Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 643 fois
  • 37 J'aime
  • 0 Commentaire

Après l'accident

Chapitre 1

Lesbienne

L’après accident.

Juste en face de ma maison, le deux voitures s’encastrent. Beaucoup de bruit peu dégâts corporels. Un des conducteur s’en va sans dommage, en rouspétant après l’autre chauffeur que je recueille. C’est une jeune femme légèrement choquée. Après le café elle se repose tranquillement. Elle tremble bien encore un peu. Pour la calmer je tiens ses mains dans les miennes. Son petit sourire est tout mignon. Il faut attendre un long moment pour que la voiture de réparation arrive.

La conductrice reste chez moi, elle ne me gêne pas un instant : je suis seule, alors autant qu’elle me tienne compagnie. Elle reste après que la voiture soit au garage.

Elle ne me déplaît pas du tout cette fille. Quoi, 25 ans par là, bien fichue, adorablement sexy. Ah, j’oubliais je suis adepte de Sapho depuis toujours. Alors si mes avances maladroites fonctionnent je me vois avec elle dans une position que la morale réprouverait. Je ressert en café, elle le boit tranquillement en me souriant. Que cache son sourire ? Une avance, une envie ? Je ne sais trop. Alors je me lance. Ma bouche l’embrasse sur les joues. Elle se tourne vers moi en souriant encore. Je n’en peu plus, je,l’embrasse carrément sur la bouche. Miracle, elle ouvra sa bouche. Nos langues s’amusent un moment ensemble.

Elle embrasse comme je ne l’ai étée que rarement, même quand j’étais jeune, enfin plus jeune que mes 42 ans.

J’ai le regret de ne jamais avoir donné sa chance à Angélique la première qui m’a léché. J’ai pu prendre ma revanche plus tard. J’ai toujours Angélique au fond du cœur et du corps.

J’embrasse à nouveau cette fille qui doit avoir disons 25 ans. A son âge j’étais prude au possible. Mais maintenant je me donne à qui me veut et elles sont rares. Je sens mon corps avoir une seule envie, qu’elle me fasse jouir comme seules le font les filles au courant des caresses entre femmes. Quelques chose me dit qu’elle sait. Je la voudrais nue contre moi, nos lèvres longtemps réunis dans un long baiser.

Je ne sais que directement

Venez vous allonger un instant.

Si vous voulez.

Viens de coucher, je serais près de toi.

Elle ne dit rien, elle fait ce que je lui dit. Elle s’allonge sur le lit. Elle est belle ainsi couchée. Je la veux absolument. Elle se pousse à peine quand je m’assoit près d’elle. Sa main ne se retire pas quand je la prend dans la mienne. Mon pouce caresse légèrement le dos de la main, comme le ferait un amoureux épris.

Je ne sais ce qu’elle pense, à quoi elle pense. Moi j’ai simplement envie de lui faire plein de câlins. Je l’embrasse à nouveau. Sa bouche s’ouvre complètement. Je profite de sa langue. Elle embrasse fort bien, je suis excitée au maximum. Pourquoi ne fait elle pas un geste vers mes jambes proches d’elle...... J’étais trop pressée, elle me caresse doucement le genoux. C’est doux, léger, c’est ce que j’attends depuis des années. Elle me sourit calmement.

Elle sait que je la veux. Mais elle est-ce qu’elle veut me câliner, me faire jouir depuis le temps que je me contente seule.

Elle se lève un peu sur le lit, elle reste presque assise. Elle est belle, je ne la mérite pas sans doute. Ses bras se tendent vers mon cou. Je lui donne mes lèvres. Sans attende ma langue lèche sa bouche. Je lui tiens les épaules, les serre un peu sans qu’elle résiste. Je sens sa main chercher la fermeture du soutien gorge. Mes seins sortent de leur cachette. Il tombent peur être un peu, ils sont comestibles quand même. Elle les caresse avec sa langue. Je suis liquéfiée. Je me laisse aller sur le lit à ses cotés. Ses main commencent le ballet sur mes seins. Je cherche les siens : ils sont durs sous un simple t-shirt.

Enfin je retrouve des plaisirs oubliés. Je pince un peu les pointes. Elle réagit en m’embrassant à nouveau. Décidément sa bouche et bonne. Je ne sais comment elle fait, elle arrive à faire descendre le jean. Sa main s’infiltre vers la chatte. Je m’offre totalement. C’est bon de sentir cette main féminine sur la chatte, depuis le temps. Je n’ai pas le courage de la caresser, je ne fais que subir sa masturbation. J’attendais ça depuis trop longtemps. Sa main trouve de suite les endroits sensibles : je ne résiste pas. Le clitoris bande c’est certain. Elle le frotte magiquement. Je cherche sur son corps les endroits fragiles. Elle me laisser fouiller sa féminité. Elle est plus mouillée que moi. Mon doigt glisse sur son sexe. Je vais trop vite sur le vagin. Je trouve incidemment le périnée. Elle se tend, je vais plus bas, je frôle l’anus : il est plissé sous mon doigt. Je le lui laisse en revenant sur le bouton. Je prends un plaisir monstrueux en la masturbant ainsi.

Nous sommes couchées nous nous caressons mutuellement, nos lèvres ne se quittent pas. J’ai envie de la totalité : je me tourne complètement en lui donnant tout mon sexe à manger. Elle me broute sans cesse. Je jouis ainsi je ne sais combien de fois.

En prenant moi aussi la moule je déguste un fruit rare. Elle coule dans la bouche. C’est bon chaud, odorant. Je sens ses mains sur mes fesses. C’est agréable de se faire caresser cet endroit pas une autre nana.

Elle sort de son sac un gode assez gros pour moi en tout cas : je n’aime pas me faire pénétrer ni devant ni surtout derrière. Mon sexe est réservé entièrement aux filles, pas aux hommes. Elle me le donne. Je le mets juste à l’entrée de son vagin, elle s’ouvre : j’entre l’engin au fond. Elle m’excite à voir le gode entrer. Je la baise longuement : elle jouit plusieurs fois. Pour finir elle me demande de l’enculer. Ma langue sur le clitoris, je regarde le gode entrer dans son petit trou qui s’ouvre facilement elle a l’habitude de se faire mettre par derrière, pas comme moi qui refuse même quand elle me demande de m’enculer à mon tour.

Nous nous voyons régulièrement une fois même avec son copain. Drôle de baise avec un garçon qui tenait absolument à me la mettre. Je ne l’ai plus revu lui.

Diffuse en direct !
Regarder son live