Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 526 fois
  • 48 J'aime
  • 1 Commentaire

Alexia, premiers pas dans le monde de la perversion

Chapitre 6

Mon triolisme multirôles

Travesti / Trans

Après ma soirée avec Nicolas et Alban, je me disais que la complicité marchait bien à plusieurs et les ai chacun revu séparément, Alban avait souhaité jouir dans ma bouche et Nicolas était à nouveau partant pour éjaculer dans ma lingerie avant de me rhabiller. J’avais mis cette fois-là un petit string noir et des bas chair et en repartant, me suis retrouvée avec son sperme sur mon siège de voiture. Damn...



Cependant, d’autres envies me travaillaient. J’ai également ma part masculine et coucher avec une femme me procure également beaucoup de plaisir. Depuis quelques semaines, je me suis inscrite sur un site de rencontres libertin et ai rapidement eu l’idée de privilégier des contacts avec les couples en vue d’un petit trio.



Certains couples se détachaient des autres par une affinité et un partage de nos envies communes, mon choix s’est vite porté sur Mickael et Amandine, jeune couple d’à peu près mon âge vivant dans le département voisin. Amandine était autant attirée que Mickael par mon côté travesti et me voulait autant passive qu’active avec elle. Mickael quant à lui n’arrête pas de m’imaginer avec Amandine avant de me prendre. Ils ont tous les deux beaucoup de plaisir dans les sex toys et sont intrigués par ma fuck machine qu’Amandine voudrait également essayer.



Amandine a investi dans un gode ceinture de taille respectable en vue de notre soirée, et j’ai de mon côté investi dans un petit système disposant d’une assise et de sangles fixées à l’avant de l’appareil pour être calée à quatre pattes devant, sans pouvoir vraiment bouger le bassin.



Cette soirée s’annonce extrêmement chaude et je me demande comment m’habiller. D’un commun accord avec Amandine, c’est Mickael qui va décider pour nous et nous lui proposons plusieurs options.



Il décide qu’Amandine sera en lingerie noire (corset avec un magnifique laçage, porte-jarretelles et bas noirs transparents mettant en valeur un magnifique tatouage sur la cuisse, ainsi qu’un string fendu). Au-dessus, elle n’ajoute qu’une minijupe en cuir noir et des talons très hauts de 12 centimètres aiguille, comme jamais vu.



Pour moi, il veut du rouge et une guêpière, j’ajoute un tanga rouge et des bas chair avec un liseré rouge, des talons rouges un peu moins hauts de 10 ou 11 centimètres. Bien sûr devant sortir en voiture, j’enfile par-dessus une mini-robe blanche et n’oublie pas mon traditionnel plug en verre qui glisse avec plaisir dans mon antre.



Nous voilà prêts, je charge la voiture des sacs et prends la route vers 20H. Espérant ne pas croiser de contrôle routier.



Arrivée vers 21H devant leur maison, Mickael sort m’accueillir et m’aider à prendre les sacs. Il est habillé d’un pantalon bleu foncé et d’une chemise blanche à moitié boutonnée, il est assez corpulent et je sais déjà qu’il est également bien monté. Son allée est pleine de gravillons et je marche minutieusement avec mes talons pour ne pas chuter minablement. Mickael s’amuse de mon allure de tortue. Amandine m’attend dans l’entrée et nous nous souhaitons le bonsoir. Je comprends un peu mieux l’amusement de Mickael, Amandine a déjà une coupe de champagne à la main et ça ne doit pas être sa première à la vue de ses petits rires incessants. Je note également qu’ils ne m’ont pas attendue pour s’amuser, car une queue de lapin se distingue sous la minijupe d’Amandine et je comprends qu’il s’agit d’un plug.



J’en profite d’un petit trait d’humour envers Amandine :


— Je crois bien que nos 2 postérieurs sont déjà prêts à accueillir Mickael.

— Pas que Mickael, me répond-elle en me faisant un clin d’œil.



Je confirme en rigolant légèrement.


— Mickael, je propose de monter maintenant ma machine au complet pour qu’elle soit prête selon les envies ?

— Oui on peut l’installer là sur le tapis.

— Tu veux que je t’aide ?

— Ça ira plus vite oui.



En 10mn, tout est monté, branché et Amandine ne peut s’empêcher de commenter entre deux gorgées de champagne :


— Oulala c’est presque impressionnant avec l’assise devant.

— C’est pour notre plaisir, je lui réponds.



Mickael en profite pour jouer le macho de soirée :


— Les filles, je vous laisse préparer l’apéro, je vous attends dans le canapé.

— D’accord !

— Viens Alexia, suis-moi.



Je choisis d’enlever vite fait la robe pour n’être plus qu’en lingerie, et voir la réaction de mes hôtes.


— Ahah quel cul, dit Mickael.

— Presque jalouse de son cul, mais aussi envie de sa bite, précise Amandine.



C’est étrange et nouveau pour moi, Alexia, qu’on désire mon sexe et que je désire m’en servir. Amandine et moi arrivons dans la cuisine, elle me propose de préparer des mojitos pour tout le monde et je m’occupe de l’apéritif, charcuterie, j’amène les plats sur la table basse en dandinant du cul et me baissant sans plier les genoux, je vois du coin de l’œil Mickael qui me regarde et se caresse le sexe à travers son pantalon.



De retour dans la cuisine américaine, Amandine m’attrape la main et me propose de s’embrasser devant Mickael qui ne perd pas une miette de ce spectacle :


— Alors les filles ! Vous pourriez m’attendre.



Nous rigolons et revenons dans le salon avec les verres et attaquons l’apéritif. Il se déroule de manière plus simple et nous discutions de tout et de rien, de nos aventures sexuelles. Subitement, Amandine se lève et va embrasser son mari en mettant la main à son sexe, Mickael de suite commence à lui caresser les fesses et sa queue de lapin toujours présente sous la jupette en cuir. Amandine commence à dégrafer la ceinture et le pantalon de Mickael et se retourne vers moi :


— Tu veux la sucer ?

— Allez !



Je m’empresse de les rejoindre et m’agenouille devant Mickael qui nous regarde de manière très lubrique avec un petit sourire. Il a déjà une belle érection et je commence à la caresser et lécher avant d’entamer rapidement un bon pompage de queue.



Mickael est bien monté, son sexe est plutôt long, 16 ou 17 centimètres, fin au début, mais très large au milieu. Son gland est complètement décalotté et je peux jouer avec ma langue le long de son frein. Je vois la main de Mickael qui se glisse entre les jambes d’Amandine qui reste à genoux sur le canapé et je l’entends soupirer. Je m’attèle à pratiquer la meilleure de mes fellations à Mickael qui me caresse en même temps de son autre main. Il semble tel un pacha, maître de maison, en train de profiter de 2 nanas rien que pour lui et nous parle :


— Alexia, continue de me sucer, allongée sur le canapé, je veux voir Amandine te sucer en même temps.



Je m’exécute, aimant considérer être la soumise aux désirs de mon mâle, il n’est jamais question de refuser une demande. Amandine ni une ni deux glisse sa main et sort de mon tanga mon sexe qu’à moitié droit, ses quelques coups de langue ont vite fait de me faire bander totalement alors que je continue de sucer consciencieusement Mickael. Je suis partagée entre les plaisirs de la fellation d’Amandine et ma propre concentration sur la bite de Mickael et ne peux m’empêcher de gémir :


— Elle prend son pied cette cochonne, dit-il entre 2 gémissements. Allez les filles, je vous laisse un peu jouer à deux.

— Ah oui bonne idée, viens me lécher en même temps, Alexia, je me mets sur toi !

— Oui oui, carrément.



Je m’allonge donc sur le canapé, Amandine dans l’autre sens et nous entamons un 69 devant Mickael qui se lève et va dans la chambre. Il revient vite avec plusieurs accessoires : deux godes, un double gode, un vibromasseur et le fameux gode ceinture. Il sort également mon plug tunnel, mon collier de boules anales et mon plug gonflant de mon sac resté dans le salon. Il étale tout sur la table basse et d’un regard amusé, nous dit :


— Amusez-vous les filles, je profite du spectacle.

— Amandine, tu veux commencer par quoi ?

— Prends ce gode-là et gode-moi, je continue de te sucer.



J’attrape le gode indiqué, de taille normale, et commence à goder le sexe d’Amandine qui n’a certainement pas besoin de lubrifiant. La concentration est parfois difficile avec la fellation d’Amandine qui n’en finit plus, encore moins quand elle décide de jouer à mettre et enlever mon plug en même temps :


— On dirait vraiment deux chiennes !! s’esclaffe Mickael en se branlant.

— C’est le début chéri, viens Alexia, mets-toi à quatre pattes.

— Tu veux faire quoi ?

— Je vais te goder un peu aussi.

— Avec plaisir.


Et voilà comment je me retrouve avec Amandine en train de me goder le cul entre deux coups de langue, le gode est d’un format plus petit que le sexe de Mickael, qui, en bon vicieux, vient deux minutes me mettre sa queue dans ma bouche pour faire taire mes gémissements :


— Tu pourrais prendre du plaisir en silence, Alexia, voyons.

— MMMM... oui ... MMMM.

— Amandine ?

— Oui Alexia ?

— Je peux te goder aussi le cul si tu veux ?

— Je veux bien essayer ton plug gonflable plutôt.

— OK.



Amandine se mets donc à quatre pattes pendant que je lui enfile le plug et commence à pomper, trois-quatre fois. Amandine gémit à chaque pression :


— Putain t’as raison, c’est bon, je veux le même chéri, continue Amandine.



Cinquième fois, sixième fois :


— Mmmmm, vas-y, sors-le.



Je le sors lentement, le cul d’Amandine reste légèrement entrouvert :


— Recommence, on fait dix fois.



Je recommence, Mickael vient se faire sucer en même temps. Neuf fois, dix fois, à chaque pression, ce petit gémissement, je sais ce qu’elle vit et je la jalouse. Mickael est envieux et demande à me le faire également. J’aime toujours autant la sensation procurée, sentir gonfler ce plug en soi puis le sentir sortir en m’ouvrant bien la rondelle est toujours tellement jouissif. Nous avons joué ainsi et avons fait chacune jusque seize fois. A chaque fois, Mickael décidait de se faire sucer en même temps.



Puis Amandine et moi avons décidé de tenter son double gode, cul à cul, dans nos culs... Nous en profitons pour gémir en regardant Mickael. Nous en rajoutons, ondulons, j’attrape également un gode et commence à le sucer en même temps et Mickael nous traite rapidement de “chiennes en chaleur” :


— Exactement, dis-toi que tu vas pouvoir nous baiser autant que tu veux chéri.

— Alexia, tu devrais montrer à amandine ce que fait ta machine.

— D’accord, je m’installe moi ou elle ?

— Vas-y en premier Alexia.



Je me mets donc à quatre pattes, le bassin et les cuisses appuyés sur le dossier, et Mickael vient m’attacher les mains et pieds, je suis déjà extrêmement excitée par tous ces préliminaires et je me dis que mon cul ne risque plus grand-chose, étant déjà bien ouvert par nos jeux saphiques :


— Tiens, prends la commande, suffit de tourner pour accélérer ou ralentir, mais tu peux mettre du lubrifiant aussi hein.

— J’ai une autre idée, Amandine, prends-toi la commande.



Mickael se présente à genoux devant ma tête et veut que je le suce encore, ma bouche n’est pas grande et ma mâchoire commence à râler de la présence d’un si beau chibre. J’accepte cependant avec un sourire en coin tout en sentant Amandine mettre le gland devant mon trou. A peine ai-je le temps de commencer ma fellation qu’Amandine lance l’appareil à bonne vitesse sans prévenir. Le gode rentre en moi d’un coup et je gémis, partagée entre un éclair de douleur et un sentiment d’ivresse, chose compliquée quand on suce goulûment une bite.


— Oups, pardon, je ralentis.

— MMM ... oui ... comme... MMM ... ça.

— Amandine calme ne nous l’abîme pas.


En effet, coincée sur l’appareil, mon bassin ne peut bouger et m’oblige à subir les assauts de l’appareil qui me lime le cul durant cinq bonnes minutes pendant que Mickael, assez autoritairement, me tient la tête et essaye de rentrer sa queue le plus possible dans ma bouche. Je me rends compte que je suis littéralement soumise, à Amandine en train de jouer à me pilonner les fesses, et à Mickael en train de me baiser la bouche. Aucun de mes muscles ne bouge, je suis totalement avachie sur la machine. Mickael sonne enfin le clap de fin et interpelle Amandine :


— Allez chérie, c’est à ton tour.

— Oui oui je veux bien.

— Mais directement dans le cul aussi hein ! réclame-t-elle.


C’est moi qui l’attache et, prise d’une petite vengeance du démarrage de l’appareil un peu violent qu’elle m’a fait subir, j’en profite pour changer le gode sur l’appareil sans lui dire, j’installe son gros gode qui est plus épais que le mien, voire même plus que le sexe de Mickael, un beau gode de black. Je regarde Mickael qui sourit, me voyant faire, ne dit rien et m’enlève la commande des mains :


— Amandine, tu vas sucer Alexia en même temps aussi.

— Viens Alexia.


Je présente alors mon sexe devant la bouche d’Amandine, elle ne peut forcément pas bouger, entravée sur l’appareil, et je comprends mieux pourquoi Mickael me faisait subir des va-et-vient dans la bouche, impossible autrement. Mickael lance l’appareil lentement et Amandine grommelle, ma queue dans sa bouche, je recule :


— Oh putain putain putain...

— Ça va chérie ?

— Non, mais c’est l’autre gode que t’as mis ?

— Ahah non, c’est Alexia.

— Connasse !!! Allez continue chérie, mais putain quoi, vous avez décidé de me défoncer là ! Fait chier !!


Mickael commence à jouer avec les rythmes de l’appareil et j’entends Amandine couiner comme pas possible. Du moins du mieux qu’elle peut, mon gland dans sa bouche. Finalement, je compatis à sa situation d’objet sexuel et décide d’aller m’occuper du sexe de Mickael en léchant frénétiquement son membre. Amandine s’exprime pleinement :


— Putain, mais j’en peux plus de ça... Mon cul... Oh putain... Défoncée... vas-y vas-y... Ahhhhhh.


Après quelques minutes, Amandine demande son compte :


— Chéri, arrête, je veux que tu me baises !



Mickael est d’accord et nous détachons Amandine, ils se dirigent tous deux sur le canapé, Amandine s’assied, lève les jambes, les pose sur les épaules de Mickael, à genoux devant le canapé, et il commence à lui baiser le minou sans ménagements dans des échanges de gémissements et cris :


— Putain vas-y oui oui... Encore... Encore... Vas-y ... T’arrête pas.



J’entends Amandine lancer un cri sourd, je la vois trembler des jambes, je devine qu’elle vient d’être envahie par un orgasme. Elle redescend après quelques minutes :


— Oh putain c’était bon... Merde Alexia s’ennuie là... merde... Ça te va chéri si je m’occupe d’elle ? Alexia ?

— Avec plaisir Amandine.

— Vas-y chérie, mais Alexia me suce aussi.



Je me mets donc à quatre pattes et recommence à sucer Mickael, sa queue est trempée des fluides d’Amandine et je suis aux anges de cette queue parfumée. Pendant ce temps, Amandine fixe son gode ceinture, le lubrifie, et rapidement me voilà enculée par Amandine, en train de sucer Mickael. C’est bon, trop bon... je plane entre deux secousses et me laisse me faire baiser sans vergogne pendant plusieurs minutes, cela fait déjà plus d’une heure que mon cul prend de tout et j’attends encore la queue de Mickael :


— Je voudrais bien aussi me faire baiser par Mickael, il a une belle queue et je voudrais qu’il m’attrape comme toi.

— Attends, tu vas prendre Amandine en même temps, tiens une capote.

— Je me dépêche d’enfiler une capote et j’entends Mickael faire de même, Amandine se mets à 4 pattes et m’attend :

— Commence par ma chatte.


Je m’exécute et lui prends la chatte, c’est chaud, agréable, le pied. Je sens Mickael se glisser derrière moi, mais je n’y prête pas trop attention, concentrée sur le fait de baiser Amandine. Je ne prête pas non plus attention au gland de Mickael qui vient appuyer mon trou et je me retrouve surprise quand je sens sa queue prendre possession de mes entrailles :


— Ahhhhh putain.

— Ce n’est pas ce que tu voulais Alexia ?

— Si si Mickael, vas-y.



Son sexe, fin au début, est rentré facilement, mais la partie épaisse au centre est vraiment grosse et je me sens complètement ouverte, de plus ses dix-sept centimètres remontent bien le long de mon anus et je sens rapidement une boule de chaleur se former en moi.



Il m’est désormais difficile de conjuguer entre mes mouvements de va-et-vient dans Amandine et Mickael qui me tient les reins et me baise avec une certaine vigueur. Nous gémissons tous les trois et finalement, je synchronise mes mouvements avec ceux de Mickael. Sentir ma queue dans le fourreau d’Amandine, tout en sentant celle de Mickael en moi, est extrême, et je me sens vite faible sur mes appuis. Amandine réclame :


— Viens dans mon cul Alexia.



J’obtempère et commence à l’enculer, son cul semble aussi large que son vagin. Pas étonnant avec ce que nous nous sommes déjà “infligées”. Nous enchaînons ainsi pendant dix minutes avant qu’Amandine se retourne et demande que je lui lèche son clitoris pendant que je me fais baiser, ou défoncer... cela dépend du point de vue. En effet, Mickael est un amant assez rude et puissant, et ses assauts se font avec vigueur, mais après tout ces jeux sexuels, mon anus accepte tout. Amandine, cette garce, a un nouvel orgasme avec ma langue et me plaque la tête contre sa chatte trempée de ses fluides. Mickael propose une pause à la vue de ce second orgasme :


— Regarde-la, elle jouit encore, chienne va !

— Il se retire et je sens que mon anus refuse à se refermer, Mickael s’en rend compte et me le fait remarquer :

— Ça c’est un vrai cul bien défoncé comme j’aime.


Amandine rigole et moi aussi, tout en attrapant le plug tunnel :


— Vas-y, mets-le-moi, histoire que ça reste bien ouvert alors.



Mickael m’enfonce le plug et je le sens à peine se mettre, j’ai vraiment le cul bien ouvert. Je suis un peu épuisée et ne semble pas la seule. Nous nous posons dans le canapé et Mickael ouvre une bouteille de champagne. Nous trinquons et discutons un peu du début de soirée :


— Alors chérie, tu as trouvé ça comment cette machine ?

— Diabolique, du défonçage de cul, bon ce n’était pas sympa d’avoir mis l’autre gode, une fois lancée, j’avais l’impression que mon cul allait se déchirer, mais c’était tellement bon, je ne voulais pas que ça s’arrête, j’ai failli avoir un orgasme, mais je voulais que ce soit avec toi chéri.

— Je te l’avais dit, une dinguerie cette sensation de se faire pilonner à ce rythme, aucun mec ne peut avoir un tel rythme aussi longtemps.

— Vous êtes vraiment des pures salopes vous deux, rigole Mickael.

— Vous voulez faire d’autres choses ? Je demande.

— Je me ferais bien une double, propose Amandine.

— Allez ... mais je veux bien encore me faire sucer avant, réclame Mickael.


Amandine et moi nous sautons en même temps sur Mickael et nous nous retrouvons finalement à deux sur sa bite. Ce n’est pas pour lui déplaire d’avoir deux femmes pour sa seule queue et il gémit rapidement. Après quelques minutes, je change de victime et commence à lécher Amandine qui est en fait déjà très mouillée malgré deux orgasmes. Puis Mickael donne le départ :


— Allonge-toi Alexia, Amandine à quatre pattes sur toi et je l’encule.



Vingt secondes après, c’est à Amandine de couiner et j’entends Mickael lui donner deux trois bonnes fessées en même temps. Je sens la queue de Mickael à travers la paroi entre ses deux orifices et je m’attache à y mettre tout mon cœur. Mon plug tunnel est toujours en place et se rappelle à mon souvenir quand je contracte mes fesses, j’ai encore envie de la bite de Mickael. J’attends donc quelques minutes, Mickael et moi échangeons les rôles et je commence à sodomiser Amandine qui gémit en continu. Mais mon plug m’ennuie et je veux à nouveau Mickael :


— Mickael, tu viens m’enculer.

— OK file une capote.

— Encule-nous toutes les deux, réclame Amandine.

— Je commence par Alexia quand même.

— Attends chéri, je vais chercher les miennes.

— Ah oui bonne idée, confirme Mickael.


Amandine revient vite avec une sorte de capote géante, elle me dit qu’il s’agit d’un préservatif féminin et qu’ils font ça quand ils baisent à plusieurs, ça évite de changer la capote tout le temps. Elle déroule sa capote féminine composée d’un grand et d’un petit anneau, je suis étonnée. Amandine pince le petit anneau et le glisse dans mon cul après avoir enlevé mon plug. Nous décidons de nous mettre à quatre pattes l’une à côté de l’autre, mon cul est resté très ouvert et je ne sens même pas le gland de Mickael, ce n’est que quand il commence à glisser en moi que je sens son emprise.



La sensation est différente avec cette capote, mais Mickael en profite pour alterner entre mon cul et celui d’Amandine. Nous couinons toutes les deux en permanence, car Mickael est très motivé et ne perd pas de temps à être très viril, de grands coups de reins et quelques fessées sans retenue ponctuent nos gémissements. Quand Mickael s’occupe d’Amandine, j’en profite toujours pour glisser mes mains sur sa chatte et la caresser, mes doigts en ressortent toujours trempés et tantôt je les lèche, tantôt je lui fais lécher. Amandine réclame alors que Mickael ne s’occupe que de moi pour qu’elle me suce à nouveau.



Je suis aux anges, Mickael continue sa besogne et Amandine s’est mise à me pomper et me branler avec vigueur et efficacité, mes soupirs se transforment en petits cris et je me sens venir :


— Putain, je ne vais pas tenir là.

— Ejacules dans ma bouche si tu veux.

— Oui oui !!!


Comment refuser ? Je ne me fais pas prier et me laisse venir dans ma bouche d’Amandine, Mickael qui m’encule toujours sans vergogne me retient par les reins pendant que j’éjacule et me donne des coups de bassin comme je n’ai jamais eu, il me tire le bassin tout en donnant d’amples coups de queue et mon orgasme se mélange à la sensation de sa queue en train de m’achever le cul. Ma tête se met à tourner et je m’effondre... Amandine rigole et je la vois déglutir mon sperme :


— Alors voilà toi aussi tu as ton orgasme Alexia, reste plus que Mickael, tu veux quoi ?

— Te jouir dans le cul chérie.


Je suis encore un peu assommée de mon orgasme, mais je demande à m’allonger tête-bêche sous Amandine pour lui lécher la chatte pendant ce temps. Dix secondes plus tard, Mickael encule Amandine, je la lèche, elle gémit et Mickael reprend ses assauts comme je viens de les vivre, au bout d’une ou deux minutes, je le sens stopper net et gémir. J’agrippe alors les cuisses d’Amandine pendant que Mickael se retire en ayant la ferme intention de ne rien gâcher. Ma langue se précipite vers l’anus d’Amandine et je sens déjà le sperme couler dans ma bouche. Je lèche avec application pour tout récupérer et sens qu’Amandine pousse pour tout me donner. Mickael ne nous quitte pas du regard :


— Lèche bien tout hein.


Il n’a pas besoin de me le dire. Je me délecte de tout avaler :


— J’ai quand même le cul en vrac là, dis-je en rigolant.

— Tu n’es pas le seul, rajoute Amandine.

— Vous vous plaignez ?


Je réponds que non au contraire, mais que je voudrais bien du champagne...



Un peu épuisés de tous ces ébats, nous avons continué la soirée avec un jeu érotique pendant une petite heure en prenant un dessert pour nos revigorer. Le jeu ayant fini avec Amandine en train de me faire essayer son gode de black, nous avons repris quelques ébats qui m’ont permis cette fois de jouir en enculant Amandine, Mickael quant à lui s’est amusé ensuite à nous éjaculer sur le visage après nous avoir à nouveau enculés à tour de rôle. Amandine, qui aura finalement eu le plus d’orgasmes de nous trois, en a eu un troisième en double pénétration, aidée de son vibromasseur.



Fatiguée de tous ces évènements, et une fois ma machine dans le coffre, j’ai pris congé de mes hôtes d’un soir, mon corps était vide de toute énergie et j’avoue bien que mon anus a souhaité prendre quelques jours de vacances après ce trio infernal.



J’ai eu un super commentaire sur ma fiche libertine, le premier. Et me suis promise de recommencer ce genre d’expérience.

Diffuse en direct !
Regarder son live