Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 6 066 fois
  • 28 J'aime
  • 0 Commentaire

L'amour avec un ancien élève

Chapitre 1

Divers

Je suis une femme de 34 ans, professeur de français, célibataire par goût et par choix. Il y a tant d’hommes à découvrir sur cette planète qu’il est dommage de ne profiter que d’un seul, n’est-ce pas ? Physiquement, je suis une vraie rousse aux yeux verts, les traits de mon visage piqué de taches de rousseur sont fins, je suis de taille moyenne et le Seigneur a eu la bonté de me doter de formes et de rondeurs bien placées. Inutile de préciser (mais je le fais quand même) que je n’ai aucune difficulté avec les hommes. Et cela tombe bien car j’ai une passion pour le sexe masculin, à tous les sens du terme. Voilà donc mon aventure.

Mi-juillet, en flânant dans une rue commerçante, je m’arrête devant une boutique de fringues pour admirer quelques robes d’été. Je m’apprête à partir au Club-Méd aux Antilles et je cherche de quoi mettre ma silhouette en valeur afin d’affoler aussi bien quelques beaux G.O que les vacanciers mâles disponibles pour des aventures sensuelles sous les cocotiers. Je suis ravie de cette perspective de vacances exotiques après une année scolaire souvent éprouvante et je me sens heureuse de vivre en cet été qui s’annonce particulièrement chaud. Soudain, alors que je détaille à travers la vitrine une jolie robe courte à motifs fleuris, voilà que je sens une main se plaquer énergiquement sur ma fesse droite et me la palper avec un sans-gêne ahurissant. Je me retourne vivement, prête à coller une gifle à l’impudent personnage. Mais je suis si sidérée par ce que je vois que j’en reste clouée sur place, incapable de réagir. Le type qui vient de me mettre la main au panier n’est autre que Brahim, un de mes anciens élèves de première.

— Bonjour madame, on se promène ?, me dit-il en me souriant largement comme s’il venait de me faire une bonne blague. Il arbore le petit air provocateur qui a toujours eu l’art de m’insupporter en cours, et conserve le coude légèrement levé devant lui comme pour se protéger d’une beigne bien méritée... mais qui ne vient pas. Je suis en effet tellement soufflée par son culot que je reste comme pétrifiée.

— Brahim ! Non mais ça ne va pas ?, ou ce genre de banalité, est tout ce que je trouve à répliquer. Il se met à rire encore plus franchement.

— Excusez-moi madame mais c’était plus fort que moi ! Vous êtes si jolie avec votre petite robe.

Brahim est d’origine algérienne, maghrébin comme la plupart de mes élèves dans le quartier de réputation ’difficile’ où j’enseigne, c’était le cancre de la classe. Sa moyenne en français n’a jamais dépassé 7, et ce n’était pas mieux dans les autres matières, excepté en math, où curieusement il a d’étonnantes facilités. A 19 ans, il a redoublé trois fois et failli se faire virer à plusieurs reprises. En classe, il ne cherche qu’a amuser la galerie et à exaspérer les profs. Cette année, il est parvenu à passer en terminale mais je l’imagine mal réussir son bac. Physiquement, il a la peau mate, des cheveux noirs bouclés et de grands yeux noirs qui, lorsqu’ils se posent sur vous, vous scrutent intensément. Un beau regard, pénétrant et presque magnétique. Bien que de petite taille (près d’une tête de moins que moi), il est musclé et carré d’épaules, dégageant une force virile assez troublante pour un gamin de son âge. En fait, il est plutôt beau garçon même si je n’ai jamais prêté attention à ce détail sans intérêt dans le contexte scolaire. Jusqu’alors, et comme la plupart de mes collègues, je ressentais sa présence en classe comme un fardeau, d’autant qu’il profitait souvent de la fin des cours pour venir me trouver et me draguer sans complexe, m’offrant d’aller boire un pot ou me faisant je ne sais quelle proposition déplacée. La plupart du temps, je remballais mes affaires en ignorant ostensiblement ses avances, ou bien lui conseillais sèchement de s’intéresser plutôt à ses études. Pourtant, je ne sais trop pourquoi, j’ai toujours eu une certaine indulgence pour lui. Régulièrement, en conseil de classe, je me retrouvais seule avec son prof de math à le défendre face à mes collègues. Je savais qu’il venait d’un milieu défavorisé et je considérais peut-être qu’il était important pour lui qu’il aille jusqu’au bac afin qu’il se ménage plus de chances dans la vie. C’est mon côté assistante sociale, sans doute car j’ai dû me battre moi aussi pour échapper à l’usine où travaillent encore mes parents...

Il était planté là sur le trottoir en face de moi et je le dévisageai avec incrédulité, tentant de reprendre un peu contenance. J’étais toujours sous le choc de cette main aux fesses. Ce n’était certes pas la première fois qu’un homme me faisait ce type de ’compliment’ (j’avoue que je n’ai même rien contre si le garçon est à mon goût et la caresse discrète), mais c’était bien la première fois qu’un mec si jeune s’y essayait. Comme, de plus, c’était un de mes élèves, je trouvais que Brahim poussait cette fois la provocation très loin. Peut-être se sentait-il en confiance du fait qu’il savait que j’étais affectée dans un autre lycée à la rentrée et qu’on ne se reverrait plus en cours ? Quoiqu’il en soit, sans que je sache si ce geste en était la cause, et sans que je pusse rien y faire, je sentis instantanément une vive chaleur embraser mon ventre. Je n’eus aucune peine à reconnaître les délicieux symptômes d’une sourde et intense excitation. J’ai toujours été très facile à enflammer face à un homme qui me plaît et qui sait s’y prendre, pourtant je jure que jamais je n’avais jusqu’à présent ressenti ce genre de choses face à Brahim. Je le considérai comme un élève, donc tabou et point final. De plus, mes goûts me portent plutôt vers les grands types méditerranéens de mon âge, ou plus mûrs, sûrement pas vers les petits basanés à peine sortis de l’adolescence. A cet instant, pourtant, je ne pouvais que constater que j’étais profondément troublée. Et je craignais qu’il s’en aperçoive car, dans ce genre de circonstance, le rose me monte distinctement aux joues. Je sais que la logique et la morale auraient voulu que je l’envoie balader, le réprimande, voire que j’appelle à l’aide, mais je n’en fis rien. Ses yeux sombres rieurs me fixaient et je me sentais bête, comme hypnotisée. Il s’en rendait compte et je le sentais prêt à s’enhardir. Il voulut attraper le bas de ma robe et le soulever, mais je retins sa main juste à temps en lui attrapant le poignet.

— Ca suffit !, dis-je. Qu’est-ce que c’est que ces manières ? Fiche-moi la paix et va-t-en. Mais dans le même temps je sentais confusément que je n’avais pas vraiment envie qu’il s’en aille. Le piquant de la situation me remuait et je me demandais jusqu’où le culot de ce garçon pouvait aller.

— J’aurais bien aimé voir votre culotte, dit-il sans se départir de son sourire agaçant. J’ai senti l’élastique. Par contre, je suis sûr que vous n’avez pas de soutif. C’était exact, comme la plupart du temps en été, car ma poitrine se tient bien et j’aime la sensation de liberté que procure l’absence de soutien-gorge sous une robe ou un chemisier. Ce n’était de plus pas difficile à deviner ce jour-là car je ne portais qu’une petite robe droite largement décolletée retenue par deux fines bretelles, mes tétons pointant sous l’étoffe et trahissant autant mon émoi que le feu de mes joues. Je retenais toujours Brahim par le poignet et il demeurait immobile, fixant les rondeurs de ma poitrine. Sa main restée libre s’avança, menaçant de me coiffer un sein.

— Je peux toucher ?

Comme il s’apprêtait à joindre le geste à la parole, je l’arrêtai au vol en saisissant cet autre poignet. Je me trouvai dans une position quelque peu ridicule, et j’en avais conscience. Des passants nous croisaient et se demandaient ce que je faisais dans cette posture, les bras en l’air à tenir ce garçon rigolard par les poignets. Un homme s’arrêta même pour me demander s’il m’importunait. Du tac au tac, je répondis que non, pas du tout. L’homme s’éloigna sans chercher davantage à comprendre et Brahim sourit largement, étonné. Il laissa retomber ses bras et se pencha pour me déposer une bise reconnaissante sur la joue.

— Super sympa, madame ! Bon, je m’excuse et j’arrête de vous embêter. En fait je suis vachement content de vous retrouver. Je ne me faisais pas à l’idée de ne plus vous revoir au bahut. On va prendre un pot ?

C’est comme ça que, sans même prendre le temps de réfléchir, ,j’accepte ce que j’ai toujours refusé au lycée et que, quelques instants plus tard, on se retrouve tous les deux à boire un verre à la terrasse ensoleillée d’un bistrot. Au début, je ne sais vraiment pas quoi dire. Je m’en veux d’avoir cédé à cette invitation grotesque, je ne vois pas ce que je fais assise face à ce gamin qui m’énerve plus qu’autre chose. Mais je sens aussi très bien que ce sont mes sens et mon instinct qui me guident en cet instant, pas ma raison. Sans doute aussi ai-je envie de savoir ce qui, en Brahim, m’a toujours confusément attirée, même si je n’ai jamais eu envie jusque là d’en prendre vraiment conscience, ni d’approfondir le sujet. De toutes façons, mon silence gêné n’a aucune importance car c’est lui qui pour l’heure fait la conversation. Il me saoûle de paroles. De souvenirs de classe et d’autres anecdotes de lycée banales ou sans grand intérêt au début. Puis, comme c’était prévisible, la conversation vire plus sexe. Il me parle de ses fantasmes sur moi pendant les cours. Il prétend que, s’il a de mauvaises notes, c’est que je l’excite trop et qu’il ne peut se concentrer ! Tu parles, Charles. Je ne suis pas dupe de ses excès de langage mais, en attendant, je suis de plus en plus troublée, et finalement plutôt flattée d’apprendre que je lui plais à ce point. Je finis par me détendre et me mets même à sourire, puis à rire franchement à ses vannes assez lourdes que je n’aurais évidemment jamais acceptées en classe. Curieusement, je me sens de mieux en mieux en sa compagnie et je m’efforce désormais de goûter au plaisir un peu pervers de cette rencontre. Je reprends une autre orange pressée et lui un autre Coca. Le temps passe ainsi doucement, je le laisse mener la conversation à sa guise, me contentant de répondre d’un sourire ou d’une courte phrase à ses délires verbaux d’adolescent enflammé. Nous sommes à l’ombre d’un parasol, c’est le plein été, la terrasse est bondée. Il fait une chaleur étouffante et mes joues me cuisent. Tandis qu’il continue de m’abreuver de mots et de compliments plus ou moins vaseux, l’excitation continue d’embraser mon ventre et je ne comprends toujours pas ce qui m’arrive. Je me pose une foule de questions. Pourquoi ne lui ai-je pas tout simplement collé une gifle ? Pourquoi ai-je accepté de le suivre ? Pourquoi suis-je dans cet état ? Pourquoi ce jeune arabe mal élevé et mal fringué me fait-il cet effet ? En classe, il m’horripilait, et là je le désire. Cette idée me paraît absurde mais elle s’impose à moi. Quelques rayons de soleil accrochent ses cheveux noirs et brillants, son regard malicieux me scrute, sa voix chaude et enjouée, teintée d’intonations puériles, me berce, sa sensualité à fleur de peau, dont il n’est sans doute pas conscient, me trouble. Quelques images torrides me traversent l’esprit, que j’ai bien du mal à chasser. Je ne trouve pas vraiment d’explication cohérente à la séduction qu’il exerce sur moi, je constate que c’est ainsi et que je n’y peux rien. Je suis excitée et au fond j’adore cette situation, j’ai envie de la faire durer, de voir ce qui va se passer.

Autour de nous, quelques consommateurs nous dévisagent, se posant sans doute le même genre de questions. Je sens que notre couple étonne, choque. Je sais que pas mal d’hommes sur cette terrasse aimeraient être à la place de Brahim, à me faire la cour. J’en ai conscience, mais le fait de réserver ostensiblement mes charmes à ce jeune mec ne fait qu’accroître mon excitation. J’aime m’afficher en sa compagnie et je sens maintenant que tout est possible, même si je me refuse encore à prendre toute initiative. Je sais qu’il ressent autant que moi cette atmosphère particulière. Je le distingue à une certaine nervosité qui s’installe chez lui à mesure que j’ai l’air de me détendre, à peine perceptible et qu’il s’efforce de cacher derrière des airs un peu trop farauds. Et je distingue également, nettement, une belle bosse dans son short.

Alors que l’on a fini nos deuxièmes consommations, profitant d’un silence un peu prolongé qui s’est installé, je me penche vers mon sac pour y prendre mon paquet de cigarettes. C’est alors que Brahim saisit l’occasion pour glisser sa main droite dans l’ouverture de mon décolleté et m’empoigner un sein. Il me le palpe à pleine main, en effleure le téton durci, puis il retire sa main. Le geste a été rapide, furtif, n’a duré qu’une ou deux secondes. Je me redresse, rougissante, mon paquet à la main.

— Madame, j’ai envie de faire l’amour avec vous.

Son regard plonge dans le mien. Il a parlé d’une voix basse et douce, un peu tremblante. Ces mots me mettent dans tous mes états. Je n’attendais pas une proposition aussi directe, une formulation si brutale. Je remue nerveusement sur ma chaise, croisant les jambes et tirant sur le bas ma robe qui a bien de la peine à masquer ma minuscule culotte blanche. Malgré mon excitation, je ne peux m’empêcher de sourire en moi-même en constatant qu’il continue de me vouvoyer après m’avoir mis la main aux fesses et tripoté un sein. J’aspire une large goulée de cigarette, jetant un regard circulaire autour de moi. Visiblement, certains aux tables voisines ont vu le geste de Brahim et nous fixent maintenant avec un vif intérêt.

— Madame, j’ai très envie de faire l’amour avec vous, répète-t-il sur le même ton.

Je reste silencieuse. Devine-t-il que j’en ai au moins aussi envie que lui ? - On peut le faire puisque vous n’êtes plus au lycée. Je suis majeur. Je ne le dirai à personne, je vous le promets. Il cherche à me convaincre avec des arguments un peu naïfs et une maladresse qui me touchent car ils trahissent l’intensité et la sincérité de son désir. Je l’écoute sans mot dire, feignant de regarder ailleurs. La situation me plaît de plus en plus, je m’amuse de le voir à présent mariner dans l’embarras que lui cause mon silence. Tout à coup, il n’est plus le petit cador arrogant que je n’ai que trop connu mais un jeune homme peu sûr de lui qui déclare son désir à une femme. Je gamberge. J’ai terriblement envie de coucher avec lui, c’est clair. Je sais que ce n’est pas raisonnable mais je suis complètement sous l’emprise de mes sens et l’envie est presque irrépressible. Pas question cependant de l’emmener chez moi. Je ne veux pas qu’il sache où j’habite, sinon je risquerais de ne plus pouvoir m’en dépêtrer. De l’autre côté de la rue, à une centaine de mètres du bistrot, j’aperçois l’enseigne d’un hôtel.

Je me lève en attrapant mon sac.

— Viens, lui-dis-je simplement.

Je règle en abandonnant un billet et nous marchons en silence jusqu’à l’hôtel. Je devine que son coeur bat à cent à l’heure dans sa poitrine et je sens avec plaisir que c’est désormais moi qui mène le jeu. En chemin, il glisse sa main dans la mienne et nous arrivons ainsi à la réception. C’est un hôtel deux étoiles, pas la grande classe mais pas sordide non plus. Je demande une chambre avec un lit double et l’employé nous tend une clé. Je craignais un regard ou une réflexion ironique mais il n’en est rien, l’homme doit en avoir vu d’autres.

Au deuxième étage, la chambre est petite et le lit occupe la majeure partie de la place. C’est moi qui referme la porte et donne un tour de clé. On reste quelques instants face à face, un peu stupides. Il est maintenant presque timide, le regard fuyant. Du coup, cela me donne toute confiance. Tu vas voir ce que tu vas voir mon chéri, me dis-je...

Je lui retire son polo de survêtement et il se laisse faire comme un gosse. Je découvre un torse superbe, des pectoraux fermes et bombés, des abdos bien durs, à peine quelques poils noirs sur la poitrine. Je caresse ses seins et son ventre, fais glisser ma main sur sa peau au grain fin, il en a la chair de poule. Il ne dit pas un mot, ne fait pas un geste. Je m’attendais à être dévêtue à la hussarde, jetée sur le lit et prise avec fougue, mais Brahim n’est plus qu’un grand ado un peu effrayé par l’idée d’avoir à satisfaire une femme. Je trouve cela émouvant et j’en suis ravie.

Prenant l’initiative, je m’accroupis devant lui pour lui baisser short puis slip jusqu’à mi-cuisses. Une magnifique tige fièrement dressée apparaît sous mes yeux, longue et fine, avec un gland violacé largement décalotté et gonflé à bloc. Je ne m’attendais pas à un aussi beau cadeau. Je réfrène mon envie de le prendre immédiatement en bouche, je me relève et me colle contre lui, l’entourant de mes bras. Je plaque mon bas-ventre contre son sexe et je joue avec à travers l’étoffe de ma robe et de mon slip, ondulant doucement des hanches. J’adore le contact de ce sexe plein de promesses et me fais une joie de pouvoir profiter de toute cette juvénile virilité. De son côté, Brahim semble se ressaisir un peu. Il répond à mes caresses, m’enlace, me couvre le cou de baisers mouillés. Je lui prends doucement le visage dans les mains et nous nous embrassons à pleine bouche. Il n’est pas très habile mais sa bouche a un goût frais qui me plaît beaucoup et achève de me faire fondre.

Je m’agenouille et commence à le sucer. Je déploie tous mes talents, je veux lui montrer comment une vraie femme suce un homme, qu’il sente la différence avec les gamines qu’il fréquente. Il est constamment au bord de l’éjaculation et je m’arrête à plusieurs reprises pour le laisser souffler, sachant exactement quand il faut stopper et quand recommencer. Je le fais bientôt asseoir sur le lit pour qu’il soit plus à l’aise, je m’installe confortablement entre ses cuisses et je continue de m’occuper de son sexe, alternant allées et venues de ma bouche sur sa verge et coups de langues sur la hampe et les testicules. Je varie les plaisirs en happant ses belles boules, l’une après l’autre, dans ma bouche pour les mordiller et les titiller. J’ai un faible pour les testicules et celles de Brahim sont belles et d’une bonne grosseur.

Lui reste passif, absorbé par son plaisir et évidemment obnubilé par le fait qu’il lui faut se retenir. Nous n’avons pas échangé une parole depuis l’entrée dans la pièce. J’arrête de le sucer le temps de me défaire de ma robe. Toujours à ses pieds, je dégage mes bras des bretelles et la fais glisser jusqu’à ma taille. Mes seins apparaissent et je le vois qui les découvre et les admire avec un plaisir évident. Je fais du 90C et je sais que les hommes adorent mes seins. Comme je suis rousse, ils ont une large aréole claire et l’on perçoit quelques veines bleues à travers leur peau laiteuse, c’est joli. J’étais très complexée d’être rouquine dans mon enfance et mon adolescence mais je sais aujourd’hui parfaitement que la plupart des hommes fantasment comme des fous sur les rousses. Tandis que je me suis remise à le pomper, Brahim se penche en avant et attrape les deux globes que je lui offre. Il les soupèse, tripote, malaxe tout son saoûl, les prend par les tétons et les fait remuer doucement, les soulevant et les écartant, les pressant l’un contre l’autre, des jeux dont il semble que les hommes ne se lassent jamais. Enfin, je précipite les choses: tandis que j’accélère le va-et-vient de ma bouche et les effets de langue sur sa verge, je me mets à le masturber énergiquement, de plus en plus fort, jusqu’à un rythme frénétique. J’appelle cette technique ’la pipe qui tue’ car aucun homme ne résiste bien longtemps à un tel traitement. Bien sûr, mon jeune Brahim est au comble du plaisir et jouit en une poignée de secondes. De longs jets chauds et puissants giclent au fond de ma gorge tandis que je l’entends rugir au dessus de moi. J’avale tout son jus jusqu’à la dernière goutte car j’adore le goût du sperme. Terrassé de plaisir, il se laisse tomber sur le matelas, sur le dos, les yeux clos et les bras en croix.

— Trop bon, trop-trop bon !, finit-il par lâcher dans un soupir plein d’une intense félicité.

Je me redresse, heureuse de lui avoir fait du bien. J’avale avec délectation la dernière gorgée de son sperme, qui a ce petit goût acide qui révulse la plupart des femmes mais qui, moi, m’enchante. Il rouvre les yeux et se redresse sur un coude pour me contempler. Il me sourit largement et béatement, il a l’air d’un gosse heureux d’avoir enfin obtenu son jouet. Son sexe a un peu dégonflé mais je le devine prêt à se remettre très vite et très facilement au travail. Je fais glisser ma robe à terre et j’enlève ma culotte. J’ôte mes escarpins et apparais toute nue. Je me mets les mains sur les hanches et ondule doucement du bassin dans une attitude gentiment provocante. L’effet est immédiat. Le regard de Brahim se visse sur ma chatte aux poils clairsemés et aux lèvres bien visibles et aussitôt son sexe reprend une belle vigueur. Il se l’empoigne et met à se caresser sans me quitter des yeux. Je pivote sur moi-même pour lui présenter mon dos, mes fesses, ma cambrure. Son regard avide de tout voir parcourt l’ensemble de mon corps, marquant des arrêts prolongés sur mon sexe, mes seins, mes fesses. J’aime qu’il me détaille, qu’il me scrute, je veux qu’il n’ignore rien de moi.

Finalement, il émet un long et sifflement.

— Qu’est-ce que vous êtes bonne ! Vous savez, j’ai l’impression que c’est un rêve. J’y crois pas ! Je fais le tour du lit et m’approche de lui. Je lui passe la main dans les cheveux, amusée et attendrie de constater qu’il me vouvoie toujours alors que je suis nue devant lui et viens de le sucer.

— On continue ?, dis-je.

Il hoche vivement la tête et m’attrape par les hanches pour m’attirer à lui. Il me palpe le derrière, titille mon anus puis me glisse la main entre les cuisses et joue avec mon sexe. Il fait courir un doigt le long de la fente, jouant avec les lèvres, en évaluant la consistance et le velouté. Il m ’introduit un doigt, puis deux, puis trois. Je ferme les yeux pour mieux profiter du plaisir du contact de ses mains sur mon corps, de ses caresses un peu malhabiles mais qui me rendent folle. Mon sexe est trempé, je le sens s’ouvrir de désir, les doigts entrent et sortent avec une facilité extrême. Tandis qu’il explore ainsi à sa guise l’endroit le plus secret de ma personne, il essaye de trouver mon clitoris. Sans grand succès. Je fais alors diversion en changeant de position et de jeu. Je grimpe sur le lit, enjambe mon jeune amant et m’installe les fesses au dessus de sa tête. Je le domine et mon sexe est à quelques centimètres de sa bouche. Je fais tournoyer lentement mon bassin au dessus de son visage, frôlant son nez, sa bouche, des poils humides de mon pubis.

— Sers-toi, lui-dis-je après avoir délicatement posé les lèvres de mon sexe sur sa bouche.

Il ne se fait pas prier et je sens aussitôt sa langue s’introduire et commencer à me fouiller. Je suis dans un état d’excitation insensé, je pousse de petits gémissements à chacune de ses lapées. Sa langue va et vient dans la moiteur de mon vagin, les sensations sont inouïes. Il me prend les fesses pour mieux me soutenir et me fait aller et venir au dessus de lui. Sa langue est chaude et dure comme un petit pénis sur lequel je m’empale encore et encore. Je n’en peux plus et je crie encore et encore. Je transpire, commence à être parcourue de petits frissons. J’ai le besoin irrépressible de sentir son sexe en moi. Je jette un oeil par dessus mon épaule et aperçois son membre énorme, tendu comme un arc. D’un mouvement coulé du bassin, je descends jusqu’à son bas-ventre et positionne mon sexe au dessus du sien. J’empoigne sa queue et colle le gland à l’orée de mes petites lèvres liquéfiées de désir. Je m’aprête à descendre lentement sur lui pour m’empaler en douceur, mais je n’en ai pas le temps. D’un vif coup de reins, il entre en moi, profondément et complètement. La surprise et le plaisir m’arrachent un nouveau cri, je suis embrochée sur ce magnifique membre qui m’emplit totalement, assise sur les couilles de mon homme comme sur un trône. Nos pubis aux poils humectés de nos liqueurs sont mêlés l’un à l’autre, son membre est installé loin, très loin dans mon ventre. Ses mains se posent sur ma taille, l’enserrent avec vigueur, et il commence à me faire monter et descendre en rythme sur sa verge avec une force virile que je ne soupçonnais pas. Il accompagne chaque pénétration d’amples coups de reins qui ont la force d’un taureau, poussant son pénis toujoursplus loin en moi. Le plaisir est trop fort, j’ai un orgasme instantané, je crie comme une folle. Je me sens pleine toute entière de ce membre, prise par un mâle d’un exceptionnelle virilité et j’oublie totalement que je suis en train de me faire sauter par un gamin de 19 ans.

Sans doute l’intensité de mon extase lui donne-t-il confiance ? Il se comporte maintenant comme un mâle d’expérience. Tandis qu’il me laboure le ventre, ses mains me palpent, ne cessent d’explorer mon corps, allant de mes hanches à mes seins, qu’il empoigne, triture et malaxe sans ménagement. J’adore ses caresses, j’adore la rudesse de ses gestes et je le lui dis, je lui dis que je suis à lui, qu’il peut me faire tout ce qu’il veut, et je suis totalement sincère.

Il me prend par les épaules et me renverse sur le lit. Nos sexes se séparent. Je suis sur le dos, les épaules clouées au matelas et maintenant c’est lui qui me domine. Il relâche la pression pour m’ouvrir largement les cuisses, avec autorité et sans ménagement. Il me les remonte sur la poitrine, j’adore cette position d’offrande absolue, je lui offre mon sexe, mon cul, tout mon corps. J’aime cette soudaine brusquerie et le lui fais comprendre en m’abandonnant ainsi cuisses écartées avec une totale passivité. Il est agenouillé entre mes jambes ouvertes, j’aperçois son pénis luisant de ma liqueur intime, toujours aussi rigide, impressionnant. Je veux encore cette magnifique queue, je veux encore la sentir au fond de moi, je suis impatiente de la recevoir de nouveau. Il entre deux doigts dans mon sexe et me masturbe quelques instants, énergiquement. Je suis trempée, complètement ouverte, je hurle encore. Il s’étend sur moi, s’installe entre mes cuisses et son pénis remplace ses doigts. Il me pénètre facilement d’un coup de reins puissant et ample qui m’arrache un nouveau hurlement. Je suis sûre que tout l’hôtel m’entend. J’ai toujours été très démonstrative pendant l’amour mais en ce moment je n’en ai aucune honte, j’ai oublié toute pudeur et rien ne pourrait arrêter mon plaisir.

Il me baise merveilleusement, avec une fougue qui n’a rien à envier à des hommes plus mûrs. Sa queue est longue et mon vagin se moule autour d’elle à la perfection, j’ai l’impression que mon sexe est fait pour accueillir le sien, la sensation de fusion érotique est totale. Parfois, il sort complètement et revient brutalement s’installer tout au fond. Nous échangeons des baisers en baisant et nos salives se mélangent. Je suis inondée de sueur, de la tête aux pieds. Il jouit une nouvelle fois, dans mon sexe cette fois, et je sens ses jets de foutre m’emplir. Il débande à peine, puis reprend ses allées et venues avec la même force, le même coup de reins énergique voire brutal. Je sais que peu d’hommes sont capables de cela et suis heureuse de voir que j’excite mon jeune amant à ce point.

J’ai plusieurs orgasmes successifs et lui jouit une deuxième fois dans ma matrice. Cette fois, il se laisse retomber de tout son poids sur moi. Je referme les jambes autour de son corps, les croisant pour mieux le retenir en moi. Son membre reste longtemps fiché dans mon ventre avant qu’il ne finisse par ramollir tout à fait et le quitter. Je me sens intensément femelle, imprégnée de sperme jusqu’au plus profond de mon être et la plénitude m’envahit. J’ai les fesses mouillées par sa semence qui s’échappe de mes lèvres luisantes en tachant le couvre-lit.

Quand nous sommes entrés dans cette chambre il était un peu plus de 17 heures. Il fait nuit quand nous reprenons un peu nos esprits. Après ce que je viens de vous décrire, nous avons refait l’amour et il a eu deux nouvelles éjaculations, moins abondantes bien sûr, et moi de nouveaux orgasmes. Nous avons passé plus de cinq heures au lit à mêler ainsi nos corps et nos sexes. Nous nous sommes séparés peu avant minuit. Il voulait me raccompagner chez moi mais j’ai résisté à la tentation d’accepter.

De retour à la maison, bien que vannée, j’ai été très longue avant de m’endormir car je me suis passé et repassé le film exact des événements. Chose très rare, je n’ai pas pris de douche car je voulais conserver sur moi l’odeur de Brahim, et les restes de son sperme en moi. J’ai eu dans ma vie de nombreuses aventures sexuelles avec un certain nombre d’hommes, et je n’irais pas jusqu’à dire que Brahim était le meilleur des amants. Mais le fait est qu’il m’a procuré beaucoup, beaucoup de plaisir.


seiko@pagefrance.com

Diffuse en direct !
Regarder son live