Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 384 fois
  • 51 J'aime
  • 4 Commentaires

l'apparence est trompeuse!

Chapitre 1

Divers

Mon magasin tourne bien et je peux avoir confiance en mon personnel.

Je décide d’ouvrir une autre boutique, dans la ville voisine.

aprés quelques jours d’ouverture et les allés retour, la fatigue commence à poindre. Divorcé, je n’ai pas d’obligation à rentrer chez moi. Je décide donc de louer une chambre chez l’habitant . quelques coups de téléphone, et surprise un couple en loue une au mois, à deux minutes de la zone commerciale. Benoit, Mon directeur de magasin me met en garde,

- je les connais, ils sont… disons spéciaux ! me dit il

— pardon ?

-bin, coté accueil, ce n’est pas le top. Lui est chauffeur international et sa femme reste seule en semaine. Du coup, elle s’est un peu aigrie. Ils ne parlent à personne ici . et j’avoue ne pas être sur de les reconnaitre si je les croise, ils ne sortent jamais dans la ville. enfin , tu verra !

Cette discussion terminée, nous reprîmes nos activités. Je dois recruter.

Une grande enveloppe de la poste est sur le bureau, regroupant le courrier de la boite postale. J’en vide le contenu sur le bureau et surprise , cela va assez vite, guère plus de 7 enveloppes .

Un cariste avec une belle expérience, entraineur de l’équipe de foot locale, et adjoint au maire au service des sports de la ville. J’aime les personnes actives en dehors de leur travail. Il me plait. Pour les vendeuses, sur les quatre candidats, trois femmes et un homme, le choix m’est en fait très simple : un est en vacances (!)et veut bien me voir à son retour !, la deuxième me dit clairement je ne travaille pas les mercredi ni les samedi !

Il me reste donc peu de choix. Bref les postes seront pourvus par défaut !

Rendez vous en fin de journée pour les entretiens.

Passons donc à la secrétaire, première enveloppe, une jeune femme qui sort de l’école BTS en poche et qui cherche un premier job . je la contacte, elle travaille au ramassage des melons, mais pourra être là ce soir vers 19 h . j’aime bien, elle ne reste pas les bras croisés , rendez vous est pris.

La deuxième candidate, la cinquantaine, est quand à elle une ex secrétaire de direction , 15 ans d’expérience, formation également de comptabilité , qui a quitté son emploi pour suivre son époux , dans la région. Elle est dispo de suite pour un entretien. De plus elle est en train de faire ses courses dans la galerie marchande voisine.

— Ok lui dis-je. On se voit dans 20 minutes.

— Parfait monsieur.

Je vaque donc à mes obligations, le temps passe très vite. On frappe à ma porte, Benoit me présente Mme B. Virginie, que j’ai eut au téléphonne tout à l’heure. Apparait alors une femme, en survêtement violet, masquant ses formes, si elle fait exprès d’être repoussante elle a réussi ! ses cheveux noués en chignon surplombe un visage sans trace de maquillage, somme toute agréable. Des frissons me parcourent l’échine, et je me demande si ce n’est pas une blague. Benoit connait mon attirance pour les belles femmes et je vois un petit sourire au coin de ces lèvres !

- Bonjour, Monsieur. Désolé, pour ma tenue. Je travaille au centre aéré, et je n’ais pas pris le temps de me changer avant d’aller faire des courses, aussi…

Je lui coupe de suite la parole, pas envie de connaitre les histoires des uns et des autres.

¬- Bonjour, asseyez vous ! que pouvez vous apporter à mon entreprise, madame ?

Elle resta figée, surprise par ma demande.

— Dites moi juste pourquoi je devrais vous embaucher, ni plus ni moins ! votre cv m’intéresse , sinon vous ne seriez pas là ( là je mens, en fait pas assez de candidat !)

— J’ai travaillé sur la région parisienne dans une entreprise d’import export et depuis quelques temps, je suis coincée ici ! me lance t elle.

— Ha bon ! et pourquoi coincée ici ?

— Aucun travail ne correspond à ma formation de base, la comptabilité, donc je fais du secrétariat en freelance.

— Vous dites être comptable ! avez-vous exercé dans la profession, je ne vois que votre diplôme sur le cv , pas d’expérience.

— Oui , en effet, mais je fais la comptabilité de l’entreprise de mon mari, il est dans le transport.

L’entretien dure 1 heure, pas génial, me dis je ! elle est particulièrement insipide, pas de quoi attiré l’intérêt d’un employeur .

-merci, on vous tiens au courant ! (bref pas envie de l’embaucher mais prudence, si l’autre candidate est pire…)

Benoit a l’air songeur, mais ne dit rien de plus, si ce n’est « je me demande si  ! »

L’après midi passe, on reçoit le cariste , les vendeuses. C’est fait ! 19 heures, Benoit va chercher la dernière candidate.

-bonjour Monsieur !

Je tourne le regard vers la porte d’entrée, une jeune femme se teint au milieu des montant de porte.

-je vous présente mes excuses mais je n’ais pas pris le temps de me changer !

Elle est venue direct des champs, mini short en jeans , une chemise nouée sous la poitrine que je devine bien galbée. Un visage agnelin, une belle chevelure blonde … une image me vient à l’esprit, la pub de Belle des champs…

« là, c’est pas le même modèle, pensais je ! » en observant la candidate.

-Asseyez vous !

-merci.


Nous reprenons le cours des questions, et franchement je n’écoute pas ses réponses, mes idées de male vagabondent, au grés de son décolleté, qui laisse apparaitre la naissance de ses seins.

-monsieur ? désolé mais c’est mon cerveau qui travaille, pas mes seins ! me lance t’elle !

— heuuu…….. oui ! oui ! si le poste vous convient vous commencez demain !

Je suis surpris de m’entendre dire cela ! un large sourire sur le visage de Benoit me signifie, qu’il approuve mon choix ! l’homme est faible !

Fin de journée, riche en rebondissement ; je salue l’ensemble de l’équipe, et je vais à ma location prendre les clefs. C’est vraiment à coté ! une belle maison nichée en haut d’une cote. A coté d’un hangar d’une entreprise de transport. Je sonne, personne. J’insiste, pas de réponse. Je décide de faire le tour de la bâtisse. La partie arrière est aussi charmante que l’avant. Mais personne. J’appel donc la propriétaire avec mon portable.

-« bonsoir, je suis au fond du terrain. A gauche de la maison, suivez le chemin et vous trouverez le bungalow. ». je m’exécute.

Niché entre deux haies de lauriers, un charmant logis en bois apparait, la porte est ouverte. J’entre et stoppe net . j’aperçoit une femme de dos, juchée sur un escarbot en train de changer une ampoule. Une petite paire de baskets au pied, des mollets fins, des cuisses bien galbées, un fessier rebondi rempli le corsaire blanc qui habille les jambes de la proprio de logement. Une taille magique, je devine une belle poitrine qui dépasse de chaque coté de son torse, cachée par un débardeur blanc.

-je ne vous attendais pas si tôt ! me lance t’elle sans ce retourner.

-en effet mais je voulais me doucher avant d’aller manger.

-la porte de droite est la salle d’eau. Faite donc je termine ce que je fais et on signera les papiers dés que vous serez disponible.

Je m’engouffre dans la salle d’eau. Une cabine, un lavabo et un toilette emplisse l’endroit exigu. Pendant ma douche mes pensées vagabondent sur ce corps de femme . mon sexe est en semi érection.

-vous venez me rejoindre à la maison , dés que vous avez terminé, me lance t’elle à travers la porte .

-oui

20 minutes plus tard, je sonne. Le déclic de la serrure, la porte s’ouvre. Enfin je la vois de face, elle !

-mais ,…. Vous êtes virgine B !

-he oui. Mais entrez donc…

Diffuse en direct !
Regarder son live