Le site de l'histoire érotique
  • Forum
  •  » Fun
  •  » Les acronymes des stupéfiants
Vroom
Membre
07-01-2016
546 Messages
Genre : Homme
Lieu: Marseille

Les acronymes des stupéfiants

Bonjour,

J’ai encore entendu parler de GHB aujourd’hui, je ne me suis pas incrusté dans la conversation. Je me suis rendu compte que, bien que j’entende ces acronymes depuis des années, je ne savais pas du tout de quoi il s’agissait.

GHB, mgmh, drogue de l’amour, popper. De quoi s’agit-il?

Tilia TV
Autrice
07-02-2013
5655 Messages
Genre : Non binaire
Age : 34 ans

Re: Les acronymes des stupéfiants

Salut,
Le GHB est surtout connu sous le nom de "drogue du violeur", ça en dit long.
C'est un psychotrope de synthèse avec des effet sédatif quand il est mélangé à l'alcool. J'avais une connaissance qui en prenait à petite dose lors de soirée pour l'effet récréatif, mais j'ai jamais voulu tester.


Des photos de moi en lingerie coquine ici
Grande Détentrice du Titre de la Persévérance; Camarade Détentrice des Clefs de la Menuiserie; Chasseresse Intercontinentale de Crocodile et de Loup; Initiée Supérieure A++; Et j’ai deux fois vainqueuse traversée l’Achéron.
Sensuelle Emilie
Super Autrice
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
04-10-2019
1138 Messages
Genre : Femme
Age : 48 ans
Lieu: 3ème planète après le soleil

Re: Les acronymes des stupéfiants

POPPER : un vasodilatateur initialement employé par le corps médical pour traiter les maladies cardiaques. Ses composés chimiques contenus  dilatent les vaisseaux sanguins, ce qui permet au sang d’arriver plus rapidement au cœur. La prise se fait par inhalation (le plus souvent nasale) et les effets sont quasi immédiats. Ces derniers diffèrent en fonction de l’individu, du contexte et de la qualité du produit.

Généralement, le consommateur ressent les effets du poppers dès la fin de l’inspiration : sensation d’allègement général, de chaleur, de compression de la tête et d’augmentation de la sensibilité de la peau. Plus concrètement, le rythme cardiaque s’accélère durant quelques secondes et les sphincters se dilatent. Le poppers est donc souvent apprécié dans le milieu gay car il facilite la pratique du sexe anal.

Ces effets sont très éphémères, ils ne durent que quelques secondes ou quelques minutes.


Pour mes histoires, suivant la guide ->
Quand l'élève est prête, le Maître apparaît
Job d'appoint
Si vous les aimez, n'hésitez pas à laisser 1 commentaire. <3
Sharhajar 7.0
Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
19-11-2021
246 Messages
Genre : Femme
Age : 24 ans

Re: Les acronymes des stupéfiants

mgmh tu dois confondre avec la MD. C'est un euphorisant en gros.
Ou lvhmh. C'est euphorisant aussi mais différemment.

Je connaissais pas l'expression mais apparemment c'est ce à quoi se réfère l'expression "drogue de l'amour".

Dernière modification par Sharhajar 7.0 (Le 28-11-2021 à 11h47)


Je tourne en rond, j'attends, je regarde par la vitre
J'm'ennuie ce matin, maman est partie
Maintenant papa cauchemarde jour et nuit
La nuit on voit les sommes, on voit les hommes en gris
Donatien A.F. de Sade
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
10-12-2017
1278 Messages
Genre : Homme
Age : 32 ans
Lieu: Canada, Qc, Gatineau

Re: Les acronymes des stupéfiants

Vroom :

Bonjour,

J’ai encore entendu parler de GHB aujourd’hui, je ne me suis pas incrusté dans la conversation. Je me suis rendu compte que, bien que j’entende ces acronymes depuis des années, je ne savais pas du tout de quoi il s’agissait.

GHB, mgmh, drogue de l’amour, popper. De quoi s’agit-il?

Le GHB (gamma-hydroxybutyrate) est une substance produite naturellement dans le corps humain en très petites quantités. Quand il est consommé de manière récréative, en particulier avec de l’alcool ou d’autres drogues, il peut être extrêmement dangereux.

Le GHB est un dépresseur du système nerveux central, c’est-à-dire qu’il a un effet sédatif et qu’il ralentit la respiration et le rythme cardiaque.

À l’heure actuelle, la seule indication thérapeutique du GHB au Canada (dans le pays où j'habite) est le traitement de la narcolepsie, un rare trouble du sommeil.

La possession, le trafic, l’importation et la fabrication de GHB sont illégaux où j'habite.

La prescription médicale du GHB est strictement réglementée. Le GHB vendu dans la rue provient de laboratoires clandestins, et son procédé de fabrication et sa composition chimique varient, de même que la puissance et la pureté du produit final.

Les « précurseurs » du GHB – gamma-butyrolactone (GBL) et butanediol (1,4-BD) – se vendent commercialement, mais ce sont des substances industrielles qui ne sont pas destinées à la consommation. Lorsqu’elles sont ingérées, ces substances sont converties en GHB par l’organisme. Le GBL et le 1,4-BD sont également employés pour fabriquer du GHB.

Sous sa forme liquide, le GHB ressemble à de l’eau. Il est inodore et insipide, ou peut avoir un goût légèrement salé ou un goût de solvant facilement masqué. Le GHB est généralement vendu sous forme liquide dans de petites fioles, mais on en trouve également sous forme de poudre blanche ou de gélules.

C’est également dans les années 1990 que le GHB a acquis sa réputation de « drogue du viol », ajouté à la dérobée aux boissons alcoolisées pour faciliter les agressions sexuelles (comme l'a souligné Tilia).

Certains culturistes sont persuadés que le GHB favorise la combustion des graisses et le raffermissement des muscles. Le GHB stimule la production de l’hormone de croissance et certains usagers lui attribuent des propriétés de stimulant sexuel. Cela n'est aucunement prouvé par le corps médical.

Le GHB, vendu en pharmacie sous le nom de Xyrem, peut être prescrit aux personnes atteintes de cataplexie (perte soudaine du tonus musculaire) associés à une narcolepsie, qui prennent le médicament à l’heure du coucher pour réduire la somnolence diurne.

Les effets du GHB dépendent de plusieurs facteurs, notamment :

l’âge et le poids de la personne;
la quantité absorbée et la fréquence de consommation;
la durée de consommation;
le mode d’administration;
le milieu ambiant;
les antécédents médicaux ou psychiatriques;
la prise simultanée d’alcool ou d’autres drogues (illicites, sur ordonnance, en vente libre ou à base de plantes).
La sensation causée par le GHB ressemble à celle que peut procurer l’alcool. À petite dose, on se sent plus sociable, moins inhibé et un peu étourdi; une dose légèrement supérieure augmente ces effets ou provoque une certaine somnolence; une dose un peu plus forte peut déclencher des nausées et des vomissements, et une dose encore plus importante peut plonger la personne dans un sommeil très profond. Une surdose peut provoquer des difficultés respiratoires, un ralentissement du rythme cardiaque et des convulsions, voire la mort.

La différence entre une dose de GHB procurant l’effet désiré et une dose mettant l’usager en danger est minime. Et quand on dépasse un tant soit peu la dose, l’issue peut être fatale.

La prise de GHB peut également occasionner confusion, pensées inhabituelles et importunes, et dépression.

Les effets sont ressentis de dix à vingt minutes après la prise du GHB et peuvent durer jusqu’à quatre heures, selon la dose ingérée. Cette substance crée une réelle dépendance.

La dépendance au GHB se traduit par une consommation plus fréquente et plus soutenue, malgré les effets néfastes. La consommation régulière de GHB peut aussi entraîner une accoutumance (il faut en prendre davantage pour obtenir l’effet désiré) et provoquer une dépendance physique (un arrêt soudain peut entraîner un syndrome de sevrage, comme l’angoisse, des tremblements, l’insomnie et d’autres effets incommodants et potentiellement dangereux, dont l’hypertension et la paranoïa accompagnée d’hallucinations). Les personnes qui présentent une dépendance physique doivent s’adresser à leur médecin avant d’entreprendre un sevrage. L’arrêt subit du GHB peut être fatal.

Le GHB est dangereux pour plusieurs raisons.

Le GHB étant illégal, il n’existe aucun contrôle sur sa puissance et sa pureté. Les produits vendus sous la dénomination de GHB contiennent souvent des drogues inconnues ou d’autres excipients qui peuvent être toxiques. Il est donc impossible de connaître la quantité de GHB contenue dans une solution donnée ou la dose jugée sûre.

On peut facilement absorber trop de GHB et faire une surdose. Et quand on combine le GHB à l’alcool ou à d’autres drogues, les effets s’intensifient et le risque d’effets toxiques et de surdose s’accroît. En fait, les décès signalés résultent le plus souvent de la prise concomitante de GHB et d’autres drogues ou de l’alcool.

Le GHB est un sédatif puissant, entraînant un sommeil très profond qui peut durer plusieurs heures et durant lequel la personne peut vomir et s’étouffer. Au cours de ce sommeil, des troubles respiratoires et des convulsions peuvent se produire. Il n’est pas rare que les personnes se réveillent à l’hôpital, des amis ou des membres de leur famille alarmés les ayant fait transporter au service d’urgence (j'en ai vu durant mon internat en médecine).

Sous forme liquide, le GHB peut être facilement ajouté discrètement aux boissons. Or, en plus de ses effets sédatifs qui empêchent les victimes de résister à une agression sexuelle, le GHB peut aussi entraîner une amnésie; ainsi, une fois les effets de la drogue dissipés, la personne n’aura aucun souvenir de ce qui s’est passé.

Le GHB peut également présenter des interactions dangereuses avec certains médicaments, comme les inhibiteurs de protéase utilisés pour traiter le VIH.

Une surdose peut entraîner un coma profond qui peut avoir des effets neurotoxiques sur le cerveau, surtout dans le cas des jeunes dont le cerveau ne s’est pas encore complètement développé.

...

Concernant la cgmh, je ne crois pas que vous vouliez parler plutôt de CGMH, qui est la concentration globulaire moyenne en hémoglobine, concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine, CCMH, MCHC) et qui indique la concentration moyenne d’hémoglobine en picogrammes par 100 millilitres de globules rouges.

Je crois plutôt que vous vouliez parler de la MDMA, communément appelée ecstasy, qui est une drogue de synthèse, c'est-à-dire qu'elle est composée de molécules chimiques produites dans des laboratoires clandestins. La MDMA est une substance dérivée des amphétamines. Toutefois, le processus de synthèse modifie beaucoup la molécule originale d’amphétamine, au point où elle perd une partie de son pouvoir stimulant et gagne des propriétés hallucinogènes. C’est pourquoi la MDMA fait partie de 2 catégories de drogues : les stimulants et les perturbateurs.

La MDMA peut être mélangée à d’autres substances :

amphétamines;
hallucinogènes;
analgésiques (médicaments antidouleur);
anabolisants (substances qui aident les muscles à se développer);
PCP (mescaline) (ce mélange est le plus dangereux, mais cette substance se trouve de moins en moins sur le marché noir);
caféine;
amidon;
détergents.
Une personne qui consomme une drogue de synthèse comme la MDMA ne peut jamais être certaine de ce qu’elle consomme réellement. Elle peut donc :

ne rien ressentir du tout;
ressentir l’effet prévu, totalement ou partiellement;
ressentir un effet excessivement fort.
Cet effet peut être dangereux et même toxique. Elle est connue sous le nom de drogue de l'amour.

...

Les poppers est le nom générique pour désigner les préparations à base de dérivés nitrés aliphatiques volatils, dissous dans des solvants chimiques possédant des propriétés psychotropes utilisées à des fins récréatives.

Ils ont fait leur apparition dans les années 1970 dans le marché des sex-shops et des discothèques. L’ouverture des flacons est accompagnée d’un petit déclic (« pop »), d’où leur nom.

Xomme SensuelleEmily l'a souligné, les milieux gays sont friant de cette drogue, mais aussi les adolescents.


Tout le bonheur des hommes est dans l'imagination.
- Donatien Alphonse François de Sade alias Le Marquis de Sade
Ce sont les écrivains qui manquent au peuple, ce ne sont pas les lecteurs qui manquent aux écrivains. - Alphonse de Lamartine
Lioubov
Membre banni temporairement
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
27938 Messages
Genre : Homme
Age : 75 ans
Lieu: Périgord

Re: Les acronymes des stupéfiants

Donatien A.F. de Sade :

PCP (mescaline) ce mélange est le plus dangereux, mais cette substance se trouve de moins en moins sur le marché noir.

KamikaBombe :

La fameuse poussière d'ange, aux effets aussi spectaculaires que redoutables. Le truc qui vous détruit les neurones plus vite que la télé-réalité. La quasi-extermination des consommateurs réguliers explique certainement le fléchissement du marché.
Une théorie répandue veut que les SS de la Das Reich aient été sous l'influence de cette drogue lors du massacre d'Oradour sur Glane.

Il ne s'agit pas d'une théorie : la Pervitine, une super métamphétamine (connue aussi sous l'appellation de "crystal") a été commandée par la Wehrmacht (35 millions de doses).

Quant à la mescaline, elle n'a rien à voir avec le PCP.
Ses effets sont semblables à ceux du LSD, mais en plus "frais", moins agressifs.
Une substance très agréable, selon moi.


Il ne faut pas tanner la peau du loup avant de l'avoir tué !
Duchesse
Super Autrice
08-11-2020
8096 Messages
Genre : Femme
Age : 37 ans

Re: Les acronymes des stupéfiants

KamikaBombe :

De toute manière, les nouvelles drogues de synthèse apparaissent par centaines à l'année. Ce n'est plus une invasion, mais une déferlante. Et comme on baigne dans une ambiance super anxiogène, les troubles psychiques progressent et créent un vivier de consommateurs.

Sans parler du désert pédopsychiatriques auquel se heurtent les adolescents et les enfants.
J’ai entendu à la radio il y a quelques jours que la fondation Jean Jaurès venait de mener une enquête sur mille ados Français. 43 % d’entre eux sont atteints d’anxiété allant de modérée à sévère. 1 sur 10 a pensé au suicide dans les 15 jours précédents l’enquête et un sur 5 a eu des idées morbides. Quasi aucun ne consulte, il n’y a pas de structures adaptées pour les ados, pas assez de pédopsychiatres, pas assez d’infirmière scolaire.
Ils passent 4h par jour à s’abreuver de télé-réalité et prennent des personnalités pathologiques pour modèles. En parallèle l’alcool est en vente libre, les drogues de synthèse à tous les coins de rue et les pharmacies familiales françaises pleines de tout ce qu’il faut pour se défoncer.

Les ados n’ont qu’à se servir, benzo type lexomil, xanax, seresta, antistaminiques type atarax ; un verre d’alcool par là-dessus et youpla.

Pourtant les adolescents s’avèrent très optimistes et trouvent secours les uns auprès des autres majoritairement.

On va tous crever dans un monde tout pourri et je siroterai mon chianti. Je volerai la réplique aux boomers ; c’était mieux avant. Non c’était pareil avant. Je serai encore plus insupportable.

Je vous l’avais bien dit …

smile

Dernière modification par Duchesse (Le 28-11-2021 à 20h39)


Sorcière antipathique, empêcheuse de tourner en rond, grincheuse en série ; je suis ton pire cauchemar. Circule, virgule, ou je t'apostrophe.

Déguerpissez de mes MP, j'inventorie tous les MDF en prévision d'un best of corédigé avec les autres filles.
Ne croyez jamais ce que vous lisez sur un site de cul ;  j'ai trente-six ans.
Duchesse
Super Autrice
08-11-2020
8096 Messages
Genre : Femme
Age : 37 ans

Re: Les acronymes des stupéfiants

KamikaBombe :

Pour en revenir à la drogue, il existe aussi la croc, la fameuse drogue crocodile. Il s'agit d'un mélange de codéine, d'essence, de soufre, et de dissolvant pour peinture.
Les effets sont dix fois supérieurs à ceux de l'héroïne pour un bien moindre coût. Également appelée la drogue cannibale. Une simple recherche avec google images vous fera comprendre le pourquoi de cette appellation.

Une simple recherche Google vient de debunker cette légende. Pas mal d’articles sensationnalistes et puis le décodage par le monde ici :
lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/11/20/cannibalisme-et-hallucinations-les-intox-de-la-drogue-zombie_5217652_4355770.html

France24 là :
google.fr/amp/s/amp.observers.france24.com/fr/20171110-drogue-zombie-intox-fake-news-fantasme-internet-intox-flakka-cloud-nine


Sorcière antipathique, empêcheuse de tourner en rond, grincheuse en série ; je suis ton pire cauchemar. Circule, virgule, ou je t'apostrophe.

Déguerpissez de mes MP, j'inventorie tous les MDF en prévision d'un best of corédigé avec les autres filles.
Ne croyez jamais ce que vous lisez sur un site de cul ;  j'ai trente-six ans.
Duchesse
Super Autrice
08-11-2020
8096 Messages
Genre : Femme
Age : 37 ans

Re: Les acronymes des stupéfiants

L’existence de cette drogue n’est pas remise en question. C’est le folklore autour des attaques cannibales qui est debunké.


Sorcière antipathique, empêcheuse de tourner en rond, grincheuse en série ; je suis ton pire cauchemar. Circule, virgule, ou je t'apostrophe.

Déguerpissez de mes MP, j'inventorie tous les MDF en prévision d'un best of corédigé avec les autres filles.
Ne croyez jamais ce que vous lisez sur un site de cul ;  j'ai trente-six ans.
Duchesse
Super Autrice
08-11-2020
8096 Messages
Genre : Femme
Age : 37 ans

Re: Les acronymes des stupéfiants

KamikaBombe :

Quand on évoque la drogue cannibale, il est question des effets sur l'organisme (septicémie et nécrose) qui conduisent aux amputations et au décès.
Si des gens lancent des rumeurs d'attaques cannibales, c'est autre chose.

Ceci dit, ceci explique cela. Maintenant on sait d’où vient le hoax des attaques canibales. N’empêche que comme d’hab’, y a plus que la fake news qui sort lorsque l’on fait une recherche.


Sorcière antipathique, empêcheuse de tourner en rond, grincheuse en série ; je suis ton pire cauchemar. Circule, virgule, ou je t'apostrophe.

Déguerpissez de mes MP, j'inventorie tous les MDF en prévision d'un best of corédigé avec les autres filles.
Ne croyez jamais ce que vous lisez sur un site de cul ;  j'ai trente-six ans.
Donatien A.F. de Sade
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
10-12-2017
1278 Messages
Genre : Homme
Age : 32 ans
Lieu: Canada, Qc, Gatineau

Re: Les acronymes des stupéfiants

Lioubov :

Quant à la mescaline, elle n'a rien à voir avec le PCP.
Ses effets sont semblables à ceux du LSD, mais en plus "frais", moins agressifs.
Une substance très agréable, selon moi.

Oui, je sais que le PCP n'est pas de la "mescaline". Je soulignais seulement le fait que le PCP, aussi appelé "phencyclidine", est souvent vendu dans la rue sous le nom de (mescaline), étant l'une des substances se retrouvant dans la MDMA lorsque des apprentis chimistes de labos clandestins en fabrique pour la vente illégale, et c'est pourquoi je l'ai mis entre parenthèse, mais j'aurais dû souligner ce fait afin de disculper toute confusion dans le sens de mes propos.


Tout le bonheur des hommes est dans l'imagination.
- Donatien Alphonse François de Sade alias Le Marquis de Sade
Ce sont les écrivains qui manquent au peuple, ce ne sont pas les lecteurs qui manquent aux écrivains. - Alphonse de Lamartine
Lioubov
Membre banni temporairement
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
01-01-2012
27938 Messages
Genre : Homme
Age : 75 ans
Lieu: Périgord

Re: Les acronymes des stupéfiants

Cher marquis,
Votre connaissance approfondie de ces nombreuses substances n'est-elle que théorique ?
Leur pratique est - à mon avis - indispensable pour en parler encore mieux, sinon on serait dans le cas d'un puceau qui parlerait de l'amour physique sans en avoir jamais connu les effets.


Il ne faut pas tanner la peau du loup avant de l'avoir tué !
Donatien A.F. de Sade
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
10-12-2017
1278 Messages
Genre : Homme
Age : 32 ans
Lieu: Canada, Qc, Gatineau

Re: Les acronymes des stupéfiants

Lioubov :

Cher marquis,
Votre connaissance approfondie de ces nombreuses substances n'est-elle que théorique ?
Leur pratique est - à mon avis - indispensable pour en parler encore mieux, sinon on serait dans le cas d'un puceau qui parlerait de l'amour physique sans en avoir jamais connu les effets.

Pour moi, elle n'est que théorique. Ce que je rapporte n'est que les effets constatés sur des patients lors de mon internat et ceux de mes collègues qui travaillent parmi des patients à l'hôpital, en centres de désintoxication ou en centres que santé sur la dépendance et ses effets. Je ne prétend pas pouvoir décrire les effets total ressenti chez chaque personne car cela peu varier et je ne les ai pas expérimenté, et je ne le désire pas non plus mais je ne fais que renseigner sur ce qui a déjà été prouvé par mes pairs lors d'études sur le sujets ou en centre hospitalier selon mes discussions avec des patients qui les ont expérimentés.

Je sais que les mieux placés pour en parler se sont ceux qui ont expérimenté ces substances.

Pour ma part, je n'ai pris que de la codéine et quelques autres médicaments sur odonnances. Jamais aucun stupéfiant sans prescription et approuvé par l'OPQ ou l'OPC. wink

Dernière modification par Donatien A.F. de Sade (Le 29-11-2021 à 14h43)


Tout le bonheur des hommes est dans l'imagination.
- Donatien Alphonse François de Sade alias Le Marquis de Sade
Ce sont les écrivains qui manquent au peuple, ce ne sont pas les lecteurs qui manquent aux écrivains. - Alphonse de Lamartine
Tilia TV
Autrice
07-02-2013
5655 Messages
Genre : Non binaire
Age : 34 ans

Re: Les acronymes des stupéfiants

Il ne faudrait pas profiter du sujet de Vroom pour inciter les gens à prendre des drogues illicites et d'autres substances toxiques wink


Des photos de moi en lingerie coquine ici
Grande Détentrice du Titre de la Persévérance; Camarade Détentrice des Clefs de la Menuiserie; Chasseresse Intercontinentale de Crocodile et de Loup; Initiée Supérieure A++; Et j’ai deux fois vainqueuse traversée l’Achéron.