Le site de l'histoire érotique
Axelya
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
03-11-2017
72 Messages
Sexe : Femme
Age : 26 ans

La promenade de Lady A.

L'histoire «La promenade de Lady A.» a été publiée. N'hésitez pas à en discuter ici !

Extrait :
Je suis une femme qui a ses petites habitudes. Parmi ces manies, la promenade de mon familier figure en bonne place. Le rituel débute le samedi soir, un peu avant vingt-trois heures. Mon esclave doit être nu, à l'exception d'un collier de chien autour du cou. Il est entièrement épilé, sexe compris. ...

Cliquez ici pour lire cette histoire

Lebateleur
Membre
06-08-2020
347 Messages
Sexe : Homme
Age : 23 ans
Lieu: qqpart en Beauce

Re: La promenade de Lady A.

L'histoire est bien écrite, il n'y a rien à redire de ce côté là. Après je dois avouer que, personnellement, ça ne m'a pas excité. Il n'y a pas vraiment de relation entre les personnages. Plus une série d'acte sensés être dégradant en eux même, mais qui me laisse plutôt de marbre.

(Je sens que je viens de me faire une nouvelle amie hmm )


LE puceau du forum, jamais touché la main d'une fille. Véritable maistre espryt.
"-Eh bien ! qui donc es-tu ?
-Une partie de cette force qui tantôt veut le mal et tantôt fait le bien." (Goethe, Faust I)
Axelya
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
03-11-2017
72 Messages
Sexe : Femme
Age : 26 ans

Re: La promenade de Lady A.

Ne me privant jamais d'exercer une critique acerbe, portant principalement sur les syntaxes approximatives, les verbes qui s'accordent à la va-comme-je-te-pousse, un coup au présent, un coup à l'imparfait, les répétitions d'un mot, parfois dans la même phrase, les formules toutes faites du genre "grotte d'amour", commentaires de simple bon sens qui m'ont parfois valu des inimitiés, je serais mal venue de prendre la mouche sur un simple remarque subjective.

J'ai donné de mon temps virtuel (sans rétribution) à des hommes soumis. C'est épuisant, merci, on ne m'y reprendra plus. J'ai écrit ce récit pour eux. Les pratiques BDSM sont très variées : viragophilie, humiliations, insultes... Très souvent les hommes soumis aiment être frustrés par leurs Maîtresses, leurs minuscules organes, sujets de moquerie, enfermés dans des cages de chasteté. Plus leur vénération est grande, plus elles se refusent à eux, leur interdisant même de lécher leurs pieds. Je vais généraliser mais la domination masculine passe souvent par l'action (le Maître agit, la soumise subit) et la domination féminine par le refus.

Certaines Maîtresses professent la gynarchie, la vénération de l'esclave poussée à son maximum. Ce sont des vestales aux cœurs de pierre. Telle est la Lady A. que j'ai imaginée, une femme vampire, froide comme Méduse. Je comprends que des lecteurs n'y retrouvent pas leur compte. Un récit érotique n'est pas forcément qu'attractif, il peut provoquer de la répulsion, du malaise. Un petit jeu auquel je me suis livrée.

Pour finir, j'ai voulu également malmener un lieu commun exaspérant. Cette histoire de "respect". Comment pisser sur quelqu'un, le traiter de petite merdre sous ma botte, dans le respect ? alors que ce qu'il désire par-dessus tout est d'être rabaissé, désacralisé ? Oui, ce personnage de soumis est vide, inexistant. Si le lecteur le veut, il peut s'identifier à lui mais, dans tous les cas, sa vacuité est l'expression de son désir : devenir objet.