Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 12 703 fois
  • 26 J'aime
  • 3 Commentaires

Ana, la soumise

Chapitre 1

Trash

Comme convenu, tu m’envoies un message pour me dire que tu es devant ma porte. Je sors t’ouvrir et te fais entrer. Tu as bien suivi mes consignes et tu portes une jupe très courte et un haut très décolleté. Tu es très excitante habillée comme ça et ma queue sent déjà que ton corps va être un très agréable parc d’attractions.


Je m’assois sur le lit et te dis de venir te mettre debout face à moi. Je t’observe de face, te fais te tourner pour empoigner tes fesses et en apprécier les formes. Je t’ordonne de mettre les mains dans ton dos et de te tourner pour me les présenter. Je les attache avec des Serflex et te remets face à moi.


Je te dis de soulever ta jupe pour vérifier que tu as été bien obéissante et que tu n’as pas mis de culotte comme je te l’ai ordonné. Je caresse tes cuisses, tes fesses, remonte mes mains près de ta chatte, mais n’y touche pas. Je me contente de sortir des boules de geishas et de les frotter sur ta fente déjà bien humide. Le trajet pour venir, en courte jupe et sans culotte, t’a déjà surexcité et fait sentir très salope. Lentement je rentre une, puis les deux boules en toi.


Je t’attrape les cheveux pour te mettre à genoux et déboutonne mon pantalon. Je sors ma queue bien tendue et déjà luisante d’envie et me caresse lentement devant toi. Tu ouvres la bouche et t’avances pour y gouter.


Je te saisie, te couche sur mes genoux et te fesses violemment.

— « Est-ce que je t’ai autorisé à te servir de ta bouche ? »

— « Non monsieur, » gémis-tu sous les fessés.

— « Voilà ta punition. Tu n’agis que quand je te le dis. »


Tes fesses sont assez rouges et je vois que tu mouilles beaucoup sous la combinaison des coups et des boules qui bougent au fond de toi.


Je te remets à genoux face à moi et reprends ma bite à la main pour me branler doucement juste devant tes lèvres.

— « Viens me lécher les couilles comme une bonne soumise. »

— « Avec plaisir monsieur ».


Tu te penches en tendant la langue avec appétit, tes mains attachées dans le dos et me lèche consciencieusement les couilles pendant que je continue à me caresser lentement.

— « C’est bien petite salope. Tu lèches comme une petite chienne. »

— « Merci monsieur. »

— « Tu aimes ça, hein ? »

— « Oui monsieur. »

— « Tu voudrais l’avoir entière dans ta bouche ? »

— « Oh oui monsieur, s’il vous plait. »

— « Pour l’instant je ne t’autorise qu’à lécher ma queue et mes couilles. Gare à toi si tu lèches le gland et le jus qui s’en échappe ! »

— « Merci monsieur. »


Ta langue remonte avec appétit le long de ma bite. Tu mets toute ton application à la lécher et à lécher mes couilles pour mon plaisir. Et dans ta précipitation ta langue s’empare d’un filet de mon jus.


Je t’attrape par les cheveux et te relève sèchement :

— « Je t’avais prévenu. »


Je te tire par les cheveux vers un dossier de fauteuil et te courbe dessus, la tête en bas et le cul offert. Je te bande les yeux et te fais écarter les jambes pour mieux t’offrir. Et je te remets une série de fessés qui te font gémir de douleur et de plaisir.

— « Tu as bien compris maintenant ou tu en veux encore ? »

— « Oui monsieur, excusez moi, j’ai bien compris. Je n’en veux plus. »

— « Alors sois obéissante ! »

— « Bien monsieur. »

— « C’est ma queue que tu voulais ? »

— « Oui monsieur. »


Je passe le long du fauteuil, te saisis par les cheveux et t’enfonce ma bite dans la bouche. Tu gémis de plaisir. Les yeux bandés, les poignets attachés et ainsi offerte, tu te sens complètement soumise avec cette queue qui te baise lentement la bouche.


En même temps je joue avec le fil des boules de geishas pour que tu les sentes bouger au fond de toi, passe mon doigt sur ta fente baveuse d’envie et le remonte sur ton petit trou pour le titiller. Il palpite déjà d’excitation. Je pince et étire tes tétons dressés et branle ton clito. Tu couines de plaisir comme une bonne salope, tes gémissements étouffés par ma queue qui va et vient dans ta bouche. Tout en continuant à te branler, je t’enlève ton jouet de la bouche.

— « Tu as envie de jouir? »

— « Oui monsieur, c’est très excitant. »

— « Tu n’as pas le droit. Tu dois me demander et je ne t’autoriserais à jouir que quand je te le dirais. »

— « Mais… »


Avant que tu n’ais pu finir, ma main quitte ton clito et s’abat sur tes fesses très rouges maintenant.

— « Tu voulais dire quelque chose ? »

— « Non monsieur. »


Je me positionne derrière toi et viens frotter ma queue luisante de ta salive sur tes trous bien trempés. Mais tu ne mérites pas encore de la sentir plus profondément. Je la retire et écarte tes fesses à deux mains. Ton cul et ta chatte sont grands offerts.

Ma langue passe alors de ta fente inondée et gluante de mouille à ton cul. Il s’ouvre et palpite en sentant ma langue et cette mouille. J’exaspère ton plaisir en continuant bien lentement à te lécher et à ouvrir doucement ton cul avec ma langue.


J’enfonce un doigt plein de ton jus au fond de ton cul et fais pression sur les boules à l’intérieur de ta chatte. Il s’ouvre à moi et


j’enfonce doucement un deuxième doigt. Tu couines de plaisir et avance ton cul pour que mes doigts s’enfoncent encore plus profondément.


Je les retire et te redonnes une série de fessées encore plus forte :

— « Ça s’est pour bien te rappeler que tu ne dois pas jouir tant que je ne l’ai pas décidé. »

Ton cul est bien lubrifié par ta mouille et ma salive, et s’est ouvert avec mes doigts. Je remets ma bite derrière toi et la fais aller et venir de ta chatte à ton cul pour encore mieux le lubrifier. Je pose mon gland à l’entrer de ton cul et l’enfonce très doucement, en m’arrêtant juste avant que le gland ne pénètre.

— « Tu es une bonne salope qui aime se faire enculer? »

— « Oh oui monsieur, je suis tellement excitée. »

— « Dis-le ! »

— « Je suis une bonne salope soumise qui aime se faire enculer ! »

— « C’est bien. »


Je t’attrape par les cheveux, te tire la tête en arrière et j’enfonce ma queue très lentement pour que tu en sentes chaque parcelle s’enfoncer au fond de ton cul. Tu es bien serrée avec les boules dans ta chatte et tu te sens envahie par tous les trous.


Je garde ma queue au fond de ton cul pour que tu te dilates bien, en profitant pour te torturer les seins en les empoignant à pleine main, tirant et pinçant tes tétons. Puis je commence des vas et viens bien lent. Tu sens bien ma queue et les boules à chaque mouvement. Tu gémis de plaisir. Ton cul est grand ouvert, mais les boules compriment bien ma queue. Je vais de plus en plus vite et bien profondément.

— « Tu veux jouir? »

— « Oh oui monsieur s’il vous plait, j’en peux plus, c’est trop bon… »

— « Pas encore. »


Je m’arrête, la bite bien au fond de ton cul et je sors les boules de ta chatte. Elles sont poisseuses de ta mouille. J’enfonce une boule dans ta bouche pour te faire gouter ton jus et te faire taire. Je retire ma bite de ton cul, t’arrachant un soupir de plaisir et de frustration.


Je sors un gros gode et l’enfonce sans ménagement au fond de ta chatte. Je te défonce vite et fort, bien profondément. Je vois ta mouille se répandre sur le gode.

— « Maintenant tu peux jouir comme une vraie salope ! »


Tu cries de plaisir malgré la boule dans ta bouche et jouies comme une folle, surexcitée par toute cette situation et de t’être retenue autant. Je suis obligé d’arrêté, tellement ta chatte s’est contractée, je ne peux plus y rentrer le gode. Je le sors et l’essuie entre tes seins pour que tu sentes à quel point tu as souillé ce sex toy de plaisir.


Et sans prévenir, je renfonce ma queue au fond de ton cul et le défonce sans ménagement. Il est grand ouvert et ma bite est bien calée dedans. C’est super bon. Tu as vraiment un bon cul de salope. Je le sens se contracter et t’entends gémir avec la boule dans la bouche.

— « He ais houir… He ais houir… », essaies-tu de dire.

— « Vas-y, prend bien ton pied avec ma bite dans le cul ! »


Et je branle en même temps ton clito pour te faire partir encore plus fort. Tu couines de plaisir et ton cul se serre sur ma bite.

— « Tu vas me faire jouir petite chienne. »


Je retire la boule de ta bouche, sors ma queue de ton cul et t’ordonnes de sortir la langue. Je me branle et me vide en longues giclées bien chaudes sur ta langue et dans ta bouche.

— « Tu sais ce qu’il te reste à faire? »


Tu acquiesces et avales tout, bien consciencieusement.

— « C’est bien. Maintenant nettoie bien ma queue avec ta bouche et ne perd aucune goutte de mon plaisir. Pompe bien. »


Tu t’appliques à ne rien gâcher, montrant ton appétit pour le foutre.

— « Tu m’as bien fait jouir comme une bonne salope bien soumise. »

— « Merci monsieur. »

Diffuse en direct !
Regarder son live