Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 905 fois
  • 12 J'aime
  • 0 Commentaire

Anniversaires...

Chapitre 2

Un anniversaire dont je me souviendrai

Erotique

Je vous ai conté les péripéties de mon séjour dans l’île de la Réunion...

Entre temps, j’ai écrit et publié plusieurs textes... certains sont des souvenirs, d’autres ne sont que pures inventions...

Cette fois, je voudrais vous raconter un souvenir plus récent qui marque aussi un anniversaire.

J’ai la chance d’avoir des amis un peu partout Outre Mer ou à l’étranger et régulièrement ils me disent qu’ils sont prêts à m’accueillir à nouveau ou pour un premier séjour. Pour certain en échange, ma grande maison est un point de chute tout trouvé en France.


C’est ainsi qu’après avoir passé trois semaines à la Réunion (voir l’autre récit...), j’étais allé quinze jours en Martinique à la période du Carnaval (chaude ambiance...) et quelques années plus tard à la Guadeloupe où j’avais retrouvé un couple que je connaissais depuis des années et qui comme moi, partageait le même penchant pour la coquinerie...

J’avais le choix entre un séjour en Guyane ou au Japon... Finalement, j’ai cédé à mon ami Pierre, un camarade de lycée (oh que c’est loi tout ça...) qui, après avoir épousé une Japonaise vingt ans plus jeune que lui, était parti s’installer au Pays du soleil levant depuis de longues années. Ses affaires l’avaient conduit à cette décision...

Je connaissais son épouse Mitsouko que j’avais rencontrée à plusieurs reprises, notamment lors de leur mariage. C’est une jolie poupée aux yeux bridés et à la peau dorée... Pierre avait bien de la chance d’avoir rencontré cette ‘perle’ lors qu’un de ses multiples séjours pour affaires dans l’archipel nippon...


Donc au printemps (soi-disant la plus belle saison pour un séjour touristique), j’ai pris l’avion pour Tokyo où après un vol long et relativement fatigant, j’ai été accueilli à l’aéroport de Narita par mes amis. Ils étaient heureux de me voir, car malgré les conversations par écran interposé, rien ne vaut les contacts directs.

Première surprise sur le parking... Mon ami Pierre qui a toujours été un inconditionnel des belles voitures puissantes actionne l’ouverture des portes d’un mini-van.


— Ne sois pas surpris, il y a de tels embouteillages au Japon que les véhicules ont été adaptés, petits, ils arrivent à se faufiler !


Dans une circulation démentielle, nous arrivons au bout d’une demi-heure à la maison de mes amis. Perdue au milieu de la végétation luxuriante, c’est une maison typique sans étage, mais avec une terrasse couverte faisant le tour.


Après les effusions des retrouvailles, Mitsouko me propose un bain relaxant et une sieste qui sont les bienvenus.

Frais et dispo’, je puis désormais m’attaquer au programme touristique préparé par mes amis... Nous nous concentrerons sur l’île principale... car mes dix jours de séjour sont bien courts pour visiter ce pays et en apprécier tout le charme.


C’est le printemps... Partout de nombreux arbres dont les célèbres cerisiers sont en fleurs et embaument l’atmosphère. La végétation, quand elle n’a pas été vaincue par l’urbanisation est luxuriante et s’étale au flanc des montagnes qui sont omniprésentes à l’horizon.


En ville, je m’en rends compte rapidement, le flot des piétons est partout dans les rues. Si le bruit de la circulation et l’effervescence sont constants, c’est aussi au Japon que l’on trouve le calme et la sérénité... pour peu qu’on s’écarte un peu de la ruche incessante des trottoirs et des rues. Peut-être est-ce cela que les touristes étrangers viennent chercher... ce mélange d’une civilisation industrieuse et le calme et la sérénité qui semble régner partout !


Lorsqu’on s’écarte un peu de cette activité bouillonnante, on trouve facilement des parcs à la végétation luxuriante avec de nombreux temples où tout est calme et sérénité...


Mes amis font tout pour m’être agréables et je leur en sais gré... remerciant la maîtresse de maison en lui offrant un beau cadeau, un flacon de parfum réputé que j’avais gardé dans ma valise... je voulais attendre les derniers jours pour le lui offrir.

Pour me remercier, Mitsouko m’a dit avec son charmant sourire et son accent chantant :


— Oh MERCI ! Pour te remercier, je vais téléphoner à une amie qui tient un institut de massages... je vais réserver la plus belle de ses filles... tu seras satisfait et tu auras une surprise !


Il ne restait que le lendemain, car je reprenais l’avion en soirée...


Lorsque Mitsouko m’a accompagné à l’institut de massages, elle m’a présenté à l’hôtesse qui parlait anglais et m’a laissé en disant qu’elle repasserait me prendre dans deux heures !

Deux heures à être chouchouté ? C’était bien long ! Après tout, je verrais bien... et j’ai vu !


J’ai été guidé dans un dédale de couloirs desservant des pièces séparées par des cloisons légères et une musique sensuelle s’échappait de haut-parleurs dissimulés çà et là. J’ai été introduit dans une grande pièce avec dans un angle un bassin rond plein d’une eau fumante, un banc de massage couvert d’un matelas fin occupait le centre de la pièce où une magnifique jeune femme au sourire radieux m’attendait ! Elle était vêtue d’un kimono de soie rouge vif noué par une large ceinture... Les cheveux noirs étaient tirés en arrière en un chignon strict... Ses yeux en amande et son visage un peu aplati étaient charmants...


— My name is EMIKO !


Elle m’a dit dans un anglais hésitant de me déshabiller et s’est emparée de mes vêtements qu’elle a rangés dans un coffre puis elle m’a installé sur le banc de massage...

Mitsouko avait bien choisi la fille qui m’avait pris en charge.

À plat ventre sur le banc de massage, la fille a commencé à masser mes épaules, mon dos, mes reins avec un onguent un peu gras... Ses mains glissaient sur mon corps... puis elle s’est occupée de mes jambes pour finir par une élongation des orteils avec massage de la plante des pieds.


Ensuite, elle est venue se placer en face de moi et elle a remonté mes bras au-dessus de ma tête en tirant sur les poignets pour faire jouer les épaules qu’elle a massées à nouveau...

Puis, elle m’a expliqué que pour la suite, j’allais être sur le dos... J’étais un peu gêné, car elle allait voir mon sexe qui avait été douloureusement comprimé par la posture antérieure et manifestait une belle érection.


Avec un sourire, elle a posé une serviette sur mon bas-ventre et s’est assise sur le haut de mes cuisses pour continuer son massage en remontant sur le côté de mon buste et en me faisant faire de mouvement avec mes bras... Elle caressait aussi mes tétons, mais là, ce n’était plus du massage à proprement parler, car ma masseuse s’était rendu compte que cela m’excitait ! Mon sexe caché par la serviette était de plus en plus turgescent et placé comme elle l’était, la fille ne pouvait ignorer que je bandais... très fermement !


Elle a remonté un peu et désormais c’était son périnée qui devait sentir la bosse dissimulée par la serviette. Etait-ce fait exprès ? Elle allait et venait sur cette bosse de plus en plus prononcée quand elle a enlevé la serviette qui la masquait.


Quand elle a relevé les pans de son kimono, j’ai pu voir qu’elle ne portait pas de string et que son pubis était entièrement nu... exempt de toute pilosité ! Elle continuait d’aller et venir sur mon sexe dont le gland apparaissait de temps à autre...


C’était bon !


— You have a very big dick ! Will you fuck me ?

— Suck me before please !


Elle s’est reculée et s’est abaissée lentement jusqu’à prendre mon sexe dans sa bouche... Oh... que c’était bon... Elle avait la bouche chaude et ses lèvres coulissaient sur mon dard... il était à la fête, car il avait jeûné depuis un peu plus d’un mois. J’étais bien excité et je bandais de plus en plus.

Etait-ce là la surprise réservée par Mitsouko ? En tout cas, je n’allais pas me priver de faire l’amour à cette belle et coquine japonaise !

Mais elle a achevé sa fellation et elle a couvert mon sexe d’une capote en fin latex pour à nouveau s’allonger sur mon corps. Mon sexe se dressait contre son périnée et j’avais sous les yeux deux seins pas très volumineux qui se tendaient vers moi...

J’avais véritablement envie de faire l’amour à cette fille et quand j’ai pris mon sexe dans une main pour le redresser, elle s’est immédiatement laissé couler dessus jusqu’à ce que nos pubis soient en contact.


— Fuck me hard !


Certes... mais c’est elle qui a fait le plus gros du travail... elle montait et descendait sur mon sexe, allant de plus en plus vite... Je me retenais, car je voulais profiter au maximum de cette aubaine... À plus de 70 ans, faire l’amour à une jeunette d’à peine plus de 20 ans, ça ne se refuse pas !

Après quelque temps, ma masseuse s’est dégagée et je me sentais un peu frustré, car je pensais que nous irions jusqu’au bout et que je me viderais au fond de la capote.


— Calm !... We will move on !


Mais non, ce n’est pas ce qu’elle voulait...


— You French, you like that... You call it doggy style ! But, not in m yass !


Si j’avais bien compris, elle voulait que je poursuive en la prenant en levrette, ce qui m’a été confirmé par la position qu’elle a prise sur le banc de massage. Elle s’est agenouillée puis prosternée, les jambes repliées sous son corps, elle m’offrait une vision terriblement érotique sur ses fesses qu’elle écartait de ses mains... Ses orifices étaient bien visibles dans sa raie et j’ai rapidement réinvesti son sexe... Je ne voulais pas débander... bien au contraire...

J’allais et venais dans ce sexe dont je sentais la chaleur au travers du latex et je sentais monter dans les reins les prémices d’une jouissance puissante... Cela n’a pas tardé... Je me suis répandu généreusement au fond du préservatif pendant que ma masseuse jouissait discrètement.


Après nous être désunis et une dernière série d’ablutions, j’ai voulu remercier Emiko. Elle m’a remis une enveloppe ornée de fleurs de jasmin. A l’intérieur, il y avait une carte où j’ai reconnu l’écriture de Mitsouko :

*** Cher ami... J’espère que ce massage t’a bien plu... Je sais que tu aimes les femmes... Tu conserveras le souvenir d’Emiko. Bon retour en France... Pierre et Mitsouko ***


Oh oui, je conserverai le souvenir de mon voyage au Japon...

Diffuse en direct !
Regarder son live