Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 2 576 fois
  • 24 J'aime
  • 2 Commentaires

Aprés midi torride

Chapitre 2

Travesti / Trans

Très vite, une épaisse coulée de sperme sort lentement de son gland en se prolongeant d’un mince filet blanchâtre qui se répand sans fin sur son corset et ses bas.

Elle râle de plaisir lorsque je presse sa queue pour finir de la vider.

— C’était divin, me dit-t-elle en m’adressant un sourire radieux.

Nous décidons de faire une pause afin de laisser Barbara se changer.

Elle réapparaît un moment plus tard dans une lingerie craquante qui m’enflamme les sens.

La portant dans mes bras, je l’étends sur le lit en la voyant ravie de mon initiative.

A genoux face à elle, je pose ses bottes à talons aiguilles sur mes épaules pour que mon sexe vienne s’appuyer contre son oeillet.

La pression de ma verge efface peu à peu les plis de son anneau qui finit par céder à mon ardeur.

Aspirée par son cul sublime, je m’engouffre d’un coup dans ses reins.

Je regarde fascinée sa rosette rouler sur ma hampe quand je la défonce et s’étirer dessus lorsque je sors de ses fesses.

Puis, je la masturbe sur des rythmes irréguliers en décalottant son gland à chaque va et viens.

Mes yeux rivés dans les siens, je la sodomise longuement sans m’arrêter.

Un moment plus tard, le corps agité de spasmes, elle explose dans ma main.

Totalement comblée, elle me dit :

— Reste en moi, je veux que tu jouisses dans ma chatte.

Sans me laisser le temps de répondre, elle croise ses jambes dans mon dos pour m’immobiliser.

Ondulant du bassin, elle aspire mon sexe en cadence tout en me pétrissant les fesses.

Au moment crucial, elle m’enfonce sournoisement son doigt dans l’anus.

Tétanisée, je me vide en elle submergée de plaisir.

Nous restons un long moment enlacées et emboîtées l’une dans l’autre.

Après un temps de repos, Barbara reprend l’initiative en frottant mon gland sur ses cuisses gainées de nylon.

Au contact des fibres synthétiques, ma queue se durcit rapidement.

— Laisse moi t’initier à mon nouveau jeu, me dit-t-elle d’une voix sensuelle.

Elle sort d’un coffre placé sous le lit une tige de fer d’un mètre munie d’un bracelet métallique à chaque extrémité.

Elle verrouille mes chevilles à cette barre en attachant mes mains à la tête de lit.

Je me retrouve maintenant écartelée et totalement soumise à sa perversité.

D’un regard lourd, elle se place entre mes jambes en agitant devant mes yeux un gode hérissé d’aspérités saillantes.

— Tu vas sentir chacune de ses sculptures te rôder la pastille, me souffle-t-elle en m’écartant les fesses.

— A mon tour de te défoncer, rajoute-t-elle dans un rire de gorge évocateur.

Elle le plonge alors dans mon oeillet qui s’élargit démesurément.

Puis, elle me masturbe tout en continuant à m’enfoncer le pal.

Vicieusement, elle le tourne lentement dans ma grotte pour me faire sentir ses reliefs tourmentés.

Lorsqu’elle me voit trembler de désir, elle me comprime la racine du sexe pour m’empêcher de jouir.

— C’est trop tôt ma chérie, j’en ai pas fini avec toi, me dit-t-elle en souriant.

Collant ses lèvres contre les miennes pour étouffer mes plaintes, elle pousse franchement le gode en l’enfonçant jusqu’au ras de mes fesses.

Fascinée, elle ne voit plus que le manche bouger sous l’effet de mes contractions anales.

— A mon tour de prendre du plaisir, me dit-t-elle.

Insatiable Messaline, Barbara s’accroupit sur moi en s’empalant sur ma queue.

Puis, reprenant le gode, elle me fouille les reins avec ardeur.

Mes jambes se mettent à trembler et j’essaye en vain de contenir cette coulée de lave qui monte en moi.

Comprenant que je vais jouir, elle s’arrête et me détache les mains en m’allongeant sur le ventre.

Elle me laisse la barre aux chevilles pour se laisser un libre accès à mes fesses.

D’un coup sec, elle me retire le gode qui me laisse l’anneau grand ouvert

— J’ai une envie folle de te baiser, me dit-t-elle stimulée par ce spectacle.

Allongée entre mes cuisses, elle appuie son sexe turgescent contre ma rosette.

— Cambre-toi bien mon ange pour que je puisse t’enfiler plus à fond, me chuchote-t-elle à l’oreille.

La tête dans l’oreiller, encore toute chavirée de plaisir, je creuse les reins en attendant son assaut.

D’un coup puissant, elle me transperce avec une facilité qui la déconcerte, oubliant qu’elle m’a déjà fortement élargi l’œillet dans les jeux précédents.

Puis, écartant mes fesses avec ses pouces, elle m’empale jusqu’à la garde.

— Te voilà bien prise ma belle, s’exclame-t-elle en me mordillant l’oreille.

Je sens son souffle sur ma nuque.

Ses mains posées sur mes épaules me plaquent contre le lit pour me montrer qui est le maître.

Mon excitation est à son paroxysme lorsque je sens ses bourses me fouetter l’intérieur des cuisses.

Je suis totalement comblée par cette queue qui me lime si bien.

A mon tour, j’ai envie de lui donner du plaisir.

Je terrasse peu à peu sa queue qui ne résiste pas à mon massage fessier et j’éprouve un fort sentiment d’exaltation quand elle explose en moi.

Barbara me libère de mes entraves avec un sourire de satisfaction.

Lorsque, je remets de l’ordre dans mes dessous, je contemple la longue coulée de sperme qui s’échappe de mes fesses et s’infiltre dans ma jarretière.

— Tu m’as mise la dose ma chérie, lui dis-je admirative en m’épongeant de mon mieux.

— Et toi tu m’as fait jouir comme jamais, me dit-t-elle reconnaissante.

— Comme tu as un petit cul irrésistible et que tu sais t’en servir, j’aimerai que tu fasses plus souvent la fille, rajoute-t-elle.

— Moi aussi, je préfère vivre ma féminité et sentir ta queue dans mon ventre, lui dis-je en l’embrassant

On s’accorde un repos bien mérité avant de poursuivre nos ébats.

Un moment plus tard, insatiable, Barbara vient se lover contre moi.

Sous l’effet de ses caresses expertes, j’ai très vite une nouvelle érection.

Tête bêche, nous continuons à nous exciter mutuellement en nous caressant sans aucune retenue sur des registres différents :

Stimulant son oeillet avec un vibro, je la pénètre avec un gode de taille moyenne pendant qu’elle me plante un gros calibre dans les reins.

Je la pénètre avec douceur en recherchant ses points faibles tandis qu’elle m’empale d’une manière plus virile.

Fortes de nos expériences, on s’engode longuement, excitées de voir nos queues se durcir.

— Je t’ai prise avec un gode de trente centimètres ma chérie, me dit-t-elle.

Concentrée sur mon plaisir, je ne lui réponds pas.

Nos corps vibrent à l’unisson et nos verges humides de désir perdent quelques gouttes de sève à chaque stimulation.

Barbara s’active dans mes fesses jusqu’à ce que je jouisse dans sa bouche.

Peu de temps après, elle craque quand je pose le vibromasseur sur son clito en faisant gicler sa semence sur mes seins.

C’est avec stupéfaction que je sors l’énorme pieu qu’elle m’a planté dans les reins.

— Tu as dépassé les limites, lui dis-je d’une voix pleine de reproche.

Je rumine ma revanche tout en l’embrassant pour distraire son attention.

Je m’allonge entre ses jambes en plaçant sans qu’elle le sache ce sexe hors norme prés de son anneau.

Puis, d’une forte pression du genou, je l’enfonce de dix bons centimètres dans ses fesses.

Elle me regarde incrédule en se cambrant pour tenter d’échapper à mon emprise.

— Oh non ma chérie, il est beaucoup trop gros, s’exclame t-elle en tentant de refermer ses cuisses.

Je contemple une fraction de seconde son visage qui exprime tour à tour la surprise, l’angoisse et le plaisir.

Puis, je pousse le gode jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement dans la fente de son slip.

Elle se cabre sous l’assaut mais finit par prendre du plaisir quand je la masturbe d’une main experte.

Un moment plus tard, la queue gonflée de désir, elle retire le mandrin de ses reins en me culbutant sur le lit.

— Après ce que tu viens de me faire subir, je vais te violer sans scrupule ma chérie.

Elle commence par me sucer la queue tout en me malaxant les bourses.

Elle frotte ensuite mon méat avec la pulpe de son doigt jusqu’à ce qu’un liquide clair perle à sa surface.

Me voyant suffisamment excitée, elle me dit d’une voix rauque:

— Maintenant, donne-moi tes fesses mon ange.

Je m’allonge sur le dos pour lui offrir mon anneau resté largement ouvert par mes expériences précédentes.

Barbara relève alors mes jambes et empoigne mes talons aiguilles pour m’obliger à écarter les cuisses.

Puis, elle me cloue sur le lit avec son dard en me prenant sous tous les angles possibles.

Mon plaisir monte crescendo et j’accompagne chacun de ses coups de boutoir en projetant mon bassin en avant pour mieux m’empaler sur son sexe.

Ses yeux de braise rivés sur moi, elle me défonce jusqu’à ce que je jouisse en inondant ma guêpière de longues giclées de sperme.

Lorsqu’elle sort de mes fesses, je serre mes jambes autour de sa taille pour l’immobiliser en commençant à la masturber habilement.

J’ai la sensation de jouir une nouvelle fois quand je vois sa sève jaillir sur mon ventre et se mélanger à la mienne.

Epuisée, Barbara s’effondre sur moi, le corps agité de nombreux spasmes.



Dites-moi si ce récit vous a plu ou envoyez-moi vos suggestions à : sandratvtg@yahoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live