Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 012 fois
  • 151 J'aime
  • 15 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Un anniversaire de rêve

Chapitre unique

Inceste

Je vais me reposer 5 minutes.



Lorie s’affale sur un des divans de la discothèque. Cela fait des heures qu’elle danse comme une folle.

Sa copine Océane vient la rejoindre.


— Bah alors ma vieille, déjà fatiguée ?

— Oui, je suis complètement claquée. Et puis il ne faut pas que je rentre trop tard, c’est l’anniversaire de mon grand-père demain. Enfin vu l’heure je devrais plutôt dire aujourd’hui.

— C’est super, il prend quel âge ?

— 60.

— Ton grand-père n’a que soixante ans ! Mais comment est-ce possible ?

— C’est simple. Il a eu maman alors qu’il avait 20 ans, qui elle-même m’a eue à 20 ans également.

— Ah, et bien si c’est une tradition familiale tu devrais avoir un bébé d’ici la fin de l’année alors !

— Mais ça va pas la tête ? Tu me vois avec un marmot ?

— Pourquoi pas, c’est pas le nombre de pères potentiel qui manque !

— Pauvre connasse !


Lorie donne une tape sur l’épaule de sa copine en souriant, puis devient subitement songeuse au point que cette dernière le remarque.


— Mais qu’est-ce qu’il y a, tu as l’air soucieuse tout d’un coup.

— Oh rien de grave Océane, c’est juste que je ne sais toujours pas quoi lui offrir. Toi qui as de l’imagination, tu n’as pas une idée de ce qui pourrait faire plaisir à mon grand-père ?

— Ah ça, c’est pas difficile, une PIPE !

— J’y ai bien pensé, mais papy n’a jamais fumé de sa vie.


Océane est prise d’un fou rire.


— Eh bien quoi, pourquoi tu te marres comme une conne ?

— Han ha ha tu es vraiment trop drôle Lorie. Tu croyais que je parlais d’une pipe pour fumer du tabac ?

— Bah oui, quoi d’autre ?


Hou, hou, hou...


— Mais enfin voyons Lorie, réfléchis.

— Océane ! Ne me dis pas que tu me suggères de TAILLER une pipe à mon grand-père !

— Mais si, je suis certaine qu’il va adorer. Tous les grands-pères rêvent de se faire sucer par leurs petites-filles. D’autant plus qu’il paraît que tu es super douée d’après ce que racontent les gars de la fac.

— Non mais dis donc espèce de petite salope. Traite-moi carrément de pute pendant que tu y es. Je te signale qu’à ce sujet tu as également une sacrée réputation !


Les deux copines éclatent de rire.


— Oui tu as raison, c’est sûrement un peu "too much". Oublie ce que je viens de dire.

— C’est ce que je vais faire. D’ailleurs je vais aller me coucher, j’en peux plus.


A peine rentrée chez elle, Lorie se jette sous la couette.


Tout en fermant les yeux, elle repense à ce qu’Océane lui a suggéré. Non mais franchement, qu’est-ce qu’elle peut être conne celle-là quand elle s’y met. Offrir une fellation à mon grand-père pour son anniversaire ! Elle veut pas que je le suce dans le salon devant tout le monde pendant qu’elle y est ?

Elle se remet à rire de ses bêtises pendant qu’elle tombe dans les bras de Morphée.


-------------------


Quelques heures plus tard, la sonnerie de son portable la réveille en sursaut. 11 heures déjà?

Lorie regrette de s’être couchée aussi tard ; elle serait bien restée un peu plus longtemps au lit mais elle doit se rendre avec ses parents à midi chez son grand-père. Il est prévu un repas de famille à l’issue duquel on va fêter son anniversaire. Ils ne seront pas seuls, il aura également ses oncles et tantes issus d’un second mariage et qui n’ont pas encore d’enfants, ainsi que des frères et sœurs de son grand-père.

Lorie sera la plus jeune personne présente, mais cela ne la dérange pas. Elle adore son papy qui a toujours été un grand-père merveilleux, et après tout ce qu’il a fait pour elle depuis sa naissance elle est heureuse de passer quelques heures avec lui.

Et puis, elle a une raison supplémentaire d’être contente : comme on dit, la nuit porte conseil et elle a enfin trouvé une idée de cadeau. Pendant qu’elle le confectionne, elle espère sincèrement qu’il plaira à son papy.


Quelques heures plus tard.


Le repas se termine, et c’est maintenant l’heure que tout le monde attend avec impatience : celui du gâteau et de la remise des cadeaux.


La mère de Lorie sort de la cuisine en portant un magnifique fraisier. Il lui a fallu à elle et sa sœur plusieurs minutes pour allumer les 60 bougies.


happy birthday to you, happy birthday to you, happy... papy......


A la fin de la chanson, le jeune grand-père éteint toutes les bougies d’un seul souffle ce qui lui vaut les félicitations de tous, et en particulier de sa petite fille.


— Bravo papy, tu es encore un jeune homme plein de vigueur !


Malicieusement ce dernier lui répond :

— Eh oui, et encore tu ne sais pas tout !


S’il avait su ce que Lorie comptait lui offrir, il n’aurait certainement pas osé faire cette remarque. Mais il n’a pas le temps d’y réfléchir davantage car déjà chacune des personnes invitées lui tend un paquet.

Il y a de tout : invitation dans un restaurant gastronomique, voyage, nouvelle planche de Kite,.....

Lorie est la dernière à donner son cadeau. Comparé aux autres, il lui semble tout à coup bien dérisoire. Mais bon, elle n’a pas les mêmes moyens financiers que ses aînés, et puis c’est l’intention qui compte. N’est-ce pas ?

Timidement, elle tend à son grand-père une enveloppe parfumée et dessinée de petits cœurs.


— Tiens Papy. Je ne savais pas qui t’offrir comme cadeau alors j’ai repensé à ceux que je faisais à mes parents quand j’étais plus jeune. Ce n’est pas grand-chose mais j’espère que tu vas aimer.


(Lorie leur offrait des sortes de "carnets de bons" pour faire la vaisselle, le ménage, un repas d’amoureux...)


— Princesse (oui, j’ai oublié de vous le dire, c’est comme cela qu’il appelle sa petite-fille), tu sais bien que tout ce qui vient de toi me fait très plaisir ! En tout cas, ça sent bon. Voyons un peu ce qu’il y a à l’intérieur.


Le grand-père ouvre délicatement l’enveloppe et en sort une feuille de papier rose, également parfumée et recouverte de petits cœurs sur le pourtour.

Il marque un temps d’arrêt en lisant et dit simplement :


— Ma princesse, rien ne pouvait me faire plus plaisir.


Visiblement enchanté, il présente la feuille à l’assemblée qui peut lire écrit en énormes caractères :



BON POUR UNE PIPE



Et là, à la grande surprise de Lorie qui s’attendait à recevoir une foule de remarques outrées et la foudre de ses parents, tout le monde se met à applaudir.


— Je suis fière de toi ma chérie, lui dit sa mère.

— Bravo Lorie, c’est une idée géniale, enchaîne sa tante


Quelle sotte je suis de ne pas y avoir pensé plus tôt...


Les hommes présents ne sont pas en reste et leurs commentaires élogieux ne laissent aucun doute sur le fait qu’ils apprécieraient beaucoup qu’on leur fasse le même cadeau !


Étonnée mais soulagée de ces réactions, Lorie se met à genoux et déboutonne la braguette de son grand-père. Il n’avait pas menti, et malgré son âge il fait preuve d’une virilité impressionnante.

Admirative, elle lèche le gros gland violacé avant de l’engloutir avec gourmandise.


En la voyant, sa tante ne peut s’empêcher de se pincer les lèvres. Elle semble vouloir dire : "bon sang, mais pourquoi n’ai-je jamais osé le faire !" Folle d’excitation, elle se met à caresser fiévreusement la bosse qui s’est formée sous le pantalon de son époux. Il s’en faut de peu qu’elle ne s’agenouille à son tour et accompagne sa nièce dans une fellation exaltée.


Tout en le pompant avec avidité, Lorie imagine le plaisir que pourrait lui donner la grosse queue de son grand-père et son sexe se met à couler comme une fontaine.

Non, quand même pas. Pas devant tout le monde. Une autre fois peut-être ? Non, rectification, une autre fois c’est sûr !

Mais elle préfère oublier les idées salaces qui lui viennent à l’esprit pour se concentrer sur sa fellation. Son grand-père commence à râler de plaisirs, manifestement elle s’y prend très bien.



— Oh ma princesse, tu suces comme une reine. On dirait ta mère. C’est elle qui t’a appris ?


— MAMAN !


Lorie sursaute en entendant ces mots.

Effarée, elle jette un œil vers ses parents afin de voir leur réaction. Et là, à sa grande stupéfaction, elle entend sa mère répondre :


— Je te jure que non papa. Lorie a dû apprendre toute seule avec ses copines. Tu sais, il y a beaucoup de garçons à la fac.

— Ah bien, répond le grand-père. En tout cas elle est rudement douée. Cela tient manifestement de famille !


LORIE n’en croit pas ses oreilles : tata Sandrine qui caresse son mari en se léchant les babines, sa mère qui suce son propre père. Non mais, c’est complètement fou. Elle s’aperçoit qu’elle vit depuis des années dans une famille de pervers sans le savoir.


La jeune fille n’a pas le temps de s’interroger sur le caractère incongru de la situation. Les halètements accélérés de son grand-père l’informent qu’il ne va pas tarder à jouir.


— Attention princesse, je vais bientôt venir !

— C’est gentil de me prévenir papy, mais ne t’en fais pas. J’ai l’habitude d’avaler.


En entendant cela, la mère de Lorie ne peut s’empêcher de verser une petite larme. Bravo ma fille, je suis fière de toi, semble-t-elle vouloir lui dire.


Lorie est rouge de plaisirs lorsque la queue se met à trembler.

Cependant, surprise par l’incroyable quantité de semence contenue dans les couilles de son grand-père, la jeune fille avale de travers et est prise d’une quinte de toux. Elle ne peut éviter de recracher une bonne partie du foutre qu’elle vient de recevoir dans la bouche, et le "bon" qu’elle avait offert à son papy se retrouve maculé de son propre sperme. Quelle Ironie.


Toute l’assemblée se met à rire quand soudainement......



Elle se réveille en sursaut !



Putain de rêve, se dit-elle affolée.

Il semblait tellement réel. Elle a même l’impression d’avoir toujours le goût du sperme dans la bouche. Décidément, elle n’aurait jamais dû écouter les histoires à la con d’Océane.


Lorie se lève en sueur et va dans la cuisine pour se rafraîchir. Elle ouvre le frigo et se sert un grand verre d’orange pressée.

Mais alors qu’elle déguste tranquillement son jus de fruits, elle remarque la présence d’une feuille de papier sur la table. Elle est rose avec des sortes de graffitis et ressemble à s’y méprendre au "bon" qu’elle a offert à son grand-père dans son rêve.


Qu’est-ce que c’est que cette histoire encore ?


Toujours à moitié endormie, elle s’en saisit.

Beurk, il y a une substance gluante dessus. On dirait du... mais oui, c’est du sperme !


Prise d’un doute, Lorie retourne la feuille et lit avec stupeur :


BON POUR UNE PIPE

Diffuse en direct !
Regarder son live