Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 231 fois
  • 22 J'aime
  • 0 Commentaire

Alice

Chapitre 2

SM / Fétichisme

Les deux sœurs entreprirent alors de se laver mutuellement. C’est Jenna qui commença par savonner sa grande sœur, mais plutôt que de prendre un gant, elle fit couler le gel douche sur sa poitrine, et se colla à Alice. De ses seins, Jenna frotta, ou plutôt caressa habilement, tout le corps de sa sœur, s’appliquant particulièrement lorsqu’ils atteignirent l’intimité d’Alice. Cette dernière ne resta pas insensible à ce doux manège, et en profita pour se caresser les siens. Jenna remplaça rapidement sa poitrine par sa bouche, et continua le travail commencé sur le petit bourgeon déjà fort sollicité. Alice ne tarda pas à atteindre l’extase, et le fit savoir par un râle éclatant. Ne voulant pas bénéficier d’un troisième jet d’eau fraîche, je proposai alors à mes compagnes de finir sur le lit.

Jenna se sachant au centre de l’épisode qui allait venir, demanda à sa sœur de lui refaire les mêmes cajoleries qu’avant le repas. Elle n’attendit même pas sa réponse, et ouvrit largement les cuisses dans une invite muette. Alice ne se fit pas prier, et plongea directement la tête en avant, pour satisfaire la demande de sa sœur.

Si Jenna au début semblait accepter tout de sa sœur, les rôles avaient tendances à présent à s’inverser : Alice acceptait peu à peu toutes les sollicitations de Jenna, qui prenait tout doucement de l’ascendant sur son aînée.

Une fois de plus Alice excita au plus haut point Jenna, mais cette fois c’est moi qui allais lui donner du plaisir. Comme j’étais déjà droit comme un i, je m’allongeai sur le dos et invitai Jenna à s’allonger sur moi. Ce qu’elle fit sans tarder. Une fois en position je l’invitai à se frotter sur ma protubérance, et à me chevaucher lorsqu’elle se sentirait prête. Heureusement que son petit manège ne dura pas très longtemps, je n’aurais pas pu me retenir. Pendant tout ce temps, Alice s’était occupée à caresser le dos et les fesses de sa sœur.

Jenna se releva ensuite et se mit à genoux, son intimité juste au-dessus de la mienne. Elle remua et tâtonna à la recherche de la bonne position, une fois qu’elle pensa être bien positionnée, elle descendit tout doucement sur ma virilité. Je la vis se mordre doucement les lèvres lorsque nos deux bassins se rejoignirent. Quelques secondes de répit, puis elle commença ses ondulations de bas en haut. Mes mains s’accrochèrent directement à ses seins qui pointaient fièrement, et Alice glissa un doigt dans la fente de sa sœur, en suivant ses mouvements. Jenna s’agita ainsi sous nos caresses pendant quelques minutes, tout en secouant la tête dans tous les sens, et en poussant de petits cris, qui ressemblaient à des miaulements.

Un nouvel orgasme, peut-être plus puissant que le premier, la laissa affalée sur moi un long moment, avant qu’elle ne reprenne ses esprits.

— Si j’avais su que c’était cela, il y a longtemps que je ne serais plus vierge. Finit-elle par déclamer. J’en veux tous les jours maintenant, et même plusieurs fois.

Mais moi j’étais resté sur ma faim, j’attirai alors la bouche d’Alice pour qu’elle finisse l’ouvrage débuté par sa sœur. Je repris enfin mon état normal alors qu’Alice eut fini de déguster mon plaisir.

C’est ainsi que cette première journée se termina. Naturellement Jenna n’alla pas dormir dans la chambre d’ami, et c’est entre ces deux adorables créatures prêtes à tout pour mon plaisir que je m’endormis.

Le lendemain matin, c’est par les gloussements et les gesticulations des deux filles que je fus réveillé. Le temps que je sois complètement conscient, elles étaient en train de se faire un magnifique 69. Jenna était sous Alice, et un de ses doigts s’agitait frénétiquement dans le petit trou fessier de sa sœur. Lorsqu’elles eurent trouvé le bonheur, Alice après sa sœur, elles se cachèrent sous les draps. Je sentis alors leurs deux langues titiller toutes les parties de mon corps. L’une s’était attaquée à mon cou et faisait darder la pointe de mes seins à présent, tandis que l’autre venait de délaisser mes orteils, et remontait doucement. Leur point de jonction se fit bien naturellement sur mon service trois pièces. Je ne saurais dire laquelle s’occupait de quoi, car elles étaient aussi douces l’une que l’autre. Mes petites boules étaient choyées et câlinées, tandis que mon extrémité était aspirée goulûment. Puis je sentis un changement de position, l’une prenant la place de l’autre. Pendant ce temps, mes mains caressaient un sein, une fesse, ou un minou en fonction de ce qui se trouvait à leurs portées. Puis les deux langues se retrouvèrent au même endroit, se délectant d’abord l’une de l’autre, puis de moi. Lorsque je me libérai, je constatai qu’une seule m’avait aspiré, mais ne pus deviner laquelle. Ce n’est que lorsqu’elles refirent surface, que je pus voir que c’était Alice. Décidément Jenna prenait de plus en plus le pas sur sa sœur.

Ce n’est que l’après-midi, au cours de la séance de bronzette, que nos ébats reprirent. Alice proposa que Jenna fasse connaissance avec un nouveau plaisir : celui de la sodomie.

Couchée sur le ventre, les jambes écartées, ses fesses au centre des préoccupations de sa sœur, Jenna se laissait aller à une douce torpeur. Alice s’activait quant à elle, à préparer sa sœur pour la nouvelle pénétration qu’elle allait subir.

— Jenna, mets-toi donc à quatre pattes comme hier, en gardant le bas de ton corps près du sol. Dis-je.

Cette dernière pris facilement la pose, les fesses, et en particulier son petit trou, bien en vue. Alice repris aussitôt ses caresses. La vue des deux sœurs ainsi à ma disposition, me mit dans un état incroyable, mais j’en exigeai d’avantage à Alice.

— Sert toi de ta langue. Annonçai-je alors sur un ton assez ferme. Tu commenceras par son minou, puis tu remonteras tout doucement.

Alice n’avait jamais fait cela, et semblait en éprouver une certaine réticence. Après quelques secondes de réflexion, elle lança timidement sa langue entre les cuisses de sa sœur. Elle ne semblait pas vouloir quitter la fente intime, mais se décida tout de même à relever sa tête. Elle fit ensuite remonter sa langue entre les 2 monticules, puis s’arrêta là où je le désirais. Ayant vaincu sa première appréhension, elle tournoya doucement autour du petit trou, en rentrant sa langue, ou en redescendant vers le minou, afin de bien l’humidifier. Elle repartait ensuite à l’assaut, en la faisant pénétrer à chaque fois un peu plus en profondeur. Jenna ne semblait pas goûter spécialement à ce traitement, mais se laissait faire patiemment. A un moment donné, les deux sœurs semblaient collées l’une à l’autre par un lien invisible, mais je voyais au visage d’Alice, qu’elle s’activait du mieux possible pour donner du plaisir à sa sœur.

— Tu peux la préparer avec tes doigts à présent. Dis-je à Alice qui parut soulagée.

Elle ne se le fit pas dire deux fois, et dans la seconde suivante, un index d’Alice pénétra dans la cavité sombre. Après plusieurs aller et retour, un deuxième doigt vint à la rescousse du premier. Jenna se balançait doucement au rythme de la main de sa sœur, je pensai qu’elle était prête à me recevoir. Je m’approchai du visage d’Alice, qui me prit immédiatement en bouche pour bien me lubrifier. Mon entrée se fit sans aucun problème, Alice avait bien préparé le terrain. Je m’accrochai alors au hanches de Jenna, et commençai alors à de doux mouvements de va et vient. En même temps, j’invitai Alice à caresser le clitoris de sa sœur. Malgré mes efforts, assistés par ceux d’Alice, il ne me semblait pas que Jenna appréciait cette pénétration. Je finis par me libérer sans que Jenna ne semble ressentir le moindre plaisir. Lorsque je me fus retiré, Jenna annonça alors d’un air désolé :

— A priori, je ne suis pas douée pour cela. Mais tu pourras toujours profiter de ma sœur à chaque fois que tu le désireras.

Alors que c’est moi qui aurais dû être vexé, c’est Jenna qui s’excusait de ne pas avoir pris son pied.

C’était mon premier échec pendant ces deux jours, et mon honneur de mâle était un peu mis à mal. Je me promis de tout faire pour relever cet affront avant la fin de la semaine.

Cette semaine passa trop vite. Je pouvais demander ce que je voulais aux deux filles, elles me l’accordaient sans problème. Je n’eus pas l’occasion d’essayer à nouveau de faire jouir Jenna par derrière, mais je pus me consoler souvent entre les reins de sa sœur.

Avant de nous quitter le dimanche soir, Jenna me stupéfia une ultime fois en disant :

— Ce serait bien d’inviter une autre fille.

— Pourquoi pas. Répondis-je alors machinalement.

Pour remercier les deux filles de la semaine de bonheur qu’elles m’avaient offert, je leur remis un présent à chacune. Pour Jenna, c’était des boules de Geisha, et pour Alice un plug anal. Ni l’une ni l’autre ne savaient à quoi pouvait bien servir ces drôles d’objet. Je le leur montrai en les plaçant directement à l’endroit où ils étaient prévu, et en leur précisant qu’elles devaient le garder 24 heures sur 24. Elles me sautèrent immédiatement au cou pour un baiser à trois des plus passionnés.


Les semaines à présent se suivaient et se ressemblaient. Chaque week-end Jenna venait le passer avec nous, et ce n’était que parties de plaisir à n’en plus finir. Jenna commandait à présent, de plus en plus souvent sa sœur. Alice était de plus en plus fréquemment sollicitée pour nous donner du plaisir à Jenna et moi.

Leurs parents étaient heureux que les deux sœurs soient si proches, s’ils avaient pu se douter de ce qui se passait, ils ne seraient pas si fiers.

Un dimanche Jenna nous annonça :

— J’ai une amie dans ma classe que j’aimerais vous présenter, il s’agit de Clémentine. D’après certains au lycée, elle est déjà sortie avec des garçons, mais il semblerait qu’elle préfère les filles. De plus je pense que je lui plais beaucoup, et qu’elle aimerait sortir avec moi. Elle s’inquiète toujours de moi, de savoir si je suis bien, et si je n’ai besoin de rien. Après chaque cours de gym, elle est toujours vers moi à la douche, et me regarde toujours bizarrement. De plus voyant que j’étais épilée, et lui ayant dit que c’était plus beau et plus hygiénique, le cours suivant elle a tenu à me montrer qu’elle était aussi glabre que moi. Si tu veux Joshua, je viendrai avec elle samedi prochain.

Il y un moment maintenant que Jenna ne prenait plus l’avis de sa sœur, pour elle, seul le mien comptait. Je lui répondis qu’elle pouvait l’emmener, et que nous verrions de quoi elle était capable.

Comme convenu, Jenna arriva le samedi d’après avec Clémentine, Clem comme elle l’appelait. C’était une belle fille, âgée elle aussi de 16 ans, qui couvait littéralement Jenna du regard. Si elle n’était pas amoureuse de ma belle-sœur, je n’y connaissais plus rien.

Après avoir fait les présentations, et émis quelques banalités, Jenna attaqua directement dans le vif du sujet qui nous intéressait :

— Est-ce que je peux te poser quelques questions indiscrètes Clem ?

Celle-ci parut un peu gênée, mais répondit par l’affirmative.

— C’est vrai que tu préfères les filles ? Ne sois pas gênée pour répondre, moi j’aime autant faire l’amour avec ma sœur qu’avec Joshua.

On ne pouvait pas être plus franc, ni plus direct.

Après quelques secondes de gêne, Clem répondit que les rumeurs qui courraient sur elles étaient bien fondées. Qu’elle rêvait de sortir avec une fille en particulier, mais qu’elle n’avait pas encore osé lui en parler.

Jenna ne la laissa pas aller plus loin, et lui posa une nouvelle fois une question franche et embarrassante :

— Est-ce que cette fille, ça ne serait pas moi par hasard ?

Clem était vraiment mal à l’aise devant tant de sincérité. Après plusieurs minutes de silence, elle répondit un petit « oui » timidement.

Jenna continua son monologue avec autant de spontanéité.

— Tu me plais beaucoup, et je pense que tu plais beaucoup à Joshua et à ma sœur également. Tu sais, je suis très exigeante, et je veux bien sortir avec toi, à condition que tu fasses tout ce que je te demande sans te poser de questions. Est-ce que tu es d’accord pour tout faire ce que je te désirerai pour me faire plaisir?

Clem ne mit qu’un court instant pour répondre favorablement. On aurait pu croire qu’elle n’attendait que cela.

Jenna l’embrassa franchement, et lui passa directement une main sur les seins.

Une Jenna plus autoritaire que je ne l’avait vu jusqu’à présent, annonça :

— Et bien pour le prouver, tu vas commencer par te mettre nue. C’est comme cela que l’on vit habituellement ici.

Clem écouta Jenna et commença à se dévêtir face à elle. Jenna la prit par les épaules, et la retourna face à moi en lui disant :

— Moi je t’ai déjà vu nue, c’est à Joshua qu’il faut que tu montres comme tu es faite.

Je vis dans les yeux de Clem que cela lui plaisait moins, mais elle continua tout de même son strip-tease. Une fois entièrement nue, elle eut un réflexe de pudeur, et tenta de dissimulé sa nudité avec ses bras. Jenna s’interposa une nouvelle fois, en lui enlevant ses caches.

— Je t’ai dit que l’on vivait nue ici, il faut que tu t’habitues.

Après quelques secondes, le temps que j’apprécie le spectacle, elle lui demanda de se retourner, afin que j’admire également son dos et ses fesses. Pour la faire patienter pendant ce temps, Jenna se colla à Clem, et l’embrassa tendrement.

— Maintenant tu vas déshabiller Alice, et moi ensuite. Ordonna Jenna.

Si pour Alice ce fut assez rapide, Clem prit davantage son temps pour dénuder Jenna. Lorsqu’elle fut nue, Jenna ordonna à Clem de lui embrasser la poitrine. Sans hésiter, Clem ne pencha un peu et dorlota les seins de Jenna de la pointe de sa langue.

— Embrasse-les, tête-les, suce-les. Commanda Jenna. J’adore cela.

Lorsqu’elle en eut assez, Jenna appuya doucement sur les épaules de son amie, jusqu’à ce qu’elle fut à genoux. Sa tête se trouvant juste au niveau de l’intimité de Jenna, Clem se doutait de ce que Jenna attendait. Sans marquer la moindre hésitation, elle approcha ses lèvres du Mont de Vénus, et lui fit de nombreux bisous. Jenna appréciait, mais était impatiente de plus de participation.

— Ta langue maintenant. Exigea-t-elle.

Clem ne marquait toujours pas la moindre réticence, soit elle était vraiment très amoureuse de Jenna, soit l’obéissance était sa seconde nature. Ce n’était pas pour me déplaire, ni à Jenna d’ailleurs non plus.

La langue de Clem s’engagea alors directement dans l’intimité de Jenna, et commença à parcourir tous les recoins. Sentant qu’elle commençait à y prendre plaisir, Jenna s’allongea sur le dos à même le sol, pour être plus à l’aise. Dans le même temps, elle enjoignit à sa camarade de classe de continuer à quatre pattes. Clem n’avait guère le choix, son visage était entre les cuisses de Jenna, et reposant sur ses genoux, elle m’offrait le spectacle de son fessier bien exposé.

Je fis alors un signe discret à Alice, qui n’avait été jusqu’à présent que spectatrice, lui expliquant ce que je voulais. Alice se mit à genoux à côté de Clem, et lui écarta bien les genoux. Cette fois la position était parfaite, et j’avais le bas-ventre en feu.

Après avoir bien profité du tableau, je pris la tête d’Alice, et l’approchai des fesses offertes. Cette dernière sut immédiatement ce que j’attendais d’elle. Comme elle l’avait fait lors de l’initiation à la sodomie de Jenna, Alice plongea la langue en avant, mais cette fois sans retenue.

Clem marqua une petite surprise lorsque la langue pénétra entre ses fesses, mais reprit immédiatement la besogne qu’elle venait d’abandonner.

Pour gagner du temps, je m’étais déshabillé, et j’attendais le moment propice. Lorsque celui-ci arriva, Alice me prit quelques secondes dans sa bouche, et me guida à l’ouverture qui m’attendait. Je pénétrai alors Clem doucement pour ne pas lui faire mal. Alice avait bien fait son travail, ou alors Clem avait déjà pratiqué cette position, car je pus m’introduire sans difficultés. Clem qui se doutait de ce qui l’attendait, m’avait également bien facilité les choses. Son corps s’agitait maintenant au rythme de mes secousses, en les répercutant via sa tête et sa langue, à l’intimité de Jenna.

Le tableau était presque complet, seule Alice n’y participait pas. Mais il n’y avait pas de raison, pour qu’elle n’ait pas elle aussi sa part de bonheur. Je lui fis alors signe de se mettre à genoux au-dessus du visage de sa sœur.

Maintenant tout était bien. Jenna léchait sa sœur, Clem léchait Jenna, et moi je m’activais entre les fesses de Clem. Naturellement je fus le premier à prendre mon plaisir, un tel spectacle ne pouvait que faire craquer ma résistance rapidement. Jenna se lâcha très peu de temps après moi. Mais comme elle n’était plus en état de satisfaire sa sœur, elle obligea les deux dernières participantes à parvenir à leurs fins en position de 69. Clem parut déçue de ne pas continuer avec Jenna, mais n’osa pas la contrarier. Alice et Clem continuèrent alors seules, pendant que Jenna et moi continuions à profiter de la vue des deux corps emmêlés. A même pas quelques secondes d’intervalle, les deux filles lâchèrent un râle de libération.

Clem avait bien réussi son examen d’entrée.

Nous passions à présent presque tous nos week-ends à quatre, Alice et Clem faisaient tout ce que leur demandait à Jenna, et moi j’étais chef de cette magnifique troupe. De plus je n’avais pas à demander quoi que ce soit. Jenna semblait avoir un don de voyance, et prévenait tous mes désirs, soit par l’intermédiaire d’Alice, soit par celui de Clem. De plus elle avait une imagination débordante dans le domaine des plaisirs sexuels. Il m’arrivait parfois de lui demander de freiner son ardeur, le temps que je reprenne des forces. Elle ne se calmait que lorsque les deux autres filles l’avaient comblé de jouissance.

J’étais le plus heureux des hommes, mais c’était sans compter sur les envies de Jenna. Elle avait déjà repérer une autre fille qu’elle promit de m’amener bientôt.

Mais ce récit sera pour une autre fois. Je vous laisse, Jenna à une surprise pour moi.


J’attends vos réactions : azkinato@hotmail.fr

Merci d’avance

Diffuse en direct !
Regarder son live