Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 19 945 fois
  • 35 J'aime
  • 8 Commentaires

Anne retour de vacances s'offre à 7 routiers pour son mari candauliste

Chapitre 2

Avec plusieurs hommes

Suite de cette belle nuit d’été, d’aventure dans l’AUBRAC


Offerte par mon mari, à 7 gaillards rustauds, inconnus, de 50 et plus.

Ils vont me baiser avec son plein accord, aussi le mien, sur cette aire de repos.

Je suis intégralement nue, parfaitement consentante, prête à tout leur donner, être leur putain, chienne assoiffée de queues. Être gentille, docile, malléable, à leur entière disposition, autoriser tous leurs caprices. (Les capotes ont été distribuées 3 chacun)


A quelques pas, un banc, plus loin une table en bois avec deux bancs plats. (Piquenique).

Je me dirige vers le premier banc qui a un dossier.

Pleine lune, parfaitement éclairée, je chaloupe, tortille fesses et hanches, me retourne vers eux, me caresse la chatte, les seins.

Je me trémousse, je veux les torturer, décupler les désirs.


Je veux « des vrais fauves ».

Alain me dispose les mains en appui sur le dossier, met les serviettes sur le banc.

A genoux sur le banc, cul offert tendu vers mes pervers, je suis largement ouverte.


Dans cette position, je peux sucer devant, me faire prendre facilement en levrette.


Ma chatte est à hauteur parfaite pour qu’ils ne fassent aucun effort, profitent bien.


« Fabio, viens vite, mon chéri, viens baiser Anne !! Je t’ai dit tu seras mon premier »

Ils sont tous là, tout près, entretiennent les queues dressées, pour être l’élu de suite.


«Un dans ma bouche, vite !! Je veux téter ! »

Ils viennent TOUS, devant moi. J’ai 6 bites dressées devant les yeux.

Aucun visage, des gros ventres poilus ou moins. Je suis ravie.


J’en prends une au hasard, je pompe cette bite, je la suce avec respect, la cajole de la langue, sans l’aide des mains, sinon je tombe ! !

L’homme me retient sous les bras, me tire à lui, comme ça j’ai le nez enfoui dans son ventre. Je léchouille, j’adore faire.

Je ne sais même pas lequel car à part Michel dont la bite est énorme, ils sont tous de même taille. Je dirai « normale ».


Fabio, plonge rudement sa bite dans ma chatte trempée, ultra luisante, très excité d’être MON CHOIX.


Je bouge mon cul pour lui, me remplis de cette queue.

«Fouille moi bien salaud, prends moi FORT !! »

Il me bourre avec violence. Ma bouche est pleine aussi d’une autre queue. C’est bon.


Je commence mon show… !

« Une autre bite, Vite !! »


Elle vient, s’engage dans ma bouche, comme chez elle. Prend sa place.

Anne suce, inhale, gobe, lèche encore...

Tous ont compris que je vais les faire juter, inutile de se précipiter !

Anne est un magnifique objet de plaisir.


Elle aime sucer et baiser la française !! Une salope bien dressée. Suffit de se présenter, donner sa queue elle en redemande !!!

Fabio jouit quelques saccades, il veut rester.

Je l’écarte d’1 main douce.


Un autre me prend !!

Un nouveau bâton, je sens les grosses cuisses contre mes fesses.

Des grognements, des mots en Espagnol.

Les mains puissantes pétrissent mes hanches pour s’appuyer et pénétrer, bien à fond.

C’est simple, facile, la chatte est accueillante, obligeante !


Je tourne autour de la bite.

Là aussi effet garanti, 3 ou 4 minutes... . IL jouit !!

La queue tressaute en moi, je redouble mes mouvements, frétille du cul autour de cette queue encore dure.


« Vite un autre, dans ma bouche, ma chatte, Vite mes chéris, Anne vous veut TOUS !!!

J’ai envie, Venez. ! Encore !»

J’utilise des mots crus, je m’affole toute seule.


Les hommes tour à tour, m’offrent leurs sexes bandés ou pas, me baisent, ils disent des choses sur moi. Je ne comprends pas, je constate la belle satisfaction.


Apparaît Michel, lui parle français. Grosse, longue bite.

(Entre temps, je me suis rafraîchie la chatte, lavée un peu)


« Je vais lécher ta chatte, ma garce, j’ai envie de plonger ma bite dans ton petit trou du cul». (Alain lui fait signe non).


« Je voudrais bien Michel mais ta bite est trop grosse, mon chéri, baise moi fort devant, enfile bien ta queue, fais-moi jouir, plonge, je veux sentir tes couilles battre mon cul, je promets si je jouis vite, tu restes tu me baises 2 fois !! »


« OK, ma cochonne de garce, alors descends du banc, je te baise comme moi je veux »


Il m’allonge, me tourne, me couche sur le dos, lui sur moi, presque en missionnaire.

Mais il relève mes cuisses accrochées hautes sur son cou.

Là, bien calé, pénètre très PROFOND, me suçant les seins, ses couilles battent mon entre jambes et le bas de mon cul.

Puis il me baise en levrette à quatre pattes.

Je jouis au moins pour les 10 e fois !!!

Je ne sais plus...


Les six autres sont là assis autour, en voyeurs.

Je leur souris encore, pleine de promesses pour chacun,


Je prends les bites, par deux, je branle doucement, pour les garder en forme.

ILS SONT ENCHANTÉS !! La française continue de les satisfaire.


Michel se retire, après de très longs jets dans ma chatte.

(Petit temps de repos je suis allongée sur le banc)


Discussion de Michel avec mon mari, animée !! Je vais vite savoir.

Michel vient vers moi.

Me porte dans ses bras, m’amène …SUR LA TABLE encadrée par les deux bancs.

Je ressemble au plat de résistance présenté du temps des rois.

(Un hasard ? les serviettes sont disposées. Un oreiller est là aussi).


Il m’allonge, ouvre mes cuisses encore, indispensable de rester offerte, disponible.

«Bon, ma petite cochonne gourmande, tu vas encore être très gentille avec nous ??

Tu veux nous faire plaisir ??» « OUI, bien sûr, Michel, bien sûr, je veux bien »


« Alors c’est moi qui dirige, Alain m’a dit que tu obéis très bien » « il est d’accord »


« C’est vrai, je cède si je me sens bien, tu voudrais quoi ?? »


« Je dirige, tu fais, c’est tout »

« Mais TU FAIS, TOUT, de suite, quand je le dis. Il paraît que ça te plaît »

« Ce soir, ça me plaît, d’accord, J’obéis ».


« Branle-toi salope, caresse-toi pour nous. Fais-toi jouir, écarte ta chatte grande, à 2 mains, montre-nous, je veux te voir te plier, t’entendre miauler ! »


Suis surprise mais satisfaite de la tournure (Mon mari a encore frappé, sait ce que j’aime)


Je débute une branlette lascive, impudique, libidineuse, lubrique.

Tous les 7 assis sur les 2 bancs, chaque côté de la table.

Je titille mon clito, j’ouvre ma chatte à 2 mains, je me caresse doucement, fort.

Je leur donne le spectacle.

« Lèche-toi les doigts ! Mouille ton petit trou, je veux qu’il glisse comme ta chatte... »


Je les regarde tous, dans les yeux, je fais comme si chacun était seul avec moi.

Ils pensent que je les préfère aux autres !!


Je suis salope toute seule.

J’obéis à Michel, à ses demandes. Je caresse mes seins, je les pince, chez moi c’est une des meilleures façons de m’exciter.

Je me retourne sur le ventre, j’ouvre mon cul, me soulevant légèrement.

« Soulève-toi. Offre ton cul à lécher à chacun de nous » Je FAIS.

Je sens les langues me fouiller, le cul et la moule.


J’écarte mes fesses pour mieux offrir mon trou de balle, il ruisselle des salives.


« Bien, ma cochonne, très bien, c’est vrai que tu es vraiment bonne, on va faire mieux »


« Tu restes sur la table, tu te penches en avant, tu attrapes les bites, tu les suces encore, tu les connais bien, les autres voient bien ton cul de chatte en chaleur.

Fais bien voir, sois plus putain ! »

«DIS-MOI QUE CA TE PLAIT !! Anne dis le, à haute voix, je veux t’entendre dire que tu aimes nous sucer »


« OUI, vous sucer tous, j’adore ça. »

« TU AIMES CES BITES ?? » « OUI, j’aime toutes vos bites »

« ELLES SONT BONNES ?? » « OUI, très bonnes, je les aime en bouche j’aime les lécher,

J’ai envie de les boire … ».

« C’est bien, ton mari a raison !!!!


« Plus encore, ON VA TIRER au sort celui qui va t’enculer ma salope. Pas moi, je suis trop gros. Tu suceras les autres en même temps. Comme tout à l’heure. »

(Je ne sais quoi faire. IL est probable qu’Alain a donné son accord, il ne dit rien !).


« OUI, je demande que votre plaisir, j’ai envie d’une bite dans le cul mais laisse-moi choisir, S’il te plaît … »


« Tu n’es pas obéissante ! ce soir tu es à nous, tu fais ce que je dis, moi !!

Anne, C’est tout ». «Bon, OUI, d’accord mais doucement, tu veux que je suce qui le premier ? »« MOI !! Et tu me bois !!, tout, tu ne laisses rien » Dit il.


Le tirage a eu lieu, je ne sais comment.


C’est Manuel, le premier qui m’avait vue, au tout début de la soirée. Celui-là est veinard.

Moi aussi.

Pour que la position soit bonne, je suis transportée à pleines mains, par tous, un peu à côté.

Tout est arrangé.


« A genoux Anne ! Penche toi comme tout à l’heure, Viens lécher mes couilles, suce les une par une, fais moi bander ! Dis moi des saloperies, que tu aimes ma bite, je vais me vider dans ta bouche puisque je peux pas t’enculer !»


« Elle est grosse, elle me plaît, je veux la servir, la faire jouir, je vais vider tes couilles de vicieux jusqu’à la dernière goutte, je suis TA salope, TA chienne, Ta soumise, TU me donnes à qui tu veux pour m’enculer, j’aime que tu commandes, je suis super heureuse.»


« Suces !». Je ne reviens plus sur mes talents. Je lui fais le « grand jeu ».


Lui je le laisse se vider pleinement dans ma bouche, j’avale bien tout, je bois, je garde la bite au chaud. Je continue à le lécher, bouche fermée, après. Sperme sucré.


Pendant ce temps, un autre m’attend, se branle de me voir disponible pour lui, se met en état, derrière moi.

Il m’attrape le cul, me remonte un peu, d’un seul coup, m’enfonce sa bite courte mais large dans le cul, direct, de suite, glisse jusqu’à la garde.

Reste là, sans bouger, bien enfoncé.

« Aides le, petite pute, bouge, enfouis le ! C’est bon ? Dis-nous»


« OUI, c’est bon, OUI, c’est chaud »

« Bouge je te dis, montre comme tu aimes !! Enfile-toi bien dessus. Bob reste comme ça ! Laisses là faire ! »« Je veux voir comment cette débauchée aime ta bite dans son cul »

« Si elle va te faire jouir ».


J’entreprends une danse des fesses qui serrent la queue de Bob, je fais les mouvements AUTOUR de sa bite, je serre, je le branle avec mon cul.

Les hommes applaudissent doucement, on ne sait jamais.

Ils rient, se congratulent, la française continue à tenir.


« Bob, Remplis là » « Anne demandes lui !! »

« OUI, Bob, allez-y, je veux vous sentir jouir, Bob, maintenant, maintenant … »*

Il gicle en moi, se soulage, continue à me tenir, pour bien décharger. Il grogne.


« Tou es souper bonne, ma qué cé bon una putana ... etc. » J’adore ! ! ! ! ! ! ! !


« Les gars faites vous sucer, maintenant elle à envie de boire, je le sens »

Les bites viennent, 3, je les prends, je ne réfléchis pas du tout, je laisse gicler sur moi,

je demande :


« Une autre, Venez, donnez moi vos bites, je veux boire vos jus, Michel traduis !».

(Alain, en retrait, fait signe à Michel, Ok, VAS-Y).


Les queues se vident dans ma bouche, sans aucune retenue.

« Mes hommes » sont comblés, je les gâte avec amour, soumission parfaite.

Je dépasse tous leurs souhaits.

Michel : « Tu dis obéir, faut autre preuve ! Ton cul est bien ouvert, tous doivent en profiter »


Francis, Antonio, amigos, venez enculer ma cochonne, elle est à VOUS.

Elle ne me refuse plus rien. ».


Douce, souriante :

« OUI, Michel, doucement, s’il te plaît.. »

« On verra ça ! Bien sûr, ma pute, sois vicieuse, cajole moi ces bites, ils doivent plus avoir grand-chose... Tu as tout vidé. »


La suite sera surréaliste. Au lieu d’être sur le banc, cul offert, Michel me fait mettre debout, penchée en avant, 5 routiers me retiennent.

Francis plonge son gland à l’entrée. Ils me poussent vers lui.

Je rentre moi-même la bite avec ma main et l’amène au fond de mon cul.

Elle me remplit.


Comme pour Bob, je serre, je le branle. Ca glisse tout seul. Dix minutes !! Il lime.

En même temps, j’ai les mains libres, je me caresse fort la chatte, je m’excite, je léche ventres et seins de ces salauds vicieux, criant mon plaisir.


« Tu vois, c’est bon les queues de routiers, Dis encore.. »

« OUI, je jouis ce soir, vous êtes les meilleurs, j’aime ça, dis leur... Un vrai cadeau je suis super contente... »

A peine dit, la bite de Francis gonfle, je la sens bien, il se vide, rageur, agrippé à mes hanches, me fouille le cul de gauche a droite.

Il embrasse, me mord le dos et sort.

(Alain vient me donner eau et serviette. Prête pour le 2e)


« ANTONIO, vas- y !! Toi tu la fais hurler, sois brutal, pas de précaution, cette chienne adore ça elle l’a dit, elle veut être déchirée devant nous, tu l’épuises.

Après toi, elle doit être crevée. »


« J’ai entendu, je suis prête ».


J’obéis à Michel, procuration de mon salaud de mari à qui je fais signe :

« MERCI !! » d’être aussi cool.


Antonio entre sans prévenir, s’enfonce jusqu’à la garde, me fais mal, c’est lui qui a une longue bite. Va et vient. Il glisse, lui aussi est CHEZ LUI, dans mon cul.


Je sens tous ses coups de butoir.

Il me prend sans aucune douceur.

Il tient mes seins pincent les tétons, collé contre mon dos.

Il se relève plus, debout ouvrant bien mes fesses, sa bite au fond dans mon cul de chienne, ça me chauffe, je mouille devant.


« PABLO, JOSÉ, elle a besoin d’une bonne fessée pour accélérer, je la sens mollir.. »


« Anne, place toi, comme il faut. Garde Antonio dans le cul, donne tes fesses, je veux rien entendre sinon dire que tu aimes...toute façon ton mari l’a dit »


Penchée en avant, une bite dans le derrière, 3 devant la bouche, soutenue par mes vicieux, Michel en maître de cérémonie, mon mari à deux pas.


PABLO, JOSÉ me tapent sur les fesses à tour de rôle.

Petites claques, sèches, caresses, claques plus fortes.

J’obéis, j’essaie d’éviter, ce qui fait bouger mon cul plus encore.


« On change ! Pas de raison, trop bonne Anne, trop bonne, vraiment tu me plais ».

« Manuel, Fabio, Francis, Bob, à votre tour, une bonne fessée.

Elle aime vraiment tout cette cochonne, allez-y, faites gaffe quand même »

Les 3 hommes, ensemble, me claquent.

N’en reviennent pas de pouvoir s’offrir ça ! Un rêve, cette française. !


C’est chaud, pas vraiment mal et super séduisant.


Ma chatte mouille, ça coule sur les cuisses.

J’atteins le sommet de ma jouissance.

Vue, baisée, enculée, fessée, par ceux que je préfère, routiers, mûrs, rugueux, bedonnants, pas beaux, grossiers.

Comme une folle, j’astique mon clito, j’entre les doigts dans la chatte, donne à sucer à ceux qui sont devant. JE JOUIS, J’explose, je tremble. Je m’écroule repue.


Avant, le ANTONIO s’est soulagé copieusement à grands jets, il a pris son temps bien au

Fond, tellement il était à cran de vivre ce moment.


Alain me récupère. Je me lave. A l’aise. Je suis à nouveau propre mais épuisée.

J’ai eu au moins 12 orgasmes !!


EPILOGUE


« Mes hommes » se sont rafraîchis aussi. Ils sont heureux. Ils parlent de moi. Quelle aubaine cette française ! ! ! Ils font des signes, comme baiser, sucer, éclatent de rires...

Je suis assise dans l’herbe, sur une serviette, toujours totalement NUE, en lotus, j’attends.


Mes 7 routiers se placent en cercle autour de moi. Très près, pour me sentir encore.

J’aime être là, je me sens convoitée.

Michel traduit, la conversation tourne aux commentaires de la soirée.

Ils disent leur contentement d’avoir une suceuse pareille, si gentille, si bonne avec eux3

Ils ont aimé mon cul, ma chatte, ma bouche, mes seins, ma peau douce.


Certains caressent encore un peu, la main entre mes cuisses, j’ouvre, j’accueille...

Je caresse les bites flasques, les ventres, leurs cuisses, passe la main sous les couilles.

Je les flatte encore tendrement.


Je les embrasse tous dans le cou, un bisou sur les lèvres, un petit coup de langue.

Je dis le merveilleux plaisir que j’ai eu, ce cadeau de mon mari pour EUX et MOI.

Alain est applaudi.

Pour moi c’est peut-être la dernière fois (raisons personnelles).


C’est pour ça que j’ai tout accepté ce soir, je renouvelle ma joie d’avoir goûté leurs bites et baiser avec eux. J’ai aimé leur foutre. Applaudissements. Bises.

Je me lève et pars nue vers la voiture…Bye, mes gentils cochons, bon souvenir.


JE FAIS LE VOYAGE jusqu’à PARIS, entièrement nue, traversées des villes la nuit, je dors.

Je sais bien que mon mari, ralentit près des camions, surtout dans les zones éclairées, les stations-services….


A 7 h du matin je rentre dans mon immeuble, en robe… REPUE !!

Diffuse en direct !
Regarder son live