Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • 69 J'aime
  • 0 Commentaire

L’amant discret

Chapitre 1

Zoophilie

Marie et Pierre, elle 25 ans belle blonde d’un mètre 78, 68 kg, un corps de mannequin, de très petits seins, elle travaille dans l’administration.

Lui 28 ans grand brun 1m 80 85 kg de muscles, il travaille comme vendeur dans un garage automobile, ils sont mariés depuis deux ans, et viennent d’acheter une maison en banlieue.

La maison est dans un petit lotissement à l’écart, ils ont aménagé depuis déjà quelques jours et font la connaissance des voisins, un jeune couple comme eux, elle est aussi fonctionnaire et lui est représentant de commerce et ne vient que les fins de semaines.

Ils s’entendent des le début très bien et passe quelques soirées ensemble, Marie et tout de suite très amie avec Charline, les deux femmes diamétralement opposées physiquement, Charline est petite et brune, pas plus d’un mètre 50 pour 15 kg, très belle fille aux seins bien faits et assez gros, 95 c, elle époustoufle Marie avec sa grosse poitrine.

Elles sont dans la cuisine de Charline, elles parlent chiffons et Marie lui avoue son admiration, leurs maris sont partis ensemble faire du sport, ils ne reviendront que très tard.

— Ma chérie tu as des seins magnifiques, je suis jalouse, tu dois avoir du mal à les tenir !

— Non, ils tiennent seuls, tu veux voir ?

— Oui j’aimerais bien, je crois que je n’en ai jamais vu de si gros !

— Viens dans la chambre, je te les montrerais !

Elles sont dans la chambre, Charline se met torse nu et Marie admire les seins.

— Je peux les touchers ?

— Oui bien sur, j’adore quand on me les touche !

Marie pose une main sur le sein, le palpe le soupèse, caresse le mamelon, triture l’autre, Charline gémit, ses mamelons sont fiers et dressés, les deux mains sont sur sa poitrine, elle regarde Marie dans les yeux.

— Si tu continus tu vas me faire mouiller !

— Oh, pardon, excuse-moi mais ils sont si doux, je ne voulais pas, heu, enfin je ne suis pas lesbienne !

— Moi non plus et je te dirais que c’est la première fois qu’une femme me caresse les seins mais j’adore ça, tu as les mains douces, continus si tu veux !

Marie ne se fait pas prier.

— Allonge-toi sur le lit, je te caresserais les seins si tu veux, on n’est pas obligé de faire plus mais j’adore te caresser !

— Moi aussi j’aime, montre-moi les tiens !

Les deux femmes sont torses nus sur le lit et se caressent les seins, une bouche prend un téton, puis l’autre, la langue lèche la peau douce, une main s’aventure sur le ventre.

Charline se dresse sur un coude, regarde Marie dans les yeux et avance sa bouche vers la sienne.

— Je ne l’ai jamais fait mais j’ai envi avec toi, tu veux ?

— Oui, embrasse-moi ma chérie, j’ai envi aussi !

Les langues se cherchent, une main passe sous la jupe de Marie, remonte la cuisse et vient caresser la culotte, un doigt est passé dessous le vêtement et caresse la vulve déjà humide.

La main de Charline défait les boutons du jeans de Marie, sa main s’introduit dans l’ouverture, son amante ne porte pas de culotte, ses poils sont doux, et peu fournis, les doigts caressent la vulve, cherche le clitoris, se mouille du jus qui coule de ce fruit baveux.

Elles se font jouir presque en même temps, Charline enlève le jeans de Marie.

— Chérie, je ne l’ai jamais fait mais j’en ai une envi folle, j’ai envi de te lécher la chatte !

Marie répond par un sourire et un gémissement, la bouche de son amante prend possession de son abricot, la langue lèche et titille, la bouche suce et aspire.

La culotte de Charline glisse à ses petits pieds, la bouche de Marie vient remplacer ses doigts, les deux femmes se délecte de cyprine au goût fort et a l’odeur acre, elles sont comme hystériques, s’enfonçant les doigts au plus profond du vagin, jouissant plusieurs fois.

Enfin calmée, elles sont une contre l’autre, Marie nue, Charline encore avec sa jupe.

— J’en avais très envi tu sais, on restera copine quand même !

— Bien sur ma chérie, on est même amante et on recommencera si tu veux !

— Oui je veux j’ai adoré !

— Si je te dis un secret tu seras le garder et si tu veux en profiter, moi j’adore cela depuis longtemps, je te montrerais comment faire !

— C’est quoi ton secret ma chérie ?

— J’ai un amant ?

— Je ne veux pas tromper Pierre avec un homme, toi ce n’est pas pareil, en plus les hommes ça parle toujours trop !

— Ce n’est pas un homme !

— Un jouet alors, j’en ai un aussi !

— Non ! C’est Rex !

— Rex ? Ton chien, tu fais l’amour avec un chien ?

— Oui et c’est super bon, un jour j’ai vu un film sur la zoo avec un chien, sur le net, quand Roger a voulu prendre Rex j’y ai tout de suite pensée, et depuis quelques mois il me fait l’amour comme un dieu, je suis seule la semaine et tous les soirs il me monte comme une chienne, tu aimerais le voir faire ?

— Je ne sais pas, faire l’amour avec un chien, tu le suce ?

— Oui il adore ça, il me lèche aussi, attend, je vais le chercher, il est au garage !

— J’ai un peu peur des chiens, tu sais !

— Il est très gentil et très doux tu verras, si tu veux, je te ferais prendre, il adore ça, il aime me lécher entre les cuisses quand je mouille, là, on vient de faire l’amour, il va le sentir et va s’exciter, après c’est facile pour se faire monter, il faut juste garder un haut de veste, sinon il griffe!

— Non pas moi mais je veux bien le voir faire avec toi!

Charline alla chercher le chien, un superbe berger belge Malinois, il vint faire des fêtes à Marie, qui un peu impressionnée se blottie sur le lit, Charline était assise à même la moquette et écarta ses jambes, je chien vint lécher l’entre jambe, entrant sa langue dans la vulve ouverte.

— Tu vois, il adore ça, vient à coté de moi, il va te lécher aussi !

Marie vint prés de Charline et écarta ses cuisses en grand, laissant le chine lui lécher la cyprine qui coulait de sa vulve.

— Ho, Marie, c’est super bon, il enfonce ça langue dedans, je mouille comme une folle, il va me faire jouir Marie, je jouis !

— Jouis ma chérie, il adore, ça tien passe cette veste, si tu te mets à quatre pattes et te baisse un peu il va te prendre ! Tu veux ?

— J’aimerais le voir faire avec toi, il m’impressionne un peu quand même !

— Non regarde, Rex, viens ici bon chien, viens, regarde, il sait que je vais le sucer, il bande déjà, touche-lui la bite, branle le, tu vas voir comme il gicle fort !

— Non fait-le toi, je regarde, la prochaine fois si j’ai moins peur de lui !

Marie avait embouché le vit du chien et le suçait, elle le branla un moment puis passa le haut de veste, le chien avait compris, il allait prendre sa chienne.

En deux secondes, il fut sur elle, elle présentait ses fesses au chien, elle dirigea le pieu en elle, un coup de rein et il était au fond de sa vulve, s’activant en elle de rapides coups de reins, Marie voyait ce pieu énorme tirer des cris et des gémissements de plaisir à Charline.

— Il va gicler, au oui Rex gicle mon chien, je jouis, c’est bon encore bon chien encore !

Le chien la prenait déjà depuis un petit moment, elle s’affala au sol, la vulve dégoulinante d’un liquide blanchâtre, le chien alla se coucher et se lécher le sexe, Marie le trouva énorme.

— Mon dieu mais il a un sexe énorme, tu arrives à prendre ça dans ta vulve ?

— Au début j’ai eu un peu de mal mais maintenant il arrive même à me sodomiser et j’adore ! Tu veux essayer ?

— J’ai peur qu’il me fasse mal !

— Non, s’il te fait mal tu te plaque au sol, il ne peut plus rien faire, il viendra sur moi, me prendre, je le tiendrais si tu veux !

— Je me mets à quatre pattes ?

— Oui quand tu voudras qu’il arrête, tu te mets à plat ventre !

Marie était à quatre pattes, le chien avait compris qu’il avait deux chiennes à monter et déjà tournait autour de la jeune femme, il sentit sa vulve, lui monta dessus, le vit trouva seul l’entré, il s’enfonça en elle d’un seul coup de rein, qui tira un cri de douleur à la jeune femme.

— Charline il vient de me défoncer la vulve, je jouie, je vais jouir, Charlineeeeeeeeeee il me défonce la vulve !

— Joui ma chérie, il va gicler dans ton ventre tu vas voir, il va te remplir, ne le laisse pas entrer en entier sinon il restera collé à toi !

— Ho, oui il me gicle dedans, je jouis encore, c’est bon !

Dans un dernier cri, elle recevait les giclées de sperme du chien au fond de son ventre.

Sa première expérience zoo venait d’avoir lieu, elle venait de se faire prendre par Rex avait adoré, la sensation dans son ventre, d’avoir un énorme pieu qui lui défonçait la vulve et la quantité de sperme émise par le chien venait de la faire jouir plus qu’avec un homme.


Si vous aimez j’écrirais une suite !


Barbebleue.

Diffuse en direct !
Regarder son live