mais l'idée était bonne! big_smile


Elle était tellement rousse que même les carottes la vouvoyaient.

"Je préfère viser la perfection et la rater, que viser la médiocrité et l'atteindre" Francis Blanche.

Hors ligne