Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 164 fois
  • 72 J'aime
  • 9 Commentaires

Un après midi à St Ouen

Chapitre 1

Trash

Aujourd’hui samedi, il fait beau sur Paris et j’ai très envie de me trouver une petite robe légère pour les beaux jours qui arrivent. Comme je n’ai qu’un petit budget, j’ai décidé d’aller aux puces de St Ouen pour trouver une bonne affaire. Faut dire que je suis étudiante, j’ai débarquée au mois d’octobre à Paris, je suis en coloc avec 2 filles dans un petit appartement du 17ième, mes moyens financiers se limitent à la pension que me verse mon père. J’ai 19 ans depuis quelques mois, je suis une brune d’1m70, je me trouve plutôt bien faite et j’ai pas mal de succès avec les étudiants à la fac.

Par ce bel après midi, je me retrouve donc aux puces, pour l’occasion je me suis habillée pour essayer de passer inaperçue, un jeans, un pull, un blouson et une paire de basket.

Je ne tiens pas à me faire remarquer dans cette foule où l’on peut très bien faire de mauvaises rencontres. Une jeune femme seule ça attire les hommes et ici ce n’est pas ce qui manque. Les vendeurs sont toujours très empressés dès que je m’approche de leur stand. Je marche un bon moment au milieu de cette faune et je ne suis pas rassurée. Par moment je ne suis entourée que par des hommes qui me jettent des regards insistants. J’ai droit aussi à quelques réflexions, genre « T’as vu ce cul dans son jeans » ou « Tu crois qu’elle suce ? » sans compter les interpellations en arabe que je ne comprends pas mais dont je devine le sens.

Enfin je trouve un stand de robes d’été, je commence à regarder si j’en trouve une qui me plait. Une jeune femme vient vers moi, elle doit avoir mon âge pas plus, elle est très brune avec les cheveux courts :

« Bonjour Mademoiselle, tu cherches une belle robe pour toi ? me dit-elle avec son accent magrébin.

« Oui, je voudrais quelque chose de léger et de jeune pour cet été.

« Tout est jeune ici pour les belles filles comme toi, c’est moi qui choisit les modèles. Tu fais quelle taille mademoiselle ? Un petit 38 ?

« Oui je pense, mais je pourrai l’essayer ?

« Mais oui, y a pas de problème, y a la camionnette derrière, tu peux essayer tout ce que tu veux !

« Celle-ci me plait bien et celle-ci aussi, C’est la bonne taille ?

« Oui suit moi.

« Rachid, tu gardes le stand, j’emmène la demoiselle à l’essayage.

« Rachid c’est mon frère, me dit-elle moi c’est Radija et toi ?

« Pauline !

Je la suis au fond du stand, elle soulève un rideau, on se retrouve dehors entre des camionnettes, elle ouvre la porte arrière de l’une d’elles et on entre à l’intérieur.

Il n’y a pas de fenêtres, juste le pare brise là bas devant qui est obstrué par une bâche.

« Tu peux te déshabiller Pauline, la porte est fermée.

J’enlève mon pull puis les baskets et le jeans, je suis en culotte et soutien gorge dans une camionnette avec cette fille. Elle me présente la première robe que j’enfile par la tête. J’essais de l’ajuster au mieux.

« Attend, je t’aide à la fermer derrière. Ce serait mieux sans le soutien gorge !

Sans attendre de réponse, elle le dégrafe et passe ses mains devant pour me l’ôter.

Je suis un instant surprise par son geste mais déjà elle ajuste la robe pour que mes seins soient bien à leur place.

« Tu vois, c’est plus joli ?

« Je ne sais pas si j’oserai sortir sans ??

« Mais si, tu as de très beaux seins et vous les françaises vous pouvez les montrer…

« Elle te plait cette robe ?, tu es très jolie avec, regarde toi dans la glace.

Je me regarde dans une glace posée sur le coté de la camionnette, je ne vois pas grand-chose dans cette pénombre. Elle me plait bien en effet.

« Tu vas passer l’autre, après tu choisiras.

Elle détache la robe et m’aide à l’enlever. Je me retrouve juste en culotte, j’essais de cacher mes seins avec mes mains.

« Ne cache pas tes seins ils sont très beaux !

Toujours derrière moi, elle me fait baisser les bras et ses mains remplacent les miennes.

« Ils sont doux et fermes.

Elle se colle dans mon dos, ses doigts jouent avec mes tétons. Je sens son souffle dans mon cou, elle me donne de petits baisers sur la nuque.

« Tu aimes Mademoiselle ?

« Oui, j’adore…

Sa main droite quitte mon sein et court sur mon ventre puis sur ma culotte.

« Ta culotte est trempée, tu veux que je te branle la chatte ??

« Oui…

« Oui, quoi ??

« Oui, branle-moi la chatte s’il te plait !

Elle passe sa main dans ma culotte et passe ses doigts autour de mon clitoris, puis son index se pose sur ma fente, elle écarte mes lèvres et pénètre à l’entrée de mon sexe. J’écarte les jambes pour lui faciliter le passage.

Sa main gauche s’active toujours sur mon sein, sa main droite me branle la chatte et sa langue me lèche la nuque. Mes mains se sont posées sur ses hanches pour me retenir, elle frotte son bassin sur mes fesses.

« Tu aimes baiser avec les femmes ? Tu es très bandante tu sais ?

Pour lui répondre je tourne la tête vers elle, sa bouche se pose aussitôt sur la mienne et sa langue investit ma bouche. Nos langues s’emmêlent et nos salives se mélangent.

Je me cabre sous ses caresses et je suis emportée dans un premier orgasme, mes cris sont étouffés dans sa bouche.

Aussitôt elle me retourne, m’enlève ma culotte et me fait assoir sur un carton. Elle plonge la tête entre mes jambes et plaque sa bouche sur ma vulve. Sa langue s’enroule autour de mon clito pendant qu’elle me pénètre avec 2 doigts puis 3. Elle me baise avec ses doigts, mon jus s’écoule sur mes cuisses, elle suce ma mouille.

Je suis emportée dans un nouvel orgasme, elle se relève et me fait sucer ses doigts gluants de mes sécrétions vaginales.

Sa langue remplace ses doigts, elle me remplit de sa salive, elle me crache directement dans la bouche, je reste la bouche ouverte haletante de ce dernier orgasme.

Je la prends par la taille pour l’attirer vers moi et lui rendre ses caresses et la faire jouir à son tour.

« Non, je ne jouie pas d’une française, je réserve mes orgasme à mes amies. Je vais appeler mon frère, en échange tu vas le faire jouir lui, il aime éjaculer dans le cul des filles comme toi…

« Tu t’es déjà faite baiser par un arabe ? Tu vas voir ils ont des grosses bites bien cambrés, ça te changera des petites bites de tes copains de fac. Les femmes de ton pays adorent les bites des arabes, dès qu’elles y ont gouté elles ne peuvent plus s’en passer.

J’ai à peine commencé à protester que la porte s’ouvre et que son frère rentre dans la camionnette.

« Viens Rachid, elle est bien chaude, tu la prends par le cul, t’inquiète elle a déjà jouie au moins 2 fois cette pute. Toi, retournes toi et ouvre ton cul !

Je me retourne à 4 pattes, le ventre sur le carton, j’écarte mes fesses avec mes mains.

« Quel cul, je vais lui défoncer la rondelle !

Je tourne la tête pour voir ce qui m’attend, il ouvre son jeans, il n’a pas de slip, sa queue apparait déjà bien raide, elle est en effet très cambrée et très large.

« Plante lui ta queue dans le cul et balance lui la purée.

Je sens déjà son gland à l’entrée de mon cul, il pousse lentement, j’écarte les fesses et je pousse aussi pour faciliter l’introduction, je me suis déjà fait sodomiser mais jamais par une queue aussi large. Je ressens une douleur énorme, il doit me déchirer, les larmes me coulent sur les joues.

« Vas y Rachid, elle pleure mais elle va bientôt en redemander.

Il me tient par la taille et progresse dans mes intestins, il est maintenant au fond de moi. Il ressort et à peine sorti il me réinvestit. Il m’attrape par les cheveux, je me cambre sous son geste et il commence ses va et vient dans mon cul.

« Elle est serrée cette pute, elle m’aspire la bite dans son cul.

« Dis-moi si tu aimes que mon frère t’encule !

« Oui, j’aime qu’il m’encule, je sens bien sa grosse bite dans mon cul.

Je délire, je dirais n’importe quoi pour que ça continu…

« Si tu aimes ça, on t’emmène avec nous ce soir à la citée, on va organiser une partie de baise pour toi !! On te ramènera ici demain, tu veux bien venir avec nous??

Son frère continu à m’enculer, je sens qu’il accélère et qu’il va bientôt se répandre dans mes intestins. Un nouvel orgasme va m’emporter.

Il éjacule, ses jets de sperme me remplissent, il se retire avant que je jouisse, je suis frustrée.

« Oui, je veux venir avec vous, j’ai trop envie de sa queue, il me ramone les boyaux comme personne.

« Ah, elle est bonne, j’ai juté juste avant qu’elle jouisse.

« C’est cool, elle va attendre de prendre son pied ce soir.

« Tu vas nous attendre là pendant qu’on remballe, donne moi ta main.

Je lui tend mon bras, elle me passe une menotte autour du poignet et accroche l’autre menotte au siège.

« Comme ça je suis sûre que tu ne bougeras pas. Si tu veux tu peux te finir avec l’autre main… dit elle en rigolant.


A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live