Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 022 fois
  • 56 J'aime
  • 6 Commentaires

L'amour est là où on regarde

Chapitre 9

Journée 4 : Anna

Divers

Yohann sortit du corps de la jeune femme, et éjacula sur son dos. Il se tourna sur le dos, et se demanda comment il en était arrivé là. A coucher avec une copine de sa sur, et celle de son pote. La jeune femme, à ses côtés, soupira d’aise. Elle se rassit et regarda le corps de Yohann. Il avait un corps de rêve, et il savait très bien s’en servir.


Allez 8/10, fit la jeune femme, presque 9, ajouta-t-elle.

Tu ... donnes des notes ! dit Yohann en se relevant.


Il s’assit sur le bord du lit, et partit à la recherche de ses vêtements, pour se rhabiller.


Samedi, tu reviens, dit-elle.

On s’était mis d’accord, sur une seule fois !

Et tu crois qu’elle va réagir, comment ta petite sur... quand je vais lui raconter ! Ou alors peut-être que tu préfères que je parle avec ta tante... de ta relation avec ta petite sur.

P*t*n merde ! Anna ! Shana est ton amie !

Mouais, c’est vite dit ça.

Et Marco !

Bof, il n’est qu’un 5/10... Correct, mais sans plus... Alors que toi, dit Anna avec le sourire aguicheur.


Yohann lui trouva un air vulgaire... et sale. Il n’avait jamais jugé les femmes qui cherchaient à se faire plaisir avec plusieurs hommes, en même temps, ou non. Mais cette femme... lui donnait envie ... de vomir. Et pourtant ... dans le fond, il était soulagé, il avait pu se montrer bestial avec elle, soulagé la pression qu’il subissait à se trouver si près de Shana, sans avoir peur de la dévorer. La bête en lui était ... calme, pour le moment.


Il soupira en lançant ses chaussures, avait-il vraiment le choix ? Cette ... g*r*e était bien capable de tout dire à sa tante. Et puis il ne voulait pas rendre sa petite sur malheureuse, en lui apprenant qu’il avait couché ... non baisé avec l’une de ses amies. Que Anna ne considère pas Shana comme une amie, ça la regardait, mais Shana de son côté, aimait bien Anna.


Samedi, alors ! fit-il... avec dégout.

Tu ... sembles pas apprécier l’idée... mais ce n’est pas ce que j’ai senti tout à l’heure... Tu étais... bestial, mon chéri.

La ferme ! fit-elle en se levant, il récupéra sa veste, et quitta l’appartement de la jeune femme, en se maudissant d’être aussi faible.



Pourtant la journée avait bien commencé, Yohann ouvrit les yeux et découvrit sa petite sur, elle avait le sourire aux lèvres et le regardait avec amour, avec tendresse. Elle était si belle, et si douce.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Bonjour, ma chérie, fit-il.

Bonjour Yoyo !


Il était couché sur le dos, et elle caressait son torse avec ses petits doigts de fée. Il avait envie de lui sauter dessus, et de la dévorer. Mais il fallait rester calme. La jeune fille leva les couvertures, et regarda son sexe.


Qu’est-ce que tu regardes comme ça, vicieuse, rigola-t-il.

C’est que depuis tout à l’heure, il n’arrête pas de se dresser tout seul.

Ce sont des érections matinales, ça arrive ... à tous les hommes.

Oh !


Shana embrassa l’épaule, le corps de son frère, sur son téton. Yohann la serra plus fort contre lui, sentant son odeur, sa belle odeur de pêche.


C’est ton shampooing qui sent la pêche ?

Oui. Tu n’aimes pas ?

Si... ça sent bon.


La jeune fille leva la tête et pressa ses lèvres sur celles de son grand frère pour l’embrasser. Ce fut un baiser doux et tendre. Shana et Yohann s’embrassèrent d’abord doucement, la jeune fille était très tendue. Puis le jeune homme posa ses deux mains sur le visage de la jeune fille pour approfondir le baiser. Il glissa sa langue dans la bouche de Shana, et joua avec la sienne.


Yohann aida Shana à s’allonger sur le dos, et se retrouva au-dessus d’elle. Il fixa son regard dans le sien, et elle le regarda sans savoir ce qu’elle devait dire ou faire. Le jeune homme commença à glisser sa main entre le haut et le bas de cet horrible pyjama. Dans un premier temps, il remonta pour venir prendre les seins de Shana entre ses doigts, et la caresser tendrement... Il effleura le contour de ses seins, et Shana se mit à soupirer de plaisir. Il frôla ses seins avec ses doigts, puis il redescendit pour venir se glisser sur le sexe de sa petite sur.


Ta petite culotte a disparu ?

J’ai ... oublié de la remettre hier soir, répondit-elle d’une petite voix.


Le jeune homme se pencha sur elle, pour poser des baisers sur son cou. Et sa main commença à exercer une pression sur son sexe, et commença à la caresser, en décrivant des cercles avec ses doigts. Shana sentir à nouveau ses courants électriques lui parcourir le corps. Elle se cambra vers lui, espérant sentir encore plus les doigts de Yohann dans son corps. Shana se mit à gémir de plaisir. Le jeune homme la trouvait si belle, si ... magnifique. Elle venait d’avoir un nouvel orgasme, elle leva les yeux vers Yohann. Il sortit sa main de son sexe, couvert de cyprine, il porta ses doigts à sa bouche.


Shana le regarda avec de grands yeux surpris, de le voir faire une telle chose comme ça.


Tu es ... délicieuse, fit-il avec le sourire coquin.


DRRRING ! fit la sonnerie de son portable, il était 7 heures du matin. Il devait se rendre au boulot. Maudit réveil ! pensa-t-il avec énervement. Il se redressa et éteignit la sonnerie, avant de se lever. Il aurait bien passé sa journée dans le lit de sa petite sur, à la caresser, la lécher... lui faire l’amour. Mais il fallait aller travailler, et tant mieux. Parce que la limite entre ... je fais l’amour avec ma petite sur tendrement ... et je la viole sauvagement, était difficile à ... contrôler.


Je t’aime ! fit Yohann, en l’embrassant, avant de quitter sa chambre.


Il fit attention que sa tante ne le voit pas quitter la chambre de Shana, en caleçon, cela aurait été vraiment pire que tout. Il se rendit sous la douche, et s’habilla pour partir à son boulot. Il but un café sur le bord du comptoir, personne n’était encore levé. Il laissa un petit mot et fila à son boulot. Shana entendit sa voiture démarrer et il partit. Elle soupira, et se leva à son tour pour prendre une douche et s’habiller. Elle passa de longues minutes, sous l’eau chaude, à caresser son corps, en cherchant à retrouver les sensations que son frère avait fait naître dans son corps.


Elle passa sa main sur ses seins, elle le pinça, en se rappelant la bouche de Yohann à cet endroit, puis sur son ventre, en se souvenant de ses mains et de sa langue à cet endroit. Ensuite, sa main se glissa sur son sexe, et elle se caressa un moment, en pensant aux doigts de son grand frère, mais aussi à sa langue à l’intérieur. La jeune fille se laissa aller à ces caresses.


Shana, bonjour ! cria Hélène de l’autre côté de la porte.

Bon... jour ! fit Shana en se recroquevillant, comme si elle avait été prise sur le fait, alors qu’il y avait une porte entre eux.


Elle termina de prendre sa douche, en regardant le bidon de son shampooing à la pêche, elle sourit, et en mit peut-être un peu trop dans ses cheveux. Elle se rinça et descendit pour prendre le petit-déjeuner avec sa tante. Les deux femmes regardèrent les informations à la télé. Le journaliste annonça qu’un nouveau féminicide avait eu lieu. Shana jeta un coup d’il vers sa tante. Elle n’était pas au courant de tout, mais elle avait bien compris que sa tante avait des soucis de ... ce genre avec son mari. La jeune fille n’arrivait pas à comprendre qu’on puisse vouloir faire du mal à quelqu’un comme aime, ou qui que ce soit d’ailleurs. Les deux femmes passèrent la matinée à ranger ici et là, en discutant de tout et de rien.


Yohann, cria un de ses collègues.

Ouais !

Il y a de belles blondes qui te demandent, fit son collègue en échangeant un clin d’il avec les deux demoiselles.


Shana et Hélène avaient décidé de faire une surprise à Yohann, et de l’inviter à déjeuner pour le repas du midi. Le jeune homme s’avança vers l’accueil de l’entrepôt et découvrit les deux femmes devant lui avec le sourire. Il était partagé entre la joie, et la colère.


Qu’est-ce que vous faites là ? parvint-il à dire d’un ton neutre.

On t’invite au restaurant, fit Hélène. Dans combien de temps est ta pause ?

Euh dans une demi-heure !

OK, on va t’attendre !


Les deux femmes sortirent de l’entrepôt, et s’installèrent sur le petit muret en face.


Avec laquelle des deux, tu couches ? demanda son collègue.

Crétin, c’est ma sur et ma tante.

Oh, pardon ! Elle est mignonne, la petite blonde.

Tu touches à ma sur, t’es mort ! fit Yohann avec une violence et une rage qu’il ne contrôlait pas ...


Son collègue le regarda surpris, puis inquiet, et s’excusa une nouvelle fois, en s’éloignant un peu chamboulé par la rage de son collègue. Il ne l’avait jamais vu comme ça. Il jeta un coup d’il vers Shana. Il devait l’adorer sa sur.


La demi-heure était finie, et le trio se rendit dans un petit restaurant à côté du lieu de travail de Yohann. Ils entrèrent et s’installèrent. La serveuse vint vers eux.


Shana ! Quelle surprise ! s’écria Anna.

Anna, fit Shana en échangeant un regard avec ton frère.

C’est une amie ? demanda Hélène.

Euh oui... Voici Anna. Tu as réussi à trouver un travail ? Anna, ma tante Hélène, présenta Shana, d’une petite voix.

Oui, je remplace une femme partie en ... maternité pendant quelques semaines. Enchantée madame. Qu’est-ce que je vous sers ?

Une salade niçoise pour moi, répondit Hélène.

Une césar, merci, dit Shana.


Anna leva la tête vers le dernier protagoniste du trio, et reconnut aussitôt Yohann. Shana ne perdait pas de temps pour présenter son copain à sa famille. Ça ne faisait même pas quatre jours depuis la soirée.


Un croque-monsieur pour moi, merci.

Tu vas avoir trop de cholestérol ! fit remarquer Hélène.

Merci, mais je sais m’occuper de moi.

Allons Yohann, je pense à la santé de mon neveu.


Anna fronça les sourcils, et porta son regard sur Shana, qui semblait se faire toute petite sur la banquette, en fuyant son regard. La jeune femme s’éloigna en essayant de remettre toutes les pièces du puzzle dans l’ordre. Shana et Yohann étaient frère et sur ? Et il avait passé la moitié de la soirée à la peloter, à l’embrasser. Il y avait forcément un truc... qui ne collait pas. On n’est pas censé faire ce genre de truc entre frère et sur.


Shana échangea un regard avec Yohann, à l’instant où elle avait vu Anna, elle savait bien qu’elle allait comprendre. Mais sa tante avait mis les pieds dans le plat, en révélant leur lien de parenté, sans le faire exprès, évidemment, elle ne pouvait pas savoir. Pendant tout le repas, Shana n’arrêtait pas de croiser le regard de Anna, qu’est-ce qu’elle était censée faire, lui dire la vérité ? ou crier poisson d’avril, en inventant une histoire rocambolesque ! Shana avait tellement l’estomac noué qu’elle ne parvint pas à finir sa salade.


Tu as une petite mine, tu es sûre que tout va bien, ma chérie ?

Oui... ça va ! J’ai juste ... les yeux plus gros que le ventre, répondit Shana en essayant de sourire à sa tante.


Le repas fini, Hélène insista pour payer le repas, et les trois sortirent du restaurant. Yohann n’était pas à l’aise non plus, de savoir que cette femme sache tout de leurs liens. Mais c’était une amie de Shana, elle n’allait pas le crier sur tous les toits. C’était ce qu’il se disait pour se rassurer. Il retourna à son travail avec la boule au ventre. A la fin de sa journée, il se décida à passer au restaurant pour discuter avec Anna, s’il parvenait à lui faire comprendre de ne rien dire, ou même que ... ce n’était qu’une mise en scène, ou n’importe quoi, pour qu’elle ne pense plus qu’il ait une aventure... une liaison... une histoire... une relation avec sa petite sur.


Est-ce que Anna est encore là ? demanda-t-il au barman.

Oui, je vais la chercher.

Anna, il y a quelqu’un pour toi !

J’arrive.


La jeune femme arriva et sourit en voyant Yohann assis à une table devant une tasse de café. Elle s’avança vers lui, et posa ses fesses sur la banquette en face de lui.


Tu vas pouvoir m’expliquer toute l’histoire... Quoique je crois avoir compris l’essentiel, tu te ... tapes ta sur. Ça m’excite, tu ne peux pas savoir.

Non, je ne veux pas savoir.

Je remarque que tu ne nies pas. Donc tu fais bien l’amour avec ta sur... Je me demande ce que ta tante pourrait en penser... ou tes parents, dit-elle, comme si elle réfléchissait à la possibilité de le faire.

Qu’est-ce que tu veux pour te taire ? De l’argent ?

Non... ce que je veux... c’est toi ! Il parait que tu es le meilleur coup... de la ville.

Ne faut sans doute pas exagérer !

Si, si, je t’assure ! fit Anna avec un petit sourire de celle qui savait quelque chose sans le dire.

Une fois ! dit Yohann.

Très bien ! Maintenant !

Très bien !

Je n’habite pas très loin, et je finis mon service dans ... oh je l’ai fini ! dit-elle en voyant qu’il était 17h15.


Yohann soupira et suivit donc Anna dans son appartement. Et maintenant, il était censé faire l’amour... non baiser avec cette femme. Elle ferma la porte, et commença à se déshabiller, et lui ôta aussi ses vêtements avec précipitation.


Fais-moi voir ton talent de mâle... ou je risque de trop ... parler ! fit-elle.


Yohann soupira et saisit la jeune femme par les hanches et la souleva pour la plaquer contre un mur. Elle était en sous-vêtement. Il ne mit pas longtemps à lui arracher son soutien-gorge et lui mordilla ses tétons avec rage. Sans le vouloir, la jeune femme venait de libérer le ... tigre qui était en lui.


Il écrasa de son poids la jeune femme contre le mur, et glissa sa main dans sa culotte pour la doigter avec rage. Il n’y avait aucune tendresse ni amour dans ses gestes. C’était de la rage à l’état pur. Il la caressa, et elle ondula en criant contre lui. Elle avait ses jambes entourées autour de sa taille, et ses bras encerclaient sa tête, penchée sur sein. Il avait une main sous ses fesses, et l’autre pénétrant son vagin. Il ôta sa main de sa culotte, et Anna gémit de frustration, il se retourna et vit la table. Il coucha la jeune femme sur la table, et lui enleva sa petite culotte. Il replongea ses doigts dans son sexe, et chercha à la faire jouir... dans la violence.


Il plongea sa langue dans le sexe de cette femme, qui avait une odeur âcre de transpiration, et de cyprine... Il la sentit enfin jouir... en criant... comme une s*l*p*. Mais dans le fond, il était tout aussi s*l*p qu’elle. Il se releva et lui saisit les hanches pour la pénétrer d’une violente poussée. Tant pis, si elle avait mal, il s’en fichait, c’est elle qui l’avait voulu après tout. Il la pilonna avec rage, sans aucune douceur.


Elle allait jouir, alors il se retira et la remit debout. Et la retourna, posa les mains de Anna sur la table, et cambra son dos, et ses hanches, et il la pénétra par derrière. Il se remit à faire des va-et-vient puissants dans son corps.


Où est la chambre ? demanda-t-il.

Par là ! fit-elle en tendant le bras.


Il relava la jeune femme, sans même sortir d’elle, et la poussa vers la chambre. Elle fit quelques pas déséquilibrés, il crut qu’elle allait tomber, mais elle parvint à se maintenir droite, en posant sa main sur le mur. Il arriva derrière elle et la doigta en la forçant à avancer vers la chambre. Il la poussa sur le lit, et la força à se mettre à quatre pattes, et se remit à pilonner façon sauvage, homme des cavernes, comme dans les films, où on les voit secouer les femmes dans tous les sens. Il était sur le point de jouir, quand il réalisa qu’il n’avait mis de préservatif, il sortit de son corps et éjacula sur son dos. Puis il tomba sur le lit...


Yohann était dans sa voiture, il rentrait chez lui. Il s’arrêta et poussa la porte, et fut accueilli par une Shana toute souriante. Elle posa sa main sur son bras.


Ne me touche pas ! Fit-il plus brusquement qu’il ne l’aurait voulu.


Mais il n’avait pas pris de douche après ... la folle sauvagerie avec cette femme. Il ne voulait pas contaminer sa petite sur avec cette ... vulgarité.


Pardon ! fit-elle toute petite, en s’éloignant, triste.


P*t*n, mais qu’est-ce qu’il fabriquait. Il se rua vers la salle de bain, sans rien dire à personne, et se mit sous la douche, pour se laver, frottant et frottant pour enlever cette horrible sensation de son corps. Il posa un bras sur le mur de la douche, et rechercha à se calmer.


Shana se demanda ce qu’elle avait encore fait pour le mettre en colère. Avait-elle dit quelque chose ? Est-ce à cause de Anna ? Shana l’avait appelée pour lui demander de ne rien dire à personne. Elle lui avait dit que cela resterait secret. Il n’avait donc pas à s’inquiéter de ça. Alors... qu’est-ce qu’il n’allait pas ? Il ne voulait plus d’elle ? Elle s’excusa auprès de sa tante, en lui disant qu’elle ne sentait pas très bien... et s’enferma dans sa chambre, pour pleurer...


Yohann s’était servi du shampooing à la pêche de Shana pour effacer l’odeur de cette femme de son corps. Il se lava et se rinça au moins une dizaine de fois, surtout sa queue, avant d’être enfin ... satisfait de ne plus la sentir sur lui. Il se brossa aussi les dents, en s’en faire saigner les gencives. Et dire qu’il allait devoir y retourner samedi. Il descendit à la cuisine, sa tante était toute seule dans la pièce.


Où est Shana ?

Elle ne se sentait pas très bien, elle est dans sa chambre. Elle est devenue toute pâlotte la pauvre. Tu veux bien lui monter ce petit plateau pour qu’elle mange quelque chose ! fit Hélène avec le sourire.


Le jeune homme sourit et se saisit du plateau, et monta les marches. Il donna un petit coup de pied dans la porte. Shana ouvrit la porte, elle avait encore pleuré. Pourquoi, il n’arrive pas à ... la faire sourire. Pourquoi est-ce qu’il la fait pleurer ?


Hélène a préparé un plateau pour toi.

Merci, fit Shana en le laissant entrer pour qu’il le pose. Je mangerais tout à l’heure.

D’accord ! fit-il.


Yohann soupira et regarda la jeune fille devant lui, ce n’était plus sa petite sur dans son corps, dans son cur... malheureusement dans son sang, ça le serait toujours.


Je suis désolé d’avoir été brusque tout à l’heure ma Shanou. Mais j’étais ... transpirant, plein de ... saletés. Bref !

C’est pas grave ! fit Shana avec un maigre sourire.


Le jeune homme resta figé au milieu de la pièce, sans savoir quoi faire.


Est-ce que tu vas mieux ma chérie ? demanda Hélène qui arriva dans le couloir derrière Yohann.

Oui, oui, ça va. Merci pour le plateau, tante Hélène.

Je t’en prie. Tu devrais t’allonger. Viens, Yohann laissons-la se reposer ! dit-elle en invitant le jeune homme à quitter la pièce.


Yohann et Hélène partagèrent un plateau-repas devant les informations. Entre les inondations, les feux de forêt, les homicides et le terrorisme, le monde paraissait bien sombre.

Diffuse en direct !
Regarder son live