Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 43 183 fois
  • 361 J'aime
  • 17 Commentaires

Un accident pas si désagréable

Chapitre 1

De l'enfer au paradis

Inceste

Je me rappellerai toujours de cette chaude soirée d’été, il y a bien des années. A l’époque, j’avais dix huit ans. J’étais en première année de licence de lettre à Avignon, et je sortais avec une jolie fille de mon université. C’était ma première copine, j’étais totalement fou d’amour pour elle et je n’hésitais pas à faire le long trajet qui séparait nos deux maisons à vélo pour la voir presque tous les week-ends. Or, ce soir là, elle m’annonça qu’elle me quittait pour un autre mais qu’elle voulait bien qu’on reste ami. Je tentais vainement de la raisonner mais rien ni fit. Je rentrais donc chez moi à moitié en larme, sans faire le moins du monde attention à la circulation; et ce qui devait arriver arriva... Je faillis rentrer en collision avec une voiture qui tentait un dépassement risqué et pour l’éviter je dus faire un écart rapide qui me projeta violemment dans le caniveau. J’entendis un grand craquement et je perdis connaissance presque immédiatement.


Je me réveillais quelques heures plus tard à l’hôpital avec un mal de tête épouvantable. La première chose que je vis fut le visage inquiet de ma mère à mon chevet, puis mes yeux se posèrent sur mes bras en écharpe. Je m’étais cassé les deux bras ! Maman m’annonça les yeux rouges de larmes, que j’en avais pour de longues semaines avant de retrouver l’usage de mes membres et qu’elle avait décidé de poser un congé pour pouvoir s’occuper de moi à la maison. Mon père gagnait bien sa vie et on pouvait se passer du salaire d’infirmière de ma mère pour quelques mois. J’enrageais intérieurement, je venais de me faire larguer, j’étais atrocement handicapé et pour couronner le tout je n’allais même pas pouvoir en profiter pour sécher la fac puisqu’on était au début de la trêve estivale. J’étais sûr que ces vacances allaient être les pires de toute ma vie. Comme je me trompais !


Après quelques jours d’observation, l’hôpital accepta de me renvoyer chez moi sous la responsabilité de ma mère. Sa présence était la seule chose réconfortante pour moi dans cette épreuve car elle avait toujours été très douce avec moi et redoublait de gentillesse depuis l’accident. Elle était tellement heureuse que je m’en sois sorti sain et sauf qu’elle ne me fit même pas de reproche sur mon comportement dangereux à vélo, contrairement à mon père qui me passa le savon du siècle. Maman était ma confidente depuis que j’étais tout petit, je lui avais donc expliqué ma rupture avec ma copine et la peine que j’éprouvais. Elle en fut très triste, et n’en devint que plus protectrice et câline à mon endroit.


Les premiers jours furent d’un ennui terrible. Je passais mes journées devant la télévision ou à parler avec ma mère. Elle faisait ce qu’elle pouvait pour me distraire mais j’étais de plus en plus taciturne et ma rupture pesait encore lourdement sur mon humeur. Le plus terrible était ce handicap de tous les instants. Je ne pouvais rien faire par moi-même. Cela entraînait des situations très gênantes, notamment lorsque je devais aller aux toilettes : ma mère devait me torcher et tenir elle-même ma queue pour que je pisse et cela me faisait terriblement honte. En me voyant rougir comme une pivoine la première fois, elle dédramatisa la situation en disant :


— Tu sais, ce n’est pas la première fois que je vois ton zizi. Je l’ai lavé très souvent quand tu étais petit.

— Ça me fait honte, je n’y peux rien.


Il faut que je vous dise que ma mère, Christine, était à cette époque une femme de quarante deux ans très franche et très nature. Elle disait toujours ce qu’elle pensait et n’hésitait pas à parler avec moi de n’importe quel sujet. Tout cela me paraissais naturel à l’époque mais je me suis rendu compte depuis que nous avions des conversations vraiment très osées pour une mère et son fils. Lors de mes quinze ans par exemple, nous avions eu une grande discussion sur la sexualité car elle tenait à faire elle-même mon éducation sexuelle. Elle avait répondu franchement à toutes mes questions, en prenant même comme exemples certaines de ses expériences passées. C’est à ce moment que je m’étais rendu compte qu’avant de se ranger tranquillement avec mon père, maman avait eu une vie sexuelle très dissolue et avait multiplié les conquêtes masculines. Cela n’avait rien d’étonnant, car ma mère était une très belle femme.


Une magnifique chevelure brune et très bouclée encadrait parfaitement son visage fin et faisait ressortir ses yeux d’un vert profond. Sa peau mate, son corps mince et proportionné avec une poitrine de taille moyenne mais très ferme et son joli petit cul complétaient ce tableau idyllique. Plusieurs de mes potes m’avaient avoué la trouver canon et je dois dire que cela me rendait assez fier.


Au fur et à mesure que le temps passait, ma tension sexuelle ne faisait que croître. En effet, à l’époque j’étais accroc la branlette et j’avais l’habitude de me masturber plusieurs fois par jours. Or, depuis l’accident, je ne pouvais plus rien faire. C’est donc dans un état d’excitation extrême que je me rendis à la douche le matin du troisième jour. Ma mère avait retardé cet événement au maximum parce qu’elle se doutait que ce serrait très gênant pour moi. Néanmoins, je commençais vraiment à sentir le bouc et je ne pouvais plus y couper. Elle m’accompagna dans la petite salle de bain au rez-de-chaussée de notre maison et enferma mes deux plâtres dans des espèces de sacs en plastique conçus spécialement pour ne pas les mouiller. Elle retira alors ma ceinture et mon pantalon tomba sur mes chevilles. Cette situation me gênais beaucoup mais elle semblait plutôt l’amuser (évidemment, ce n’est pas elle qui se retrouvait à poil). Elle s’agenouilla devant moi et baissa mon slip.


Son visage était à quelques centimètres de mon sexe et je sentis son souffle sur mes couilles. Je priais le ciel pour ne pas avoir une involontaire érection, toujours à craindre pour les jeunes de mon âge. Elle se releva avec un sourire énigmatique et je la regardais dans les yeux, totalement pétrifié.


— Et bien, qu’est-ce que tu attends ? Rentre dans la baignoire.


Je m’exécutais aussitôt et je m’asseyais prudemment dans le tube. C’était un de ces modèles de baignoires minuscules avec une sorte de marche surélevée pour pouvoir s’asseoir: idéale dans mon cas. Je n’avais toujours pas prononcé un mot et j’étais vraiment très gêné par la situation. Cela n’avait pas échappé à ma mère qui souriait de plus belle.


— Ne soit pas si prude, je ne vais pas te manger ! En plus, je t’ai déjà vu tout nu des milliers de fois.

— Ça n’a rien à voir, je ne suis plus un enfant !


Elle saisit un gant de toilette et du savon, se mit à genou à coté de la baignoire, et commença le lavage par mes pieds et mes jambes. Elle était très douce et cela contribua à me détendre. En fait, au bout de quelques minutes, j’avais totalement oublié ma honte initiale et je profitais pleinement de ces sensations nouvelles. De l’eau jaillissait régulièrement de la baignoire et la tunique de ma mère ne tarda pas à être trempée elle aussi. Positionnée comme elle l’était, en dehors de la baignoire et penchée en avant, j’avais une vue imprenable sur son décolleté plongeant et cela me troubla quelque peu. Ses seins lourds dardaient à travers le tissu mouillé et bougeaient au rythme de ses frottements. La chaleur de l’eau, la douceur du savon et la délicatesse des mouvements de ma mère n’arrangeaient rien à la situation.


Je fis de mon mieux pour chasser ces images impures de ma tête et les mettais sur le compte de mon état de manque profond mais je sentais bien que mon sexe se réveillait peu à peu. Elle changea ensuite de position et vint légèrement derrière moi pour laver mon dos.


— Mon pauvre chéri, tu es tout tendu. Il faut que je te masse.


Elle commença alors un massage qui me fit un bien fou tout en me lavant le dos. Elle me fit ensuite un shampoing et me rinça abondamment pour enlever tout le savon barbouillant mon corps. Je pensais que c’était fini mais elle me retint fermement et me dit:


— Attend, il reste encore un endroit.

— On pourra le faire la prochaine fois maman.

— Écoute mon trésor, je sais bien que c’est un endroit sensible mais il faut le laver.


A cour d’argument, je la laissais faire. Sa main gantée s’approcha doucement de mes couilles et commença à en caresser la base, étalant le savon sur toute la surface. Elle abandonna bien vite le gant qui n’était pas très pratique et continua à me savonner. Cette sensation était incroyable, ma propre mère me caressait les couilles avec ses mains nues. Je sentis ma bite durcir rapidement. Je lui jetais un regard totalement perdu mais je me rendis compte qu’elle était entièrement concentrée sur ce qu’elle faisait. Soudain sa deuxième main pleine de savon vint saisir mon sexe et le décalotta. Ma bite devint instantanément dure comme du béton. Elle arrêta son mouvement et me regarda stupéfaite:


— Et bien, effectivement, tu n’es plus un enfant !

— Oh mon dieu maman, je suis désolé...j’ai tellement honte !

— Il ne faut pas mon chéri, c’est une réaction normale pour un jeune homme.

— Tu comprends, ça fait si longtemps que je n’ai pas...

— Mon pauvre chéri, je n’y avais pas pensé. A ton âge cela doit être une vraie torture de ne pas pouvoir te soulager.


Je remarquais que son regard était à nouveau posé sur mon sexe qui était plus tendu que jamais. Je décidais de tenter le tout pour le tout.


— Maman, il faut que tu m’aides !

— Voyons Rémi, je suis ta mère. Je ne peux quand même pas te masturber !

— Mais maman, ça me fait vraiment mal. J’ai l’impression que je vais exploser.


Elle semblait hésiter et j’en profitais pour rapprocher mon sexe de sa main en bougeant légèrement dans la baignoire. Son poignet entra en contact avec mon gland pendant une demi-seconde mais elle eu un léger mouvement de recul.


— Je ne sais pas si je peux faire ça…

— Je t’en prie, juste cette fois. Tu ne peux pas me laisser comme ça !

— Bon, d’accord. Je suis ta mère, c’est donc mon rôle de m’assurer que tu ailles bien. Mais tu dois me promettre de ne rien dire à personne.

— Promis maman. Ça restera entre nous.


Sa main se referma doucement sur mon sexe et elle commença un va et viens régulier. J’étais aux anges bien qu’un peu estomaqué : ma mère était en train de me masturber avec une application inouïe. C’était dix fois meilleur que mes séances en solitaire. Elle était très douée et semblait prendre son rôle au sérieux. Ses mouvements se firent plus précis et plus appuyés et je ne pus bientôt plus m’empêcher de respirer profondément et de pousser des petits gémissements.


— Oh oui...c’est bon maman...ne t’arrêtes pas.

— Je n’en reviens pas de faire ça ! Jamais je n’aurais pensé que tu avais tellement grandis…


Elle avait dit cela sur un ton très sérieux que je ne lui connaissais pas et je remarquais à nouveau qu’elle semblait hypnotisée par mon sexe en érection. Elle amplifia son mouvement de va et vient, et moi j’avançais le bassin pour que mon gland se découvre complètement. La sensation de sa peau douce allant et venant le long de mon chibre était indescriptible. Sa deuxième main vint me caresser doucement les couilles et je sentis la jouissance monter en moi. Elle due le remarquer elle aussi car elle accéléra alors la cadence de sa main douce le long de mon chibre. J’eu alors l’orgasme le plus violent de ma vie.


— Oh oui maman...Je viens !


Un long jet de foutre parti s’étaler le long du pommeau de douche et deux ou trois autres spasmes répandirent du sperme sur mes poils pubiens et mon ventre si bien qu’elle du me nettoyer à nouveau. Pendant de longues secondes, aucun mot ne fut échangé entre nous, mais nous savions tous les deux ce qui venait d’arriver. Je lui jetais un regard brûlant avant de la remercier :


— Merci beaucoup maman.

— N’oublie pas, tu ne dois rien dire à ton père.

— Ce sera notre secret.


Je sorti de la baignoire et l’embrassais alors sur la joue, conscient que ma bite à demi molle frottait un peu contre son pantalon moulant. Elle me sécha et me rhabilla sans un mot avant de disparaitre de la salle de bain.

Diffuse en direct !
Regarder son live