Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 975 fois
  • 59 J'aime
  • 1 Commentaire

L'anniversaire d'Estelle

Chapitre 1

Inceste

L’histoire se passe dans le midi, en mille neuf cent quatre vingt dix huit. Ce jour là, Estelle, très belle adolescente de seize ans, fête son anniversaire. Elle a déjà un corps de femme, parfaitement proportionné. Un mètre soixante dix, de longues jambes, des seins superbes. Bref, tout ce qu’il faut, là ou il faut.

Du reste, au lycée, elle est la convoitise de jeunes étudiants ou prof, ainsi que de jeunes étudiantes lesbiennes. certains ont même remarqué, qu’après le cours de gym, elle se douchait avec sa prof, et entendaient des râles de plaisir.

Les festivités se déroulent chez les parents, un douzaine d’invités. Il y a ses deux oncles, Fernand et Raoul, frères jumeaux, âgés de quarante six ans, célibataires endurcis, son père René, sa tante Nadine, soeur de sa mère Sylvie, âgées elles, de quarante ans. Soeurs qui, au cours de siestes coquines, n’hésitent pas à se gouiner.

Cette petite fête se termine vers minuit, et les invités vont se coucher. Seul Raoul et Fernand tiennent le coup, autour d’une bouteille de whiskies.

Soudain, vers une heure du matin, Estelle est prise d’une petite soif. Elle enfile une courte nuisette, et descend à la cuisine. Fernand et Raoul sont toujours attablés au salon.

-Vous n’êtes pas encore couchés, dit-elle.

-On a pas sommeil, répond Fernand, attrape un verre et bois un coup avec nous, c’est quand même ton anniversaire.

Estelle a une dent envers ses oncles, depuis le jour ou elle les a surpris au lit avec sa mère. C’était un jour ou son père s’était absenté pour le week-end. Elle avait été attiré par des bruits provenant de la chambre, s’était approchée, et avait tout vu.

Elle a vu sa mère se faire niquer, enculer, elle l’a vu tailler des pipes, avaler le foutre épais de ses beaux frères. Et surtout, elle l’a entendu crier de plaisir. Ces cris ont raisonné longtemps dans sa tête de gamine.

Depuis le temps, sa haine s’est atténuée, et tant mieux si sa mère a été heureuse toute une nuit, même si ce sont ses oncles qui lui ont procuré du plaisir.

-Avec plaisir, répond Estelle, mais je m’assieds ou.

Raoul regarde autour de lui et remarque qu’effectivement, il n’y a pas de chaises.

-Assieds toi sur mes genoux, propose Raoul, comme quand tu étais petite.

-Oui, mais je suis grande maintenant, répond Estelle.

-Hi, hi, ricane Fernand, c’est vrai que tu es plus femme, mais tu restes toujours nôtre petite nièce.

Finalement, Estelle se résout, accepte la proposition de son oncle, et s’assied sur ses genoux, en essayant de cacher ses cuisses en tirant sur la nuisette.

Sentant le corps ferme de l’adolescente, Raoul a du mal à se maîtriser, ne sait ou mettre ses mains. Il prend le risque de la prendre par la taille. A sa grande surprise, la jeune fille ne semble pas s’offusquer de la manoeuvre. Raoul prend çà pour un encouragement.

Il profite de l’engagement d’une sérieuse conversation entre Fernand et sa nièce concernant ses études, pour aller plus loin dans ses investigations. Il passe ses mains sous la nuisette, caresse le ventre, remonte sur les superbes seins, en titille les bouts.

A deux reprises, Estelle le remet en place.

-Hey...tonton, mais enfin, que fais-tu, çà va pas. Lève tes mains de là, vilain.

-Excuse moi ma chérie, répond Raoul, tu es tellement attirante.

Patient, Raoul attend que sa nièce soit à nouveau absorbée par sa discussion, pour faire une seconde tentative.

Cette fois, il caresse les hanches parfaitement galbées, cherche l’élastique de la culotte qu’il ne trouve pas. Et pour cause, elle n’en porte pas.

Prise par sa passionnante conversation, Estelle ne sent les mains de son oncle glisser entre ses cuisses, faire pression pour les écarter. Ses doigts sont maintenant en contact direct avec la fente de sa nièce. Il écarte les lèvres intimes, remonte jusqu’au clitoris qu’il décalotte. Estelle voit un sourire éclairer le visage de son oncle Fernand, qui découvre l’intérieur rose de sa chatte. A force de caresses, elle commence à mouiller. Estelle pousse ses premiers gémissements de plaisir.

-Enfoiré...gémit-elle...qu’est-ce-que tu me fais...vous voulez jouer avec moi...bande de salauds....

-On arrête si tu veux, dit Raoul, tout çà restera entre nous.

-Non...non...soupire Estelle...allez-y..c’est tellement bon...j’ai trop envie maintenant...

Fernand enfonce le majeur et l’index dans la chatte, pendant que le pouce excite le petit bouton. Pendant ce temps, Raoul s’occupe des seins durcis par le désir.

Estelle apprécie de plus en plus, et se libère. Elle lance ses bras en arrière, saisit la nuque de son oncle Raoul. Ses seins tendent le tissu de la nuisette, ils lui font mal. Elle ondule des hanches pour mieux sentir les doigts de Fernand qui lui fouillent la chatte.

-Hum..c’est bon çà , sourit-il, tu te régales, hein? Aussi salope que ta mère. Dommage que le week-end soit fini, on aurai pu s’amuser tous les trois.

Justement, Sylvie, attirée par les bruits, descend au salon, suivie de près par sa soeur Nadine. Les deux femmes observent la scène. Nadine glisse ses mains sous la nuisette de Sylvie, caresse les endroits intimes, comme les seins, la chatte et le petit trou, endroit par lequel elle adore se faire prendre.

-Houa, dit Nadine, petite salope, mais tu mouilles, çà t’excite de voir ta fille se faire doigter par tes ex, tu aimerais être à sa place. T’es pas jalouse au moins.

-Tais toi, elle est si jeune, murmure Sylvie, mais vas-y toi, chatte moi...bien profond...fais moi jouir...là, contre le mur...décalotte moi le clito comme ils ont décalotté le sien...doigte le...

Soudain, c’est l’orgasme, puissant, incontrôlable, pour la mère, comme pour la fille. Sylvie étouffe ses cris dans la bouche de Nadine, au contraire d’Estelle qui hurle de plaisir, ne pensant jamais être épiée par sa mère et sa tante.

-Oh oui...oh oui...oh.oui...hou...hou...oui...encore...oh oui...oh oui..hou...hou..

-Ben dit dont, rit Fernand, elle avait une grosse envie la salope, quelle giclée elle a envoyé. fais toi plaisir ma chérie, vides toi dans la main de tonton.

Estelle se cambre sur les doigts de Fernand, donne ses derniers coups de reins, crache ses derniers flots de mouille et de cyprine. Elle entend ses oncles rire aux éclats.

Soudain, comme si elle venait de réaliser que ce qu’elle venait de faire n’était pas bien, elle baisse sa nuisette et se sauve, rouge de honte. Elle passe devant sa mère et sa tante, sans même les voir.


-Allons dans ta chambre, ordonne Nadine, j’ai envie de te gratter le minou, de te le bouffer. Tu vas voir ce que je vais te mettre. on peut inviter ta fille si tu veux.

Sylvie refuse la présence d’Estelle, mais connaissant sa soeur, elle sait qu’elle ne va pas être déçue.

Diffuse en direct !
Regarder son live