Le site de l'histoire érotique
SinKane
Compte Supprimé

Juliette29 :

Même sur un site de cul, parler du sujet tourne en eau de boudin smile

Dans l'esprit collectif.
Le type qui s'exhibe ou joue les voyeurs est un pervers.
La miss qui s'exhibe ou aime regarder est une salope.

Ben moi, l'esprit collectif je m'assois dessus.

Ces deux pratiques sont pour moi, indissociables. C'est simplement parce qu'on sépare les choses que ça tourne au vinaigre. ( Boudin et vinaigre beurk)

Si on parle de voyeurisme d'un côté et d'exhibition de l'autre. C'est le bordel ! Si on associe les deux ça passe mieux.

Une exhibition face à un voyeur 😊

Désolé, mais tes contributions sont si lunaires que tenter d'y répondre relève de l'expérimentation.

sylmarquidesade
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
31-08-2022
131 Messages
Genre : Homme
Age : 63 ans
Lieu: Lille

c'est tellement Vrai !
Une exhibition sans voyeur de rime à rien !!
C'est comme un maso sans sadique !!
Un amoureux sans amoureuse ou vice versa!!
Une chaussure sans son pied
Chaque casserole doit pouvoir trouver son couvercle dans ce bas monde
je le souhaite vraiment à toute les casseroles


La vie est courte vivons la à fond
Docsevere
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
26-08-2012
3910 Messages
Genre : Homme
Age : 60 ans
Lieu: 77

claudyb :

on peut revenir au sujet  ?    des amateurs? des amatrices? qui auraient envie de raconter leurs aventures?

Hélas non. Mais j'aurais bien aimé tomber sur toi, par hasard.
Je suis toujours très voyeur, et même avec des femmes d'âge mûr (soixantaine, voire plus...)
Vous avez dit pervers ? Doc pervers ? smile


"Douleur et douceur se tiennent l'une par l'autre."

François Cheng
foreskin380
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
12-01-2022
437 Messages
Genre : Homme
Age : 71 ans

Lioubov :

Il suffit de respecter la périodicité des GV (grandes visites).

Tient, un connaisseur d’avions

Dernière modification par foreskin380 (Le 26-11-2022 à 06h56)


Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu’elle s’interdit. OW.
escondite
Compte Supprimé

Lioubov :

Il suffit de respecter la périodicité des GV (grandes visites).

foreskin380 :

Tient, un connaisseur d’avions

Peut-être un ancien de l’aéronavale ? Que ferait un vieux loup de mer à terre ?

pascal76520
Membre
13-11-2022
64 Messages
Genre : Homme
Age : 59 ans
Lieu: boos 76520

SinKane :

Fhomministe :

[La Femme faite ce qu'elle veute et elle ne le faite certainemente pas pour toi alors tu peux garder tonne commentaire sexiste pourre toi.
Si une Femme veute montrer une partie intime de sonne corpe, c'est sonne choix et la regarder est trèse bizarre.
Honte à toi...

Aïe.

ouille


aime se montrer dans toute situation légale. est ici pour discuter de tout
escondite
Compte Supprimé

claudyb :

on peut revenir au sujet  ?    des amateurs? des amatrices? qui auraient envie de raconter leurs aventures?

Tu as raison nous nous égarons.

C’était un soir de juin, ma maîtresse du moment et moi étions  dans un embouteillage qui semblait engluer la Francilienne.
Gisèle manipulait la climatisation  pour essayer de créer un peu de fraîcheur à l'intérieur de la voiture. Peine perdue. Sa robe était retroussée sur ses jambes bronzées, jusqu'à la lisière de sa petite culotte blanche. Elle avait également défait les trois premiers boutons du haut, dévoilant une poitrine lourde et ferme qui se passait très bien de soutien-gorge, malgré ses quarante ans. Assise au volant de sa voiture, Gisèle haussa les épaules et poussa un soupir excédé. Car cette fois, on n'avançait plus du tout. Le grand bourbier. Le bordel intégral.
Ce qui donnait un aspect surréaliste à la situation, c'est que l'autre côté de la Francilienne, dans le sens province-Paris, était également complètement bouché.
Gisèle agita les pans de sa robe pour essayer de donner un peu d'air à son corps couvert d'une fine transpiration.La voiture était immobilisée sur la voie de gauche. De l'autre côté du rail de sécurité un énorme poids lourd se trouvait à l'arrêt. Il y eut un coup de klaxon très bref.
Machinalement, Gisèle tourna la tête et leva les yeux vers la cabine du chauffeur. Le routier était un gros homme au visage rond et sanguin.
Gisèle reçut son regard comme un choc qui la fit tressaillir au plus profond d'elle-même. Les petits yeux sombres de l'homme allaient et venaient à toute vitesse de ses cuisses dénudées à ses seins presque entièrement découverts. D'ordinaire, sous ce regard dégoulinant de désir animal, elle aurait sûrement eu le réflexe de n'importe quelle femme «honnête » : rabattre les pans de tissu sur ses cuisses et reboutonner sa robe.

Le chauffeur du camion parvint à détacher ses yeux du corps offert de Gisèle pour les plonger dans ses yeux à elle. Elle soutint son regard avec un petit sourire en coin. Elle savait ce qu'elle allait faire et se traitait déjà de folle. Mais en même temps, une petite voix, s'employait à la rassurer : elle allait vers la grande banlieue, le camion remontait sur Paris, les deux voies étaient séparées par le rail métallique et il y avait des centaines d'hommes et de femmes tout autour, coincés dans ce gigantesque bouchon exactement comme eux. Qu'est-ce qui pouvait bien lui arriver ? Et surtout, qu'est-ce qui l'empêchait d'offrir un petit plaisir visuel à ce pauvre bougre qui la dévorait des yeux en souriant béatement ?
Le sang battant à ses tempes, Gisèle défit un bouton supplémentaire sur le devant de sa robe.
Ce fut suffisant : son sein droit jaillit à l'air libre, pointe dressée sous l'effet de l'excitation trouble qui prenait possession d’elle. Sans quitter le routier des yeux, elle posa sa main sur son sein et entreprit de triturer le téton entre ses doigts.
Comme au travers d'un brouillard,  Gisèle vit le chauffeur s'agiter sur son siège. Aux mouvements fébriles de ses bras, elle comprit qu'il était en train d'extraire son sexe de son pantalon. Cette idée acheva de mettre le feu aux poudres. De sa main libre, elle abaissa  le dossier de son siège. Puis, soulevant le bassin, elle fit glisser sa culotte sur ses jambes.
Gisèle regarda le routier, dont le teint virait au violacé, en passant un bout de langue sur ses lèvres.
Puis, sans le quitter des yeux, elle roula sa robe sur ses hanches et écarta largement les cuisses, dévoilant sa toison.
Le souffle court, Gisèle  glissa le long de son ventre palpitant. Elle sursauta quand ses doigts atteignirent son bouton, prêt à exploser. Elle commença à se caresser lentement. Tout en se disant qu'elle était totalement dingue de faire ça, ici, au milieu de tous ces gens. Mais c'était plus fort qu'elle. Comme si l'orage qui ne se décidait pas à crever dans le ciel venait d'exploser à l'intérieur d'elle.
La portière du poids lourd s'ouvrit lentement. Gisèle ne put retenir un gémissement rauque en découvrant ce qui se passait à l'intérieur. Le chauffeur avait dégrafé son jean. Sous sa bedaine poilue jaillissait un membre noueux, épais. Avec  un grognement à l'adresse de Gisèle, il empoigna son sexe et entreprit de l'agiter furieusement dans tous les sens. Cette vision acheva de faire perdre la tête à Gisèle. En une fraction de seconde, elle oublia tout : l'embouteillage, la chaleur, les autres automobilistes. Une seule chose avait encore de l'importance : ce pieu de chair qui oscillait à quelques mètres d'elle et qu'elle brûlait d'envie de sentir s'enfoncer dans son ventre.

Avec un feulement interminable, Gisèle enfonça deux doigts dans son intimité.
Presque inconsciente de son propre geste et de sa portée, Gisèle ouvrit sa portière en grand tout en se caressant de plus en plus vite. Du haut de sa cabine, le routier en faisait de même.
Gisèle, les cuisses toujours grandes ouvertes, détailla le conducteur du poids lourd des pieds à la tête. Se renversant sur le dos, elle accrocha son talon droit dans le volant, pour dégager au maximum le sillon de son intimité.
La respiration haletante, le ventre en fusion, elle  voyait que le routier ne pouvait plus détacher ses yeux de la touffe qui dansait lentement juste devant lui. Il mourait d'envie d'y enfouir son visage.
Mais il n'en fit rien. Ils prirent en même temps leur plaisir.

Dernière modification par escondite (Le 27-11-2022 à 01h30)

sylmarquidesade
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
31-08-2022
131 Messages
Genre : Homme
Age : 63 ans
Lieu: Lille

Belle histoire


La vie est courte vivons la à fond
escondite
Compte Supprimé

sylmarquidesade :

Belle histoire

Trop courte pour être publiée, alors je la pose là.  Bonne lecture.

Docsevere
Super Auteur
Classement auteurs :
sur les 30 derniers jours
Classement auteurs :
depuis toujours
26-08-2012
3910 Messages
Genre : Homme
Age : 60 ans
Lieu: 77

escondite :

sylmarquidesade :

Belle histoire

Trop courte pour être publiée, alors je la pose là.  Bonne lecture.

Dommage, faut en faire une compile, ou alors l'insérer dans une autre histoire.


"Douleur et douceur se tiennent l'une par l'autre."

François Cheng
escondite
Compte Supprimé

Docsevere :

Dommage, faut en faire une compile, ou alors l'insérer dans une autre histoire.

Merci pour le conseil.

Le Corbeau
Membre
14-11-2022
43 Messages
Genre : Homme
Age : 100 ans

J'aime bien m'exhiber. Pourtant, je n'ai pas un corps parfait, que je pourrais être fier de montrer.
L'idée d'être l'objet du désir d'une femme, qu'elle me regarde simplement ou me touche, sans aucune contrepartie me plaît beaucoup. Par contre, ça doit évidemment rester dans un cadre privé, avec des personnes consentantes.

pascal76520
Membre
13-11-2022
64 Messages
Genre : Homme
Age : 59 ans
Lieu: boos 76520

Docsevere :

claudyb :

on peut revenir au sujet  ?    des amateurs? des amatrices? qui auraient envie de raconter leurs aventures?

Hélas non. Mais j'aurais bien aimé tomber sur toi, par hasard.
Je suis toujours très voyeur, et même avec des femmes d'âge mûr (soixantaine, voire plus...)
Vous avez dit pervers ? Doc pervers ? smile

moi j'adore m'exhiber sur un site Ya le choix , très peu de femme mais parfois c l'extase


aime se montrer dans toute situation légale. est ici pour discuter de tout
Odyssé
Membre
21-08-2022
129 Messages
Genre : Homme
Lieu: Ithaque

claudyb :

Bonjour , j'ai longtemps pratiqué ( avec ou sans l'approbation de mon mari) l' exhibition ( plages naturistes, "arrières dunes" voiture  etc) mais aussi ce que l'on pourrait appeler "l'exhibition passive" ( se promener nue sur une plage en fixant avec insistance les yeux d'un homme pour voir sa "réaction", se passer de la crème solaire de façon très suggestive etc). j'ai parfois fait des rencontres tres ponctuelles et sans lendemain, parfois "sans contact". Je garde de ces expériences des souvenirs très intenses...Avez vous pratiqué?, qu'en pensez vous?

J'en pense du bien, comme toi je l'ai pratiqué souvent sur des plages naturistes ou dans les dunes.
Je le fait aussi :se mettre de la crème solaire mine de rien d'une manière suggestive , sans en avoir l'air cela permets de se peloter langoureusement sensuellement en regardant la réaction des naturistes transformés en voyeurs...


J'aime la nature les forêts les nuages regarder les étoiles par nuit claire,les sorties avec les copains et copines,les instants fugaces d'un sourire d'un regard d'une attitude,une vie simple et heureuse