Le site de l'histoire érotique

1 Anna : jeune vierge initiée par son beau-père

Chapitre 2

109
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 60 470 fois

109

5

Elle prit l’habitude de l’attendre la nuit quand sa mère était présente.


Lorsque sa mère travaillait en fin d’après-midi et la nuit. C’était plus simple pour eux.

Elle rentrait de l’école, et il attendait son retour. Il la déshabillait ou lui enlevait juste sa culotte. Anna aimait qu’il la lèche les fesses nues sur la table de la cuisine. Elle gardait sa jupe et ouvrait son chemisier. Parfois, elle revenait de l’école sans culotte et sans soutien-gorge. Juste avec ses vêtements. Paul était vite excité en ces occasions. Il la traitait de cochonne, de chatte en chaleur ou de chienne.


Pendant, plusieurs semaines, il continua de la lécher. Elle ne pouvait pas le toucher mais il lui donnait toujours à gouter son sperme, du bout des doigts.


Il lui léchait goulûment la chatte sur le canapé, le tapis du salon ou la table basse quand sa mère était absente. Il ne manquait jamais de prendre en bouche ses tétons durs. À chaque fois, elle jouissait, la chatte dégoulinante sans difficulté. Elle se mit à espérer de plus en plus souvent cet orgasme.


En présence de sa mère, elle se comportait toujours sagement. Cependant, elle cherchait à être le plus souvent possible seule avec lui. À la demande de Paul, elle se lava à chaque fois qu’il voulait la lécher. Elle allait sous la douche et il s’installait dans la salle de bain, pour la regarder. Il était nu, se caressant parfois le bout de la bitte. Depuis la première nuit, elle avait pu découvrir cette queue excitante. Épaisse, elle se dressait au milieu d’une toison blanche et brune. Il avait les couilles lourdes d’un taureau.


Un jour, elle se lavait Paul la regardant. L’eau glissait en cascade sur ses seins et s’introduisait entre ses cuisses. Elle se mit à se laver avec un savon à la vanille. Anna laissait glisser ses mains le long de ses bras, son ventre, ses jambes puis elle caressa longuement ses seins. Paul avait les yeux rivés sur ses seins, caressant son gland. Elle se retourna et se pencha, laissant entrevoir sa fente rose. Elle se nettoya faisant mousser le savon. Elle se remit face à lui et continua de nettoyer sa chatte, en le regardant. Il commençait à se branler. Elle prit le jet d’eau et se rinça en ouvrant les cuisses, un pied relevé sur le bord du bac. Il finit par se lever.


— Laisse tes cuisses écartées !! dit-il


Paul vint s’agenouiller dans la douche, elle remonta une jambe sur son épaule et se laissa aller contre le mur. Il colla sa bouche à la chatte et elle se mit à gémir. Elle aimait pouvoir exprimer librement son plaisir. Bientôt, elle haleta. C’était tellement bon de sentir sa langue chaude sucer son clitoris inexpérimenté !! Elle adorait sentir la langue ou les doigts de Paul fourrager l’entrée de sa chatte. Elle poussa ses hanches d’avant en arrière. Il lui donna quelques claques sur les fesses qui l’excitèrent. Anna retint la bouche de Paul collée à sa chatte et fut prise d’un violent orgasme inondant sa chatte gonflée. Il se releva et l’embrassa. Il introduisit à nouveau deux doigts dans sa fente sensible. Il les ressortit couverts de mouille. Elle avait pris l’habitude de lui lécher les doigts ainsi, après avoir joui. Elle entrouvrit les lèvres à plusieurs reprises et suça les doigts, en gémissant. Il était excité à chaque fois. Anna s’imaginait pouvoir sucer la bite de Paul, d’ici peu.


Paul obligea Anna à s’agenouiller à son tour. Elle crut qu’il l’autorisait enfin à prendre sa queue chaude et épaisse en bouche. Anna fit un geste pour le sucer. Il la repoussa :


— Cochonne !! Tu l’as pas encore méritée !! Je vais me branler sur tes seins. Si tu m’excites assez on passera peut-être à la prochaine étape. Montre-moi que tu es une chaudasse !


Anna remonta un peu ses seins et se mit à les caresser à pleines mains en regardant la queue dure sous ses yeux. Paul commença à se caresser. Elle continua à caresser ses tétons en se fourrant à nouveau un doigt dans sa fente. Elle sentait la mouille couler le long de ses cuisses. Anna se mit à parler pour exciter Paul.


— Vas-y branle-toi sur mes seins lourds avec ta grosse bite. J’aime quand tu l’exhibes sous mes yeux. Fais couler ton sperme chaud sur mes nichons pour que je puisse le lécher. Ton gland rose et gonflé me donne envie d’être fourrée à 4 pattes.

Elle n’avait jamais osé dire des saloperies de ce style. Paul grognait, excité.


— Continue cochonne !! l’encouragea-t-il


— J’aime sentir ta langue sur ma chatte chaude. J’ai envie que tu me baises. J’ai envie de lécher ta grosse bite, de la laisser glisser dans ma bouche humide.


Elle voyait le gland rose gonfler. La bite durcir. Un jet épais et blanc de sperme vint s’étaler sur ses seins. Paul poussa un grognement de plaisir. Il prit soin de bien étaler son sperme. Sous les yeux de Paul essoufflé, elle s’empara d’un sein et le lécha du bout de la langue. Elle le nettoya jusqu’à la dernière goutte de sperme. Anna porta son autre sein à la bouche et s’en occupa de la même manière. Paul caressa son gland du bout du doigt pour y recueillir quelques gouttes de sperme. Elle se pencha et le suça doucement.


Anna se mit debout. Il la prit dans ses bras et l’embrassa. Elle sentit la bite contre sa chatte.


— Tu es vraiment faite pour la baise. J’adore ta chatte !! Tu me fais bander dès que je vois ton cul. J’ai vraiment envie de t’apprendre comment donner du plaisir. Ça m’excite d’apprendre des choses comme ça à une vierge.