Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 134 fois
  • 62 J'aime
  • 2 Commentaires

Anna : jeune vierge initiée par son beau-père

Chapitre 17

papi prend le relais

Zoophilie

Céline était nerveuse dans l’ascenseur. Anna l’avait guidée dans leur tenue. Elle savait ce qu’aimait papi Raymond. Anna avait eu du mal à convaincre sa mère de venir jouer avec elle et Champion, mais elle lui avait décrit le plaisir que cela lui procurait. Céline avait juste hoché la tête, un peu stressée à l’idée de découvrir la queue de Champion et de devenir la chienne de deux mâles. Anna lui fit enfiler une robe à bretelles rouge et moulante, s’arrêtant à mi-cuisse, recouverte par un imperméable beige et des talons vernis noirs.


Elles étaient sorties dans le quartier, un peu avant leur rendez-vous avec papi, pour déstresser Céline. A l’angle d’une impasse, Anna avait réussi à convaincre sa mère de s’exhiber, en se faisant filmer avec le téléphone de sa fille. Il y avait du passage étant au coin d’un carrefour. Céline se positionna à l’angle de la ruelle. Les bus et voitures passaient derrière elles. Céline écarta le bas de l’imperméable pour se caresser les cuisses puis remonta la robe. Anna zooma avec son téléphone sur la vulve rose de sa mère, qui releva une cuisse, laissant voir jusqu’au trou palpitant. Anna avança une main et enfonça un doigt doucement, faisant gémir Céline. Puis, sa mère se retourna et dévoila sa croupe qu’elle caressa en regardant la caméra.


Cette scène avait permis à Céline d’être un peu moins nerveuse, mais il restait de l’appréhension.


Quand Anna toqua chez son papi chéri, il leur ouvrit, vêtu d’un peignoir. Il les mena dans son salon où Champion leva la tête et battit de la queue. Anna enleva son imperméable et dévoila un body rouge couvrant ses seins avec deux bandes de dentelles se rejoignant entre ses cuisses. Un nœud décorait le haut de ses seins. Elle ouvrit l’imperméable de Céline et devant l’œil expert de papi, se mit à embrasser sa mère, en caressant le tissu de la robe. Puis, elle passa derrière Céline et baissa les bretelles de la robe rouge en embrassant les épaules, jusqu’à faire apparaître la poitrine généreuse de sa mère, qu’elle malaxa. Papi Raymond semblait captivé par la scène, qu’il savourait.


Du bout des doigts, Anna s’empara d’un téton qu’elle fit rouler entre ses doigts, qu’elle tirailla, faisant gémir Céline. L’autre téton bien dur termina dans la bouche d’Anna, qui le fit rouler avec délice sous sa langue. Anna attira sa mère vers le canapé et l’allongea le ventre sur un accoudoir pour que ses fesses soient bien relevées. Regardant papi avec un sourire provocateur, elle caressa les fesses de sa mère et fit lentement remonter le tissu. Raymond vit apparaître les hanches rondes et roses qui lui avaient plu à travers les jumelles. Anna entrouvrit les cuisses pour faire apparaître le clitoris rose et humide, avec le ticket de métro de Céline. Anna y passa plusieurs fois le doigt et la langue, faisant gémir sa mère. En relevant la tête, la jeune femme se rendit compte que papi était nu et tenait leurs colliers de chienne. Anna releva sa mère et papi embrassa Céline en caressant ses seins. Puis, il mit à Céline un collier rose avec des strass et à Anna un collier noir.


Papi prit Céline par la main et l’allongea sur le dos sur la table, les fesses dans le vide. Champion s’approcha et commença à fourrer sa truffe entre les cuisses d’Anna qui l’encouragea en lui grattant la tête, sous l’œil de Céline nerveuse. Papi prit deux rubans soyeux et attacha les jambes de Céline aux pieds de la table basse pour qu’elle maintienne les cuisses ouvertes.


Sur un geste de Raymond, Anna s’allongea sur sa mère et elles commencèrent les préliminaires. Leurs langues chaudes se mêlèrent pendant que leurs clitoris se frottaient l’un à l’autre. La langue de Champion commença à se balader entre leurs cuisses, et parfois la truffe froide les faisait frissonner. Aux premiers coups de langue râpeuse, Céline poussa des cris d’étonnement et de plaisir. Papi s’approcha, et découvrit la chatte d’Anna. Les deux chiennes sentirent la chantilly froide habiller leur chatte chaude. Champion se mit à lécher plus fort, laissant sa langue bien écarter les lèvres de leur vulve et remontant jusqu’à leur rondelle. Papi remit régulièrement de la crème. Les corps des chiennes ondulaient de plus en plus vite, elles se malaxaient les seins, gobaient les tétons durs et mêlaient leurs langues avec fureur.


Papi avança sa queue dure et elles ouvrirent leur bouche humide pour recevoir la bite du mâle. Elles sucèrent le gland et enroulèrent leur langue autour de la verge.


Anna sentit les pattes de Champion sur ses hanches et sa pine dure contre ses cuisses. Il voulait saillir sa chienne en chaleur. A contrecœur, Anna se poussa. Céline s’offrait, désinhibée par le plaisir. Les cuisses ouvertes, humides et chaudes. Anna voyait le trou de sa chatte palpitant. Champion posa ses pattes des deux côtés des hanches rondes, sa verge rouge et pointue tapait les fesses de Céline.


Le chien était fébrile. Anna referma sa main sur la queue et la guida. Céline poussa un cri de plaisir quand la bite s’enfonça et la pilonna frénétiquement.


— Encore, vas-y ! Fais-moi du bien, gémissait-elle.


Anna caressait les couilles de Champion et laissa sa main glisser entre ses cuisses. Elle se doigta. Papi regardait en souriant, la verge dure, le gland rose humide. Le nœud de Champion grossit et Céline jouit. Un moment de bonheur. Le sperme coulait en filet liquide tandis que Champion restait bloqué. Papi avança sa main et joua avec les tétons de Céline, le temps que Champion la libère. Quand, il put se retirer, papi enleva les rubans et positionna Céline en levrette, les seins plaqués contre la table. Elle se laissa faire exciter. D’un geste brusque, il enfonça sa queue et accroché aux hanches de sa chienne en chaleur, il pilonna rapidement sa chatte en grognant. Elle était serrée et humide à souhait.


— Tu es sacrément en chaleur ma chienne, tu aimes que papi te baise ?

— Oh oui, j’adore ! s’exclama Céline.

— Tu la veux encore ?

— Oh oui ! je veux être ta chienne.


Anna regardait la scène, caressant son clitoris. Elle décida de nettoyer Champion. Ses lèvres et sa langue coulissaient sur la queue pleine de mouille et de sperme. Le chien se laissait faire et Anna s’appliqua comme son beau-père lui avait appris.


Papi Raymond poussa un grognement de plaisir et tapissa la chatte de sa mère d’un sperme chaud et épais. Anna s’avança à 4 Pattes. Papi posa sa main sur le collier et attira la bouche pulpeuse de la jeune dévergondée vers la chatte bouillante de sa mère. Doucement, Anna la nettoya. Sur sa langue se mêlaient le sperme du chien et de papi. Céline gémissait doucement au contact de la langue chaude de sa fille. Anna introduisit le bout de sa langue dans le trou béant afin de bien tout nettoyer et glissa jusqu’à la raie des fesses.


Papi redressa Céline. Chacune à 4 pattes, elles léchèrent lentement la queue de papi pour le nettoyer, mêlant leur langue. Papi caressait leur tête, satisfait. Cependant, Anna devrait attendre pour jouir. Elle se sentait frustrée. Papi les mit debout une fois propre. Il termina de les mettre totalement nues. C’est comme ça qu’il les préférait. Raymond les embrassa langoureusement, glissant sa langue dans leur bouche et les entraîna sur le canapé.


Elles allaient passer beaucoup de temps avec lui.

Diffuse en direct !
Regarder son live