Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 499 fois
  • 57 J'aime
  • 9 Commentaires

après la plage...

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

J’étais sur la plage depuis trois heures et mon bronzage parfait, intégral. En arrivant vers dix-sept heures, je pensais qu’il faudrait un peu de temps au soleil pour me rendre un teint convenable, en tout cas satisfaisant à mes yeux. Et satisfaite, je l’étais donc. Je me suis levée de ma serviette pour ranger dans un sac mes -rares- affaires : Un magazine, une crème solaire, ma bouteille d’eau, et mon maillot de bain deux-pièces. Je me suis étirée en constatant que mes quelques voisins, essentiellement des couples, étaient tous partis. Il restait juste un vieux couple entre moi et la dune à trente mètre dans mon dos.

Dune que je devais retraverser afin de rejoindre le parking en bordure de nationale à un quart d’heure de marche. C’était ainsi le meilleur moyen d’être au calme, loin des zones de baignades surveillées à deux cents mètres, à droite comme à gauche. Et puis de ce côté-ci, le naturisme y est toléré...

Je suis passé au plus près du couple, toute nue, histoire d’émoustiller le petit vieux qui semblait se cacher derrière ses grosses lunettes noires mais qui, j’en suis sûre, ne perdait pas une miette du spectacle de mon petit minou entièrement épilé et de mes seins pas trop gros mais dressés haut vers le ciel bleu.


J’ai entamé une marche un peu pénible dans la dune et le sable encore bien chaud en me disant qu’un petit pipi s’imposait. Je me suis éloignée davantage vers les premiers bosquets afin de me cacher de tous : C’est à dire de personne. Seule et libre dans un paysage magnifique de fin de printemps... Je me suis accroupie et j’ai uriné en pensant à ce que j’allais me faire à manger en rentrant.

Et là... je ne l’avais pas vu auparavant, un homme s’est dressé devant moi, les bras croisés, tout nu et tout bronzé. Je ne sais pas si il avait prémédité cette posture de voyeur mais je me suis trouvée bien idiote à expulser ma pisse tandis qu’il regardait, un petit peu gêné, quand même, dansant d’un pied sur l’autre...

Au fait, je ne me suis pas présentée : J’ai vingt ans, très sportive, brune aux cheveux longs. Je pratique les arts-martiaux et d’une façon générale la zénitude sous toutes ses formes.

Voilà pour moi. Je vous le dis maintenant parce que ma posture indigne de femelle qui fait ses besoins face à un homme qui mate peut faire peur à beaucoup de femmes. Dans mon cas, je saurais bien me défendre si...

L’homme ? Environ soixante ans. Costaud et un sexe très épais, le gland bien dessiné, comme un chapeau posé sur un manche. Et sous le manche, une grosse paire de couilles poilues. Il ne bandait pas, par respect, je suppose ? Mais il se caressait les cuisses comme pour...se contenir ? Se contenter ainsi ? Il est resté face à moi. Je pense que si j’avais manifesté mon mécontentement, il serait parti vite fait bien fait.

Mais je n’ai rien dit et j’ai fini de pisser sous ses yeux. J’ai essuyé ma chatte et j’ai continué mon chemin sans un mot de ma part ou de la sienne.

Dans ce genre de situation, il convient de ne jamais se retourner. Cela signifie que l’on part. Définitivement. Si on se retourne une fois, le type pense qu’on est émue par la situation... Deux fois, on lui fait faire quelques pas vers soi. Quand on tourne d’un coup vers un énorme bosquet, à l’opposé du chemin que l’on suivait, on parle avec son corps, ses attitudes.

On dit à l’homme qu’on s’arrête là. Et on ne va pas faire pipi, c’est déjà fait.

Toute nue dans le bosquet, j’ai été prise de frissons . La densité de la végétation m’empêchait de bien voir mais le sable qui crissait sous ses pas m’envoyait les informations nécessaires. Il venait !

Et après ? Qu’allait-il faire ? Et moi ? Pauvre folle ?

Il est entré dans cette coupole de végétation et on s’est retrouvés face à face, nus, à deux mètres l’un de l’autre. Il paraissait ne pas trop y croire.

Alors je me suis accroupie, les cuisses bien ouvertes et je me suis caressée. Les seins, la chatte. Il a commencé à se branler. Très vite il a durci. Une très belle bite bien dressée. Il a commencé à souffler fort, regardant sans cesse derrière lui si quelqu’un venait.

Il s’est encore approché puis il s’est mis à genoux dans le sable. À cinquante centimètres de moi. Sa queue était maintenant assez énorme. On se regardait dans les yeux de temps à autre puis on matait nos sexes, tous les deux ahuris par le spectacle sublime de l’autre et notre audace, cette folie...

puis il a encore gagné vingt centimètres vers moi en glissant ses genoux l’un après l’autre. Puis il a tendu le bras...et ses doigts ont touché ma cuisse...

On a eu le même sursaut de plaisir. Alors j’ai écarté encore plus mes cuisses et il a amené son gland à trois ou quatre centimètres de ma chatte qui mouillait terriblement...

Il ne cessait de regarder derrière lui, vers l’entrée du bosquet... .

Alors j’ai tendu la main et j’ai pris sa bite. Il a presque crié de plaisir. Je l’ai branlé doucement tout en continuant à me toucher.

Il a senti que je n’irai pas plus loin, qu’il ne me pénétrerait pas. J’ai accéléré le geste pour qu’il gicle sur moi. Il tenait bon, le cochon, tandis que mon plaisir venait, venait...

Et puis... j’ai tendu mon bassin et j’ai caressé ma chatte avec son gland. Il en est devenu rouge de plaisir. Et moi alors...je n ’ai pas résisté et lentement, je me suis empalée sur sa colonne de chair. J’ai posé mes pieds de part et d’autre de ses genoux enfoncés dans le sable et j’ai poussé jusqu’à ce que sa bite entre entièrement en moi.

Il a posé ses mains sur mes hanches, il m’a emprisonné et il m’a pilonné.

Alors j’ai compris pourquoi il s’inquiétait de savoir si on était "seuls"...

Un autre homme est entré sous le bosquet. Un autre type aussi costaud que mon baiseru. Sûrement moins âgé mais à la bite déjà raide et longue.

Mon baiseur a paru contrarié en le sentant se branler dans son dos tandis qu’il me ramonait. Et moi, alors ? Divers sentiments confus, de honte, de plaisir...

Je m’offrais à un vieux sous le regard lubrique d’un autre...

Puis mon baiseur a sorti sa bite de ma chatte et il s’est relevé. Je n’ai pas compris son attitude, pensant qu’il allait se barrer, vexé par la présence du voyeur. Mais non...il a tendu sa main vers moi en souriant et il a dit :


— Elle est bonne, je fatigue un peu mais allez-y, je reprends derrière...



Incroyable ! Le toupet de ce type ! Il s’octroyait une pause et il m’offrait sans mon consentement ! Je me suis relevée avec l’envie de les envoyer se faire voir...


— À quatre pattes, mademoiselle, c’est possible ?


J’en restais interloquée. Un tout petit instant seulement parce que les secondes d’après j’étais dans la position demandée. L’homme se plaçait derrière moi, il me traitait de sublime petit salope et il m’enfonçait sa queue dans la chatte en grognant de bonheur. Pendant cinq minutes, il m’explora sans ménagement. Puis il se retira d’un coup et le premier gars le remplaça. Ils ne semblaient pas intéressés par ma bouche ou mon petit trou. Ma chatte leur allait bien.

Ils me firent jouir trois fois. À chaque fois quand ils me traitèrent de pute. Puis mon premier baiseur gicla en moi. Le deuxième ajouta sa crème une minute après.


Ils me remercièrent et quittèrent le bosquet après un petit échange de banalités entre nous trois.

Au bout d’une minute, remise de mes émotions mais la chatte toujours en feu, je regagnais le grand air toute seule...

Enfin je le croyais... je voyais mes deux vieux s’éloigner, chacun de son côté vers la forêt. Mais il y avait surtout quatre autres types, esseulés, nus, qui tournaient en rond dans les dunes à environ cinquante mètres de là. De me voir sortir nue du bosquet juste après les deux baiseurs sembla les intéresser au plus haut point.

Des frissons me pétrifièrent. Il suffisait juste de partir, rentrer chez moi...

Mais si je me retourne une fois vers eux, il seront attentifs ? Une deuxième fois, c’est un appel, vous vous souvenez ?

Alors je les ai regardé deux fois et je suis retournée dans le bosquet.

Alors, très vite, le crissement de leurs pas sur le sable, tout près...si près... avec l’envie terrible de sucer, d’être enculée.

Diffuse en direct !
Regarder son live