Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 171 J'aime
  • 1 Commentaire

Amie mais pas que....

Chapitre 2

Hétéro
Nous sommes nus, allongés l’un contre l’autre, nos bouches collées, nos langues jouent ensemble, je bande toujours très fort, et j’ai très envie de la posséder.Je lui chuchote à l’oreille que j’ai très envie d’elle, je veux savoir si elle était partante pour un second round. Pour seule réponse, elle attrape ma verge et me branle vigoureusement.« Tu es énorme, prends-moi ! baise-moi ! »Je la bascule sur le ventre, et me glisse à genoux derrière elle, j’attrape ses hanches larges entre mes mains et lui relève le bassin pour bien la cambrer. Cette vue est parfaite, Lisa est là, allongée sur le ventre, la tête sur son oreiller, ses bonnes fesses fermes et rebondies tendues en l’air devant moi. Je peux apercevoir son petit œillet lisse et fermé, sa vulve ouverte et mouillée par le passage de mon poing.J’attrape mon sexe tendu et je ne peux m’empêcher de me masturber devant cette scène. Je pose mon gland entre ses fesses, et me frotte doucement.« Non ! pas là, impossible que ça rentre » lâcha t’elle, d’une voix suppliante« Ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de toi autrement pour le moment, mais j’ai bien l’intention de m’occuper de ton petit trou serré également » je disais ça très calmement, en chuchotant presque, tout en venant déposer ma langue sur son anus légèrement humide de sa mouille. J’avais, il y a quelques secondes, très envie de la baiser en levrette, mais la vue de son cul tendu, m’a donné envie de la bouffer. Me voici donc la bouche entre ses globes, mes mains de chaque côté pour bien les écarter, et ma langue tournant autour de son petit trou. J’aime la texture d’un œillet, légèrement boursouflé, épais, au goût un peu âpre. Ma langue tourne autour, et cherche l’ouverture pour s’y glisser subtilement. Je l’entends soupirer de désir et son fessier ondule contre ma langue.Cette caresse improvisée vient de m’exciter encore plus et me conforte dans l’idée que je veux la sodomiser. Je sais qu’elle appréhende beaucoup. Même si elle a déjà pratiqué, elle le fait rarement, et souvent en virtuel entre nous, elle me repousse quand je lui avoue mon fantasme de m’insérer entre ses fesses, m’assurant que mon anatomie ne peut pas entrer en elle sans lui faire mal. Mais je vais d’abord m’insérer dans sa fente ouverte, car dans cette position, elle est parfaite pour être prise sauvagement.Je me redresse et prends mon sexe dans ma main droite, je pose l’autre main sur le bas de son dos et vient frotter mon gland entre ses lèvres mouillées.« N’attends plus ! Entre ! » Elle me supplieJe pousse mon gland en elle, sa fente s’écarte facilement pour me laisser entrer dans son antre chaud et humide. Lisa, impatiente, rapproche son bassin vers moi et j’en profite pour pousser de mon côté. Me voici entièrement en elle !« Han, putain ! » sort de sa bouche, la voici entièrement empalée sur ma verge. C’est très excitant de me voir entièrement enfoncé en elle, ne pouvant pas le faire avec ma compagne actuelle, sous peine de lui faire mal. Mes mains agrippées de chaque côté de ses hanches, je commence mes va-et-vient, j’aime sortir quasiment entièrement et replonger au fond, doucement d’abord, très lentement, pour qu’elle sente chaque centimètre la posséder. Elle gémit à chaque fois que je m’enfonce en elle, j’accélère progressivement, et mes va-et-vient sont plus énergiques. A chaque fois que je replonge en elle je tire sur mes bras pour l’emmener contre moi, pour que le dernier geste soit puissant. Mes boules claquent contre son clitoris et ce savant ballet nous emmène vers une véritable baise décousue et désordonnée. Mon sexe entre et sort dans un rythme effréné, mes mains sur ses hanches la cramponnent sans la lâcher. Lisa se met à hurler de plaisir, en enfonçant sa tête dans l’oreiller ; le bruit de sa mouille confère à encore plus d’excitation, elle me crie que c’est trop bon, et qu’elle est en train de jouir, ses mots ont raison de moi, je sens que je suis au bord de la jouissance également. Je gémis de plus en plus fort, mes mains se crispent et serrent sa peau, pendant que je m’enfonce une dernière fois au fond de son vagin, pour répandre mon plaisir par fortes saccades qui font tressaillir ma verge et tout mon corps. J’ai joui comme rarement et je me sens vide et épuisé. Je retombe entièrement sur le dos de Lisa, qui tremble encore et soupire, mon sexe encore en elle.Le temps s’arrête, ma vision se brouille et ma respiration ralentit, je me sens plongé dans un autre univers. Cette sensation est divine ! Des mouvements et des bruits de draps qui froissent me sortent de mon profond sommeil. Il fait nuit dans la pièce, je ne sais pas où je suis, une forte odeur de sexe et la peau nue d’une jambe contre la mienne m’aident à me souvenir, mais j’entends gémir discrètement. Je ne sais pas si je dois faire semblant de dormir, ou si je dois montrer que je suis réveillé et participer à son plaisir. Je tends l’oreille et je comprends qu’un objet entre et sort d’un orifice. Mon sexe se réveille lui aussi et vient se coller contre la peau nue de ma partenaire.« Hum, tu te réveilles enfin, on peut dire que tu as complément sombré après ton orgasme, je me suis même inquiétée. Heureusement que tu respirais » dit-elle en souriant et en gémissant lascivement.« Que fais-tu ? »Une petite lumière tamisée s’allume, je distingue le corps de Lisa dans la pénombre, ses fesses tendues sont orientées vers moi et une main effectue des va-et-vient en tenant un gode. Ses mouvements sont très longs et semblent profonds, je l’entends gémir à chaque pénétration de cet objet phallique.« Je comptais sur toi pour me satisfaire à nouveau, mais tu ne te réveillais pas, alors j’ai décidé de préparer le terrain, en espérant que tu me rejoignes avant la fin. Tu viens remplacer mon gode ? Je sais que c’est ton plus grand fantasme, mais je te préviens, sois doux et ne force pas stp »Je suis encore dans un demi sommeil mais, si je comprends bien, elle est en train de s’enfoncer un vibro dans les fesses pendant que je dors à côté d’elle. Je me demande si je ne suis pas en train de rêver. J’ai vite ma réponse quand Lisa saisit ma verge à demi-molle, pour effectuer quelques va-et-vient. La voici en cuillère contre moi, mon sexe dans sa main et moi, ma main sur son gode, en train de coulisser lentement dans son anus. Je l’enfonce en entier pour le retirer lentement. Je peux apercevoir que son orifice reste légèrement ouvert, cela facilitera mon passage, du moins j’espère, car ma verge est quand même plus large que son jouet. Lisa fait couler du lubrifiant sur mon gland et me caresse avec douceur, elle en profite pour en faire couler directement sur sa rondelle ouverte.Je n’en reviens pas, depuis le temps que je rêve de m’insérer dans ses belles fesses charnues, me voilà à quelques centimètres d’y insérer mon gland. Je me tourne pour bien être parallèle à son corps, d’une main j’écarte sa fesse, et de l’autre je saisis ma hampe dressée pour venir poser mon gland contre son orifice ouvert et lubrifié. Je sens sa main venir se plaquer sur mon ventre, elle veut certainement contrôler ma pénétration.Je l’embrasse dans le cou et mordille son oreille, je lui chuchote que j’ai envie de la sodomiser, qu’elle m’excite terriblement. Mon gland se pose contre son anus, et je pousse vraiment tout doucement, je sens que ça force un peu, elle m’encourage en rapprochant ses fesses. J’insiste un peu, son anus s’écarte sous la pression, je l’entends gémir de douleur, je garde la pression tout en lui demandant si ça va.« Oui, vas-y, ça va aller, j’en ai trop envie de toute façon »Je pousse encore, et d’un coup mon gland est aspiré. Je le sens complément serré contre les parois.« Aie, putain qu’est-ce que tu es gros !! Bouge plus stp ! » elle plaque sa main contre mon ventre, je ne peux plus m’enfoncer. Ce qu’elle ne sait pas, c’est mon état d’excitation, je suis dans ses fesses, complément serré, je dois me contrôler d’une force surhumaine pour ne pas me répandre dans ses fesses. Je lui caresse les seins et embrasse sa nuque et son dos. Après quelques instants sans bouger, j’essaie d’avancer mon bassin vers elle afin de progresser lentement dans ses entrailles, elle soupire d’inconfort mais je progresse petit à petit. Elle maitrise ma pénétration en me stoppant de temps en temps avec sa main, je stoppe dès qu’elle soupire un peu trop fort. J’écarte mon corps du sien, je vois difficilement avec la pénombre mais je sens que je suis à peine a moitié inséré dans ses fesses. Je prends le lubrifiant et fais couler un long filet sur mon sexe et contre ses fesses, et j’essaie de progresser encore cm par cm.« Hummm, j’ai mal mais en même temps c’est bon, c’est la première fois que je ressens cette sensation, je me sens complément prise »Elle écarte maintenant elle-même sa fesse, et j’en profite pour pousser un peu plus fort. Le lubrifiant aidant, je sens que je m’enfonce encore. Jamais de ma vie je n’ai pris autant de plaisir, et jamais je ne me suis senti autant enserré. Je décide de ressortir un peu mais en faisant bien attention de laisser mon gland dedans. Le lubrifiant aide et je peux plus facilement commencer mes va-et-vient, Lisa commence vraiment à gémir, sa main se glisse entre ses cuisses et moi je viens m’agripper à sa hanche, je suis dans une position parfaite pour commencer à la limer délicatement. Enfin je m’enfonce entièrement dans ses fesses. La sensation est magique, la chaleur et l’humidité transpercent ma peau, je sens mon sexe entièrement aspiré; je dois exercer une pression pour sortir et continuer mes va-et-vient.« C’est trop bon, je t’en supplie continue comme ça, je sens que je vais jouir ! »Honnêtement, cela ne doit pas faire plus de cinq minutes que je suis en elle, mais la sensation décuple le temps passé et sans concentration j’aurai déjà pu jouir plusieurs fois. Ma main passe sous sa cuisse, et je relève sa jambe, je m’enfonce en elle, et mes va-et-vient se font plus intenses, plus rapides, plus profonds. J’ai pris possession de ses fesses, et maintenant mon sexe coulisse en elle facilement, je sens qu’elle perd pied, elle soupire et crie en même temps. En même temps qu’elle stimule fortement son clitoris, elle attrape mes boules quand je suis entièrement en elle, c’est un véritable moment de débauche et je sens qu’il ne reste plus longtemps pour nous avant l’explosion finale.Dans un geste un peu désordonné, Lisa bascule sur le ventre. Surpris, mon sexe se retrouve expulsé de son fourreau, elle est encore en train de gémir.« Prends-moi fort ! »Je m’installe rapidement au-dessus d’elle et, guidant mon sexe avec la main, je m’insère d’un coup, entièrement, dans son anus ouvert. Je tombe complétement contre elle jusqu’à la garde, un grand « HAN » se fait entendre, et des cris de plaisir juste derrière. J’accélère mes mouvements et me voici en train de la pénétrer avec ardeur, des va-et-vient puissants qui m’emportent dans les étoiles. Je sens mes bourses se contracter, ma tige tressaillir et un flot de sperme me traverser pour aller tapisser le fond de sa grotte, Lisa perd le contrôle, elle crie, gémit et mord l’oreiller, moi je continue de la prendre au rythme de mon éjaculation, et le moins qu’on puisse dire c’est que j’ai le sentiment que cela ne s’arrête jamais. Mon sperme se retrouve à sortir de son anus en même temps que ma verge entre et sort, il y en a partout, mais dans une frénésie de désir je continue encore et encore, mon orgasme ne s’arrête pas et j’ai le sentiment que celui de Lisa non plus, on gémit comme des bêtes, des « HAN » « OUI » « ENCORE » « PUTAIN » retentissent dans la chambre jusqu’à épuisement et que je sente ma verge ramollir.Je suis tellement bien entre ses fesses que je souhaite y rester encore…Je suis couché sur elle, ma bouche et mes mains embrassent son dos et je lui avoue que c’est la meilleure baise de ma vie. Elle tourne sa tête vers moi et m’embrasse passionnément. Je caresse son visage et son corps et elle se blottit contre moi. Nue, mon sperme en elle, au milieu de la nuit, nous voilà endormis comme Amis-Amants.
Diffuse en direct !
Regarder son live