Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 402 fois
  • 41 J'aime
  • 1 Commentaire

Alexia, premiers pas dans le monde de la perversion

Chapitre 8

Un peu de soumission et de jeux de bondage

Travesti / Trans

J’ai toujours été partagée sur le BDSM et le bondage, j’aime sentir une forme de soumission mais contrôlée, je ne recherche pas la douleur comme source de plaisir et suis plutôt soft à ce sujet finalement. J’aime regarder des vidéos porno sur ce thème de temps en temps et les vidéos ou la femme est attachée, ou dans ces meubles ou l’on glisse la tête et les bras m’excitent beaucoup et me donne souvent envie d’être à leur place. Ce ne sont que les actes que je qualifie de torture qui ne m’attirent pas (fouet, cire chaude, pinces, etc..)


Je retrouve souvent cette excitation et ce plaisir de soumission quand mon mâle bien excité prend la main sur le déroulé de la soirée et me fait subir ses envies, subir étant un grand mot car étant totalement consentante à me considérer dans certains moments comme un objet de désir, de vide couille. Mon plan cul régulier aime jouer avec ces petits penchants et il aime parfois à me traiter comme sa chienne à me prendre la bouche ou le cul pour son seul plaisir. Le sentir me posséder de cette façon m’excite beaucoup et j’y trouve un réel plaisir.


Nous avons déjà parlé par texto plusieurs fois de ces objets BDSM qui m’attirent et après une nouvelle conversation sur ce sujet, il me propose de s’organiser une soirée sur ce thème. Puis, quelques jours plus tard, il me parle qu’une nana d’un site libertin qu’il fréquente de temps en temps serait partante pour participer à cette soirée. Elle est attirée par les travesties, les sissy, et aime jouer les dominatrices et le pegging. Je trouve l’idée très excitante et nous finalisons l’organisation de cette soirée.


Anthony a une barre pour attacher les poignets et/ou les chevilles. La nana en question, Emilie, a déjà un gode ceinture, un collier et quelques petits autres accessoires. J’ai commandé de mon côté un crochet anal avec une boule que j’accompagne d’une petite chaine trouvée à Castomerlin. Cdiszone a en ligne un corset en faux cuir noir et rouge et un string en cuir ouvert sur l’entrejambe, pas trop sur l’avant ce qui est idéal.


Emilie aime jouer à la féminisation mais je suis dérangée par le concept, Alexia est toujours féminine et apprêtée et hors de question pour moi d’aller chez Anthony en homme. Emilie est donc ok pour que je sois déjà féminine mais pas avec la tenue trouvée qu’elle souhaite m’enfiler elle-même. Nous voilà donc la soirée venue et je m’habille simplement vu qu’un changement de lingerie est à venir. Soutif, tanga noir et bas dim up. Jupette et haut transparent, talons noirs et une veste très cintrée.


Je devais arriver première chez Anthony mais finalement c’est Emilie qui me devance. J’entre chez Anthony et ce dernier fait les présentations :


— Emilie, voici Alexia !

— Enchantée Alexia, très belle ! Tu es très avantagée par dame nature pour te travestir


— Merci... très belle aussi, Anthony doit être content de sa soirée à venir



Nous nous installons dans le salon et prenons un premier verre. Anthony est habillé comme souvent, pantalon noir, chemise bleue et chaussures classiques. Emilie se la joue provoc avec un top parsemé de petites paillettes très moulant et décolleté et une jupette façon écolière. Je distingue ses bas tenus par un porte jarretelle et elle porte des sandales à talons très hauts. Ses cheveux roux renforcent son regard vert et c’est une très jolie femme :


— Alexia, je propose que tu te changes, avant que tu t’occupes de nos besoins en sexe

— Cette phrase d’Emilie fait rire Anthony qui valide de la tête. Je propose d’aller me changer mais Emilie me reprends :


— Je pensais plutôt à m’occuper de te changer, tu n’es pas là pour prendre des décisions ce soir


— Pardon, d’accord, si tu veux



J’assimile mon rôle de la soirée et me demande à quelle sauce je vais être mangée.


— Tu as fait un lavement avant de venir ? Me demande elle

— Heu oui toujours, je suis toujours fraiche et prête à recevoir


— Très bien, viens avec moi dans la chambre et prends tes affaires.



Je prends donc mon sac et la voit prendre le sien, elle me prend par la main et nous allons dans la chambre, elle ferme la porte derrière moi et me demande de me déshabiller :


— J’enlève tout ?

— Hum, tu peux garder ton soutif, tes bas


— D’accord


— Sympa le corset, tu en as déjà mis ?


— Heu non



Emilie rigole :


— C’est un corset rigide, ça va être drôle !! Sauf pour toi ! Hum c’est bien ton sexe est bien épilé aussi, j’ai ça pour toi



Emilie sort une cage de chasteté en plastique transparent de son sac. Je lui confirme :



— Oups je n’ai jamais essayé ça

— Ne t’en fait pas pour ça !



Emilie commence à démonter le mécanisme et me demande de commencer par glisser un anneau derrière mes testicules, puis enfile des petites tiges et un second anneau :


— C’est là ou ça se complique, me dit elle


Elle me pousse mon sexe dans la cage et vient l’attacher aux tiges. J’ai l’impression de me faire écraser le sexe et mes couilles mais ce n’est pas douloureux, puis elle sort un petit cadenas qu’elle passe dans une tige ce qui vient fermer le tout. Voilà mon sexe encagé et c’est une première, elle me demande :


— Alors ?

— Ça va, c’est étrange mais pas de soucis


— Tu verras si tu oses avoir une érection tu diras plus ça, rigole-t-elle



J’enfile ensuite le tanga en sky fendu et y loge la cage qui prends un peu de place. La fente est bien positionnée au niveau de mon anus. Puis Emilie prends le corset et le passe autour de ma taille et l’agrafe. Cela ne sert pas si fort que ça....


Quoi que dans un second temps Emilie attaque le laçage :


— C’est parti, tu devrais expirer un bon coup et ne plus bouger pendant que je lace.


Je souffle au plus possible et Emilie commence à tirer les laçages, je sens le corset venir écraser le bas de ma poitrine et mon ventre. Emilie serre et serre encore. Je sens que je suis limitée dans ma respiration et je peux faire que des petits mouvements de poumon :


— C’est super serré !

— C’est comme ça que ça se porte, serré !



Emilie prends ensuite un porte jarretelle, me l’attache et le fixe à mes bas.


— Voilà voilà... hum que manque il … ah le collier


Emilie me passe le collier en cuir puis prends le crochet anal et la chaine dans mon sac.


— Je crois que ton mec va kiffer la vision !! Hum mets-toi à quatre pattes


Je me mets donc à quatre pattes et je vois Emilie mettre une noix de lubrifiant sur la boule du crochet, elle n’est pas grande et vient facilement se glisser dans mon cul, pas de sensation particulière :


— Ça se sent à peine, je lui précise

— Ce n’est pas fait pour te faire des sensations comme ça. Elle prend la chainette et l’attache du crochet à mon collier, de manière relativement tendue, je sens une légère tension entre mon coup et ce crochet qui désormais me retiens par le cul.


— Oh oui là je sens que je suis tenue



En effet, je suis à 4 pattes et obligée de garder la tête droite et haute, si je penche, je sens la chaine tirer sur le crochet et la boule dans mon cul tirer sur ma rondelle :


— Ah ça fait plaisir de voir une vraie petite chienne soumise ! S’exclame-t-elle

— Ça te plait ?


— Super excitante, me dit-elle en me donnant une fessée !



Je bouge inconsciemment au contact de sa main ce qui fait à nouveau tirer la chaine et le crochet. Mon sexe s’excite de tout cela et je le sens gonfler ce qu’il peut dans sa cage, ce n’est pas désagréable, ni agréable, de sentir son sexe coincé et incapable de se gorger de sang. Je suis finalement interdite de plaisir :


— Oh ça m’excite de te voir comme ça en petite chienne soumise, lèche-moi un peu


Emilie relève sa jupette et je vois un string rouge fendu avec un collier de perles qui frotte de son clitoris à son anus. Je commence à la lécher, elle debout, moi à quatre pattes, du mieux que je peux entre le crochet qui me retiens, le corset qui m’empêche de respirer et bouger à convenance. Emilie gémit, son sexe est en effet déjà trempé et sa mouille se dépose tout autour de ma bouche :


— Allez ça suffit on va te montrer à ton male !


Emilie ouvre la porte et me demande de la suivre à quatre pattes. Je m’exécute ! Ce qui fait tout de suite réagir Anthony qui me voit sortir de la chambre :


— Oh la petite chienne !! Génial !! Je sens que je vais m’amuser

— Elle est toute à nous deux comme ça, confirme Emilie, Alors Alexia, tes sensations ?


— J’ai la sensation que je vais déguster ce soir


— Tu es très excitante Alexia


— Je me suis déjà fait un peu lécher Anthony, à ton tour,



J’avance jusque Anthony resté assis dans le canapé et me redresse pour lui dégrafer son pantalon, je sens qu’il est déjà bien raide dans son boxer ce que je confirme rapidement en sortant son sexe dur.


Je commence à lui caresser le sexe et donne quelques coups de langue sur ses boules. Cependant, dés que je m’avance un peu j’ai toujours ce crochet qui me retiens en me tirant l’anus. Je tente au possible de commencer une fellation. Le crochet m’oblige à ne pas trop bouger la tête. Anthony comprend et se redresse afin que je le suce debout, il met ses mains derrière la tête et fait des mouvements d’avant en arrière. Je le branle en même temps avec mes mains, ce qui en fait me permet de limiter ses mouvements mais il bouge de plus en plus et je sens sa queue glisser au fond de ma bouche. Je ne suis pas habituée à la gorge profonde et j’ai l’impression de m’étranger et mes yeux s’humidifient par reflexe. J’ai en plus ce foutu corset qui me comprime et limite ma respiration à de petits mouvements. Anthony recule un peu et me laisse reprendre mes émotions, puis je reprends mes mouvements de la main. Il me dit finalement :


— Allez c’est bon pour le moment, je te laisse nous servir à boire et à manger.

— Tu veux quoi ?


— J’ai mis du champagne et des apéros au frais



Je me redresse et marche jusque son frigo pour prendre tout cela. Je reviens et leur sert l’alcool. Pendant que je sers l’alcool à Anthony, je sens d’un coup la chaine se tendre dans mon dos et tirer sur mon cou et mon anus, c’est Emilie qui me tire à elle :


— Allez poser ta bouteille et viens me lécher encore


J’obtempère et retourne à genoux lécher le sexe d’Emilie totalement imprégné de sa cyprine. J’ai toujours ce corset et ce crochet anal qui me contraignent dans mes mouvements. Mon sexe passe de moments d’excitation ou il cherche à se tendre et de moments de repos. La cage m’empêche de réellement bander. Emilie se penche et attrape un beau gode bien réaliste dans son sac posé près du canapé et me le tends :


— Allez gode moi


Je prends son gode et commence à jouer à lui insérer juste le faux gland et le retirer plusieurs fois, avant de commencer à faire des vas et viens de plus en plus profonds, je l’entends gémir et voit Anthony venir à genoux sur le canapé à côté d’elle, sa queue raide vers le visage d’Emilie. Emilie se retourne et commence à sucer la queue d’Anthony qui gémis également, ils sont tous les deux à gémir et moi je suis là à donner du plaisir à Emilie.


Puis Emilie cesse de sucer Anthony et me parle :


— Allez Alexia on va passer aux choses sérieuses, penche-toi à quatre pattes


Je me penche à nouveau au sol et Emilie sors un gode en silicone de belle facture de son sac. J’ai déjà mis un plug tunnel qui faisait bien 4.5cm et je joue de temps en temps avec un plug gonflable. Mais ce gode à une forme très en “pic” et semble bien faire 4 centimètres et demi de large cm. Je sens qu’il ne va pas me laisser indifférente. Emilie détache la chaine du crochet anal et le retire puis lubrifie le plug :


— Allez ma belle qu’on ouvre bien ce petit cul


Emilie commence à jouer avec deux puis trois doigts dans mon cul et je prends du plaisir... à peine je commence à gémir de plaisir qu’elle cesse et présente le plug. Je me concentre et pousse légèrement pour bien ouvrir la voie et je sens Emilie pousser le plug, puis faire des vas et viens avec ce dernier de plus en plus loin. Je sens mon cul s’ouvrir au fur et à mesure et je sens que je commence à atteindre ma limite. D’un coup, une pousser plus forte d’Emilie et je sens une légère douleur traverser mon cul puis d’un coup le plug se faire aspirer. Il vient de passer le plus large et est venu se bloquer dans mes entrailles, la douleur s’estompe tout de suite malgré mon petit cri :


— Je veux bien qu’elle recommence à me sucer, lâche Anthony


— Si tu me lèche en même temps



Emilie s’installe dans le canapé jambes écartées et Anthony s’installe pour la lécher et la goder, je me glisse sous Anthony et reprends une fellation la plus baveuse possible. Emilie est celle qui gémit le plus et je crois comprendre qu’à un moment elle a un orgasme ce qui doit bien exciter Anthony qui me demande d’arrêter de le sucer. Anthony à soif et repart dans le canapé boire un coup.


Puis Emilie va chuchoter à l’oreille d’Anthony et je comprends à son sourire qu’il s’agit de ma personne. Anthony dit “ok” à Emilie et Emilie retourne dans son sac, elle y sort une barre terminée par des sangles à velcro et d’autres sangles à velcro munies d’un crochet :


— Allez Emilie on a fini les amusements, tu vas prendre ta place de petite soumise objet

— Je dois faire quoi ? Je lui demande


— Mets-toi à genoux dans le canapé et appuie tes avants bras sur le dossier



Je m’installe


— Ecarte les jambes un peu plus

— Ok



J’écarte bien les jambes et Emilie installe la barre entre mes chevilles et fixe ces dernières avec les sangles, puis elle passe de l’autre côté du canapé et fixe mes poignets ensemble, elle finit par retourner le collier, passe la chaine toujours attachée au collier dans un anneau des sangles de poignet, jette la chaine sous le canapé et retourne attacher l’extrémité de la chaine à la barre de cheville en tendant un peu. Je m’exclame :


— Oula je suis totalement immobilisée là, je peux bouger un peu la tête mais c’est tout !

— Eh bien c’est parfait Alexia, t’en penses quoi Anthony


— Je me dis qu’elle peut rester là toute la nuit et quand j’ai une petite envie je viens la sodomiser comme ça



J’entends qu’Anthony en rigole beaucoup.


— D’ailleurs je vais commencer, lâche Emilie


Je la vois du coin de l’œil enfiler son harnais et y fixer le gode qui trainait sur le canapé. Puis Emilie viens et commence à faire tourner mon plug. Je suis excitée à mort et je sens ma queue comprimée dans sa cage, le corset m’appuie également sur le bas ventre et fait rentrer mon petit bourrelet. Puis Emilie tire sur le plug qui vient en m’écartant à nouveau l’anus. Je remercie intérieurement Emilie d’avoir mis un beau plug car son gode est d’un beau calibre également. Une noix de lubrifiant finit sur ma rondelle puis je sens son gode venir appuyer sur cette dernière.


Mon anus encore entrouvert se réouvre tout de suite et je sens son gode glisser lentement en moi. Je gémis à cette sensation et m’exclame :


— Oh putain c’est bon... Mmmmm

— Ah bah si tu insistes, lâche Emilie



Et d’un coup elle se mets à faire des grands vas et viens rapide. Je sens son gode monter en moi puis redescendre, parfois elle s’amuse à le sortir entièrement et le faire rentrer à nouveau d’un coup franc ce qui me fait toujours pousser un petit cri quand le gode arrive en à peine une seconde au fond de mon anus. Emilie me lâche une ou deux fessées bien fermes. J’évite de bouger car la chaine vient me tirer sur le cou. Et Emilie me lime encore et encore, Anthony vient derrière le canapé et me présente son sexe, je ne suis carrément pas en situation de pouvoir le sucer et n’arrive qu’à donner quelques coups de langue :


— Allez Emilie tu me la prête ?

— Vas y



Emilie laisse la place à Anthony et je sens la douceur de son sexe chaud glisser en moi et il commence également à me limer avec vigueur. Mais au bout de cinq minutes, Emilie demande à Anthony :


— Tu viens me prendre ?


Elle se met à genoux sur le canapé à côté de moi, nous sommes cul à cul et j’entends le bruit de la capote que mets Anthony. Trente secondes après, je vois Emilie fermer les yeux et gémir, Anthony est en train de la baiser, je suis attachée à coté et ne peux rien faire, cela me frustre. Puis Anthony s’assied sur le canapé, Emilie lui monte dessus et Anthony me parle :


— Alors Alexia ça va ? Nous très bien !

— Salop, ça me fruste de voir baiser à coter et rien pouvoir faire



La frustration est de plus en plus grande, je vois Emilie arrêter de bouger sur Anthony et prendre le lubrifiant, elle met une noix sur ses doigts puis porte ces derniers à son fessier, je pense comprendre qu’elle se lubrifie le cul, confirmé quand trente secondes plus tard, elle glisse la queue d’Anthony entre ses fesses et commence à descendre doucement en grimaçant, surement de plaisir. Puis elle recommence ses mouvements de vas et viens et se frotte en même temps le sexe avec sa main :


— Alors Alexia, t’as vu Antho me prends le cul pas jaloux ?

— De toi ou de lui ? Je lui réponds


— Ah tu voudrais aussi me prendre ? Me demande elle


— Moi j’aime tout !! Prête à tout


— Bah pour le moment contente toi de notre plaisir



Antho sonne la fin de la partie et repart au frigo puis reviens changer la musique, ils se mettent à rigoler et font exprès de m’ignorer. Je suis totalement frustrée, j’ai l’impression d’être laissée de côté, le cul écarté incapable de bouger. Au bout d’à nouveau quelques minutes, j’entends de bruits de fellation et de gémissements. Putain Emilie suce Antho, les bruits s’arrête et je sens d’un coup une main chaude se poser sur mes fesses et dans la foulée, je sens la bite chaude d’Anthony prendre possession sans prévenir de mon cul et commencer à me limer sauvagement. Je suis totalement surprise de la sensation, je sers les poignets et mon corps se raidit :


— Oh putain putain putain....


Puis au bout de quelques secondes le plaisir m’envahit et je me détends :


— Oh vas-y Antho c’est bon baise moi s’il te plait

— Ne t’en fait pas



Antho est en train de me sodomiser sauvagement, son bassin vient taper mes fesses en claquant et sa bite rentre au plus profond de moi. Cette sensation d’électrisation dans mon bas ventre se déclenche à chaque vas et viens :


— Je vais jouir Alexia

— Vas-y Antho, baise-moi comme tu veux



Antho est en train de me défoncer puis je sens des coups encore plus puissants mais plus lents, signe de son orgasme. Il finit par se retirer et je sens mon cul rester entrouvert, surement rougit par les coups de rein d’Anthony. Je sens que son sperme cherche à s’échapper et coule un peu :


— Alexia en effet tu as un bon cul de salope, il n’y va pas de main morte quand il te baise

— J’aime ça Emilie, lui dis-je


— Ça mérite bien une récompense Alexia



Emilie me détache la barre, les sangles et je retrouve ma liberté. Le temps passé immobile me donne des petites raideurs dans les jambes et les épaules. Mais Emilie se précipite sur ma cage et l’enlève :


— T’as gagné le droit de me baiser, mais que le cul !

— Je ne dis pas non



Emilie a enlevé la cage et commence à me lécher, sucer, mon sexe gagne vite en raideur, enfin libre de ses “mouvements” Puis elle se met à quatre pattes et me dit :



— Allez viens me baiser petite cochonne



Je prends une capote, l’enfile, ajoute un peu de lubrifiant et présente mon gland contre la rondelle d’Emilie :


— Allez allez dépêche toi, prends moi


Je commence à la pénétrer doucement et entame des vas et viens. Qu’est-ce que c’est bon, je gémis et me mets à baiser Emilie pendant cinq à dix minutes.


— Tu veux jouir comment Alexia ?

— Tu veux comment Emilie ?


— Allez viens jouis comme ça en moi



Je valide et finit par éjaculer en elle, enfin dans la capote en râlant de gémissements :


— Par contre, Alexia, je compte bien te voir avaler ton jus

— Sans problème



Je retourne la capote dans ma bouche et sens mon sperme se répandre dans ma bouche, puis j’avale goulument. Qu’est-ce que j’aime ça !!


Nous avons ensuite pris un verre de champagne bien frais. La soirée a ensuite repris de manière plus classique, jusqu’au moment où alors qu’Anthony me sodomisait à nouveau, Emilie a réclamé une double pénétration. Nos petits jeux ont encore duré une heure et nous avons, Anthony et moi, tous les deux éjaculés une seconde fois dans ma bouche d’Emilie, avant que cette dernière m’embrasse pour qu’on se partage cette semence devant un Anthony bien satisfait de sa soirée 

Diffuse en direct !
Regarder son live