Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 838 fois
  • 193 J'aime
  • 7 Commentaires

L’amitié d’une copine ou l’amour de sa mère

Chapitre 3

De mère modèle à mère incestueuse, infidèle et nymphomane

Lesbienne

Ma camarade Natacha trouve que sa mère est changée, dans sa manière de faire, de s’habiller, se maquiller, son humeur, tout ça pour une raison mystérieuse.

Elle se pose un tas de questions et me fait passer un véritable interrogatoire. Je pourrais tout lui avouer… faute avouée à moitié pardonnée!


— Léa! Tu me dirais si tu savais quelque chose sur ma mère?

— Bien sur, Nat, mais pourquoi penses-tu qu’elle a changé ?

— Elle est différente… avant, quand mon père plantait leur soirée, elle était triste. Là maintenant, ça ne lui fait plus rien!

— Ta mère a juste relativisé, rien de grave! Je ne vois pas ta mère être maman le jour et nympho la nuit (si tu savais à quel point elle est chaude?)

— Dis, tu sais quoi? J’ai l’impression qu’elle a rencontré quelqu’un et qu’elle est infidèle! (Mais non! Hormis nos petites parties lesbiennes ta mère n’est pas infidèle…)

— Impossible! Ta mère est irréprochable depuis tant d’années, un changement comme ça se remarque tu ne penses pas? (In petto je pense : va falloir se faire discrètes pour ne pas éveiller ses soupçons)

— Léa, questionne là pour moi, veux-tu? Peut-être à toi elle va se confier?

— Promis ! J’essayerai. (Quelle mauvaise amie je suis! Je couche avec sa mère et lui mens effrontément sans remord ni regret!)


Tiens! Quand on parle du loup… Vanessa pousse la porte d’entrée de l’appartement et interrompt notre conversation.

Je lui fait la bise en réfrénant l’envie de la prendre à pleine bouche et d’y glisser ma langue. Mais bon, sa fille est présente!

Nous échangeons de brèves banalités. Je joue la comédie et lui fais des compliments genre :

— Mais quel est ton secret pour être aussi belle?


Le regard complice, elle me répond qu’elle a la chance d’avoir un mari aussi aimant et des enfants qui ne sont pas rebelles comme chez ses amies.


Natacha pianote sur son téléphone. Elle m’envoie une notification :

— Tu vois bien qu’elle est différente et joue un jeu!

— Oui sûrement, mais elle ne me dira rien. Je réessayerai quand tu ne seras pas à côté, qu’elle ne se doute de rien.


Le jeudi suivant je parle à Vanessa des interrogations de sa fille, des doutes qu’elle pourrait nourrir et de ma peur qu’elle ne démasque notre liaison.


— Son père n’avait qu’à pas me délaisser!

Elle fait sa dévergondée et effleure ma poitrine.

Amusée, je la bloque dans un coin de la cuisine. Ni une ni deux, je l’embrasse langoureusement, quand la porte s’ouvre.

Nous nous détachons prestement et prenons un air innocent, chacune à l’opposé dans la cuisine.


OUPSS! C’était moins une!

Je me verse un café… Natacha arrive avec son copain et me le chipe.

Je lui envois un texto disant que ma petite enquête n’a rien donnée, d’où ma présence.


Si elle savait qu’il y a moins de dix secondes la langue de sa mère était dans ma bouche et ma langue dans la sienne à échanger nos salives…

Elle est venue annoncer son départ en week-end avec son copain. Van me lance un regard de prédatrice, celui du guépard qui lorgne sa proie.

Sauf qu’avant, la proie c’était elle. Maintenant c’est moi! Ce regard me rend toute chose je sens mon intimité se liquéfier…


Dans l’ascenseur en partant je sonde Natacha mine de rien, histoire de voir si elle a des doutes et subodore quelque chose. Elle n’a pas envie d’en parler devant son copain, on avisera à son retour de week-end.


Vendredi, Vanessa m’appelle tout guillerette pour m’annoncer le départ de son mari pour affaires.


— Coucou ma puce! Si tu est dispo, ça te dit un dîner en tête a tête?

— Coucou ma Vaness’. Avec plaisir, quel type de soirée m’attend?

— Surprise!

— Je veux bien être le dessert! Ahah.

— Hmm. Tu ne seras pas que le dessert…


Ca me donne envie de me caresser et je veux qu’elle le sache.

Réponse : la maison est grande ouverte si tu veux.

Demandez à un aveugle s’il veut voir? Je fais une toilette, me change, prépare des affaires de rechange et prends la route.

Dès mon arrivée nous échangeons des baisers, ça me donne des chaleurs partout. Mon rouge à lèvre marque les siennes.

En arrivant j’ai posé mon téléphone sur la table du salon en mode silencieux.

Je ne fait pas donc pas attention aux notifications…

Vanessa dans la cuisine s’affaire pour finir de préparer le repas, cambrée sur le plan de travail j’essaye d’ouvrir une bouteille de vin blanc. Je sursaute quand elle me prend par les hanches et manque de la faire tomber. Elle me bloque et s’amuse à relever ma jupe pour me caresser.


Ma culotte est vite trempée et on file dans la chambre. Pour l’apéro ce sera cyprine à la place du blanc!

Comme à notre habitude nos préliminaires sont fougueux, c’est à qui réussira à faire jouir l’autre la première.

Je me retrouve en position de soumise, à sa merci, allongée au bord du lit.

Elle joue avec moi. Ses doigts, sa langue, ses jouets me font vite monter en pression mais elle alterne frustration et pression sur mon clito.

Je suis au bord de l’implosion mais la situation s’inverse quand je la pénètre d’un coup sec avec son vibro.


La garce est aussi trempée que moi et beaucoup plus bruyante! Je la domine et prends un réel plaisir à sentir sa jouissance arriver, stopper net et reprendre brutalement selon mon envie.

Ses cris sont de plus en plus sonores. Je m’active sur son bouton sans négliger son minou dans lequel je fais des va et viens à un rythme très soutenu.


Un seul cri, mais quel cri! Ses muscles se relâchent et elle me gicle au visage. Elle a du mal à reprendre ses esprits mais brave fille elle entreprend de me faire jouir avant le repas.


Patatras.

Mon orgasme coïncide avec l’entrée de Natacha dans la chambre… Je ne comprend pas trop ce qui ce passe .. toute confuse suite à mon orgasme.

Et puis je la plaque contre un mur et l’embrasse avec une telle bestialité que, surprise, elle se laisse aller.

Je la pousse sur le lit et la déshabille à toute vitesse pour découvrir son intimité et la manger goulûment.


J’ordonne à une Vanessa littéralement possédée de lui pincer les tétons, ce qu’elle exécute sans discuter. Elles échangent leur premier baiser pendant que je m’active sur le clito de sa fille et la pénètre avec brutalité.


Telle mère .. telle fille…


Natacha est aussi bruyante que sa mère et mouille autant! Je ne regrette pas de ne pas avoir ouvert le vin, ce que je bois et reçois est tellement meilleur!

Dominant mère comme fille. j’organise un 69 à trois. Je lèche Vanessa qui dévore Natacha avec la même envie qu’elle me broutant quelques minutes plus tôt..

Natacha me lèche sans trop de conviction, mais la situation est telle qu’on perd la tête toutes les trois. Ensuite on inverse le cunni et nous jouissons quasi simultanément.


Avant même de récupérer nos esprits Natacha me galoche. Nos bouches ont gardé les goûts de nos mouilles.


Personne n’a envie de se lever, nous sommes trop bien dans le lit toutes les trois à échanger baises et caresses sensuelles.

Quand la faim nous prend nous mangeons nues sur le canapé.

Après le repas j’essaye d’échanger un regard avec Natacha mais elle me fuit. Du coup je décide de la basculer et l’embrasse avec passion… les yeux dans les yeux. Elle hésite un moment, mais la pulsion sexuelle est trop forte et elle me répond, enfin!, langoureusement.


Requinquées, nous continuons notre partie à trois dans le salon. La nuit sera courte et torride.


Quel seront les conséquences de cette nuit?

Le début d’une idylle à trois?

La perte simultanée de mon amie Natacha et de Vanessa, sa mère, mon amante du moment?

Bien maligne qui pourrait répondre…

Diffuse en direct !
Regarder son live