Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 512 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

J'aime mon travail parfois.. quand je la baise et quand je l'encule

Chapitre 1

Erotique

Je déteste souvent mon travail. Dehors il faisait noir. Il était assis seul dans son bureau avec des tests non corrigés. Il commençait à être fatigué et précisément lorsqu’il allait terminé sa journée, il entendit des pas dans le couloir. Il se leva et en même temps la porte s’ouvrit.


"Ah! Tu es encore là." Elle avait travaillé seulement quelques semaines. Il ne savait pas comment elle s’appelait. Elle était intérimaire, et il ne l’avait vue que très brièvement dans la salle des professeurs.

— Oui, j’ai quelques corrections à effectuer". Sa voix était cassée, comme s’il était resté silencieux depuis longtemps. J’ai oublié mon portefeuille, du reste nous nous sommes à peine salués. Je m’appelle Mia. Je m’appelle Bo, mais tout le monde dit Boss. Il m’a tendit la main comme on lui avait appris à le faire. Il prit sa main et il ne put s’empêcher de penser que sa main était très douce. Boss a eu récemment 45 ans et Mia n’avait pas encore 25 ans. Alors que Mia était à la recherche de son portefeuille, Boss réalisa qu’elle était incroyablement jolie. Elle portait des jeans serrés et possédait une belle paire de seins qui mettaient en valeur son torse dodu.

Mia était chaudement habillée et Boss n’avait pas remarqué ses courbes. Il a essayé de ne ne plus y penser, mais c’était trop tard.

Mia regardait dans les tiroirs du bureau et en se penchant, elle fit glisser son jeans taille basse. Boss put voir clairement qu’elle avait un string rose. Les strings n’étaient pas quelque chose d’inconnu pour Boss, sa femme en avait un, elle qui approchait de la cinquantaine.

"Vous fermez à clef, quand vous partez.

— Attendez, je ne sais pas quoi faire. Je ne veux pas déclencher l’alarme, dit Mia, lorsqu’elle eut retrouvé son portefeuille.

— Viens maintenant , nous partons. Je vais éteindre, dit Boss.


Il ouvrit la porte et laissa Mia partir. Il ne savait pas si c’était un coïncidence ou si Boss le faisait exprès, mais il heurta le sol et se retourna. Tous les devoirs non corrigés tombèrent. Mais ce n’était pas la seule chose qui était tombée, il y avait un dessin qui représentait une personne ressemblant à Boss. Il se faisait sucer la bite par une écolière qui avait des nattes. Sur le dessin au crayon, on pouvait lire la mention suivante :


"J’ai entendu dire que Boss a une pine monstrueuse. J’aime sucer les bites".


C’est fou ce que les enfants peuvent trouver, balbutia t-il. Le silence planait dans la salle. Lorsque Boss eut ramassé ses papiers, il s’en alla.

Virginia demanda : "Est il vrai que vous avez une bite énorme ?"

Mia n’avait plus de voix, le ton avait changé. Pendant qu’elle attendait une réponse, Mia fit un pas vers Boss qui respirait maintenant fortement. Elle était tout près de lui, le regarda dans le fond des yeux et posa sa main droite sur la cuisse de Boss. Il avait commencé à se raidir et la main de Mia lui avait fait ressentir une poussée d’adrénaline dans tout le corps. Elle laissa sa main et s’arrêta d’un coup. Elle eut une mine impressionnante, lorsqu’elle sut que la rumeur était confirmée.

"Ah! dit elle en souriant. C’est quelqu’un qui voudrait sortir !"

Sans que Boss ait pu réagir, elle s’agenouilla devant lui, défit sa ceinture et déboutonna sa braguette. Ses doigts travaillaient lestement, et bien que Boss sut que c’était mal, il ne pouvait pas se résoudre à dire non.

Mia était presque choquée lorsqu’elle vit tout le spectacle.

Boss était debout avec sa bite raide, que Mia n’avait jamais vue, ni reçue dans son con et dans son cul. Elle pencha la tête en arrière pour admirer sa belle bite. Elle ouvrit sa bouche et laissa glisser la longue verge de Boss dans sa gorge. Elle ferma ses lèvres sur le gland rouge et chaud, Boss gémit lorsqu’il se pencha en arrière, mais il ne pouvait pas se rappeler quand il avait eu le grand plaisir de mettre sa verge dans la bouche d’une femme. Mia a commencé à faire glisser la bite de Boss d’avant en arrière, et elle était incapable d’enfoncer plus profondément la pine adorée dans sa bouche sans avoir envie de vomir, et travaillait la bite délicatement avec sa langue. Elle léchait aussi fièvrement ses belles couilles. Mia a léché sa bite amoureusement et Boss était sur le point de juter dans ce réceptacle. Mia ôta son soutien-gorge et retira son jean. Seulement vêtue d’un string, Mia était assise à la grande table de conférence au milieu de la pièce. Elle fit signe à Boss de venir, ce qu’il fit docilement. Mia ressemblait à une vierge jolie et naïve. Boss voyait maintenant une croqueuse d’homme qui savait ce qu’elle voulait. Elle s’allongea sur le dos, les jambes en l’air. Lorsque Boss s’approcha, elle s’écria : "Lèche ma chatte maintenant."

Boss s’agenouilla. Il se leva et enleva la culotte de Mia. Sa chatte était rasée. Il avait vu ce genre de chatte dans des films qu’il voyait tard dans la nuit. .

"Lèche la maintenant !"

Il passa soigneusement sa langue sur la masse de chair. De façon inattendue, Mia prit Boss par le cou et avec force dirigea sa chatte vers son visage. Boss était à bout de souffle, mais il ne se plaignait pas.

La chatte de Mia avait un goût salé, mais elle était fraîche. La langue de Boss montait et descendait dans la fissure de plus en plus vite. Mia gémissait davantage. Elle aimait, il en jouissait. En même temps que sa langue fouillait plus profondément dans sa grotte de chair, il branlait sa bite gorgée de sang.

"Lèche mon trou du cul !"

Boss était choqué par la vulgarité de Mia, mais il fit ce qu’elle lui demandait. Il ne l’avait jamais fait, cependant il était excité par ce qu’il avait vu à la télévision. Il faisait glisser sa langue de la chatte au trou du cul de Mia.

Une fois arrivé au niveau du trou, il s’arrêta et taquina Mia en effleurant légèrement son anus. Mia gémit et Boss enfonça sa langue tant qu’il put dans son trou du cul bien chaud. C’était bon de lécher un cul qui est bien chaud.

Mia gémit et Boss léchait comme un fou ce canal d’amour et il jouissait autant que Mia. De sa propre initiative, il introduisit son index dans le trou à merde de Mia et quand il appuyait un peu, son doigt glissait à l’intérieur de la cavité anale si douce. Il s’est arrêté lorsque la première phalange atteint l’étroite prison d’amour. "Plus loin, plus loin dans le petit trou de mon cul, s’il te plait, demanda Mia "ça me fait si bon, si bon."

Boss enfonça son doigt le plus loin possible dans son pot à miel. Mia soupirait de plus en plus fort.

"Je veux que tu me baises." murmura t-elle.

Elle s’assit, si bien que la bite de Boss sortit de son trou du cul. Elle prit sa main et l’enfonça dans sa bouche comme une affamé. C’était naturellement exquis de recevoir en bouche sa bite que venait de son trou à merde brûlant… La bite de Boss était maintenant énorme. Il tira Mia pour la rapprocher de la table. Il la baissa et dirigea sa queue près de son minou. Sans la prévenir il fourra sa bite gigantesque dans le fond de sa partenaire. Elle se mit à trembler à mesure que Boss accélérait ses coups de pine dans son écrin étroit et chaud. Sa bite entrait et sortait de sa chatoune et Mia soupirait de plus en plus fort. Elle jurait et criait, ce qui excitait Boss.

"Baise moi avec ta putain de bite, baise moi fort avec ta grosse pine."

Boss regardait sa grosse verge qui entrait en sortait de sa foune, et le jus de son con coulait sur ses cuisses. Il s’arrêta et sortit sa bite qui brillait à la lumière de la lampe de bureau, puis il saisit Mia par les bras et il la força à se pencher sur la table. Il écarta ses fesses pour permettre à sa queue de rentrer dans son con, il enfonça sa bite violemment et accéléra la fréquence des ses coups de pine, baisant ainsi Mia de façon tout à fait convenable. Elle était très excitée et elle se mit à trembler et à hurler :

"Je jouis, je jouis !"

Elle s’arracha de la bite de Boss. Il ne la laissa pas se redresser et enterra son pouce gauche dans son trou du cul, et il enfonça sa pine le plus loin possible dans son minou. Mia était calme, mais épuisée.

Boss en voulait encore plus et une fois de plus il se jeta sur elle, il la mit sur le dos, lui écarta les jambes. Il mit un oreiller sous son derrière, afin de pouvoir pénétrer le petit trou de son cul plus facilement. Mia n’avait pas encore récupéré, après avoir joui intensément, mais elle ne dit rien lorsque Boss pointa sa pine contre son anus, quand elle sentit la pointe de la verge sur son petit trou du cul, elle se réveilla.

"Je n’ai jamais fait ça, je ne veux pas."

Boss n’était pas peu fier de sa virilité, il a craché sur sa bite et sur le trou du cul de Mia. Elle gémissait au début, il poussa son gland dans l’ouverture étroite du cul de Mia. Une fois que la pointe de sa pine est entrée dans son trou du cul. Il força le trou, le dilata et glissa lentement dedans. Il regarda Mia ; il voulait voir son expression. Elle avait l’air terrifiée au début, puis petit à petit elle se sentit mieux. Il a commencé un mouvement de va et vient faisant sortir sa verge du cul adoré pour la rentrer de nouveau délicatement dans le conduit interdit qu’il parcourait avec amour. Son trou du cul était extrêmement étroit. C’était merveilleux pour Boss de glisser sa bite dans cette petite grotte. Boss voulait rester dans le trou du cul de Mia toute la nuit et pénétrer ce trou du cul de 25 ans, le trou du cul de Mia pendant des heures.

Il regarda Mia tout le temps. Il sortit sa bite de son cul et cria qu’il avait déchargé une quantité incroyable de foutre dans les intestins de Mia.

Elle avala goulûment la succulente liqueur d’amour, et ne semblait pas s’inquiéter d’avoir du sperme sur le menton et dans les cheveux. Elle repris le pénis de Boss dans sa bouche en feu et le nettoya. Elle regarda Boss qui ne bougeait plus et lui sourit.

"J’aime vraiment mon travail parfois", a ironisé Boss.

Diffuse en direct !
Regarder son live