Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • 23 J'aime
  • 0 Commentaire

Amandine fille au pair

Chapitre 2

Inceste

Amandine fille au pair



Amandine et Meredith sont amante depuis déjà quelques jours et elles ont beaucoup de mal à se retrouver seule, entre le mari et les deux jumelles.

Un soir Maud est malade et Amandine doit s’occuper d’elle dans la soirée, elle est réveiller en cour de nuit par un bruit et vas voir ce qu’il se passe.

Il y a du bruit dans la chambre de Maud, elle entre sans frapper et surprend l’incroyable, ce qu’elle n’aurait pue imaginer.

Le père de Maud est la et à une main sous les couvertures et nul n’est besoin d’être grand clair pour deviner ce qu’il se passe. Il est tout simplement en train de branler sa fille.

Vivement il retire sa main et dit à Amandine.

— Ce n’est rien je l’auscultais.

— Vous avez de drôle de façons d’ausculter votre fille, elle à mal à la tête, pas à son sexe.

— Ce n’est pas ce que vous croyez voyons.

Amandine va au lit et retire les couvertures et voit le sexe de Maud dénudé et tout baveux de cyprine.

— Ça c’est quoi ? Du gel douche ?

— Allons, elle a 18 ans et est consentante.

— Sortais ou j’appelle votre femme.

— Vous n’oseriez pas tout de même.

— Vous voulez parier.

Le père sort et Amandine demande à Maud.

— C’est vrai que tu veux ou il t’y oblige ?

— Non, il ne m’oblige pas mais j’aime pas trop, il me fait mal parfois avec ses doigts mais il me fait jouir.

— Tu as jouis, la ?

— Non tu es arrivée avent.

— Tu veux que je te fasse jouir moi.

— Oui, je veux bien je préfère maman, elle est plus douce.

— Tu fais l’amour avec ta mère.

— Oui, j’ai surpris maman et ma sœur une fois alors depuis elle me le fait à moi aussi.

— Et avec ta sœur tu le fais.

— Non, elle ne veut pas avec moi.

— Et tu aimerais ?

— Oui, beaucoup.

— Alors laisse moi faire et on le fera toutes les quatre avec ta mère.

— Si tu ne veux pas que ton père te touche, tu n’as qu’à me le dire, il ne te touchera plus.

— Si, je veux j’aime bien quand même, je sais qu’il aimerait aller plus loin mais ne le fait pas parce que je suis vierge mais moi j’aimerais bien, je le suce quelques fois ou le branle et j’adore le faire.

— Bon alors si c’est comme ça je ne dirais rien.

— Dis-tu me fais jouir.

Amandine quitte sa robe de chambre et c’est nue qu’elle se glisse dans le lit de Maud. Les deux filles se découvrent. Amandine a plus d’expériences que Maud et c’est elle qui dirige, elle savoure à grand coup de langue l’abricot de la jeune fille et se délecte de ce que son père a déjà commencé à y faire couler, elle pénètre l’anus de la jeune fille de ses doigts et de sa langue caresse le clitoris et lui introduit un doigt dans le vagin prenant la précaution de ne pas la déflorer, elle fait allonger Maud de façon à pouvoir lui présenter son entre humide et les deux jeunes filles se savoure dans une profusion de gémissements, elles en ont rien à faire même si elles sont entendues, personne ne viendra les déranger. Amandine le sait, elle sait aussi qu’elle va profiter des secrets de cette famille pour son plaisir.

Elle à deux doigts dans l’anus de Maud et sa bouche est sur son clitoris, elle le mordille et va avec sa langue fouiller le vagin de la jeune fille celle ci jouit plusieurs fois et Amandine en profite pour enfoncer chaque fois un doigt de plus dans son anus. Il ne reste que le pouce dehors et elle à bien l’intention de l’enfoncer aussi, longuement elle rentre et sort sa main et enfin le pouce est entré. La main d’amandine est dans le ventre de Maud et celle ci explose de jouissance, sous les coups de langue et les vas et viens de la main.

Quand la jeune fille quelques instant plus tard reviens à elle, Amandine lui dit.

— Tu serais me le faire, comme je viens de te faire ?

— Oui, c’est bon ce que tu m’as fait.

— Oui tu ne serais pas pucelle, je te l’aurais fait dans ta chatte, moi aussi je suis pucelle mais plus pour longtemps, si ton père aime les gamines je vais me faire dépuceler par lui. Si tu veux j’y demanderais pour toi.

— Ho ! Oui fait-le.

Elle firent l’amour une bonne partie de la nuit et s’endormirent épuisées. Le lendemain Amandine allait mettre en route un plan pour se retrouver avec Meredith et ses deux filles, déjà elle à eu Maud qui n’est pas la plus facile des filles, Lisbeth ça va être un jeu d’enfants.

Dans la matinée, elle aidait Meredith à son cabinet, pour recevoir les patients et l’après midi Meredith venez souvent lui rendre visite pour faire l’amour.

Elle adorait qu’Amandine lui enfonce sa main dans la fente, elle le lui avait appris et la gamine savait le faire comme personne, elle avait bien essayée avec Lisbeth mais celle si n’était pas assez patiente et Maud trop timide encore.

La seule qui la faisait vraiment jouir était Amandine. Cette gamine était faite pour l’amour, le seul regret qu’elle avait c’est que les trois filles soient pucelles, pour donner libre cours à sa luxure.

Amandine allait remédier au problème. Quand Meredith arriva vers 15 h dans l’appartement, celle ci comme à son habitude était en jupe d’écolière sans rien dessous et avec juste un petit chemisier en coton ou les pointes de ses seins libres, transperçaient le tissu.

— Dit moi salope, tu ne m’avais pas dit que tu baisais tes filles, alors tu peux retourner à ton cabinet, je ne te baiserais plus ta fente.

— Ma chérie, je ne savais pas comment te le dire, c’est pas commun.

— Si tu veux que je te baise, tu as intérêt à me faire baiser avec toi et elle, sinon, plus rien.

— Tu veux dire toutes les quatre ensembles.

— Oui tien. Ha ! Je te le dis, je vais me faire dépuceler par ton mari, il à l’air d’aimer tes filles il me baisera bien moi aussi.

— Il ne les baise pas, il les branle ou se fait sucer juste, il n’ose pas les dépuceler.

— Ça va changer, ce soir je viens dans votre lit.

— Tu ferais ça ma chérie ?

— Oui et demain je viens avec Maud.

— Tu crois qu’elle voudra.

— C’est elle qui m’a demandée.

— Et à toi de décider Lisbeth ou c’est moi qui le fait.

— Je m’en charge mais tu peux la baiser si tu veux, elle est dans sa chambre, elle n’a pas cours, tu veux qu’on y aille, maintenant ?

— Non, je veux garder des forces pour ce soir, juste si tu veux toi et moi.

Le soir Amandine alla se coucher comme à son habitude et passa dire bonsoir aux filles, en premier à Maud qu’elle branla un moment pour la faire jouir, avent de s’endormir et après Lisbeth.

— Bonsoir méchante, tu ne m’aime pas c’est ça ?

— Mais si voyons Amandine, pourquoi tu dis ça ?

— Tu fais l’amour avec tout le monde ici et pas avec moi, voilà ce que j’ai.

— Qui t’as dit ça ? Je ne le fais qu’avec ma mère, c’est tout et de temps en temps je branle mon père mais il ne veut pas me dépuceler.

— Si je te fais dépuceler par lui, tu fais l’amour avec ta sœur.

— Oui :

— Alors viens lui faire l’amour et je te ferais dépuceler par ton père, moi j’y vais ce soir.

Amandine laissa les deux sœurs dans la chambre de Maud, quand elle partit les deux filles étaient déjà en 69 et Maud commençait à préparer l’anus de sa sœur, comme Amandine le lui avait appris la veille.


La suite bientôt si vous aimez.

Diffuse en direct !
Regarder son live