Le site de l'histoire érotique

Apprentissage d'une femme inexpérimentée

Chapitre 2

Par derrière...

71
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 13 274 fois

71

0

Partie 2 - Par derrière...


Ses seins magnifiques représentaient son principal atout physique. Difficile de vous dire une taille exacte, je ne suis pas spécialiste en soutien gorge, mais laissez moi vous assurer qu’ils étaient ÉNORMES et voluptueux. Évidemment, dès les premiers rapports, et même si elle n’avait jamais eu l’occasion auparavant de connaitre cette pratique, j’en profitais pour glisser mon sexe entre ses seins et me branler entre les deux gros globes charnus et doux. Au début, je tenais les seins moi même pour les serrer autour de ma tige, puis elle comprit rapidement la technique, et elle ramenait elle même ses seins autour de mon sexe pour me faire un tunnel douillet. Elle était soit à genoux et moi assis sur un canapé, soit allongée sur le dos et moi à califourchon au dessus d’elle. Après quelques temps, elle en profitait pour lécher le bout de mon sexe à chaque va et vient, et je finissais généralement par envoyer plusieurs jets de semence sur ses seins et dans sa bouche ouverte, sa langue s’agitant tout du long sur le frein, m’envoyant des spasmes de plaisir dans les reins. Puis elle restait un long moment le visage contre mon sexe, la bouche et la poitrine couverte de sperme, le temps que mon rythme cardiaque reprenne normalement.


Quelques mois après notre rencontre, elle avait déjà très largement évolué sur le sexe, et nos rapport se passaient de manière extrêmement détendue par rapport aux débuts. Elle était beaucoup plus à l’aise avec son corps et ne redoutait plus de prendre des initiatives. Un soir que nous revenions tous deux éméchés du restaurant après une soirée où nous nous étions bien chauffés, je me retrouvais sans pantalon sur le lit, mon sexe fiché au fond de sa gorge. Elle me faisait une pipe d’enfer, avec une intensité encore supérieure à l’habitude, qui était déjà élevée. Pendant qu’elle me suçait, j’enlevais mon haut pour me retrouver complètement nu sur le lit. Elle avait elle même enlevé ses vêtement tout en me suçant, et elle était à quatre pattes sur le lit, ses gros seins se balançant voluptueusement, sa tête montant et descendant entre mes cuisses largement écartées. J’étais allongé sur le dos, et je décollais les fesses du lit pour venir au devant de ses lèvres.

Soudain, elle sortit mon sexe de sa bouche, et, s’abaissant un peu, elle commença à me lécher les couilles. Puis elle descendit encore et sa langue vint caresser mon anus ! Je dois avouer, même si j’avais eu une vie sexuelle très active et variée, que c’était la première fois qu’une de mes partenaires me prodiguait cette caresse. Surpris, j’eus un léger mouvement de retrait, et sa tête remonta pour me prendre en bouche. Mais quelques instants après, elle retourna lécher mon anus tout en me branlant, ce qui m’envoyait des décharges électriques dans tout le corps. Décidément, elle en voulait vraiment ! En peu de temps je fus cueilli par un orgasme intense, et mon sperme jaillit dans les airs pendant qu’elle me léchait le cul tout en me caressant les couilles. Ma semence se répandit sur mon ventre, sur ses mains et sur ses cheveux. Je mis cette fois là longtemps à reprendre mon souffle et mes esprits.


Par la suite, elle réitéra à plusieurs reprise cette caresse. Moins gêné que la première fois, j’en profitais pour en jouir au maximum. Certaines fois, elle me léchait l’anus alors que j’étais à quatre pattes sur le lit, lui donnant un accès parfait. D’autres fois, elle était sur le dos et moi au dessus, assis sur ses seins en train de me faire sucer la bite. Je retirais mon sexe de sa bouche, puis remontais mon bassin pour lui faire lécher mes couilles, puis remontant encore plus haut, je lui présentais mon anus pour qu’elle puisse le caresser de sa langue. A ce moment là, j’’était comme assis sur son visage. Je la sentais lécher mon cul, mais aussi par moment darder sa langue en pointe et la faire littéralement légèrement pénétrer mon anus. La sensation était plutôt extrême, et je finissais généralement par lui inonder le visage de sperme.


Un soir, nous baisions déjà depuis un moment, et elle avait joui une première fois. Après l’avoir longuement léchée, je l’avais prise en missionnaire, puis en levrette. Elle était toujours devant moi, mon sexe fiché dans le sien, la croupe haute et la tête dans les coussin, en sueur et haletante, reprenant ses esprits après son orgasme. Pris d’une inspiration subite, je retirais mon sexe barbouillé de cyprine, et je le posais sur son anus palpitant, parfaitement accessible entre ses fesses largement ouvertes par sa position actuelle. Je savais qu’elle n’avait jamais été sodomisée auparavant. Elle eut un léger frémissement, mais aucun mouvement pour me stopper.

J’exerçais alors une poussée lente et continue pour introduire mon sexe dans son cul. Je vis ses mains se crisper sur les draps, et son corps se contracter. Mon gland venait de rentrer dans son anus, et je restais quelques secondes sans bouger, pour la laisser s’accoutumer à cette présence inconnue. Puis je recommençais à pousser. Elle eut un mouvement de recul et posa sa main sur ma hanche comme pour me retenir, mais c’était trop tard. Je continuais et je vis mon sexe s’enfoncer d’une traite dans son cul jusqu’à la garde, lui arrachant des grognements étouffés. Mon ventre était littéralement collé à ses fesses, la vision était magnifique ! Je commençait à bouger très légèrement tout en restant enfoncé bien au fond, n’oscillant que très peu.

Puis après quelques instants, j’augmentais la distance des va et vient, jusqu’à lui pistonner le cul, sortant et rentrant tout la longueur de ma bite. Elle criait maintenant, mais je n’en avait cure, la sensation était extrême de déflorer ce cul encore vierge. En peu de temps, je sentis le plaisir monter, et, donnant un dernier coup de rein pour m’enfoncer jusqu’à la garde, j’éjaculais abondamment dans ses entrailles en criant comme une bête sauvage. Je ne repris mes esprits que bien longtemps après, elle écrasée sous moi, pantelante et ruisselante de sueur, mon sexe à moitié débandé toujours fiché dans son cul.


gchqpulq

Par la suite, j’aurai à nouveau l’occasion de la sodomiser à plusieurs reprises, pas systématiquement, mais aussi souvent que je le souhaitais, n’étant pas moi même particulièrement focalisé sur la sodomie. Avec des variantes intéressantes, comme le fait de la sodomiser par devant, c’est à dire quand elle est sur le dos, ce que je trouve pour ma part encore plus excitant puisque je peux voir son expression à chaque mouvement de mon sexe dans son anus. Une fois, alors que je lui pistonnais le cul vigoureusement et depuis relativement longtemps, je n’arrivais pas à jouir. Elle avait elle même joui bien avant lorsque je lui avais pris le sexe, et joui une seconde fois pendant que je la sodomisais. Au bout d’un moment, elle posa sa main sur mon ventre et me dit qu’elle commençait à avoir mal et ne pouvait pas continuer plus longtemps. Je me retirais donc et à ma grande surprise, elle se retourna et pris mon sexe dans sa bouche pour le sucer. L’idée était puissante, me faire sucer alors que je sortais de ses fesses, et je ne fus pas long à lui remplir la bouche de puissants jets crémeux, les mains posées sur les côtés de sa tête. Cette situation se reproduisit quelques fois par la suite, restant toujours aussi excitante dans l’idée.


Il faut reconnaitre que la progression avait été assez inouïe. La seule chose sur laquelle elle restait réticente, c’était que je jouisse sur son visage. Aucun souci pour jouir sur ses seins, sur son ventre, ou sur son dos. J’éjaculais le plus souvent dans sa bouche, elle avalait parfois mais gardait le plus souvent mon sperme en bouche le temps que je débande avant d’aller le recracher. Je me souviens même d’une fois où elle s’était endormie avec ma bite dans la bouche, et la semence de mon éjaculation avec. Après avoir attendu un long moment qu’elle bouge, je m’étais endormi à mon tour, mon sexe au repos bien au chaud entre ses lèvres. Elle se réveilla le lendemain, les lèvres maculées de sperme séché, et nous en rimes tous les deux.


Bref, sur le visage, non. Mais est ce vraiment gênant quand ta partenaire reçoit en bouche ton sperme à la fin de presque chaque rapport, te lèche avec envie l’anus et les testicules, se fait sodomiser, te suce parfois après la sodomie, te branle entre ses seins ?