Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 876 fois
  • 17 J'aime
  • 12 Commentaires

L'amante des marées

Chapitre unique

Un conte érotique pour passer le temps

Divers

Un conte érotique sans prétention pour passer le temps.

Perdu dans l’occident du monde, encore plus loin à l’ouest que la Francie, le duché de Breizh est un lieu où l’immense masse de terre euro-asiatique se jette dans l’océan. Pour les érudits de l’Ëran ou les brahmanes des cours de l’Hindoustan, c’est un pays qui figure en marge des cartes, peuplé d’êtres inconnus et de merveilles. En réalité, c’est un pays au climat doux, bien que les tempêtes soient une menace concrète, boisé, où de nombreuses personnes vivent du travail de la mer. La proximité avec l’élément marin a ancré dans le cœur du peuple la crainte des fantômes, démons et autres apparitions qui hantent les vagues. On évoquait souvent lors des veillées entre pêcheurs des histoires autour de bateaux fantômes qui attendaient les marins après leur mort, véritables au-delà sur mer. Des sirènes et de leur palais sous-marin de nacre et d’ambre où luisaient des lampes de saphir et d’émeraude.


Ainsi que les gestes de saints capables par leur seule volonté d’arrêter les tempêtes, et d’une cité abîmée dans les flots par la malice d’une jeune fille. C’est à ces histoires et à d’autres encore que pensait Erwan sans trop y croire alors qu’il marchait de nuit sur le long chemin qui menait vers la plage. Il jeta un regard sur la campagne alentour, baignée dans la lumière pâle et ténue de la pleine lune, puis se renfrogna dans son long manteau et accéléra la marche. Ce n’est pas des spectres dont il avait le plus peur, mais des brigands qui rôdaient parfois sur les routes nocturnes et qui pourraient être attirés par le contenu de l’imposant sac qu’il avait sur le dos. Ce dernier ne contenait pas d’objet qui ait en soi une valeur intrinsèquement élevée, mais ce qu’il s’apprêtait à faire avec ces bibelots serait la plus grande expérience de toute sa vie.



Il l’avait rencontré il y a six mois de cela.


Erwan avait toujours été un garçon de constitution fragile, maladif. Pour cette raison, son père n’a jamais voulu l’initier au dur métier de pêcheur, considérant que cela serait trop dangereux pour lui. Il n’était pas oisif pour autant. Erwan aidait au triage des produits de la pêche. Développant dans ce domaine des compétences quasi surhumaines. Il était ainsi capable de reconnaître d’un coup d’œil l’espèce d’un poisson ou d’un crustacé et d’estimer ensuite sa valeur. Estimations qui se confirmaient correctes la plupart du temps.


Ainsi passait sa vie. Il y avait cependant chez lui une légère frustration de ne pouvoir aller en haute mer. Frustration qu’il aimait combler en se promenant de longues heures sur le littoral. Ce fut lors d’une après-midi morne de l’hiver de ses dix-huit ans qu’eut lieu la première rencontre. Il marchait sur une plage du Trégor, regardant au nord la vaste mer d’où venaient autant les commerçants anglais que les hordes barbares de la Scandinavia. Ces païens maudits surgissaient périodiquement des brumes du nord sur leurs bateaux à fond plats. Ils pillaient villages et monastères, puis s’en retournaient offrir leurs prises sur leurs autels de glace, loin dans les terres arctiques.


Tandis que ces sombres pensées occupaient son esprit, il posa les yeux sur un amoncellement de rochers qui avait pied dans l’eau. Assez loin de la plage pour ne pas être au sec à marée basse, mais assez proche cependant pour permettre que l’on voit distinctement et sans erreur une personne qui se serait tenue dessus. Or Erwan vit à ce moment quelqu’un sur les pierres.


C’était une femme. D’une peau très blanche, surnaturelle. Blanche comme le calcaire des falaises de la grande Bretagne. Elle se tenait de profil par rapport à lui. Cela lui permettait d’apprécier les courbes de son corps. Il put ainsi voir qu’elle avait les seins lourds. Bien plus volumineux que ceux des femmes de son village, qu’il avait pu voir furtivement lors de séance de voyeurisme. Il pouvait remarquer un téton pointer fièrement. Le contraste entre le rose de celui-ci et le blanc de la peau ne le faisait que ressortir plus clairement. La courbe de ses fesses, visibles aussi, prouvait que par-là aussi c’était ferme. Erwan n’avait pas beaucoup vu de derrières durant sa vie, se contentant généralement de regards vifs quand une femme se penchait pour ramasser quelque chose sur le sol. Mais il savait par instinct qu’il avait devant lui l’une des plus belles paires de fesses qu’il pourrait voir durant sa vie.


La ligne de chaire continuait ensuite en deux belles jambes galbes dont la blancheur contrastait fortement avec la noirceur du rocher.


Elle était en train de coiffer sa longue chevelure. Celle-ci était ondulée comme les vagues et sa couleur était celle de la mer. Mélange subtil et harmonieux entre le vert, le noir et le bleu foncé. Erwan pouvait voir distinctement qu’elle portait des bracelets à ses bras ainsi que des bagues à ses doigts. Elle semblait aussi avoir des boucles d’oreilles et un collier. Toutefois, aucun de ces objets n’était neuf. Au contraire, tous semblaient usés, vieux. Comme s’ils provenaient du pillage de quelques bateaux coulés depuis des siècles.


Erwan avait le souffle coupé par cette vision et aurait aimé la voir en entier, pas juste une moitié. C’est à ce moment qu’elle se tourna vers lui. Se rendant soudain compte de sa présence, elle laissa sortir un joli « oh» de surprise de ses lèvres. Puis lança au garçon un sourire gentil et un signe d’invitation à la rejoindre. Erwan fut alors pris d’une peur bleue et se mit à courir à toute jambe vers la maison familiale.


Il n’avait parlé de cela à personne et avait éludé les questions posées par son frère, Malo, de deux ans son aîné. Toutefois, il n’arriva pas à dormir immédiatement ce soir-là. L’image de la femme lui resta en tête et lui donnait une puissante érection. Il se voyait toucher la nymphe. Palper ses seins. La prendre comme une chienne sur la plage. Lui enfoncer sa verge dans sa chatte et la voir progressivement couiner de plus en plus fort sous ses coups de reins. Se vider en elle. N’y tenant plus, il referma sa main droite sur sa bite et commença à se toucher. Il aimait particulièrement tripoter la région de la couronne balanique. Il s’était rendu compte qu’une branlette impliquant cette zone lui donnait des sensations plus puissantes et persistantes qu’une branlette normale. Il resta ainsi un bon quart d’heure à s’imaginer couché avec la femme de la plage tandis qu’il se tripotait la base du gland avec deux doigts. S’amusant à faire monter puis descendre l’excitation.


Au détour d’un fantasme impliquant une fellation de la naïade, il ne put se retenir et se laissa happer par la vague de plaisir, se vidant dans ses draps. Il se sentit alors chaud, lourd, somnolant, mais content de son plaisir. Il plongea dans le sommeil, sans même s’en rendre compte.


Il recommença ses séances de branlettes nocturnes durant les deux semaines qui suivirent. Toutes entièrement consacrées à la femme de la plage. Cependant, il se rendait bien compte au fil du temps que cela lui apportait de moins en moins de plaisir. Non pas qu’il s’était lassé de s’imaginer baiser la naïade. Au contraire, il ne pouvait plus se contenter du fantasme et voulait la baiser pour de vrai.


C’est cela qui le poussa à revenir sur la plage, à l’endroit où il l’avait aperçue la première fois. Même s’il n’avait aucun espoir de la revoir. Pourtant à sa grande surprise, elle était de nouveau là et de nouveau, elle lui fit un geste de la main pour dire « viens là ».


Il marcha alors vers elle jusqu’à la ligne où les vagues viennent mourir en écume. Il était alors à quatre mètres du groupe de rochers et pouvait parler sans problème avec la femme (on était à marée basse, contrairement à la première fois). Ce fut elle qui engagea la conversation.


— J’ai bien cru que tu ne reviendrais jamais. Tu es un grand timide mon petit ? Je ne vais pas te manger pourtant.


Sa voix avait quelque chose d’enchanteur. Une résonance qui pouvait rappeler celles de ces bols de métal que font sonner dans l’air ténu des montagnes les moines du Tibet. Cela laissa Erwan muet. Ça et les traits fins du visage de la créature qu’il pouvait enfin voir de près. Elle avait des yeux couleur glauque, un nez aquilin, une bouche fine, et des oreilles pointues. Le tout dans un visage légèrement allongé.


La femme était visiblement amusée du silence du jeune homme.


— Ma beauté de laisse sans voix ? Oh, mais j’y pense. Nous ne nous sommes même pas présentés l’un à l’autre. Je m’appelle Mary-Morgane. Et toi, quel est ton nom mon jeune ami ?


Ce « jeune ami » précipita Erwan dans un abîme de rêve et d’espoir. Il avait l’impression que tous ses désirs se réaliseraient en laissant la conversation suivre son cours normal.


— Euh... j-je m’appelle Erwan... enchanté.

— Erwan. C’est un joli nom pour un joli garçon. Cette remarque fit instantanément rougir le jeune homme. Tu viens souvent ici.

— Euh... oui... oui.


Elle eut de nouveau un gentil sourire.


— C’était une affirmation, pas une question. Je t’observe depuis longtemps. Tu viens souvent ici te promener. Tu aimes bien la mer ?

— Oui. Il répondit d’un coup, puis plus hésitant. Je trouve la mer jolie, mais je vous trouve encore plus belle. Vous pouvez venir vers moi ? Je... euh... je sais pas nager...


Mary-Morgane eut un grand et long éclat de rire. On ne percevait pas de méchanceté dans celui-ci, seulement un très grand amusement. La tonalité hypnotique de sa voix rendait la chose extrêmement plaisante à entendre. Tandis que Mary-Morgane reprenait son souffle, Erwan lui se maudissait de son faux pas.


— Hi hi. En deux cents ans, on ne m’avait jamais fait la cour d’une manière aussi malhabile. Hi hi. Puis reprenant complètement son souffle, elle articula. C’est si mignon, malhabile, mais mignon. Et reprenant d’une voix plus sérieuse. Malheureusement, nous sommes de deux mondes différents et je doute que nous puissions avoir un rapport charnel l’un avec l’autre. Je ne peux vivre sur la terre et tu ne peux vivre sous la mer. Il y eut un grand silence. Elle reprit d’une voix posée. Je vais devoir retourner vers mes sœurs, mais j’aimerais bien qu’on se revoie. Si tu es d’accord bien sûr.


Il fit un grand « oui » de la tête.


— Je suis contente que tu acceptes. Par contre, nous devrions nous voir dans un endroit un peu moins exposé. Je connais une petite crique rocheuse un peu plus loin. Elle est isolée des regards, on ne devrait pas être dérangé par des inopportuns.

— Je vois où c’est. Je la connais moi aussi.

— Très bien. Sur ceci, au revoir et à la prochaine. Elle dit cette dernière phrase dans un murmure que l’on pourrait sans problème qualifier d’aguicheur. Puis disparue dans les vagues. Laissant Erwan seul sur la plage, plein d’espoirs.


Ils eurent plusieurs rendez-vous ensemble. La crique leur permettait une grande promiscuité. Ils pouvaient se tenir à deux mètres l’un de l’autre sans problème, malgré le fait que Mary-Morgane ne pouvait marcher sur la terre ferme.


Elle avait longtemps vécu et racontait au jeune homme ce qu’elle avait vu sur et sous l’eau. Les lampes de joailleries qui éclairaient les palais des créatures sous-marines. Lampes dont la lumière, en se réfléchissant sur les murs de nacre et d’ambre, créait d’étranges arcs-en-ciel d’une chromatique jamais vue par des yeux mortels. La singulière déformation dont la lumière des étoiles est l’objet quand on les regarde depuis les fonds marins. Les surprenantes et astucieuses utilisations du corail que faisait le peuple des mers. Elle évoqua aussi, à demi-mot, les serpents de mer qui sommeillent dans le fond des mers. Ainsi que de sombres citées d’airain qui, dit-on, auraient jadis régné dans le ciel et reposent depuis des millénaires dans les ténèbres sous-marines. Mais le peuple des mers s’aventurant rarement aussi profondément, il s’agissait pour elle aussi de légendes.


Elle était aussi une chanteuse hors pair, et montrait volontiers ses talents au jeune homme. Elle s’accompagnait alors d’une harpe. Cette dernière était faite d’arêtes de poissons coulées dans de la nacre. Les cordes, elles, semblaient être faites d’algues.


Ce fut après l’un de ces récitals qu’elle interrogea plus profondément le jeune homme sur sa vie amoureuse.


— Dis-moi Erwan. Tu me trouves très jolie, non ? Elle dit cela innocemment, mais on pouvait sentir qu’elle avait quelque chose en tête.

— Oui. Tu es la plus belle femme que je connaisse. Répondit-il gaiement.

— Donc il n’y a pas d’autres femmes dans ta vie ?

— Non. Tu es la seule.

— Tu penses souvent à moi ?

— Oui.

— Même le soir ?

— Euh... oui. Il devinait où elle voulait en venir et commença à sentir un frisson d’excitation lui parcourir le corps.

— Et tu ne fais QUE penser à moi ?

— Non. Il aurait pu lui dire de but en blanc qu’il se masturbait abondamment sur elle, mais il préféra la laisser poursuivre son petit jeu.

— Dans ce cas, que fais-tu d’autre ?

— Je me touche en pensant à toi. Je m’imagine toucher ton corps, Mary-Morgane. Et pendant que je pense à toi, je me tripote le sexe jusqu’à ce que je vienne. Il dit cela avec un mélange d’excitation et de légère gêne.

— Et cela te suffit ? Je veux dire. Tu n’aimerais pas te faire plaisir directement devant le modèle original, plutôt que de te tripoter seul dans le noir ? Ça ne me dérangerait pas, tu sais.


Erwan était estomaqué. Elle ne lui proposait rien de moins que de se masturber devant elle. Mary-Morgane reprit sur un ton gentiment impératif.


— Allez, baisse ton pantalon. On a tout le temps que l’on veut devant nous.


Il s’exécuta sans un mot. Dévoilant sa verge devant elle. Il l’avait demi-molle (ou demi-dur si on veut être gentil). En effet, au fur et à mesure des rendez-vous, ses érections devenaient moins fortes, dues à son habituation à la nudité de la naïade. Cette dernière y alla de son petit commentaire.


— Eh bien, tu es plutôt bien monté. C’était surtout du compliment. Avec dix-sept centimètres, Erwan était juste un peu au-dessus de la moyenne. Tu commences à l’avoir dure à ce que je vois. J’ai une idée ! Au lieu de simplement se masturber devant moi, on va s’amuser un peu ensemble. Tu vois voir, tu vas en tirer pas mal de plaisir. Par contre, pour commencer, ne touche pas ta bite. Laisse tes mains de côté. Voilà! C’est bien.


Erwan posa ses mains sur le rocher sur lequel il était assis. Il se demanda ce qui allait suivre. Mary-Morgane commença de lents mouvements de contorsion afin de prendre une pose érotique : ses mains caressant sa nuque et ses seins projetés vers l’avant. Et tandis qu’elle s’exhibait ainsi, elle commentait de sa voix résonnante.


— Tu aimes ce que tu vois ? Je suis mieux que dans tes rêves, non ? Imagine, si tu pouvais prendre mes seins ? Tu aimes ça les seins, non ? Pouvoir les palper, faire coulisser ton sexe entre eux. Juter. Sentir ton foutre sortir de ta grosse bite et se coller sur ma peau. M’imaginer retourner vers mon peuple avec ton odeur sur ma poitrine.


Tandis qu’elle chantonnait sa tirade pornographique, elle passait ses mains sous ses seins afin de les soupeser pour bien les mettre en avant.


La queue d’Erwan était désormais dure comme de la pierre. Mary-Morgane eut un sourire devant le résultat de son petit spectacle.


— Bien, je vois que tu es bien excité maintenant. C’est dur de ne pas pouvoir se toucher, hein ? D’être excité comme une puce, d’avoir ce besoin de juter, de prendre un trou, n’importe lequel, et pourtant de ne même pas pouvoir se toucher. Allez, je suis une gentille fille. Tu vas pouvoir te toucher, MAIS avec un seul doigt. D’abord, tu vas complètement de décalotter le gland, vas-y lentement sinon tu vas tout lâcher. Puis une fois que tu es tout nu, tu choisis un de tes cinq doigts, celui que tu veux, de la main que tu veux, et tu commences à te toucher avec. Tu peux toucher n’importe quelle partie de ton gland, seulement tu ne peux le faire qu’avec cet unique doigt.


Erwan fit un grand « oui » de la tête pour signifier qu’il avait compris les consignes. Puis fit coulisser son prépuce avec deux doigts. La solidité de l’érection avait déjà découvert la moitié du gland. Il dut procéder lentement au décalottage afin de ne pas se laisser emporter par le plaisir, et même de cette façon, il avait l’impression d’être à deux doigts de cracher tout ce que ses couilles avaient stocké en foutre. Comme un homme qui marcherait à tâtons contre le fort courant d’une rivière, et qui au moindre faux pas se ferait emporter par celui-ci. Son gland était déjà noyé abondamment sous le liquide préséminal et légèrement rougi par l’important afflux de sang.


Erwan commença à appuyer sur son gland avec son index. Il sentit alors une forte sensation de plaisir lui remonter dans la verge pour arriver directement dans le cerveau.


Mary-Morgane continuait de s’exhiber. Se pinçant doucement les bouts des seins, laissant ses mains se balader sur son ventre et ses cuisses, écartant rapidement les jambes afin de permettre au garçon de voir sa chatte l’instant de quelques secondes. Les réactions du jeune homme l’amusaient beaucoup.


Ce dernier était de plus en plus « chauffé ». Cependant, le fait de ne pouvoir se stimuler qu’avec un seul doigt diminuait l’avancée de la jouissance. Passer le doigt sur des zones sensibles comme le méat, le frein ou la couronne du gland provoquait des augmentations fortes de plaisir, mais pas assez fortes pour devenir incontrôlables. C’était une sensation paradoxale. Le fait de rester à deux doigts de l’orgasme était évidemment frustrant, mais en même temps, cela permettait de faire durer plus longtemps le spectacle offert par Mary-Morgane, et donc le plaisir qu’il tirait de celui-ci.


Il resta bien vingt minutes comme cela. A jouer avec son sexe à la limite de sa jouissance. Jusqu’à ce que la naïade le fasse craquer.


Mary-Morgane commença à presser ses seins avec ses bras, tout en calant ses deux mains sur sa vulve. Ses bras faisaient un V de chaire, des épaules jusqu’à l’entrejambe. Une partie de sa chevelure ondulait sur le devant du corps et masquait opportunément certaines zones intéressantes, comme le téton gauche. Au lieu de calmer Erwan, cela l’excita encore plus. Tout d’un coup, et alors que son index passait sur son frein, la femme lui demanda, d’une voix pleine d’excitation et faussement suppliante, où il préférerait, je cite, « lui juter à la gueule : mes nibards, mon cul ou ma chatte ». L’excitation physique, la vision du corps, les vulgarités proférées avec une voix de cristal et la foule de fantasmes ainsi que d’images que déclencha dans sa petite tête la question. Tout ça poussa le garçon hors de sa limite. Il éjacula avec force deux jets puissants en l’air, qui allèrent ensuite, en tombant, se mélanger à l’écume de la mer. Un troisième souilla la hampe de sa bite.


Erwan se sentit profondément satisfait. Il profita des derniers feux de la vague de plaisir, tandis que la douleur, due à l’excitation prolongée, se faisait plus fort à mesure que son sexe ramollissait.


— De ce que je vois, ça faisait longtemps que tu en avais envié mon garçon, non ? Posa comme constat, d’une voix calme, la sirène. Puis regardant le ciel. Il se fait tard, je vais devoir y aller, mais on remettra ça. Je te le promets.


Ils refirent ce coït sans contact une dizaine de fois. Mais au fils des mois, Erwan sentit un manque apparaître. Il voulait pouvoir la tenir dans ses bras. Être en elle. Un jour d’été, il lui fit part de ses sentiments.


— Je connais une méthode qui nous permettrait de nous rejoindre. Dit-elle après réflexion. Mais ce n’est pas sans risque.

— Je m’en fiche de mourir si je peux te rejoindre. Répondit-il de but en blanc.

— Si tu le dis. Elle eut un petit sourire impénétrable. Viens, que je te dise au creux de l’oreille comment faire.


Une fois qu’elle lui eut transmis le secret, Erwan afficha une mine perplexe. C’était possible, mais pas facile, et risqué. Mais, par amour pour elle, il était prêt à aller jusque dans l’Hindoustan (même si, soit dit en passant, il ne savait pas vraiment où était l’Hindoustan). Il la quitta donc ce jour-là en lui faisant la promesse solennelle qu’il réussirait le rituel. Mary-Morgane affichait toujours cet étrange sourire tandis qu’elle le regardait remonter le chemin du village.


Il arriva sur la plage enténébrée. Lâcha le sac qui s’écrasa dans un bruit étouffé par le sable. Tandis qu’il en sortait les objets qui seraient utiles au rituel, il vit s’approcher depuis la haute mer, en direction du rivage, la silhouette de Mary-Morgane. Il commença alors à placer les diverses babioles selon les directives de son amante. Cette dernière était maintenant au bord du rivage. Le rituel était complexe, mais Erwan se débrouilla plutôt bien.


— Parfait ! Tu y es presque ! Mary-Morgane exultait d’impatience. Tu n’as plus qu’à jeter cette poignée de sable.


Erwan regarda le sable un instant, puis jeta la poignée dans le feu qu’il venait de faire.


— Oui voilà! La barrière qui séparait nos corps vient de céder ! Viens à moi ! Elle était dans un état d’exaltation intense.


Même sans les injonctions de Mary-Morgane, Erwan se serait précipité sur elle. Le jeune homme abandonna ses vêtements et pénétra dans l’eau. Le contact avec la mer fraiche ne suffit pas à le faire débander. La sirène l’accueillit dans ses bras.


— tu as attendu si longtemps. Viens prendre ta récompense. Toujours cette voix de cloche de cristal.


Erwan lui prit un sein à pleine bouche et commença à lui torturer délicatement le téton avec ses dents. Mary-Morgane fit descendre sa main gauche vers l’entrejambe du jeune homme et commença à le branler. Elle était extrêmement habile, se concentrant sur la hampe et faisant attention à la moindre des réactions du garçon pour éviter de le faire jouir trop tôt. Erwan n’avait pas besoin de retenir son excitation, la technique de la naïade le faisait très bien toute seule. Elle le masturbait avec trois doigts (le pouce, l’index et le majeur) recourbaient en un anneau de chaire autour du corps du pénis. Elle faisait des mouvements de va-et-vient tout en évitant de s’approcher trop près du gland et de la base de la queue. De son côté, le jeune homme avait découvert la paire de fesses de la sirène et la tripotait à pleines mains.


Savourant leur fermeté en même temps qu’il avait le nez dans l’imposante poitrine de son amante. A un moment, il fit pénétrer ses doigts dans le sillon fessier, et toucha l’anus de Mary-Morgane. La réaction de celle-ci ne se fit pas attendre.


— Oh oh. Où tu mets les pattes ? Hihi. Cochon va. Sur ce, elle lui remonta la tête avec sa main libre puis l’embrassa à pleine bouche. Avant de lui glisser dans l’oreille : tu veux bien plus qu’une simple branlette, non ? Viens, viens m’embrocher.


Le garçon ne se fit pas prier plus longtemps et se cala entre les jambes de la naïade. Ils étaient tous les deux au milieu des vagues. En apesanteur dans l’élément marin. Il mena son sexe à l’entrée de sa vulve, puis poussa pour s’introduire dans son vagin. Le contraste entre la fraicheur de l’eau et l’humidité chaude de la cavité lui fit une impression indescriptible. Il était entouré et stimulé de toute part dans le conduit de chaires chaudes, du bout à la base de sa queue.


— Tu aimes ça ? Tu as tant attendu pour me prendre par la chatte. C’est mieux que la branlette, non ?


Erwan était trop subjugué par le plaisir pour pouvoir lui répondre, mais elle avait raison sur toute la ligne. Il continua ses mouvements de va-et-vient. Sentant la jouissance, et le foutre qui allait avec, remonter le long de son sexe. La sensation était trop bonne et trop nouvelle pour qu’il puisse tenter de contrôler sa jouissance.


Mary-Morgane lança de sa voix de cloche de cristal, semblable à celles qui sonnent pour d’obscures divinités du plaisir charnel dans les jungles de l’Hindoustan et du Siam.


— Laisse-toi aller. Vide-toi en moi. Je sais que tu n’attends que ça. De jouir dans ma chatte. Tu le voulais dès le premier jour. Vas-y, vas-y.


Le jeune homme se laissa aller et se sentit atteindre un pic de plaisir, en même temps que le sperme sortait de son bout pour aller directement noyer la chatte de Mary-Morgan. Elle poussa elle aussi un cri de plaisir, tandis que lui avait le nez de nouveau dans sa poitrine et que les cheveux ondulés de l’ondine lui recouvraient la tête. Il continua durant quelques secondes ses coups de reins dans l’espoir de continuer à faire durer le plaisir. Puis laissa son sexe ramollir dans le vagin de la sirène.


Il se sentait heureux, vidé et plein. Comme si toute sa vie avait trouvé son sens et son accomplissement. A quelques centimètres se tenait le visage de Mary-Morgane, baigné de lumière pâle. Ils étaient encore dans les bras l’un de l’autre. Elle lui caressait doucement les cheveux et les tempes. Pendant ce temps, en s’échappant du sexe de la nymphe, le sperme se répandait dans les eaux en d’aériens et tortués filaments laiteux.


— Tu vas pouvoir venir vivre sur la terre, maintenant ? Lui demanda Erwan d’une voix douce, presque un murmure.

— Presque. Il faut encore une chose.

— Quoi ? répondit-il d’une voix à demi tue, profondément apaisée. Comme si quoi que la demande puisse être, elle ne compterait pour rien et serait résolue d’un claquement de doigts.

— Si je veux vivre sur la terre, il faut que l’homme qui m’aime prenne ma place dans la mer.

— Quoi ! Il n’y avait pas vraiment d’horreur dans cette exclamation. Plutôt une violente incompréhension. Mary-Morgane, non ! S’il te plaît, lâche-moi ! Pitié, non ! Non !


Il se débattait comme un diable, mais l’étreinte de la sirène était de fer et elle l’entraînait inexorablement dans les abysses.


— Viens dans le cœur des mers. Viens dans le palais de nacre de mes sœurs. Viens dans les ténèbres sous-marines. Et tandis que je parcourrai les vivantes vallées, tu seras dans l’humide hypogé. Sa voix avait le même son que la cloche des morts.


Malo arriva sur la plage déserte. Il s’était rendu compte qu’Erwan n’était plus dans son lit. Son frère étant étrange depuis plusieurs mois, cela l’inquiéta immédiatement. Il fit d’abord le tour de la maison puis celui du village. Il pensa d’abord à aller voir à l’orée du bois, mais se rappelant les goûts de son frère, il en déduit que c’était plutôt du côté de la plage qu’il fallait chercher.


Il marchait sur le rivage, éclairé par la lumière d’une nuit sans nuages, criant le nom de son frère. Soudain, sans crier gare, il entendit une voix de cristal toute proche de lui chanter cette chanson :


« Ton frère est sous cinq brasses d’eau.

On fait du corail de ses os.

Ces perles furent ses prunelles

Et de son corps toute parcelle

Qui peut périr, la mer la change

En un objet riche et étrange

Les naïades sonnent son glas

Ding dong

Ding dong

Je les entends là-bas, là-bas »

Ces paroles lui glacèrent le sang et il s’enfuit à toute jambe vers l’intérieur des terres. A quelques mètres de là, une forme féminine émergea de la mer, marcha en direction de l’est, puis disparut au détour d’une boucle que faisait le littoral.


Des années plus tard, on spéculera encore sur le caractère étrange d’Erwan et sur ce qui put lui arriver cette nuit-là. Certains disaient qu’il avait été kidnappé par des korrigans en passant près d’un dolmen maudit. Pour d’autres, la rencontre avec une lavandière nocturne lui avait été fatale. D’autres disaient qu’il était sur un de ces navires maudits, esquifs damnés qui parcourent sans fin les mers du monde. Enfin, certains plus rationnels disaient qu’il était simplement parti chercher l’aventure à l’étranger. En pillant au passage la cuisine de ses pauvres parents. C’étaient généralement les mêmes qui clôturaient la discussion en traitant les précédents théoriciens de, je cite, « abrutis finis ». La vérité est que tout le monde ignorait ce qu’il était devenu. Ni d’où venait cette femme aux cheveux de mer qu’on disait hanter les prés et les forêts, les soirs où la lune est haute et pleine dans le ciel.


Fin.

***

A Claude Seignolle, Van Gennep et tous ceux qui, en la collectant, sauvèrent de l’oubli la mémoire orale des pays de France.


A Serge Kerval, tri yann, Marc Robine et tous ceux qui, en la chantant, la tirèrent de sa tombe de papier et lui rendirent sa vie première.


Remerciement à Shakespeare, qui en écrivant la tempête, ne se doutait qu’un fragment de son œuvre serait cité dans une nouvelle érotique.



Merci à tous ceux et celles qui ont lu ce récit. Laisser un commentaire pour dire si vous avez aimé, ou non, cette histoire. Cela fait toujours plaisir.

Diffuse en direct !
Regarder son live