Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 492 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Après le verre d'accueil

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Après le verre d’accueil, très vite, Géraldine, par peur peut-être de ne plus vouloir au dernier moment, m?a laissé lui ouvrir son décolleté et, écartant ses jambes et s?appuyant sur moi, a montré qu’elle aimerait que je m?occupe sérieusement d’elle. Je la connais bien et je commence par l’embrasser goulûment, ma langue fouillant sa bouche, lui léchant le palais. Elle me masse la queue à travers le survêt, descendant jusqu’aux couilles, pendant que mon ami Karl nous regarde.

La lumière est très faible car Géraldine ne voulait pas, pour cette première expérience, être vue en détail par un quasi inconnu.

Je fais signe à mon pote pour qu’il s’approche et, immédiatement, il vient se coller à elle par derrière et lui pelote les seins. Sa main droite s’insinue dans son corsage, sa main gauche lui caresse les cuisses et la croupe, remontant vers son sexe en feu. Géraldine halète, soupire, elle veut sans vouloir...je sais qu?elle fait ça parce qu?elle veut me faire plaisir, tout en trouvant que c?est très salaud et en même temps très excitant...elle va être excitée de me savoir excité...elle se tortille un peu, comme pour échapper à ces mains inconnues qui lui fouillent l?entre cuisse et lui caressent les seins. Mais je la tiens bien contre moi et ma langue s?enfonce dans sa bouche, pendant que mes mains malaxent ses hanches rondes et pleines.

 ? Déshabille-moi ? dit-elle. Je défais les boutons de son chemisier tout en lui mangeant la bouche. Karl, lui, s’agenouille derrière elle et fait lentement remonter sa mini jupe blanche sur ses belles rondeurs, puis descend son petit string noir. Je dégrafe son soutif assorti et, très vite, elle se retrouve presque nue, dépoitraillée, offerte à nos regards crapuleux, à nos mains baladeuses, à nos langues fouilleuses. Doucement nous la poussons sur le lit et nous nous déshabillons. Karl bande bien, moi aussi. Il a une queue un plus longue que la mienne, mais moins grosse. Le gland surtout est moins gros que le mien...Géraldine nous regarde, les yeux mi clos, une main sur le sexe...elle semble sur un nuage...

Nous nous allongeons, chacun d’un côté, de cette belle petite salope qui, dans un tâtonnement, s’empare de nos queues, les masturbant lentement, très lentement. Ses doigts enserrent nos verges gonflées faisant bien coulisser la peau dans un long va et vient...Nous nous penchons sur sa poitrine et nos bouches se collent à ses seins, les suçotant doucement pour les faire gonfler. Nos mains se retrouvent à l’entrée de son sexe mouillé et, sans hésiter, bien vite, nos doigts sont en elle, côte à côte. ’Aaaahhhhh, c’est bon, ouiiiiiiiii, ouiiiiiiiii, encore, bien au fond!’ gémit-elle. Elle lâche nos bites tumescentes et se penche vers ma queue qu’elle prend dans sa bouche, la léchant. Elle laisse ensuite glisser sa langue le long de ma verge pour ensuite bien remonter et de nouveau l?engouffrer toute entière. C’est une caresse que j’adore. Géraldine est devenue une bonne suceuse, douée, pleine d?initiatives. Karl, lui, s’est placé derrière elle, lui écartant les fesses et plongeant comme un fou sa langue dans son sexe humide et la lèche à fond. Je sens que celà rend Géraldine folle de désir, à sa façon de plus en plus saccadée de me sucer et de me lécher. Sa langue me picote la queue de plus en plus rapidement.

’Maintenant, j’ai envie de me faire prendre...il me faut de la queue, de la grosse,...je veux jouir avec ma chatte, je veux me faire remplir, je veux sentir de la bite qui me rentre dans le ventre !’

Elle s?est dévergondée la petite...en quelques mois elle a drôlement décoincé. De toute façon c?est ce qu?elle voulait et c?est ce qu?il lui fallait.

Je me place face à elle.

’Non, dit-elle, toi, c’est mon cul qui est pour toi aujourd?hui ; Karl, lui, me va me prendre par-devant !’

Je suis scié...regardez moi ça...madame qui déclare comment elle veut se faire prendre...mais on devient délurée dites moi !!!

Enfin ce que petite salope veut...

Karl se couche sur le dos, Géraldine vient se placer à califourchon sur lui. Elle enfile un préservatif sur le sexe bien raide de notre ami et le place à l’entrée de sa vulve renflée et bombée, de belle petite femelle en chaleur, écartant doucement les lèvres pour juste enfiler le bout du gland. Elle se laisse glisser lentement, doucement, en me regardant bien droit dans les yeux, sur ce pieu qui l’envahit d’un coup.

Tout en descendant elle me dit : ? Regardes bien... ta petite salope est en train de se faire mettre une autre bite que la tienne dans le ventre...C?est très salaud et très jouissif car tu me regardes...j?aime le faire car je sais que tu es un salaud de voyeur, un crapuleux qui me fait jouir...je suis devenue ta petite salope et j?aime tout ce que tu me fais... ?

Je vois ses seins, aux pointes rouges et gorgées devenir encore plus bandants, sa bouche s’entrouvrir, ses yeux se fermer. Elle est bien ! Elle remonte doucement sur toute la longueur de la longue verge de Karl et se remet à descendre tout aussi doucement en se caressant les seins. Je glisse alors ma tête entre leurs cuisses et lèche les fesses de ma belle petite salope en rut, je les mouille le plus possible et lui introduis doucement un doigt dans l’anus. C’est doux ! Très vite un deuxième doigt rejoint le premier pour préparer le passage.

Elle se couche alors sur Karl, doucement, faisant bien attention à garder en elle cette longue bite qui lui fait tant de bien. Elle me dit : ? C’est à toi... vas-y ! Prends mes fesses ! Je veux sentir vos queues ensemble en moi.’ Tu m?as voulue salope...Tu vas être servie...je vais devenir pute, je vais te vider les couilles à toi et ton ami...vous ne pourrez plus penser à moi sans bander comme des malades...

Je m’allonge sur elle et doucement je presse mon gland contre son cul, lui écarte les fesses et la pénètre doucement, très doucement. Karl immobile, regarde Géraldine en souriant, lui caresse les épaules, lui pince les pointes des nichons pour les faire grossir encore. D’un coup mon gland s?enfonce...Putain que c?est bon... Je m’enfonce dans le ventre de cette belle fille qui remue bien ses hanches pour que ça rentre encore plus et pour que ça la défonce. Ma bite est entrée jusqu?au fond et mon ventre vient buter contre ses fesses. Géraldine couine de plaisir et de lubricité, tant elle jouit de cet instant...être une femelle en rut, prise en sandwich par deux salauds qui vont la faire jouir...qui la font déjà jouir...elle sent que ce qui n?était pas possible il y a quelques mois est en train de se produire...elle devient de plus en plus salope, limite jolie pute...avide de queues, de caresses, de pénétrations, de langues dans sa chatte pour bien lui pomper le clito...de mains sur tout son corps...il lui faut jouir, rattraper les années de retard...

’OUIIIIIIII! C’EST BOOOOOOOON !’ crie-t-elle, ’Allez-yyyyyy les mecs, défoncez-moi partout, faites-moi jouir !’

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiii, encore, ouiiiiiiiiiiiiii, ouiiiiiiiiiiii, plus fort mes salauds, ouiiiiiiiiiii, encore, encore.....Géraldine se déchaîne et donne de grands coups de reins d?avant en arrière manquant de nous désarçonner.

Karl et moi harmonisons nos rythmes, je sens sa queue à l’intérieur de cette belle salope, mes couilles battent contre ses cuisses. Je me cramponne à ses hanches, qui sont devenues de plus en plus girondes au fil des mois. Elle a un beau cul de petite baiseuse, rond, souple et ferme, bien bandant...un beau cul fait pour la bite, pour ma bite...pour ma grosse bite qui la fait jouir depuis bientôt un an... De plus en plus fort nous pressons la belle entre nous. Elle ne parle plus, elle gémit, elle griffe, elle souffle, les reins agités par une houle de rut, de plus en plus salope à mesure qu?elle sent que nos queues gonflent en elle... nous nous agitons de plus en plus fort, jusqu’à ce que, tout d’un coup, ensemble, nous déchargeons dans le ventre de Géraldine qui ne peut s’empêcher de hurler sa joie. Nous jouissons, nous vidant à longs traits de sperme...un sperme que je sens chaud et lourd...Karl et moi l?inondons de notre semence. C’est une jouissance fabuleuse.


simorgh@wanadoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live