Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 870 fois
  • 281 J'aime
  • 6 Commentaires

J’aide ma sœur à parfaire l’éducation sexuelle de son gendre

Chapitre 1

Tentation

Hétéro

J’aide ma sœur à parfaire l’éducation sexuelle de son gendre. 1

 

 

Ma nièce a 19 ans et vient de se pointer avec son petit ami, pas plus vieux qu’elle.

Je m’appelle Marina et j’ai 42 ans, divorcée,  et depuis notre séparation j’ai eu des aventures mais rien de sérieux et je suis un peu frustrée en ce moment de ce coté là. Je reçois donc chez moi pour quelques jours ma sœur Justine, avec sa fille Estelle et son « boy-friend » Kévin. C’est un jeune homme courtois et très effacé, même un peu trop à mon goût… Je suis plutôt pas mal et ne fais pas mon âge. J’ai la chance d’avoir gardé une silhouette fine, un ventre ferme et pas de poignées d’amour. Ma poitrine est plutôt menue ce qui lui a épargnée de tomber jusqu’à présent.

 

Hier, Estelle m’a prise comme confidente au sujet de Kévin :

-Tu sais, tata, je suis un peu frustrée avec lui. Avant moi il n’a connu aucune fille et ça se ressent quand nous nous retrouvons seuls, il est si inexpérimenté que, malgré son amour pour moi, il a de la difficulté à me contenter. Ce n’est pas que je soie une folle de sexe mais un peu plus d’entrain de sa part me comblerait. Surtout que sous son allure fluette se cache, euh…une belle bête, enfin…tu vois ce que je veux dire…

Que répondre à ça ? Il va falloir former son « Jules » petit à petit pour trouver son potentiel, en espérant qu’il en ait un, ce qui n’est pas dit… Pourtant, il n’a pas l’air pudique, ça fait déjà deux fois que je rentre dans la salle de bain dont il n’a pas fermé la porte pour profiter de mon jacuzzi.

 

J’attends la prochaine occasion et me glisse subrepticement à sa suite. Je le vois se dévêtir et entrer dans la baignoire qu’il a remplie et une mousse en recouvre la surface, il ne lésine pas sur les produits à sa disposition, le salaud. Je reste immobile, le regardant pendant qu’il entre dans l’eau.

J’ai le temps de le détailler. Il est mince, bien proportionné, et j’ai pu apercevoir au bas de son ventre une toison fournie qui entoure la base de son sexe. Il n’est pas en érection mais il me semble de bonne proportion, se terminant par un gland en partie découvert.

Kevin est maintenant complètement dans l’eau, détendu, la nuque posée sur le bord de la baignoire et les yeux fermés

J’essaie de me faire à cette idée qu’à côté de moi il y a le petit ami de ma nièce mais je suis troublée d’avoir à portée de main un « mâle » peut-être disponible à… Ce fait me rend encore plus sensible à cette virilité si proche. Vais-je franchir ce frein bien établi dans mon esprit à ne pas aller plus loin ?

J’hésite, mais pourtant…je  verrouille la porte car soudainement quelque chose s’est enclenchée en moi, comme une détermination farouche à laquelle je ne peux plus résister. Je prends mon masque de nuit, m’approche de lui et lui murmure :

-Chuuuuttttt ! Laisse-toi faire sans bouger.

Je ne sais pas s’il a réalisé que je ne suis pas Estelle mais il garde ses yeux fermés. Je lui passe le masque pour pouvoir agir en tout incognito. Je dénude mes jambes et les glisse dans la baignoire. La couche de mousse m’empêche de voir les détails de son corps. Je me penche, mes cuisses pressent ses oreilles, mes seins appuient sur sa tête pendant que ma main droite cherche sa cible sous la mousse, frôlant le haut de sa cuisse.

-Ooohhh,  beau morceau !

-Tu veux la toucher? (On dirait qu’il n’a pas reconnu ma voix).

-Huuummm! J’en meurs d’envie.

Il me prend la main et la pose directement sur son sexe mou. Devant moi apparait  le bout de sa verge, de taille impressionnante déjà au repos, ça me remplie d’un trouble que je m’efforce de réprimer en pensant que c’est le petit ami de ma nièce  qui me trouble comme ça. Machinalement, j’empoigne sa bite, et commence à la caresser. L’effet particulier de mon massage commence à produire son effet. Je suis consciente que je joue avec le feu avec lui et ne sais pas comment il va réagir quand il comprendra que ce n’est pas Estelle.

 

J’espère qu’elle ne va pas l’apprendre, et puis qu’est-ce que je fais de mal ? Je ne fais jamais que branler un gros sexe n’est-ce pas? Consciente d’avoir entre les doigts un merveilleux engin de plaisir.

— Ben dis-donc, qu’est-ce qu’il t’arrive, ça te fait de l’effet on dirait?

-Tu ne m’as pas habitué à ça, Estelle.

Je continue le massage de la belle protubérance qui émerge de la mousse. Après un moment d’indécision, Kévin se laisse  emporter par le plaisir qui le tenaille. Je veux aller plus loin.

Je sorts de la baignoire et me mets à genoux, me penche et ma main recherche ostensiblement le contact de cette virilité gonflée, j’enfourne son gland qui me remplit la bouche. Sa queue fait des soubresauts dans ma main. Je recommence à caresser ce gode vivant de belle taille, sa teub est vraiment magnifique.

-Je ne te connaissais pas si bonne suceuse, s’étonne Kévin en gémissant. Jamais tu ne m’as sucé comme ça !

Il est un peu surpris ce qui me fait penser qu’Estelle a elle aussi des choses à apprendre pour contenter un homme. Sa verge est douce, raide et sent le savon. J’ai l’impression que rien ne peut la faire plier. Je m’applique encore plus et pour voir s’il est si « timide » que veut me le faire croire Estelle.

 - Tais-toi ! Je lui réponds, interrompant brièvement ma fellation.

 Je prends sa main et la pose sur ma tête.  Kévin n’en revient pas  d’un tel comportement mais appuie fortement sa main dans mes cheveux, ravi du culot que prend « Estelle » pour une fois.

 Ma bouche gourmande avale petit à petit les centimètres de ce chibre orgueilleux et quand il donne des coups de reins, il me baise littéralement la bouche distendue.  Pendant plusieurs minutes, il n’y a que des bruits de succion et des encouragements de Kévin. Mais pris d’un doute, il retire le bandeau qui lui cachait les yeux et découvre la scène.

-Mais…  Ma…Marina… Que faîtes-vous ?

Je relève la tête et lui rétorque :

-D’après-toi… Si tu ne le sais pas, ta queue, elle, elle le sait très bien et elle a l’air d’apprécier, pas toi ?

-Ben…Euuuhhh…si, mais vous êtes la tante d’Estelle !

-Et alors !... Je ne sais pas m’y prendre ?

-Oh que si ! Vous êtes une vraie diablesse, je ne savais pas que ça pouvait être si bon, si Estelle pouvait faire pareille !...

-Je lui donnerai des leçons, mais laisse-moi finir mon cours, jeune homme.

Kévin donne des signes de faiblesse et je sens sa lance frémir et grossir encore plus annonçant l’épilogue de cet intermède. J’accélère mes mouvements et aspire le nœud turgescent qui palpite dans ma main, tel un étalon fougueux.

 - Oooohhhh oui je viens ! Je vais juter !

Un torrent de sperme envahit ma bouche, coule dans ma gorge que j’avale jusqu’à la dernière goutte.  

 - Estelle n’a jamais voulu avaler mon jus, putain que c’est bon de se vider dans une bouche accueillante !

Je m’applique à bien nettoyer son jonc, je lèche toute la longueur de la colonne de chair, ma main descend vers les couilles pour les pétrir pendant que ma langue nettoie et aspire le méat d’où perle une dernière goutte de jus. Kévin  est comme tétanisé par sa jouissance. 

 Je réalise ce que je viens de faire, me redresse et toute honteuse de ma hardiesse et d’avoir trahie ma nièce, je me rends de nouveau présentable et quitte la salle de bains.

 

Deux jours après, les rôles sont inversés, c’est moi qui suis dans la douche italienne, une simple cloison de verre fermant un coin de la salle d’eau, ouverte sur le jacuzzi. 

Je suis sous le jet de la douche, me savonnant les cheveux, les yeux fermés. Je sens un contact contre mon dos, qui me fait frissonner. Je suis dans un état de bien-être et de détente, me doutant de l’intrus. Des mains agiles détendent et réveillent mon corps à la fois en le savonnant. Ma volonté vacille, je ne veux pas penser que c’est le petit copain de ma nièce qui me fait cet effet là. Ses mains se posent sur mes épaules et m’attirent en arrière, mon dos épouse son torse. Il descend ses mains sur mes hanches et m’attire encore, sur le haut de mes fesses un contact  chaud et rigide, pointant vers le haut, je réalise aussitôt que c’est son sexe que je n’ai pas eu besoin, cette fois d’amener à l’érection qui s’appuie sur moi.

Ce contact m’électrise. Je cherche mollement à me dégager mais il me serre encore plus fort contre lui, sa verge appuyant plus fort contre mon dos me fait un effet terrible. Kévin ne pousse pas plus loin l’avantage et, les mains enduites de gel douche, il parcourt ma peau, remonte mon dos, arrive à mon cou avant de finir sur mes seins. J’adore cette sensation de douceur, ma peau est parcourue de frissons qui irradient tout mon corps. Je laisse ces ondes bienfaisantes me parcourir.

Ses mains me massent fermement et tendrement à la fois, quel délice ! Je soupir de bonheur.


-Ça va Marina? Tu apprécies? Me demande t il. Mais je n’y tiens plus, j’étais venu pour pisser et je n’y tiens plus, mais ça va être coton avec une érection pareille… Il va falloir que je débande !

-Oui, tu es très doué. Mais pourquoi veux-tu débander ? Tu n’as jamais essayé d’uriner  quand tu bandes ?

-Non !

 

A suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live