Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 039 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Alix

Chapitre 1

Hétéro

Mon nom est Eric. J’ai 35 ans et je vis depuis plus de 10 ans avec Alix ma femme que j’aime et qui m’a donné deux beaux enfants. Nous formons un couple heureux : nous avons une belle maison et tous les deux un travail qui nous passionne. Je travaille dans une boite de conseil en informatique. Alix est artiste peintre et travaille à la maison dans un atelier aménagé dans un bâtiment au fond du jardin.


L’histoire que je vais vous raconter s’est passée l’année dernière. C’était une belle journée du mois de juin, une de ces journées chaudes qui sentent bon l’été. J’avais quitté mon travail plus tôt que d’habitude. Du coup je rentrais à la maison vers 14 heures soit trois bonnes heures en avance sur mon horaire habituel.


Après avoir garé la voiture, je me dirige vers l’atelier pensant trouver Alix en plein travail profitant des heures tranquilles qui précèdent le retour des enfants. La porte est ouverte mais il n’y a personne. Je rentre alors dans la maison et commence à chercher ma douce : Personne en bas. Je monte vers les chambres situées au premier et par la porte entr’ouverte de notre chambre, je découvre un merveilleux spectacle. Allongée sur le ventre, complètement nue sur le lit, Alix dort, le corps chauffé par les rayons du soleil qui entrent par la fenêtre ouverte. Un peu voyeur sur les bords, je reste planté là pendant quelques secondes à profiter du charmant spectacle admirant à loisir la courbure de ses reins et sa jolie petite paire de fesses. Puis, alors que je me décide à rentrer dans la chambre pour déposer un baiser sur cette peau que j’imagine chauffée à blanc par le soleil, un léger mouvement du bassin d’Alix me fit hésiter : Ses reins se creusent doucement faisant rebondir ses fesses et entre les cuisses légèrement écartées j’aperçois un doigt qui bouge tout doucement !


Extrêmement surpris, je découvre ma femme en flagrant délit de masturbation solitaire ! Pas choqué mais vraiment surpris ! Alix en train de se caresser jamais je n’aurais pu imaginer... Même dans mes rêves les plus fous. Elle, d’habitude plutôt prude et pas très portée sur la chose, en train de se donner du plaisir, toute seule, comme une grande ! Pendant que mes pensées s’échappent, le mouvement de bassin se fait un peu plus rapide et la caresse plus précise. Alix laisse échapper un léger soupir qui en dit long... Je ne sais que faire : Partir pour la laisser seule avec ses fantasmes, rester là à profiter du moment ou entrer dans la chambre. J’en suis là de ma réflexion lorsque Alix se retourne sur le lit pour se mettre sur le dos sans enlever la main qui bouge de plus en plus vite sur son sexe. Ses yeux grands ouverts brillent de cet éclat particulier qu’ils ont lorsque nous faisons l’amour et que l’excitation est à son comble. Et ce qui devait arriver arrive alors : Nos regards se croisent.


Moi, je suis affreusement gêné mais manifestement pas elle puisque, le plus simplement du monde Alix me demande d’entrer dans la chambre sans cesser de se caresser ! ’ Viens, ne reste pas planté là ! ’ Je rentre dans la pièce, un peu déconcerté mais aussi franchement excité. Elle s’assied au bord du lit pendant que je m’approche d’elle. Son sourire en dit long sur son état et ses intentions... Tout doucement et sans un mot, elle défait un à un les boutons de ma chemise : je me retrouve torse nu, debout, à coté du lit. Alix, toujours assise commence à me caresser le ventre, le dos, le torse, tout doucement, délicatement en posant de doux baisers sur chaque centimètre carré de ma peau. Chaque baiser est à l’origine d’une décharge électrique qui parcourt mes reins : C’est presque douloureux... Mais en même temps tellement bon !


Pendant quelques minutes, je reste comme pétrifié, ne bougeant pas, profitant au maximum de cet instant de douceur magique. Puis, toujours debout en face d’Alix, je commence à caresser son corps en commençant par le visage, puis les épaules, le dos et les bras pour finir par les seins que je découvre durs avec les pointes érigées, hypersensibles. Je pétris doucement les deux globes ce qui déclenche un soupir puis je pince la pointe des deux seins entre le pouce et l’index. Alix lève alors les yeux vers moi : Son regard semble me dire ’ Continue ! J’ai en vie de jouir...de te faire jouir... on peut tout faire... ’. Et, comme pour joindre le geste à la pensée, elle défait la boucle de ma ceinture, fait glisser mon pantalon sur le sol commence à masser délicatement mon sexe à travers mon caleçon. Mon sexe est dur à faire mal et les caresses ne font qu’augmenter mon désir ; j’ai du mal à contenir des petits soupirs de plaisir et j’encourage Alix à continuer en lui caressant les seins de la façon la plus douce possible. Puis Alix dégage mon sexe et pose ses lèvres sur mon gland rouge de plaisir. Elle commence alors une fellation dont je ne la savais pas capable.


Tout son amour semble concentré vers mon sexe, unique objet de ses attentions. Sa bouche pose sur mon gland de petits baisers mouillés, délicats, rapides puis descend le long de la tige, s’attarde sur la base, puis remonte pour redescendre à nouveau. D’une main, elle effleure mes testicules alors que de l’autre, à mon grand étonnement elle continue à se branler doucement. Enfin, sa bouche s’ouvre un peu plus et se referme sur mon gland qui se trouve alors au chaud, pressé par une langue humide et mobile qui semble vouloir explorer les moindres détails de mon anatomie. Puis, Alix commence à progresser le long de mon sexe qui disparaît presque entièrement entre ses lèvres : j’ai l’impression d’être aspiré, dévoré, englouti. Je ne suis plus qu’un sexe, tout mon esprit est tourné vers mes sensations. Alix commence alors un lent mouvement de va et vient, alternant des instants où je suis tout entier dans sa bouche avec des baisers sur le gland. Je me sens proche d’une jouissance énorme. J’ai envie de jouir dans sa bouche mais je sais qu’Alix n’a jamais voulu aller jusque là.


Je me dégage alors un peu et je pousse ma femme en arrière sur le lit restant debout devant elle, le sexe dressé et luisant de salive, encore tremblant de toutes ces émotions. Alix me regarde, fière d’elle, un sourire au coin des lèvres, les jambes écartées en continuant de se caresser le petit bouton avec la plus parfaite indécence ! Qu’elle est belle ainsi offerte ! Je me baisse alors et je pose ma bouche sur ce doigt qui s’agite encore et dont je prends la place. Je découvre alors sous ma langue un sexe humide et chaud dans lequel se dresse fièrement un clito chauffé à blanc. Alix place ses deux mains sur ma tête et pousse un peu plus ma bouche dans son intimité. Mon premier coup de langue sur la petite boule déclenche un soupir, une première note du chant du plaisir que j’aime tant ! Son corps se cambre pendant que je continue à lécher le bouton magique. Mes mains se promènent sur tout son corps qui semble comme possédé : les seins, le ventre, le cou, le visage... toutes les régions de son corps sont sensibles de la même façon. Le corps d’Alix s’est transformé en une vaste zone érogène... Les soupirs se font de plus en plus forts et se transforment en râles : jamais je n’avais vu ma femme dans un tel état. J’ai presque peur de ne pas pouvoir l’aider à aller au sommet du plaisir. Je me sens à la fois indispensable et inutile tellement son excitation est forte. J’ai envie que ce moment dure longtemps. Je me lève et viens m’allonger tête bêche à son côté. Alix me reprend dans sa bouche et recommence à me sucer avec ardeur. Moi, j’insinue ma langue à l’entrée de son vagin tout en continuant à exciter le clitoris.


Les mains d’Alix parcourent mon dos en décrivant des petits mouvements circulaires. C’est à la fois très doux et très excitant. Progressivement, ses mains descendent vers mes fesses qui font à leur tour l’objet de bien délicates attentions. C’est vraiment un moment magique : nos deux corps à la recherche d’un plaisir partagé sont en parfaite osmose. Goûtant à la fois aux délices d’une fellation parfaite et aux odeurs de sexe dans lesquelles je suis plongé, je sens que les caresses sur mes fesses se font de plus en plus précises. Alix concentre son activité sur le sillon puis sur ma rosette qu’elle presse de bout du doigt. C’est la première fois qu’elle semble s’intéresser à cette région de mon corps et ma fois c’est loin d’être désagréable. Je sens mon petit trou se contracter de façon rythmique échappant presque à mon contrôle. Alix perçoit bien cette excitation et se fait encore plus précise. Après avoir déposé un peu de salive sur son doigt, elle force délicatement l’entrée de mon anus qui accepte sans trop discuter cette nouvelle activité. Mon anneau se resserre sur le doigt qu’Alix fait bouger dans tous les sens : de droite à gauche, d’avant en arrière tout en s’enfonçant un peu plus profondément dans mon corps. Cette caresse, nouvelle pour un hétéro comme moi, s’avère délicieuse, magique. Je décide alors d’en faire profiter mon amante.


Comme elle vient de le faire, j’approche doucement de son petit trou que je commence par masser délicatement. J’avais déjà essayé cette caresse lors de précédents ébats mais à chaque fois ma main avait été repoussée. Cette fois, c’est le contraire qui se produit. Le léger massage que je viens à peine de commencer produit un effet immédiat. La fellation qu’Alix avait suspendu, le temps de s’occuper de mon anus reprend de plus belle et la cambrure de ces reins s’accentue encore un peu plus. Son cul est comme tendu vers le ciel, prêt à tout. Je glisse alors le majeur dans son sexe pour le lubrifier puis je le pose sur sa rosette. Presque sans forcer, comme happé, mon doigt rentre dans ce conduit étroit et vierge. Alix pousse un petit cri de plaisir libérant à nouveau mon sexe. J’en profite pour me dégager sur le côté et place ma douce, toujours folle d’excitation, sur le ventre. Je me mets alors à genoux et commence à embrasser délicatement son dos, ses épaules tout en caressant ses fesses et l’intérieur des cuisses. Immédiatement, elle se met à quatre pattes, les reins creusés et la croupe complètement offerte, les bras étendus sur le lit.


Dans cette position, Alix m’offrait son cul de façon complètement évidente. Nous avions parlé parfois de la sodomie et cette pratique ne semblait pas le tenter plus que ça. Mais aujourd’hui elle semblait prête... Je savais qu’il fallait lubrifier le conduit et que cela pouvait être douloureux. Je savais aussi que les couples pratiquant la sodomie y trouvent un plaisir intense et très particulier. Ce jour là, si près de réaliser un de mes fantasmes, je suis un peu pris au dépourvu. Heureusement, je me souviens que, dans la table de nuit, traîne un peut de lubrifiant rescapé d’une boite de préservatifs que nous utilisions il y a quelques années. Je me lève alors et trouve rapidement le sachet dont j’extrais la gelée pour enduire mon sexe et l’anus d’Alix qui, toujours dans la même position, continue à se branler doucement en gémissant. Debout derrière elle, je place mon sexe contre l’orifice tout en la saisissant par les hanches.


Mon sexe n’est pas très gros et je pense que c’est la raison pour laquelle je rentre sans aucune difficulté dans le ventre de ma compagne qui réagit en poussant de petits gémissements. La sensation est exquise : le fourreau étroit est chaud et accueillant. Je commence tout doucement un lent mouvement de va et vient. Les gémissements d’Alix se transforment en un râle qui vient des profondeurs. Son plaisir est à la hauteur du mien. Elle m’encourage en accompagnant mon mouvement par des ondulations du bassin. Nous sommes tous les deux dans un état d’excitation que nous n’avons jamais atteint jusqu’à ce jour ! L’excitation est tellement forte que je sens monter la jouissance sans pouvoir la contrôler et rapidement, trop rapidement, j’éjacule au plus profond de son ventre avec la sensation de me vider complètement. Ma jouissance déclenche alors un violent orgasme chez Alix dont je sens le corps se tétaniser pendant quelques secondes qui paraissent une éternité !


Epuisés tous les deux, nous nous effondrons sur le lit la peau moite et l’esprit encore occupé par cette aventure hors du quotidien. Nos regards qui se croisent sont ceux de deux amants qui viennent de vivre un moment de pur bonheur.

Diffuse en direct !
Regarder son live