Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 031 fois
  • 37 J'aime
  • 0 Commentaire

Agnès-justine

Chapitre 1

Lesbienne

Agnès+Justine :

La lune éclaire à peine les arbres immenses qui longent la prairie. Les corps légers des demoiselles volent dans la nuit. Étendue sur le hamac, un bras glissant vers le bas, l’autre sur son sein, Agnès aime rêver à son plaisir. Son après midi, son chaud après midi reste encore dans sa chair. Ainsi elle s’est laissée séduire par une fille, celle d’ une copine en plus. La fraîcheur d’une encore ado de19 ans l’a conquise. Elle lui rappelle ses jeunes années, pourtant elle n’a que 40 ans, un âge de cougar dit-on. Les yeux de Justine brillent en la regardant.

Que lui veut-elle ? Agnès ne demande rien elle a fait l’amour tout à l’heure. Ses orgasmes pas encore oubliés lui ont donné tout le plaisir qu’elle désirait.

Les doigts de Justine se mélangent à ceux d’Agnès. Pourquoi ? L’autre main se pose sur la sienne. La douceur pénètre doucement. Elle réveille de lointains souvenirs quand elle avait à peine 18 ans, qu’elle cherchait encore sa voie. Elle avait cru la trouver avec une compagne pendant des vacances. Son premier véritable orgasme venait des lèvres d’une autre fille. Elle se souvenant qu’elle tenait la tête de son amante pour qu’elle ne la quitte pas. Un cousin lointain la prenait sans le lui demander : ce presque viol la faisait jouir. Depuis ces amours étaient exclusivement d’un autre sexe. Une queue est nécessaire pour jouir.

Et la voilà en proie à une tentation faite fille. Son sexe s’humidifiait pendant que Justine caressait sa main. Elle a totalement craquée quand la bouche de la gamine s’est posée sur la sienne. Les langues commençaient une samba infernale.

Agnès, vaincue se laisse convaincre d’aller bien au delà de son acceptation d’un baiser. Une main est sur un sein. Agnès pose sa main sur celle qui commence à la caresser. Du sein la main va plus bas, vers la chatte. Pourquoi résister quand on en a envie de ce genre de dérivatif , Reste que la main sur un vêtement n’a pas l’effet escompté. Elle descend encore sur le genou. Agnès écarte déjà les jambes. Justine sait ce qu’il faut qu’elle fasse. Ce n’est pas sa première fois avec une autre ; elle préfère les filles, le plaisir est plus fin, plus prolongé, plus délicat, même si elle ne refuse pas une belle bite.

La main arrive doucement sur le slip tendu. Justine ne force pas elle passe un doigt, juste un seul sous le vêtement. Toujours lentement, comme pour ne pas effaroucher sa compagne elle lui donne les premières caresses intimes. Agnès tend son pubis vers la main. En fermant les yeux elle se revoit il y a longtemps avec sa compagne. Les prémices du vrai plaisirs arrivent. Agnès accompagne la main sur elle. Et là, elle se laisse aller à des soupirs de plaisir, de plénitude.

Elle aurait pu refuser, se défiler. Sans véritable envie de refuser, elle continue à devancer les caresses.

Les jambes se serrent autour de la main qui le masturbe. Elle jouit. Justine s’allonge près d’elle. La chaleur des deux corps se mêle. La main revient sur Agnès. Elle se laisse faire mais en tenant la main pour remonter vers le bras et le corps de sa jeune amante. Les bras sont croisés quand Agnès touche le sexe de Justine. Les mains fourrées dans le sexe de la compagne elle se masturbent allègrement. C’est toujours Justine qui mène la débauche relative.

Deux doigts suffisent pour entrer dans la chatte. Agnès serre son vagin pour mieux sentir les aller-et-venues. Gourmande de l’autre Justine vient carrément sur Agnès : elle se couche sur elle, la tête vers le sexe, dans la position qu’elle adore en 69. Pour elle le nirvana c’est ça, sa langue dans le con d’une autre, cette autre avec sa langue dans son vagin.

La cyprine de Justine inonde la bouche d’Agnès. Elle se souvient maintenant du goût de sa première amante. Sa langue lèche avec plaisir une chatte. Agnès se laisse aller à ce qu’elle aime : ses doigts filent vers le cul proche. Ils entrent dans l’anus dilaté, près à une vrai sodomie que ne peuvent lui procurer les doigts d’une autre femme.

Elle aussi reçoit les doigts dans cet antre d’un autre plaisir qu’elle aime. C’est suffisant pour la faire jouir encore une fois. Cette fois, après l’orgasme qui aurait du calmer ses envies, elle se déchaîne sur le sexe de la compagne. C’est elle qui se met en 69 sur l’autre, qui lui mord les clitoris, qui l’’empale avec la langue surtout dans le cul.

Agnès prie les dieux antiques pour que son mari arrive. Qu’il se paie aussi le corps de cette fille. Qu’une fois au moins il baise quelqu’un d’autre devant elle. Le miracle a lieu quand il arrive la queue bandée. Un seul regard leur suffit pour sceller leur accord. Il va la faire cocue devant elle. L’après midi n’a pas éteint la bite.

Agnès monte sur le hamac, toujours nue. Son homme embrase Justine sur la bouche avant de lui prendre les tétons dans la bouche. Agnès veut qu’il baise. Lui ne demande que ça : un vagin autour de sa pine. Il s’y engouffre avec l’accord de l’amante. Elle passe ses jambes autour des hanches de son baiseur. Du haut du hamac, Agnès survole les amants. C’est la première fois qu’elle voit la queue de son mari quand il en baise une autre.

Sa main caresse le clitoris avant d’aller se ficher dans l’anus quand on mari encule son amante. Si elle pouvait elle caresserait les couilles pour qu’il donne plus de jus dans un autre sexe que le sien. En en voulant encore plus, elle passe toujours ses doigts dans le cul, passe les doigts de l’autre main directement dans le vagin : elle est ainsi remplie pour jouir.

Diffuse en direct !
Regarder son live