Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 369 fois
  • 20 J'aime
  • 5 Commentaires

Amira et Orion, rencontre

Chapitre 1

Zoophilie

Ceci est l’histoire d’Amira, une adolescente à qui les parents ont jugé bon d’offrir un chien pour ses treize ans. Or ce qu’Amira aime, ce sont les gros et les enormes chiens. Et en matière de chiens, il y a des choses qu’elle n’avouerait pas de son plein gré à ses geniteurs...

Voici son histoire trois ans après avoir reçu son chien:


Amira profita des vacances pour amener Orion, son dogue allemand, à la plage. Ils aimaient l’eau et profitaient régulièrement de ce genre d’escapades pour faire des expériences sexuelles. S’ils pouvaient être vus par des gens, c’était doublement jouissif. Plus d’une fois la jeune fille s’était laissé embrocher par le vît gigantesque de son chien, et elle n’avait pas manqué de le signaler au monde qui l’entourait à grands renforts de cris orgasmiques. C’est qu’Orion était très bien équipé pour satisfaire une fille, et il avait même l’air de préférer les femmes aux chiennes...

Ce jour-là, il n’y avait presque personne sur la plage, et la marée était basse. Amira amena Orion tout près de l’eau, et s’assit sur le sable humide. Les vagues la rattrapaient de temps en temps, et le chien s’assit à-côté d’elle pour en profiter lui aussi.

Alors Amira décida de passer à l’action. Elle se déshabilla complètement et enleva le collier de son chien. Ensuite, elle tira de la poche de son pantalon un anneau en acier et un petit vibromasseur de douze centimètres de long, et trois de diamètre. L’appareil entra tout de suite dans son vagin, et elle interpella son chien:

— Regarde cet anneau, mon chéri. Il fait trois centimètres de diamètre. Rappelle-toi du résultat, la dernière fois: avec un anneau de cinq, tu as chopé une bite deux fois plus grande que la normale, et tu avais des veines partout. En plus, tu as eu un énorme orgasme pendant une heure, tu te sentais plus gémir.

Elle passa un pouce dans l’anneau, puis l’autre. Comme le chien se penchait vers elle, elle lui lécha la truffe sensuellement, et reprit:

— Je suis curieuse de voir ce que ça donnera avec cet anneau. Quand je te le mettrai, tu seras déjà à l’étroit, et plus ta bite voudra bander, plus elle deviendra dure. Ça va donner un vrai monstre de plaisir. Tu veux essayer?

Le chien lui lécha le visage et se redressa. Amira se pencha alors vers lui en tenant l’anneau dans une main, et plongea celle-ci dans son gros fourreau, amenant déjà l’anneau à la base de son penis. Elle devait le maintenir en place le temps que l’érection commence, mais trente secondes après, le bulbe commençait déjà à se former.

— Couche-toi par terre, mon amour! Susurra-t-elle. Laisse-moi m’occuper de ta bite, je veux la regarder se développer, elle est si belle!

Elle s’était fait poser des faux-ongles de trois centimètres, taillés en pointes, pour bien pouvoir harceler la peau fine et sensible du sexe de son partenaire. En titillant déjà le sexe de son partenaire, elle déclencha des poussées érectiles d’une splendide intensité: à chaque fois, le chien tressautait sur place et sa bite recevait une giclée de sang pour bien gonfler.

Orion commençait déjà à haleter sous l’action de l’anneau qui lui enserrait la base du pénis comme un garrot. Cela renforçait son érection, et il prétendait déjà jouir. Une fois dans les vapes, faute d’irrigation, il n’allait être que plus sensible au délire qu’envisageait Amira.

— Tu aimes cet anneau? Demanda sa cochonne de maitresse, en contemplant la verge immense, qui dépassait déjà sa dimension initiale de cinquante centimètres.

Le sexe canin s’allongea encore et gagna aussi en largeur. Des veines commençaient à saillir sur toute sa surface, et Amira pouvait les voir battre sous le pouls qui s’accélérait dans le corps de son amant.

Elle se pencha et posa délicatement sa langue sur la verge de son animal. Celui-ci commença immédiatement de gémir pour l’encourager, et elle joignit les mains pour masturber doucement son immense vît. La hampe mesurait maintenant quatre-vingt centimètres de long et battait fébrilement en continuant de s’allonger, millimètre par millimètre...

À la base du pénis, le bulbe atteignait un diamètre de trente centimètres. Sa forme était devenue ovale, et il était recouvert d’un épais treillis de veines noires. Plus loin, l’imposante hampe rouge était ornée des mêmes ramifications circulatoires, excepté à l’extrémité. Un peu violette, celle-ci ressemblait à la tête d’un calamar, et commençait de projeter du sperme dans la mer.

Quand elle s’en aperçut, Amira se dépêcha d’aller mettre la bouche en-face de son urètre, afin de recevoir quelques gouttes de jus de chien, et elle s’en régala comme d’habitude. Ce-faisant, elle promena machinalement la pointe de ses ongles sur le bout du pénis de son chien, qui se mit à geindre de plus belle sous le contact agressif et érotique. La croissance de son mât avait continué, et il dépassait désormais le mètre. Impressionnée, Amira se glissa dessous en l’appuyant entre ses jambes, et constata que celles-ci étaient maintenant plus courtes que la bite de son compagnon.

— Il faudra que je te fasse baiser une jument avec cette bite. Soupira-t-elle. T’es même trop grand pour un cheval, rends-toi compte!

Le chien n’en avait peut-être aucune idée; en tout état de cause, son pénis immense était devenu d’une impressionnante sensibilité, et les caresses négligées de sa maitresse lui arrachaient d’incontrôlables gémissements.

Couchée sur le dos avec la verge canine posée sur la chatte, Amira releva les jambes et passa ses pieds le long de l’immense verge. Orion adorait cela.

Mais la perversité de la jeune fille ne s’était pas encore pleinement exprimée. Moins d’une minute après, elle récupéra le vibromasseur de son vagin et le frotta contre la verge d’Orion.

— Tu aimes les vibrations? C’est bon hein? Je vais te les faire goûter, tu vas voir, mon amour. Aujourd’hui tu vas apprendre ce que c’est que de jouir...

Elle posa une main sous le gland du chien pour le soutenir, et enfila le vibromasseur dans son urètre. Le chien réagit tout de suite et se mit à respirer très vite. Amira alla jusqu’à accompagner l’objet intrus en le poussant du bout de son doigt, pour qu’il s’enfonce bien au coeur de la bite de son amant. Et celui-ci avait l’air de beaucoup apprécier cette attention.

Tandis que le chien profitait du petit vibromasseur, Amira se releva et alla jeter un coup d’oeil à l’anneau. Mais la chair du chien avait tellement enflé que l’objet était maintenant noyé sous deux épaisseurs de chair bouillante et injectée de sang. Orion avait intérêt de débander s’il voulait s’en débarrasser, mais Amira avait confiance.

Elle retourna s’asseoir face à la verge du chien, et la reprit sur sa chatte. Elle s’y frotta doucement en griffant du bout des ongles l’extrémité de l’appareil génital, et décida de reprendre son sextoy. Pour l’atteindre, elle dut plonger plusieurs doigts dans la verge d’Orion, au grand bonheur de ce dernier qui n’en finissait pas de jouir.

Quand le vibromasseur fut ressorti, une longue coulée de sperme le suivit: il avait agi comme un bouchon et fait se remplir la bite du chien. Maintenant, les jets recommençaient de jaillir, mais Amira avait une idée excitante. Sous le regard de son chien, elle mit les doigts en cône et les présenta devant le gland de l’animal. Ensuite elle alla à la rencontre de cette chair surexcitée, et s’y enfonça directement. Noyée jusqu’au poignet, elle releva les yeux et soupira:

— J’aimerais avoir ta bite pour sentir ça, mon chou. Tu prends ton pied j’espère?

Le chien jouissait comme jamais et elle le voyait dans ses yeux. Alors elle continua de pousser et enfonça jusqu’à son coude dans sa verge. Et après avoir changé de position, elle put s’approcher encore plus, et toucher le gland canin avec l’aisselle. Elle était au plus loin.

— Allez, Orion, prends tout ton pied mon chéri. Regarde-moi, j’ai mis le bras entier dans ta bite, et toi tu jouis comme un fou. Je devrais essayer de mettre un doigt dans ton anneau, non?

Mais la longueur de la bite d’Orion était devenue telle que sa jeune maitresse n’aurait pas le bras assez long pour ça. Par ailleurs, elle sentit quelque chose de nouveau:

— Ah? Je peux ouvrir la main. Tu me sens? Je pense que ta bite est en train de se remplir de sperme. Je vais ressortir et regarder ça...

Elle retira doucement son bras devenu poisseux, et ensuite elle regarda dans l’urètre qu’elle avait rendu béant. Au fond se voyait une délicieuse mare de sperme dont la surface s’agitait en soubresaut à chaque nouvelle giclée. Excitée comme jamais, Amira se coucha et pencha la bite pour déverser le sperme à l’extérieur. Et elle reçut tout sur le visage, le temps d’en avaler une gorgée.

Ils continuèrent de batifoler un moment, mais une heure et demie après le début de son érection, Orion était à bout de force et il commença de débander. Amira l’accompagna lentement dans son retour à sa taille normale. Quand le bulbe eut disparu et quand sa verge fut redevenue molle, elle alla attraper l’anneau en acier pour le tirer délicatement de là. Elle dut cracher dessus à plusieurs reprises pour le faire glisser, et parvint finalement à la récupérer. Excitée déjà à l’idée de recommencer, elle le passa dans le collier d’Orion et commença de se rhabiller.

Alors que son sang le regagnait, Orion reprenait lentement ses esprits. Il avait joui comme un fou lors de cette expérience unique, et espérait lui-aussi revivre ça.

Sa bite se dégonflait et se retirait lentement dans son fourreau. Mais l’extension avait été telle ce jour-là, que sa bite allait demeurer énorme pendant quelques heures encore, le temps de se réparer. Ainsi, quand il se releva, sa bite faisait encore six centimètres de diamètre. Son urètre était encore assez large pour que sa maîtresse y glisse un ou deux doigts sans problème, et sa longueur était telle que deux tiers de la verge pendaient mollement au-delà du fourreau, comme une vieille trompe distendue. Cette image excita beaucoup Amira, qui ne résista pas à l’envie de la lécher. À sa grande surprise, elle ne déclencha pas d’érection: Orion avait tout donné.

Diffuse en direct !
Regarder son live