Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 793 fois
  • 133 J'aime
  • 8 Commentaires

Amandine volleyeuse et étudiante hors pair

Chapitre 2

le vestiaire

Voyeur / Exhibition

Je sors de la remise, marche sur le terrain en direction des vestiaires. Mes jambes sont encore toutes tremblantes, je titube, m’appuyant sur le mur pour ne pas tomber. Je m’apprête à sortir du terrain, quand on m’interpelle :


— Amandine ?!


Je sursaute, l’appel de mon prénom me fait sortir de mes pensées. Je me retourne et aperçois l’entraîneur de l’équipe des garçons. Il reprend :


— Amandine qu’est-ce que tu fais encore là ?


Je ne réponds pas, toujours pas remise de mon orgasme. Le coach s’approche de moi, il semble m’observer et se poser des questions. En même temps, il y a de quoi s’en poser avec mes jambes humides et vacillantes. Il enchaîne, me posant la main délicatement sur mon épaule :


— Désolé, on ne vous a pas prévenu, on a changé nos horaires d’entraînement. On va tout réinstaller, t’inquiète. Mais va te changer, vite ! Toutes tes copines sont sorties est les mecs de l’équipe prennent votre vestiaire.


Il m’accompagne jusqu’au vestiaire puis avant de me laisser me changer, me conseille :


— Prends une douche, ça ne te fera pas de mal.


Ses yeux se lèvent de mes cuisses. Notre regard se croise. Je lui esquisse un sourire puis ferme la porte doucement, faisant durer l’instant.

La porte enfin fermée, je regarde le vestiaire vide. Seules restent mes affaires.

Je me laisse tomber sur le banc. J’enlève méthodiquement mes chaussures puis mes chaussettes, les plaçant bien alignées devant mon sac. Je dégrafe ma brassière, la posant dans mon sac. Je soulève mes fesses et fais glisser le short et le string en même temps. Ceux-ci glissent le long de mes jambes pour tomber sur mes pieds. Je m’abaisse pour les récupérer et les mets à leur tour dans mon sac.


Je me lève enfin, prenant ma serviette et mon savon. Je rejoins les douches qui sont collées au vestiaire et séparées par un mur sans porte. Les douches sont collectives, mais on ne peut rien voir depuis le vestiaire.


Je me place dans un des coins de la douche et presse le bouton de l’eau. Un filet d’eau chaude gicle du robinet et vient se déverser sur mon dos. Je ferme les yeux et lève la tête. L’eau coule sur mon front et s’englue dans mes cheveux blonds. Rapidement, mes cheveux gorgés laissent goûter des perles d’eau retombant sur mes fesses bombées.


J’ouvre ensuite mon savon et masse mes cheveux. Mes mains glissantes viennent caresser mon corps. Elles passent sur mes seins, ne peuvent s’empêcher de les presser. L’eau continue de couler, je me sens bien, je suis seule, dans ma bulle...

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Des voix masculines me ramènent à la réalité :


— Ah les gars, je crois qu’il reste une nana dans les douches !

— Qui ça pourrait être à votre avis ?


Je les entends rire, et malgré la situation, je garde mon calme. Je ne pense pas qu’ils viendront passer leur tête dans les douches pour vérifier. Je me rince tranquillement tout en suivant leur conversation :


— Humm des talons une robe aussi jolie Juliette ou Amandine.

— Ahah tu jures que par les blondes toi, le choix est plus large, je pense.

— Chacun donne son avis, on attendra dehors qu’elle sorte après nous.


Je les entends chacun dire un prénom. La situation m’amuse et toujours cachée dans les douches, j’interviens :


— Alors les gars, tout le monde s’est mis d’accord. Alors, à qui appartient les vêtements ?


Je pense que c’est moi qui les ai surpris, car il suit un moment de silence où enfin un téméraire répond :


— Oui, tout le monde a fait un choix, tu veux qu’on sorte pour que tu te changes ?

— Non ce ne serait pas drôle et ça ne récompenserait pas les bons observateurs.


Un sourire se dessine sur mes lèvres et je reprends :


— Je propose que ceux qui m’ont reconnue puissent me voir me rhabiller, les autres ferment les yeux et attendent ?


Aucune réponse, alors je les relance :


— Ou peut-être préférez-vous tous sortir ?


Un "NON !" rapide et général résonne dans le vestiaire.


— Super, par contre, si un de vous triche, ce sera bien le dernier jeu que vous ferez avec moi, c’est compris ?


Je reconnais la voix de Cédric qui me répond :


— T’inquiète pas, on respectera ton choix.


C’est donc l’équipe de réserve qui s’entraîne ce soir, je passe ma serviette blanche autour de ma taille, me couvrant du haut de ma poitrine à la lisière de mes fesses. Je passe uniquement ma tête à la sortie de la douche pour voir les garçons. Les réactions sont flagrantes. Je distingue sans même leur demander qui a reconnu mes vêtements ou non. Je rigole, voyant la tête de certains, dépités.


— 3 sur 6 qui ont reconnu mes affaires en vérité, je suis surprise... Je pensais à moins.


Cédric, qui a reconnu mes vêtements, me répond :


— Tu ne passes pas inaperçu sur le campus, Amandine.


À l’entente de mon prénom, un frisson de plaisir me traverse le corps. Cédric reprend :


— Bon allez les gars, tout le monde s’assoit gentiment et vous 3, vous fermez les yeux, on respecte le choix de Madame.


Ma tête toujours sortie du mur observe la scène. Les garçons s’assoient sur les bancs du vestiaire et les perdants se bandent même les yeux de leur tee-shirt "qu’ils sont obéissants ces garçons, c’est bien" me dis-je.


Tout le monde a sa place, je me décide enfin à sortir. La serviette m’entourant, je marche délicatement en direction de mes affaires. De l’eau goutte encore sur mes cuisses et je laisse derrière moi des empreintes de pied mouillé. Je me stoppe, me retourne devant mes vêtements. Je viens défaire ma serviette de mon corps, me dévoilant nu devant les 3 garçons. Je m’assois et essuie chacune de mes jambes. J’enroule maintenant la serviette autour de mes cheveux. Un des garçons ne résiste pas et se masturbe doucement sous son short. Les deux autres ne peuvent pas cacher leurs érections, mais résistent au fait de se toucher. J’essaye, quant à moi de garder mon calme, de me changer comme si de rien n’était.


Je sors un string propre de mon sac. Je me penche, le fais passer autour de mon pied, puis de l’autre et le remonte doucement. J’avoue ralentir mon geste pour rendre fous les garçons.

Mon sous-vêtement mis, je me relève dos à eux. Je prends ma robe, puis réflexion faite, la repose " autant leur faire profiter un maximum". Debout toujours dos à eux, je penche mon buste et attrape mes escarpins. Je suis cambrée et suppose que mes fesses bombées ressortent, soulignées par les dentelles de mon string noir. Je jette un œil sur les garçons, qui pour mon plus grand plaisir me dévorent des yeux. Mes escarpins enfilés, je reste encore courbée un instant. Je respire doucement, fermant les yeux en essayant de contenir mon excitation. Après quelques secondes, je me redresse et cette fois-ci, enfile ma robe. Elle glisse le long de mon corps pour s’arrêter au-dessus des genoux.


Je range mes affaires dans mon sac et suis enfin prête. Le sourire aux lèvres, je regarde chacun des trois garçons qui ont pu assister à la scène puis déclare :


— J’espère que ça vous a plu, les autres, vous pouvez ouvrir les yeux.


Sans rien ajouter, je me dirige vers la porte du vestiaire, mes talons claquant sur le carrelage. Je m’apprête à ouvrir la porte quand un des garçons m’interpelle :


— Amandine... On a respecté ta consigne... À quand le prochain jeu ??


Un instant je réfléchis... Il a raison voyons, jusqu’où je et nous pouvons aller. Mais je dois m’assurer d’une certaine confiance et discrétion.


— Humm gardez ce qui s’est passé là pour vous. Si vous arrivez à tenir vos langues... Eh bien, je pense que j’aurai un autre jeu pour vous la semaine prochaine.


Sans attendre leur réponse, j’ouvre la porte et tombe nez à nez avec le coach. Je luis souris et tout en passant à côté de lui, lui chuchote :


— Vous avez raté quelque chose, la prochaine fois, ne vous faites pas prier et entrer.


Je continue de marcher, sans me retourner afin de retrouver Léa sur le parking.

Je la vois dans sa voiture et la rejoins :


— T’en a mis du temps, c’est de bonne guerre, je t’ai fait attendre tout à l’heure.


Elle démarre et roule en direction de chez moi. Le trajet est plutôt calme. On se jette quelques regards, mais pas un mot ne sort. Léa s’arrête, je récupère mon sac et lui dis..........

Diffuse en direct !
Regarder son live