Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 31 746 fois
  • 395 J'aime
  • 31 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

L'abandon d'une cousine

Chapitre 1

La réunion

Inceste

Enfin, l’année scolaire est terminée. Un Bac réussi sans trop d’effort pour ma part, une moyenne normale, pas trop haute, pour ne pas me démarquer. Je n’aime pas me démarquer. J’ai toujours été le gars sur un banc, seul ou en petit groupe, assez discret, le type qui ne plaît pas, le type que l’on ignore, le type qui doit changer, mais qui ne veut pas. Pourquoi grandir, quand la vie est confortable comme elle est ?


Tout ça, ça allait finalement changer, et tout a commencé lorsque je suis arrivé à la maison de mon Oncle Laurent et de ma Tante Sophie dans la banlieue, mais surtout, la maison de Laeticia, ma cousine. Tous les deux nés la même année, on avait cependant grandi loin l’un de l’autre. Il faut dire, nos parents n’étaient pas en très bons termes, et ma famille a le bon défaut d’être très rancunière. Je sais, des histoires de famille, tout le monde en a. En fait, tout avait précisément changé à l’instant où j’ai sonné à leur portail. Eh oui, visite surprise, après près d’une heure de vélo. Je n’avais pas voulu savoir les résultats de ma cousine via le téléphone, mais de vive voix. Il faut dire qu’elle avait plutôt bien stressé, enfin, c’était ce que notre grand-mère m’avait révélé. Et puis ça me donnait une bonne excuse pour retisser des liens.


Bref, j’ai sonné, un peu en sueur, mais aillant déjà remis du déodorant que j’avais emporté dans une petite sacoche avec moi, au côté de mon téléphone et d’une bouteille d’eau.


— Oui, c’est qui ? L’interphone crépita.

— C’est Ed, je répondis simplement.


J’entendis un hoquet de surprise, avant que l’interphone ne raccroche. Un peu circonspect, j’entendis cependant quelques secondes plus tard la porte d’entrée s’ouvrir par-delà le grillage, ainsi qu’un bruit de course sur du gravier. Un large sourire étira mes lèvres, tandis que quelqu’un cherchait fébrilement la bonne clé. Le portail s’ouvrit enfin, révélant enfin à mon regard une personne six ans plus mature que ce que mon dernier souvenir me faisait jusque-là imaginer.


— Ed ! La grande blonde s’exclama avant de se ruer contre moi.


J’encaissai plutôt bien la charge lorsque j’ai ressenti mon premier émoi. Se pressant contre mon torse, deux obus. Je clignai des yeux plusieurs fois, avant d’écarter Laeticia brusquement. Elle leva alors un regard intrigué. Plaçant une main sous mon menton, je plissais les yeux avant de demander, avec un ton grandiloquent :


— Grand Dieu tout-Puissant, qui êtes-vous et qu’avez-vous fait à ma chère et tendre cousine !


Se prenant au jeu, elle répondit :


— Je l’ai enlevée, pour qu’elle puisse trouver le bonheur, loin de rustre comme vous, mécréant !


Elle pointa un doigt accusateur dans ma direction, auquel je répondis par une légère bousculade, usant de mon gabarit pour prendre rapidement le dessus. Je plaçai alors mon poing fermé contre son crâne et frottai avec vigueur. Après quelques secondes de ce traitement, elle abandonna le combat :


— C’est bon ahah... arrête, ça commence à... faire mal.


Je m’interrompis alors, et quelques secondes de silence s’installèrent, avant qu’elle ne s’écarte et ne dise :


— Viens, on va pas rester sur le trottoir toute la journée.


J’acquiesçai, et franchis le portail, poussant mon vélo rapidement pour rattraper les quelques mètres d’avance qu’elle avait prise.


— Dis, je peux le poser où mon vélo ? Je lui demandai.


Nonchalante, elle répondit simplement :


— Pose le juste contre le mur, il n’y a pas de voleur ici.


Ce n’est que lorsque je fus débarrassé de mon engin que je remarquai les changements que le terrain avait subis ces six dernières années. Les grillages extérieurs avaient laissé place à de grandes haies, récemment taillées. Le grand jardin s’était doté d’une immense piscine creusée ainsi que d’un coin bétonné, où un grand barbecue trônait aux côtés d’une table et de chaises. Ma cousine me fit entrer dans la maison, où je remarquais instantanément le silence.


— Tiens, tes parents ne sont pas là ? Je lui demandai, curieux.


Elle me regardait enlever mes chaussures, et me répondit, évasive :


— Non, ils ne sont pas là.


Je sentis qu’il y avait anguille sous roche, mais je ne cherchai pas à creuser plus loin.


— Tu veux quelque chose à boire ? Elle me demanda.

— Oh, oui si tu as un Coca ou un Ice Tea je prendrais bien !


Je n’avais pas vraiment soif, mais la chaleur appelait un peu de fraîcheur, et ma bouteille d’eau chaude ne m’aidait pas vraiment en ce moment. Laeticia disparut sans un bruit, si ce n’est le bruit ténu de ses pieds nus sur le carrelage. J’admirais un instant sa silhouette avant qu’elle ne tourne à l’angle du mur. De longues jambes bien équilibrées, lui permettant d’atteindre le mètre 70 avec facilité, des hanches assez larges, ainsi qu’un bon fessier, rendu musclé par de nombreuses années de handball. Une fois déchaussé, je la rejoignis dans la cuisine, détaillant les murs avec attention. Je remarquais alors quelque chose de curieux. Aucune photo de Laeticia ne se trouvait sur les murs. Il n’y avait que ses parents, et le dernier arrivé, Hugo, maintenant âgé de 8 ans.


— Dix ans d’écart... la vache, je me murmurai à moi-même.

— Hm ?

— Hein ? Je sursautai.


Laeticia avait déjà servi un verre de coca et se trouvait devant moi, intriguée.


— Tu disais ?


J’hésitai un court instant, avant de jouer la carte de la vérité.


— Non je euh... je me demandais pourquoi il n’y a aucune photo de toi sur les murs.


D’innocente, son expression devînt sombre, et répondit, sèche :


— Pas tes oignons.


Elle me fourra avec hâte la boisson dans les mains avant de me dépasser, ses longs cheveux blonds tressautant à chacun de ses pas qui claquaient maintenant sur le carrelage.


— Bien joué, cinq minutes et déjà une bourde, je me réprimandais, avant de boire une gorgée du soda.


Je la rejoignis après quelques piétinements.


— Ouais euh, pardon de m’être emportée. J’aime pas trop parler de mes parents.


Laeticia s’excusa en fixant la télé qu’elle venait d’allumer.


Je m’assis à côté d’elle sans vraiment la regarder.


— Nan, c’était ma faute, j’aurais dû me douter que j’allais marcher sur une mine.


Elle me lança un petit regard en coin, esquissa un sourire, puis s’exclama :


— Bon, c’est de l’histoire ancienne ! On va pas passer la journée à s’excuser. Alors, le BAC tout ça ?


Je secouai la tête avec un petit sourire :


— Je venais justement te poser la question, et voilà que tu me devances. Sinon, oui je l’ai eu, assez facilement d’ailleurs. Je me suis pas trop foulé ! Et toi ?


Elle s’étira avec un large sourire, son corps tendu faisant couiner le cuir du canapé.


— Moi, et bien je l’ai eu. Mais contrairement à toi, je m’y suis appliquée ! 15.457 de moyenne !


Je sentis bien qu’elle en était très fière.


— Pouah, c’est vrai que tu t’es donné du mal du coup ! Je rigolais. "Tu l’as fêté ?"


Elle se renfrogna de nouveau. Et merde.


— J’ai... pas vraiment le droit de sortir de la maison. Et puis il faut que je la garde durant l’été.

— Tu dois la garder ? A cause de tes parents, je suppose ?


Elle hocha lentement la tête de bas en haut avec un soupir.


— Aux Maldives, elle annonça.

— Quoi ?


Elle entortilla une longue mèche de ses cheveux dorés comme la paille autour de son index tout en faisant la moue. Je n’ai pas pu m’empêcher de la trouver particulièrement mignonne comme ça, les genoux rabattus contre sa poitrine, à jouer avec ses cheveux. Elle entoura ses genoux de ses bras, sa poitrine compressée entre son buste et ses jambes. Le débardeur blanc qu’elle portait dévoilait totalement le côté de ses seins. Je déglutis avec difficulté et je me giflai mentalement, avant de reprendre :


— Tu veux dire que tes parents sont aux Maldives à se la couler douce pendant que tu joues la vigie ? Je m’alarmais.


Elle ne répondit pas, mais se contenta d’enfouir sa tête entre ses jambes, ses cheveux cachant son visage.


Un peu gêné, je passai néanmoins un bras réconfortant autour de ses épaules et lui caressai doucement la tête. Je l’entendis alors renifler, et je compris que, silencieusement, elle pleurait. J’attendis quelques secondes, avant de murmurer :


— Là, là, ça va aller, t’es plus toute seule.


Elle redressa subitement la tête :


— Si, je le suis toujours ! Mes amies s’en foutent, je suis isolée de tous les autres cousins et cousines, je vais passer tout l’été dans cette maison de merde ! Elle renifla, en colère.


Je ne réfléchis même pas une demi-seconde avant de répondre :


— Si tu veux, je peux rester moi.


Elle releva son visage rougi, les yeux pleins d’espoir.


— C’est vrai ?

— Tu crois que je mentirais dans une situation pareille ?


Elle détourna immédiatement le regard, troublée.


— Si tu veux, je peux appeler mes parents pour les prévenir, j’ai pas pu chopper de job cet été, donc rien ne presse. Je lui souris.


Elle se leva sans un mot, avant de disparaître dans un couloir. J’entendis le bruit de l’eau qui coulait. Elle devait être partie se passer un peu d’eau sur le visage. Elle revint quelques secondes plus tard, tandis que je pianotais sur mon téléphone pour avertir mes parents que je n’étais pas sûr de rentrer ce soir. Elle entra dans le salon au même moment que j’envoyais le message.


— Hum.


Je levais les yeux.


— Oui ? Je demandai.

— Lève-toi, s’il te plaît.


Je m’exécutai sur-le-champ, et à l’instant que je me trouvai sur mes deux jambes, elle se jeta contre moi, m’entourant de ses bras, dans un câlin qui ne pouvait me distraire du fait que je tenais une beauté sans pareille dans mes bras. De son côté, elle était trop occupée à frotter son visage contre mon t-shirt pour remarquer quoi que ce soit de mon émoi.


C’est ainsi que l’après-midi se déroula. Après avoir récupéré une forme de complicité, on s’est amusé à regarder la télé, des séries, à rattraper toutes les années perdues. En fait, quand j’y repense, tout se déroule dans une sorte de brouillard. J’ai du mal à m’en rappeler, mais en même temps, je sais que je me suis amusé comme jamais. Au bout de plusieurs heures, le temps a fini par nous rattraper, et nos besoins aussi. Pendant que nous nous amusions d’une énième compilation de chutes trouvées sur Internet, nos estomacs grondèrent au même moment. On s’est d’ailleurs bien amusés de cette synchronisation, tandis que je ne pouvais pas m’empêcher de la reluquer. Elle s’est d’abord proposé de faire à manger, mais décidé à l’impressionner, je me suis imposé en tant que chef. Après quelques minutes de fouille, je me suis décidé à faire une bonne omelette aux girolles, que j’ai servie avec une grande fierté, et un peu d’appréhension.


Appréhension vite dissipée lorsque j’ai vu ses yeux s’illuminer dès sa première bouchée :


— Mais c’est délicieux ! Elle s’est exclamée, s’empressant d’avaler une seconde puis une troisième bouchée.


Ainsi penchée sur son assiette, je ne pus que remarquer lorsqu’une girolle s’échappa de sa fourchette pour venir se loger entre ses seins. Sans même y penser, sans l’ombre d’une hésitation, je plongeais ma main vers son décolleté, attrapa délicatement le champignon, avant de le gober, sous ses yeux ébahis. Ce n’est qu’à ce moment-là que je ne réalisais la portée de mon geste. Je me suis mis à rougir, baissai les yeux vers ma propre assiette, et murmurai :


— Désolé...


Elle s’esclaffa :


— T’inquiète c’est rien, puis on va pas gâcher un si bon repas ! Faudra que tu me donnes la recette !


Reconnaissant de ne pas en faire toute une assiette, je lui demandais si elle souhaitait quelque chose comme dessert. Elle me répondit qu’elle ne refuserait pas un petit verre de vin. Avec quelques instructions de sa part, je trouvais bien vite la cachette de son père, où plusieurs bouteilles étaient entreposées, au frais. Je me saisis d’un rouge, avant de le ramener a table. Nous discutâmes alors de tout et de rien pendant une petite heure, heure durant laquelle mademoiselle avait déjà consommé une petite quantité d’alcool. De mon côté, la surréalité de la situation me maintenait dans les clous, même si mes gestes commençaient à devenir moins précis. Il faut dire que je ne tenais pas très bien l’alcool, et elle non plus visiblement.


— Viens dehors, il fera meilleur.


Laeticia m’invita, se redressant brusquement hors de sa chaise.


La démarche pas encore pompette, mais plus très stable non plus, elle se dirigea vers la baie vitrée menant au jardin, où je pus enfin admirer l’absence complète de vis-à-vis, ainsi qu’une magnifique piscine creusée éclairée de manière ténue par de petits spots situés sous la surface de l’eau. Laeticia, elle, attrapa un transat qu’elle traîna bruyamment sur les planches de composite entourant la piscine.


Elle tapota doucement un autre transat situé à proximité avec un petit sourire. Je la rejoignis, et nous trinquâmes nos deux petites bières qu’elle avait attrapées d’un mini-frigo situé à côté de la piscine. On se chamaillait doucement lorsque, coup du destin, son téléphone glissa de la poche arrière de son short et tomba avec un plouf aussi comique que dramatique dans la piscine. Accompagnée par son cri d’horreur, Laeticia se précipita dans la piscine, tandis que j’étais submergé par l’hilarité. Cependant, lorsqu’elle émergea, je remarquais que ses lèvres étaient subitement devenues bleues, et que ses tétons étaient complètement érigés, pointant sous un débardeur rendu quasi transparent par l’eau. Elle s’extirpa avec difficulté de l’eau, et se mit à frissonner sur son transat. Etonné par sa réaction, je plongeais une main dans l’eau avant de la ressortir tout aussi rapidement : elle était complètement gelée !


— J’ai oublié de changer le thermostat de la piscine, lorsque tu l’allumes, il se met automatiquement à vingt degrés, saloperie de Wish... elle grelotta.

— Allez princesse, viens par là, on va te changer, je lui proposais.


Faisant fi de ses protestations, je l’attrapai et la transportai dans la position du chevalier portant la princesse dans ses bras, ce qu’elle ne manqua pas de remarquer, ses bras autour de mon cou, alors que je pouvais sentir son cœur battre la chamade contre le mien. Une fois arrivés à la salle de bain, elle me demanda d’une toute petite voix si je pouvais aller lui chercher du change pendant qu’elle se séchait. Je cherchais son regard, mais elle semblait résolue à l’éviter. Je lui répondis donc par l’affirmative.


Arrivé dans sa chambre, et devant sa penderie, la signification de ce que je faisais me frappa. J’allais lui attraper du change. TOUT son change. Des pensées obscènes traversaient mes pensées alors que les tiroirs n’étaient pas encore ouverts, et c’est le gourdin lourd que je fis ma sélection. Une culotte noire, en dentelle, un soutien-gorge lui aussi noir, et lui aussi en dentelle, avec un grand t-shirt noir par dessus, que je devinais être son t-shirt de nuit, situé à côté de pyjamas.


Je lui apportai le tout après avoir replacé mon érection de manière plus discrète, essayant de porter l’expression la plus neutre possible sur mon visage. Je toquai à la porte de la salle de bain, et sans un mot, elle s’entrouvrit doucement, alors qu’une petite main réclamait ses affaires. Laeticia était nue, de l’autre côté de la porte. Mes yeux, attirés par la lumière, se fixèrent alors sur le reflet du corps de ma cousine dans le miroir que j’entrapercevais. De longues jambes blanches rasées, fines, mais musclées, un cul bombé et magnifique, des cuisses larges et des hanches indécentes se dandinaient devant mon regard écarquillé, presque à me narguer.


— Allez, donne, je me gèle moi ! Elle rechigna.

— Oui oui, tiens. Je m’empressais de lui donner, en complète panique. La porte se referma, et ne sachant pas où me mettre, je m’assis simplement dans le couloir. Le bruit d’un sèche-cheveux ne tarda pas à se faire entendre, et Laeticia ressortit de la salle de bain, soutif à la main.

— Ah, tu le mets pas ? Je demandai, perplexe.

— Bien sûr que non, t’as vu la chaleur qu’il fait ? Elle répondit du tac au tac, avant de rougir.

— Allez viens, on va se poser regarder un bon petit film là, elle enchaîna.


Elle balança négligemment son soutif propre dans sa chambre, avant que l’on ne retourne s’installer dans le salon. Je profitai qu’elle soit occupée à chercher un film pour vérifier l’heure : 23h33. Pour plus de confort, elle me demanda si je pouvais préparer du pop-corn pendant qu’elle cherchait un bon film à mettre. Une fois le pop-corn préparé, je m’installai dans le canapé, pop-corn coincé entre mes cuisses. Le film, pas très intéressant, n’empêchait pas vraiment ma cousine de dériver doucement vers le pays des rêves, et elle proposa, à moitié endormie :


— Attends, je vais le caster vers la télé de ma chambre, on va finir de le regarder là-bas.


J’acquiesçai, me débarrassant au passage du pop-corn vide depuis maintenant une trentaine de minutes. On s’installa alors dans son lit, moi le dos contre le dossier, tandis qu’au fur et à mesure des minutes, Laeticia dérivait doucement vers moi depuis son coussin. Bientôt, elle se retrouva complètement appuyée contre moi, et je passais mon bras droit autour de ses épaules pour l’immobiliser, avant de réajuster ma position. Je déposai un baiser sur son front, éteignis le film et la télé, et m’endormis le nez dans ses boucles dorées, me délectant de son parfum à nulle autre pareille.


---------------


Fin du premier chapitre. Salut, ici l’auteur ! Je voulais laisser un petit message à la fin de mon premier chapitre érotique écrit sur ce site (ou n’importe quel site d’ailleurs) pour vous demander de laisser des commentaires pour me donner un peu de retour sur ce que vous trouvez mauvais, améliorable, ou bien même juste bien réussi. Je suis complètement nouveau, donc la moindre critique, même un "bof bof" sera appréciée ! Le prochain chapitre rentrera un peu plus dans le nerf de l’action, même si je ne sais pas quand est-ce qu’il sortira. Affaire à suivre donc ! :D

Diffuse en direct !
Regarder son live