Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 639 fois
  • 36 J'aime
  • 0 Commentaire

Aide ménagère

Chapitre 1

Hétéro

Lucien, mon mari et Marc, mon amant sont en voyage pour la semaine. Comme chaque semaine, ils travaillent ensemble. Je me trouve privé de bite et devant et derrière comme j’aime. Heureusement qu’ils ont pensé à m’acheter un bon gode. Je baise aussi une voisine, celle d’en face qui a des problème avec son mari. J’essai de rendre service à tout le quartier, surtout s’il s’agit de cul. La femme de Miguel, un voisin un peu plus lointain est hospitalisée. Il a besoin de moi pour sa lessive. Ha les hommes toujours godiches avec une machine à laver.

Je me prépare à aller chez lui: je le connais assez pour savoir qu’il est bien monté. Alors je me change, passe ma mini jupe en jean, et une chemise d’un de mes hommes que je noue sur le ventre juste sous les seins.

J’arrive chez Miguel, je le trouve en slip, sa main dedans qui semble finir ou commencer à se branler. Ma présence ne le dérange pas: sa main est toujours sur sa bite. Je vais rapidement à la cuisine, met le linge en route. Quand je reviens, sa main est toujours au même endroit, elle bouge même. C’est un drôle de coco.

Je m’assieds près de lui pour lui parler.

— Tu sais, j’aimerais que tu me fasse des choses.

— Qu’elles choses?

— Me baiser, m’enculer et me sucer.

— Tu as le feu au cul?

— Oui, toujours.

— C’est bon à savoir.

Je me lève, lève ma mini jupe jusqu’à la taille, j’écarte les jambes pour qu’il voit un peu de ma chatte. Il s’en approche et sortant sa langue me lèche le clitoris. Putain que c’est bon, le salop me fait jouir en moins d’¼ d’heure. Il est plus fort que Lucien, mon mari.

— Tu es une bête. Tu le fait à ta femme quand elle est là.

— Bien sur, son con est fait pour que je le fasse jouir comme ma bite est faite pour que je jouisse.

— Tu te branlais quand je suis venu.

— Oui et c’était drôlement bon.

— Tu as joui?

— Bien sur deux fois avant que tu arrive.

— Tu ne pourras pas m’enculer alors.

— Je te l’ai promis. Tiens d’abord je vais te baiser.

Je me couche, il vient sur moi, et enfin m’embrasse. Sa langue fait fondre la mienne. Je sens sa grosse bite qui cherche mon entrée. Je le guide un peu. Quand il connaît le chemin il entre très lentement. Je passe mes jambes sur ses reins, comme j’aime bien. Il est au fond de mon ventre. Je sens bien sa bite surtout quand il commence les va et vient. Bien sur j’accompagne toujours ce genre de gymnastique. Je ne sais comment, il me fait jouir plusieurs fois avec sa bite. Quand il estime que j’ai assez joui de ce coté, il me tourne me met en levrette.

J’ai juste le temps de me mouiller la pastille avec ma cyprine. Il est déjà en place pour le 2° round. Pourtant il est très délicat quand il commence à entrer. Je sens quand même vite ses couilles contre mes fesses. Le salop, il encule aussi bien qu’il baise. Moins bien quand même que Marc, mon amant. Je pose ma main sur le clitoris, il passe ses mains pour caresser mes deux seins. Je ne sais plus comment me mettre tellement je suis excitée.

Je pousse des cris de plaisirs. Il sait vachement bien sodomiser. Et ma main sur mon bouton ne fait qu’accentuer mon plaisir. Je jouis encore et encore. Lui ne jouit toujours pas. Il sort de mon cul, s’assied pour se branler devant moi. C’est toujours excitant de voir un homme se masturber. J’ai eu mon compte de plaisirs. Je me dévoue quand même, je prend sa bite dans la bouche, je le lèche sur toute sa longueur. Je passe une main derrière lui pour arriver sur son cul où j’entre sans rien demander. Je prend les couilles les unes après les autres pour les mettre dans la bouche. Je les lèche aussi. Enfin je revient avec ma langue seulement au début sur son gland. J’y trouve des goûts différents, certainement celui de ma chatte et de mon cul.

Le final arrive: je le prend le plus possible dans la bouche tout en le léchant. J’arrive à ce que je voulais: il jouit à longue giclées dans ma bouche. Son spermes est délicieux: je le déguste comme souvent avant de l’avaler.

Je suis sur le départ, la machine a fini, je lui demande de bien étendre le linge et m’en vais. Qui sait, sachant qu’il baise bien, je demanderai à mon mari et mon amant la permission de revenir baiser avec Miguel.

Diffuse en direct !
Regarder son live