Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 9 974 fois
  • 45 J'aime
  • 0 Commentaire

Amster-Dame

Chapitre 1

Hétéro

Quelquefois, je pars en escapade avec vénus, ma maîtresse depuis 17 ans. Quelquefois, elle part avec son mari. Dans ce cas-là, je lui lance souvent un défi. A cette occasion, elle devait réussir à avoir une aventure, avec un homme, une femme, un couple, peu importait. Elle devait juste réussir à avoir une aventure à l’insu de son mari. Je ne peux pas ne pas mettre catégorie fantasme ou histoire vraie à la publication, mais je laisse chacune et chacun se faire son idée...


Voilà, départ pour Amsterdam. Arrivée à l’hôtel NH-Hôtels vous connaissez ? Des chambres sympas. Nous posons nos valises et en sortant, nous croisons un voisin de chambre, juste celle en face de la nôtre, et nous voilà partis faire un petit tour dans le secteur pour une après-midi de visite. Une petite bière au bord des canaux, et nous décidons de rentrer de bonne heure, car demain matin visite du parc floral. Moi en petite jupette dentelle écrue un petit haut noir, décolleté... Oupss je n’avais pas vu ! largement décolleté, comme j’aime ! En me suivant, Bernard me dit ‘’les grands-mères te regardent avec ta jupette de cochonne !’’ Moi je réponds ‘’eh oui elles sont jalouses et aigries de ne pas en avoir portées ou alors de ne plus pouvoir en porter !’’ Sa réflexion m’amuse, il sait que j’aime séduire et que j’aime que l’on me remarque en séductrice. Oui j’aime les hommes et le pouvoir que je peux exercer sur eux...



Retour à l’hôtel, nous allons prendre l’apéritif au bar, il ne faut pas perdre de vue les choses importantes non plus ! Sympa le bar, quelques personnes, de la musique. Un petit mâle me regarde sans même voir que je suis accompagnée, j’aime bien le regard audacieux... Il m’examine de haut en bas, observateur... Mais ! C’est notre voisin de chambre !



Je passe devant la réception et je vois qu’une promenade de nuit est prévue dans le parc floral où nous devions aller le lendemain, avec jeux de lumière. Ça me paraît très sympa ! Je le propose à mon chéri... Accueil plus que froid, voire glacial ! Pour finir, il me balance ‘’Si tu veux la faire, vas-y moi je suis crevé’’... Et bien c’est oui ! Je me lève et je vais m’inscrire.



Repas au resto de l’hôtel, notre voisin arrive à une table juste à côté. A la fin du repas, Bernard me dit je vais me coucher, tu viens pour reprendre la clé ? Je monte avec lui, et je l’enferme ! Et je redescends prendre mon café.



Notre voisin est toujours là, et me propose de boire mon café à sa table. Je m’installe... Grand brun une petite cinquantaine, sympa, souriant. Il me dit ‘’J’ai entendu que vous alliez faire une promenade de nuit dans le parc, quelle idée avec ce sale temps et votre petite jupe, vous allez prendre froid ce serait dommage !" Je lui réponds ‘’dommage de prendre froid ?’’ ‘’Oui’’ me répond-il, ‘’moi je vous propose plutôt d’aller danser si vous voulez, vous avez déjà la tenue pour, et il y a moins de risque pour votre santé’’ tout cela lancé avec un sourire ravageur...



Il est déjà 21 h 30, et comme il est bien fatigué par toute la marche de la journée, je pense que Bernard dort déjà, et puis j’allais au parc donc je sortais non ? Nous partons à quelques kilomètres dans une discothèque, musique sympa... Nous allons prendre un verre au bar et vient un air entraînant. Sa main se pose sur ma taille et il me lance : "On danse si vous voulez’’. Ma réponse est un ‘’ouiiiiiiii avec plaisir"...



Il danse très bien, nous nous effleurons, deux épidermes se rencontrent, deux corps se découvrent... Réaction immédiate, et petit coup de chaud... Je sens sa main appuyée plus fermement et légèrement caressante aux creux de mon dos, je le laisse faire... Je suis tout contre lui... Je sens la chaleur de son corps... ouhhh je crois même qu’il bande... Assez fière de moi et du résultat... J’aime assez faire cet effet à la gent masculine...



Nous arrêtons de danser un peu et nous retournons au bar, ou pendant notre absence il y a eu disparition ! Plus qu’un siège, il s’installe, m’attrape par la hanche et viens m’asseoir sur lui ! Moi je regarde la piste. Là ce n’est plus "je crois qu’il bande", mais un "je suis sûre qu’il bande" ! Je vais avoir les yeux qui clignotent s’il continue ! Alors au son de la musique, je vais onduler avec mon petit cul tout rond, venir le caresser et m’éloigner juste après, pour mieux revenir ensuite, avec cette fois une insistance certaine... Il va devenir fou...


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Je me tourne vers lui en lui offrant mes lèvres. Il embrasse tellement bien que je n’arrive plus à lui rendre sa langue... Ma main longe son torse pour descendre plus bas, oups je glisse ! Je le caresse à travers le tissu de son pantalon, c’est terriblement excitant... Belle érection ! Je vais passer une belle fin de soirée, je crois... Sa main, elle, s’est glissée sous mon haut, il me caresse le dos, oups non pas que le dos, sa main a bifurqué et arrive sous mon sein, j’adore, je le laisse faire, voir même je l’encourage ! Je tire sur mon haut pour qu’il joue avec mon téton à le pincer doucement. Je suis toute mouillée, j’ai envie de lui !



Non je veux dire pour être honnête que je n’ai plus qu’une envie : Lui ! Cette idée m’obsède, je regarde d’un rapide coup d’œil l’horloge du bar, 11 h 30. Cendrillon doit rentrer avant minuit pour conserver le prince charmant dans un état où il lui fera honneur ! Je le regarde avec une gourmandise non dissimulée puis je lui chuchote à l’oreille "cette musique m’agace... Nous pouvons juste remuer frénétiquement sans qu’aucun corps ne touche l’autre, bref ce n’est pas de la danse, juste de la gesticulation...’’ Il se marre et me dit ‘’je ne peux qu’approuver’’.



Nous rentrons alors très vite, je crois que le désir est une évidence chez lui aussi. Quand le désir se conjugue au pluriel, on connaît la fin, on a juste envie de tout faire pour que cette fin ne soit pas trop rapide.



Arrivés devant l’hôtel, le réceptionniste me lance un grand sourire complice, il est trop physionomiste celui-là, il a déjà vu que je n’étais plus avec mon mari ou quoi ? Et en plus, il nous souhaite une bonne soirée ! Décidément, il a tout compris ! Autrement c’était une bonne nuit tout simple.



Je suis collée à son corps dans l’ascenseur, j’ai toujours eu très peur dans les ascenseurs ! Non pas vraiment, mais c’est l’occasion rêvée de faire un collé serré et je ne vais pas m’en priver. Nous arrivons devant la porte de sa chambre, en fait devant la mienne aussi, la mienne et celle de mon mari qui doit dormir en croyant sa femme au milieu des fleurs alors qu’elle s’apprête à butiner tout autre chose... Situation assez troublante et excitante...



En entrant dans sa chambre, je pense juste à un mauvais moment ! Pourvu que ce ne soit pas un petit mâle bien ordonné ! Je ne supporte pas ! Deux règles incontournables : C’est moi qui glisse mes mains partout, avides de rencontrer sa peau, la chaleur de son corps, et c’est moi qui fais sauter les boutons. Celui de la braguette aussi d’ailleurs, c’est le meilleur, sauf si la trouvaille n’est pas à la hauteur de l’espérance de la dame. Mais là d’après ce que j’ai pu sentir tout à l’heure, la dame devrait être contente. Et l’effeuillage commence, tout vient tomber sur le sol suivant la gravité de newton, pas de pliage sur le fauteuil et encore moins accroché au cintre du dressing, quel tue-l’amour... Je veux qu’à la fin de ce moment que nous allons partager, il y ait des fringues partout ! Pas grave si je rentre avec un faux pli, je préfère retourner dans ma chambre avec un orgasme, chacun son choix !



Les habits tombent vite, très vite ! Je sais qu’en face, mon mari dort, mais si je ne rentre pas à une heure en rapport avec mon activité supposée, je vais devoir fournir des explications ! Alors pas trop de temps à perdre, à l’essentiel ! Eh je retrouve vite une belle queue durcie par le désir... Je m’approche, la regarde avec un regard gourmand au possible, je n’ai plus qu’une envie, celle d’y goûter. Je pique et descends dessus sans louper ma proie comme un vautour. Personne ne viendra me la prendre celle-là. Ma langue la caresse en titillant le gland, elle est toute douce. Ma bouche l’approche, mes lèvres se referment sur elle, elle coulisse lentement jusqu’au fond de ma gorge. Ma bouche est chaude, accueillante, gourmande. Je le regarde, il ferme déjà les yeux sous la caresse, bon signe, il apprécie, j’aime faire ressentir à mon partenaire que pour moi la fellation est un plaisir, pas une obligation quelconque...



Je vais jouer un moment avec lui en alternant différentes caresses. J’ai vu un fauteuil dans cette chambre, je m’en approche et je pose une jambe sur l’accoudoir en écartant ma lingerie. C’est une invitation à venir entre mes jambes... Hummm le joli coup de langue qui s’agite sur mon bouton ! Terrible, il alterne de gauche à droite, puis l’avale alors que je le sens gonflé par le désir ! Doucement, sensuellement, je sens sa bouche toute chaude venir s’écraser sur mon clitoris. C’est bon, je suis mouillée par le plaisir et le désir que ça continue... Mes doigts s’accrochent dans ses cheveux. J’ai envie de lui maintenir sa tête éternellement contre mon intimité. Je jouis le plus discrètement possible, et j’y arrive très mal !



Il ne me laisse pas reprendre mes esprits après ce premier orgasme, il joue avec la pointe de mes seins, à une caresse douce succède un pincement du téton, et ça aussi c’est terrible. Je ne suis pas sûre de pouvoir résister encore longtemps, et j’ai envie de le sentir me posséder, de m’offrir à lui...



Je vais me mettre à genoux sur le lit, les fesses offertes, il a compris que j’étais prête pour la levrette. J’adore cette position un soupçon animal j’avoue, mais tellement forte. En effet, libérée de l’image de celui qui me donne du plaisir, je peux tout imaginer. Et de l’imagination j’en ai à revendre ! C’est un black, c’est un inconnu, juste après ils sont deux... Mon esprit s’échauffe donnant des sueurs à mon corps. Je plaque ses mains fermement sur mes hanches, j’aime sentir ce contact sur ma peau.



Je le sens tout doucement titiller l’entrée de mon ventre. Et d’une poussée franche et rapide m’envahit, je ferme les yeux et me laisse porter par le moment. Une chaleur au fond de mon ventre, il glisse, hummm que c’est bon... Je me retourne, l’allonge sur le lit et je viens le chevaucher. Là c’est moi qui mène le jeu et joue avec sa queue. Mon corps se balance d’avant en arrière, au passage mon clito se caresse à son ventre, c’est terrible pour moi ! Je l’observe et je devine qu’il va jouir sous mes va-et-vient infernaux. J’accélère encore, c’est moi qui le baise, il ne résiste pas et se laisse aller dans mon ventre.



Nous nous allongeons l’un contre l’autre, épuisés par le plaisir. Je n’ai plus beaucoup de chemin pour rejoindre mon lit conjugal. Je sais que demain je quitterai l’hôtel et cet inconnu d’amster-Dame, avec le souvenir d’un moment fort dans ma vie de femme...



Au petit matin, mon mari me demandera "Alors c’était bien ? " Ma réponse est laconique "Ben c’est comme le jour, mais il faisait nuit". Encore en pensée à revivre ma nuit de plaisirs... Et un conseil, si on vous propose une visite de nuit dans les parcs floraux, n’hésitez pas, on y trouve des plantes légales qui vous font beaucoup de bien !


Diffuse en direct !
Regarder son live