Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 072 fois
  • 88 J'aime
  • 7 Commentaires

J'aimerais retrouver ton baiser volé

Chapitre 1

Lesbienne

Nous marchons dans les rues nocturnes, sans avoir peur des mauvaises rencontres. Nos robes de soirée s’envolent. Cet air frais de la nuit parisienne glisse sur nos culottes humides. Je frissonne, nos pas s’arrêtent devant la tour Eiffel. Ta main innocente empoigne l’une de mes fesses. Notre marche est décidée, mais mes yeux observent tout. Des regards envieux sur nos robes qui semblent vouloir s’envoler dans la capitale. Ton visage se tourne vers le mien, tu m’embrasses. Nos langues s’entremêlent tes doigts fins jouent avec ma robe. Tu manques de dévoiler un de mes seins, la bienséance me rhabille en un battement de cil.


Ton visage devient rose, tes yeux sont pétillants de malice alors que nous reprenons la route. Tes pas te mènent à quelques mètres de moi, je te vois danser. Alors que tu veux traverser la grande rue, tu manques de trébucher. Je te rattrape in-extremis, ta main passe derrière ma tête et tu m’embrasses à pleine bouche.


— Patience mon amour.


Dis-je en chuchotant à ton oreille. Nous arrivons enfin à notre appartement, j’ouvre la porte et tu me sautes dessus. Telle une lionne, tu me déshabilles; j’ai juste le temps de reprendre conscience et de fermer la porte de notre doux logis, que tu me prends le poignet et me jettes sur notre lit. Ma robe remonte jusqu’au ventre, ma culotte n’a pas atteint la moitié de mes cuisses que ta bouche dévore ma toison.


Deux de tes doigts entrent dans mon sexe, tu lèves ton regard sur moi. Puis, d’un geste brusque tu dénudes ma poitrine. Je te souris, j’aime quand tu es dure avec moi. Tu le sais, j’aime cette sensation électrisante de n’être plus que l’objet de tes désirs. Ton visage se penche sur mes seins, tes dents mordillent les tétons. Ces derniers sont semblables à deux cerises avec ce froid. Quand j’ouvre à nouveau les yeux, tu es là, au-dessus de moi ; ta culotte se pose sur ma bouche. Je te lèche à travers le tissu, bientôt tes doigts écartent l’ultime vêtement et j’embrasse, lèche ton fruit intime. Tu te redresses et dans un soixante-neuf frénétique, nos langues et nos doigts visitent cette intimité connue.


Nous jouissons de concert, ton miel intime inonde mon visage. Qu’il est délicieux! Tu viens te coller contre moi, tes seins nus contre mon bras, ton bassin collé à ma cuisse. Je souris sous tes multiples baisers, sur mes lèvres, mes joues, mon menton…


— Merci… Merci, tu es magnifique. Tu me chuchotes à l’oreille.


Puis tu t’endors, nue, dans mes bras. Ma douce et tendre amante, que tu es mignonne quand tu es dans les bras de Morphée. Je laisse le temps filer, comptant chacun de tes battements de cœur que je sens contre ma peau dénudée.


Je m’enferme dans la douche, laissant l’eau chaude couler sur ma peau. La brume de l’érotisme finit par me quitter. Je me sèche, enfile une nouvelle tenue et pars à la cuisine. Quelle chance d’avoir trouvé ce petit appartement, colocataires pour les autres, mais amantes pour nous. Avec mon portable, je fais une playlist de nos musiques favorites et prépare le petit déjeuner. J’entends un bruit, tu viens t’asseoir les yeux embrumés de sommeil. Tu souris quand je te vole un baiser avant d’éteindre la musique. La décence du réveil t’a revêtue d’un t-shirt et d’une culotte, que je parie être la mienne!


Tu bois ton café, reprenant vie. Avant de me dire :


— Tu prévois quoi ce week-end?

— Aucune idée, j’ai fini tous mes devoirs pour l’université, donc je vais voir. Et toi?

— Pareil.


Tu rentres dans la salle de bain, tu te déshabilles pour aller dans la douche. Tu as laissé, bien sûr, la porte ouverte sciemment pour que je puisse tout voir. Un coup d’œil dans ma direction, tu me vois approcher et entrer dans la douche avec toi, après avoir pris le temps de retirer le peu de vêtements que je porte. Ta peau nue se colle à la mienne, ma respiration s’accélère. Je sens mes joues rougir de timidité. Avant de faire la moue devant ton regard moqueur.


— Arrête de te comporter comme une enfant. Dis-tu en effleurant mon nez de ton doigt.

— Je ne…


Tu t’écartes un peu avant de m’embrasser. Je manque plusieurs fois de glisser, mais tu me rattrapes. La prudence nous demande de sortir.


Nous nous séchons mutuellement, tes mains s’attardent sur mes fesses, ma poitrine. De nouveau l’air est rempli d’un érotisme palpable. Ton doigt glisse entre mes lèvres intimes avant de remonter jusqu’à ma bouche. Ma langue léchant tes phalanges. Tu les embrasses à ton tour avant que nos langues dansent ensemble. L’heure nous rappelle à l’ordre et nous nous habillons.


Le soir nous rentrons en sueur car l’après-midi nous sommes parties faire du sport. Et surtout jouer à séduire le maximum de personnes. Nous buvons chacune un grand verre d’eau et face à face à table nous nous dévorons du regard. Mes yeux s’égarent sur ta brassière qui dévoile outrageusement ta poitrine. J’aime voir la sueur couler sur ta peau nue.


— J’ai une tache ?


Ta remarque me fait sursauter. Je rougis en me levant, je prépare notre dîner, cette fois-ci c’est ton regard qui se balade. Dos à toi, mes fesses enfermées dans mon legging te font de l’effet. Je joue avec toi, accentue les mouvements, mets en valeurs mes courbes. Mes mains préparent la salade composée quand tes paumes enserrent ma taille et que tu chuchotes.


— Arrête de jouer de tes charmes sur moi.

— Je sais que tu aimes cela. Dis-je en souriant.

— Je vais te punir alors.


Tes mains enserrent ma taille, glissent dans mon legging. Une d’elles caresse mon ventre nu, effleure ma poitrine. Puis passe sur elle à travers le vêtement. Tu baisses mon pantalon, me voilà fesses nues ! Je reste ainsi continuant de préparer notre repas jusqu’à la fin. L’un de tes doigts passe entre mes fesses, tes doigts bientôt remplacés par ta langue. Je me mords les lèvres, pose mes mains sur la table, mon souffle se fait plus lent pour sentir pleinement ta langue jouer avec mon petit trou. Tu continues ainsi jusqu’à ma jouissance, ta main prend la mienne et me voilà face à toi. Nos regards se croisent alors que nous reprenons notre souffle.

Diffuse en direct !
Regarder son live