Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 26 018 fois
  • 48 J'aime
  • 1 Commentaire

L'agresseur

Chapitre 1

Hétéro

bonjour,je m’appelle melanie,j’ai 42 ans et suis mère d’un garçon qui se prenome mathieu.cette histoire s’est vraiment passée.

ce qui me pousse à l’ecrire sont les autres recits de ce site du meme style et puis cela me soulage un peu.

C’etait il y a 2 ans,debut mars,un lundi plus précisement, mon jour de repos.

la situation familiale est tres bonne,nous touchons de bon revenu qui font de nous des bourgeois moyen.

Pour me decrire je mesure 1m70 pour 65kg,cheveux chatain clair,yeux vert,de petit sein bien ferme et un joli petit cul.

Ce matin là,je fus debout à 9h reveillée par mon mari qui me demandait un service pour un de ses amis.Je me levai donc et alla chercher cette boite à outil dont l’ami de mon mari avait besoin.J’enfilai donc ma robe de chambre et filai vers le cabanon.En sortant j’aperçus les amis de mon fils qui l’attendaient devant leur voiture.

Mathieu sortit en meme temps que moi et me dis aurevoir d’un geste de la main,ces amis me mataient tous, je tourna la tete et entra dans le cabanon.Faut dire que la plupart de ces amis sont d’origine arabe.

Je trouva cette caisse et la ramena à la maison, aussitot je pris ma douche et fis ma toilette.Etant fin prete,( j’etais vetue d’une chemise unie beige avec un soutien gorge assorti, d’une jupe longue bleue marine sous laquelle je portais une legere petite culotte en dentelle et d’une paire de collant couleur chair), je me cantonna à de petite tache menagere(rangement,vaisselles....)

Franck ,l’ami de mon mari se pointa vers 10h venant prendre la caisse,il ne me fit pas long discours, il etait pressé.Bref la matinée s’ecoula et au environ de 14h la sonnette retentit , je n’attendais pourtant personne.J’ouvris la porte et decouvris un ami de mon fils, c’etait un arabe de 22 ans environ,1m75,cheveux noir,yeux noisette,assez costaud vetu d’un survet et d’un sweat,il me pretexta qu’il avait absolument besoin d’un livre qui se trouvait dans la chambre de mathieu.Je l’invita à entrer et le conduisit à la chambre ,il chercha et finit par le trouver.Je le reconnus à sa demarche car il attendait mon fils ce matin pres de la voiture.Il me dit que j’etais ravissante et je le remercia de suite du compliment qu’il venait de me faire.

En arrivant à ma hauteur, il me saississa par la taille et me dit qu’il avait envie de moi.Surprise dans un premier temps, je me suis reprise et lui distilla une bonne paire de claque.Il recula d’un bon metre la tete basse mais quand il la releva son regard me glaça le sang et ses paroles avec:

’je vais te baiser sale chienne’

Prise de panique je courrus vers ma chambre ou se trouvait un telephone,c’etait aussi la piece la plus près,claquant la porte derriere moi.Je composa immediatement le numero de la police mais entre temps la sotte que j’etais,avais omise de verrouiller la porte et il s’y engouffra comme une furie me depossedant du telephone et le jetant au sol puis il m’aggrippa et me balança violemment sur le lit,arrachant au passage quelques boutons de ma chemises,laissant entrevoir une partie de mon soutif.Il repartit en direction de la porte qu’il verrouilla à double tour.Dans le meme temps je m’etais extirper du lit et mise dans un coin de la piece en brandissant la lampe de chevet que j’avais prise au passage pour me defendre.Je le menaçais que s’il s’avisait de s’approcher, je n’hesiterais pas à le frapper.

Il rigola et lacha ces paroles si mes souvenirs sont bon:’alors on est farouche ma belle , je vais te sotter de toute façon alors soit cooperative et tout se passera pour le mieux et arretes de gueuler, je vais gagner du temps et tu pourras admirer ce qui t’attend.’

C’est vrai que mes cris ne servaient strictement à rien, la maison possede un double vitrage et quasiment tous les voisins travaillent.

Sur ces mots il commença à se deshabiller, retirant son sweat et t-shirt faisant admirer ses abdos de competition puis il enleva d’un trait son jogging et caleçon en meme temps les lançant vers moi d’un coup de pied.J’etais tetanisée, il etait à poil devant moi à 5m tout au plus et à la vue de son membre encore mou(cette queue etait bien plus grosse que toutes celle que j’avais cotoyer),je pensais à ce qui pourrait me faire subir s’il m’attrappait, je redoubla d’attention.

Une fois à poil il remarqua l’armoire sur le coté et fit coulisser la porte,il etait en train d’admirer la garde robe de mon mari et moi,il prit une paire de collant et se precipita dans la foulée sur moi.Je lui jeta la lampe mais le loupa.Il m’attrappa,me traina de force vers le lit et me plaqua sur le lit.Au bout de quelques minutes d’effort pour lui et moi de debattement,il reussissa à me lier mes deux mains dans le dos et me retourna face à lui.

Je l’implorais d’arreter mais il deboutonna rapidement ma chemise et arracha mon soutif.Quelle brute!!!

Il s’allongea sur moi pour avoir une meilleur position pour lecher mes seins.il les engloutissaient dans sa bouche,les mordillaient,malaxaient,suçaient mes tetons avec obstination.Pendant la lutte ma jupe s’etait retroussée à mi-cuisse et je sentais sa verge par intermittence.Elle grossissait de seconde en seconde, sans doute le fait qu’elle vienne se frotter entre mes deux cuisses gainées de collant, l’excitait à souhait.

Ayant consommer mes seins pendant de longue minutes,il se redressa et avança son penis sur ma tete.il bafouillait:

’maintenant tu vas me sucer salope de bourgeoise et vite’

Je ne voulais pas et tourna la tete sur le coté lui criant que je ne le ferais pas.Il me prit par les cheveux et me dirigea vers son penis en erection.

je criais tout d’abord parce qu’il me faisait mal et surtout pour ne pas le sucer.Me tenant par la tiniasse,il reussit avec son autre main à m’entrouvrir la bouche et m’enfonça son sexe tendu.Il imprima une cadence rapide m’empechant de respirer convenablement.

Je me rappellerais toujours du gout infecte de sa queue, j’avais envie de vomir entre chaque va et vien de sa queue sur ma langue et mon palais.Il ne mit pas longtemps à se decharger dans ma bouche vu son rythme effrené qu’il me soumettait,ces jets puissants emplissaient ma bouche et il ne retirait pas sa bite pour autant, je fus contrainte en avaler une bonne partie puis quand il se retira, je cracha tout ce que je n’avais pas avaler.Je me suis mise à pleurer de tout mon corps.

Quant à lui il s’affala sur moi sa tete dans mes seins,je sentais le peu de sperm qui restait sur son penis s’ecoulait sur mes collants.

IL se leva au bout de quelques minutes et se dirigea vers la fenetre, je l’observais,il regardais dehors le voisinage puis il s’assis par terre contre le mur et ferma les yeux,cela dura 5 minutes durant lesquelles je tenta de m’echapper en me faufilant jusqu’au bord du lit,me mise debout,pas evident avec mes mains liées et me dirigea doucement vers la porte, il s’etait probablement assoupi, c’etait ma chance.Arrivant devant la porte ,je me sui mise dos à elle et tatonner pour trouver la clé,des que je l’eue en main je la tourna le plus doucement possible, helas,le clic le reveilla et vint à toute allure vers moi et me ramena de force sur le lit.

ces propos en disait long sur ce qui m’attendait:’ou est ce que tu comptais aller salope j’en ai pas fini avec toi’

J’etais devenue hysterique, je criais mais en vain, je lui balança donc des coups de pieds mais il eut vite raison de moi en les ecartant et en s’y engouffrant.

Il s’allongea de nouveau sur moi et repris son lechage de sein sauf que là son dehanchement faisait frotter son sexe mou sur mes collants au niveau de ma chatte, il allait et repartait,la reaction ne se fit pas attendre, son penis repris sa taille monstrueuse.Il faufila une de ces mains sur mes cuisses et la caressa en douceur puis la deuxieme arriva mais celle ci me dechira les collants au niveau de ma chatte,ecarta ma petite culotte et vint tater le terrain.Il m’enfonça un doigt puis deux ,il preparait le terrain.

il se redresssa brusquement ,me retira vers lui et commença à avancer sa bite vers ma chatte.ses commentaires fuserent:

’tu te la rase salope ,je vais t’enfourcher’.

je repondis:’non noooon nooooooon je vous en prie’

Je remuais de toutes mes forces pour empecher cette penetration imminente mais d’un bras il bloqua tout mes mouvements et de l’autre approcha sa verge.Il s’amusa d’abord ,la tapotant ,la faisant glisser sur ma fente puis il me penetras d’un coup sec la rentrant jusqu’a la garde.

Mon cri transperça la piece ,c’etait un melanga de douleur et de jouissance à la fois.

il resta figé pour mieux observer sa soumission,moi je pleurais de plus belle,puis au bout de quelques secondes il entama mon limage d’abord lentement puis accelera la cadence.C’etait insoutenable ,il allait trop vite, je lachais de temps en temps des cris qui l’encourageait de plus belle.

Ces phrases etaient grossieres du type:’salope je te ramone ouuuhoooohhh je vais t’exploser la chatte et je vais te faire jouir meme si t’en a pas envie’

Il ne croyait pas si bien dire ,mon orgasme etait sur le point d’eclater et il eclata ,le sentant il se retira sans avoir joui et il bu tout le nectar qui s’en echappait.

il m’insulta:’salope t’a que ça à me donner,oh je te jures que tu va m’en donner d’autre ’et il me repenetras instantanement, reprenant son rythme soutenu.

Je commença à paniquer en sentant mon deuxieme orgasme arrivé, je ne voulais pas assouvir sa soif sexuel mais il explosa litteralement ,me deversant de long jets de sperm dans mon vagin,ilil continua à me limer mais il dut se retirer,il n’en pouvait plus lui aussi.

Il s’affala de tout son long sur moi et resta immobile de longue minute,il me susurait des mots incomprehensible.

Je reussis à me decaler sur le coté du lit ,lui roulant sur le dos et ne dis pas un mot.il tourna sa tete dans ma direction et me regarda fixement.Qu’allait il me faire subir? me demandais je à moi meme.

Cetait belle et bien fini,il se leva ,se rhabilla ,me menaça que si j’en parlais à quiconque je le regretterais,jacquiesa en pleure ,il me denoua mes mains et disparu.

je rangea tres vite la chambre ,la nettoya et jeta les affaires que je portais.Je dus par la suite avorter ,heureusement personne n’en su rien .

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder