Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 9 790 fois
  • 20 J'aime
  • 2 Commentaires

L'arme redoutable des femmes

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Après cinq années de mariage, mon désir pour ma femme s’étant fortement émoussé, elle a décidé de prendre le contrôle de ma sexualité.


Avec l’aide d’une association féminine, elle s’est transformée peu à peu en Domina tant sur le plan physique que psychique Lors de nos jeux, elle s’habille maintenant d’une combinaison en latex, ouverte à l’entrejambe, qui sublime ses seins et sa chute de reins Elle porte également des cuissardes à talons aiguilles qui lui arrivent à mi-cuisses.


Lorsqu’elle m’attache les pieds et les mains aux barreaux du lit, elle me masturbe longuement d’une main habile sans jamais me faire atteindre l’orgasme Puis, elle m’oblige à rester dans cet état jusqu’au lendemain avant de m’achever Je ressens alors de longues heures de frustration mêlées à un plaisir qui ne peut être assouvi Chaque jour, elle recommence la séance en me faisant patienter de plus en plus longtemps avant de soulager ma tension.


Fou de désir, je suis alors prêt à me soumettre à tous ses caprices Elle en profite en m’autorisant quotidiennement à venir entre ses cuisses titiller son bouton d’amour Sachant qu’elle ne me fera pas jouir, je sublime mon état d’excitation en lui donnant un maximum de plaisir.


Je suis devenu un véritable expert du cunnilingus en étant de plus en plus docile dans l’espoir qu’elle me vide les bourses Quelques semaines plus tard, elle me rase le sexe et l’anus avant de me poser une cage de chasteté en insistant sur le plaisir cérébral et physique qu’elle va m’apporter.


Tu la garderas en permanence nuit et jour, cela renforcera notre complicité, m’assure-t-elle.


Je ne peux maintenant plus m’en passer, car elle me maintient dans un état d’excitation mental permanent.


En amplifiant mes frustrations qui font monter mon désir, ma femme a renforcé chaque jour son extraordinaire emprise sur moi.


Je lui ai offert ma chasteté en lui donnant la clé de mes besoins émotionnels et physiques.


L’étroitesse de ma cage m’interdisant de bander, j’ai recherché d’autres plaisirs.


Mettant à profit les absences de ma Domina, j’ai pu soulager mes pulsions en utilisant des godes et des plugs de toutes tailles.


Avec mes jouets, je parviens à jouir malgré ma cage.


N’étant plus focalisé sur mon sexe en érection, je peux mieux me concentrer sur mon plaisir anal qui est devenu plus fort que mon orgasme pénien.


Ces séances de gouinage m’ont donné aussi l’envie de devenir femme Je prends maintenant beaucoup de plaisir à porter une perruque, des seins en silicone, une guêpière, des bas, une nuisette et des escarpins...


Rentrant à la maison plus tôt que prévu, ma femme m’a surpris à poser en lingerie glamour devant le miroir de notre chambre Loin de me faire de reproches, elle m’a encouragé à me féminiser en me donnant de précieux conseils.


Elle m’a également acheté des nuisettes, des portes-jarretelles et des corsets qu’elle m’attache avec des lacets dans le dos en m’enfonçant son genou dans les reins pour me comprimer la taille.


Elle sait que de cette manière, elle me rend totalement dépendant d’elle, car peu d’épouses accepteraient de voir leurs maris vivre en femme à la maison.


C’est d’ailleurs avec une certaine excitation que je m’assois sur les toilettes comme une fille pour soulager ma vessie en faisant glisser avec volupté ma culotte sous mes jarretelles.


Maintenant, je n’ai plus qu’une obsession, c’est d’obéir à celle qui porte la clé de ma cage dans le secret espoir qu’elle me fera jouir.


Prenant le contrôle de mon sexe encagé, elle s’est transformée en mante religieuse qui domine son mâle.


Actuellement, je ne peux plus me passer de ma cage au point que je me sens nu quand ma femme me la retire.


Depuis 6 mois, j’ai constaté que je ne suis plus réveillé la nuit par mes érections nocturnes, car je ne bande plus.


En m’obligeant à porter ma cage en permanence, je prends conscience que ma femme a décidé de me castrer lentement jour après jour.


A la longue, mes corps caverneux se sont atrophiés en n’ayant plus les érections nocturnes nécessaires à l’entretien de mes fonctions érectiles.


Mon bilan médical révèle également que mon taux de testostérone s’est effondré à la suite de cette pratique.


Le fait d’avoir ma queue flasque n’est cependant pas un problème pour moi Cela me permet d’être plus concentré sur mon plaisir anal lorsqu’elle me prend avec son gode-ceinture.


Pour pallier à mon impuissance, j’utilise non seulement ma langue, mais de nombreux jouets pour stimuler à la fois son anus et sa chatte tout en excitant son clito avec un vibro jusqu’à ce qu’elle jouisse.


En posant son regard sur mon sexe, elle m’avoue être satisfaite d’avoir atteint son but.


— Tu ne bandes plus et ta queue a perdu deux centimètres en quelques mois.

— Je vais devoir te mettre une cage plus petite pour achever ta castration.

— Désormais, tu m’appartiens totalement, car tu ne pourras plus me tromper avec une autre.


Depuis, elle décide de tout à la maison en allant jusqu’à gérer mes comptes bancaires Je comprends maintenant la raison pour laquelle de plus en plus de femmes incitent leur mari à porter une cage.


Le fait que je ne puisse plus la baiser la laisse indifférente, car elle prend des amants.


Elle me veut désormais en fille soumise dans son lit.


Lors de nos séances de gouinage, elle varie mes plaisirs en me fistant et en utilisant des plugs urétraux qu’elle fait coulisser dans ma queue encagée.


Le port prolongé de ma cage m’a transformé en éjaculateur précoce.


J’éprouve aussi un grand bonheur à être pris comme une fille en restant passif sans être dans l’obligation de bander...


Afin de m’exciter, ma femme s’allonge parfois sur le lit en écartant les cuisses pour se goder devant moi.


M’ayant rendu fou de désir, elle sait que je vais déployer toute mon énergie et mon savoir-faire pour lui donner du plaisir Je la fais jouir plusieurs fois de suite en lui faisant un cunni d’enfer et en me servant des nombreux jouets rangés sur la commode.


Reconnaissante, elle me jette un regard trouble en attachant son gode-ceinture autour de sa taille.


Elle s’approche de moi en me montrant l’énorme sexe qui se balance lourdement entre ses cuisses.


A la vue de cette queue qui va m’empaler, mon cœur bat la chamade, car cela fait plusieurs semaines que je n’ai pas joui.


Impatiente de me dominer sexuellement, elle m’allonge sur le dos en posant mes jambes sur ses épaules.


Elle force mon œillet en me demandant de pousser pour l’aider à s’enfoncer dans mes reins.


Puis, elle va, et vient en moi en alternant les rythmes lents et rapides, jusqu’à ce que ma sève coule en continu de mon sexe encagé.


Elle sourit en entendant mes gémissements de plaisir résonner dans la chambre.



En ce qui me concerne, je ne l’ai pas souvent trompée, car je suis surtout attiré par les travestis très féminins malheureusement trop rares Ma dernière rencontre c’était sur Voissa Elle s’appelait Karine, Steven pour l’état civil.

(Je rapporte ici notre aventure en parlant de nous au féminin.)


Nous avons eu un coup de cœur toutes les deux en nous découvrant sur ce site et en constatant que nous partagions les mêmes désirs.


Nous décidons de nous rencontrer malgré les 600 kilomètres qui nous séparent en faisant chacune la moitié du chemin Je réserve un hôtel quatre étoiles avec une chambre suffisamment spacieuse pour y passer les deux jours en huis clos.


De mon côté, j’annonce à ma femme que j’ai un séminaire le week-end prochain Le jour du départ, prise d’un soupçon prémonitoire, elle vérifie que ma cage est bien verrouillée.


Le samedi midi, j’arrive la première à l’hôtel pour avoir le temps de me préparer J’appelle Karine sur son portable pour lui donner le numéro de ma chambre afin qu’elle monte directement sans passer par la réception.


J’ai apporté avec moi, plusieurs guêpières, nuisettes, porte-jarretelles, strings, pour avoir le plaisir d’en changer J’ai également emmené quelques jouets : un gode-ceinture, des plugs, un vibro, et mon érostek pour des séances d’électro stimulation Après avoir pris une douche, je prends mon rasoir pour traquer les derniers poils encore visibles sur mon sexe, la raie de mes fesses et mes jambes Puis, j’installe mon ballstretcher de 400 g autour de mes bourses pour les étirer et sentir cette exquise pesanteur entre mes cuisses En allongeant mes bourses, il me donne des éjaculations plus fortes et abondantes Mes testicules deviennent aussi plus gros, car ils sont gonflés de sperme.


Je passe ensuite un long moment devant le miroir à me maquiller, ajuster ma perruque, et à vernir mes ongles des mains et des pieds.


Poursuivant mes préparatifs, je me glisse dans ma guêpière mauve et noir en accrochant les dix jarretelles à mes bas Cervin couleur chair et en plaçant mes prothèses en silicone dans les bonnets de ma guêpière.


Je ne porte pas de string, voulant accueillir Karine avec ma cage de chasteté bien en évidence et sentir mon ballstretcher entourant mes testicules battre librement contre mes cuisses en marchant.


Son poids me donne d’agréables sensations, et la vue de ma queue encagée et de mes bourses pendantes devant la glace m’excite fortement les sens...


Ensuite, j’enfile un déshabillé transparent en glissant mes pieds dans mes escarpins.


Puis, je sors d’un coffret mon bijou anal en l’enfonçant dans mes fesses C’est un rosebud de 600g formé d’une tige en laiton ornée d’un saphir bleu Siam J’aime le sentir bouger dans ma chatte qui devient humide de désir.


Enfin prête, je m’asperge d’un parfum enivrant à base de patchouli.


C’est avec impatience que je me lève en entendant frapper à ma porte En l’ouvrant, je découvre le visage souriant de Karine.


Elle est coiffée d’une perruque blonde coupée au carré qui encadre à merveille son visage androgyne Son corsage laisse apparaître son soutien-gorge contenant avec peine sa voluptueuse poitrine en silicone Sa jupe courte fendue sur le côté découvre sa cuisse gainée de nylon.


Sans perdre de temps, elle se déshabille en se glissant dans son serre-taille blanc nacré Avec des gestes très féminins, elle agrafe son soutien-gorge de même couleur, sur son ventre en le faisant tourner sur sa taille pour remonter ses bretelles sur ses épaules.


Elle poursuit en enfilant une culotte fendue sur ses hanches et ses bas brillants qui mettent sa peau mate en valeur.


Perchée sur ses talons aiguilles, elle s’approche de moi en roulant des hanches Une lueur d’excitation brille dans ses yeux quand elle m’entraîne vers le lit.


Ses mains explorent mes dessous en allant de ma poitrine à mes cuisses avant de s’arrêter sur ma cage de chasteté.


Devant son air étonné, je lui explique que ma femme m’oblige à la porter pour que je reste chaste en son absence.


Je la rassure en lui montrant l’imposant gode-ceinture creux, caché sous mon oreiller que je mettrai pour la prendre.


Elle poursuit son exploration en effleurant de la main mon rosebud, tout en le mordillant du bout des lèvres Nous nous caressons en nous embrassant à pleine bouche pour faire monter notre désir.


Puis, nous nous mettons tête-bêche pour nous donner mutuellement du plaisir avec nos godes, plugs, vibro...


Nous jouons à celle qui fera jouir l’autre la première Plus expérimentée que moi, Karine gagne de peu Puis, nous faisons une courte pause en prenant une boisson dans le bar de la chambre.


Quelques instants plus tard, elle retire mon rosebud, je comprends en voyant sa queue dressée contre son serre-taille qu’elle veut me prendre sans tarder.


Etant plus active que passive, elle s’allonge entre mes cuisses en s’enfonçant d’un coup dans mes reins Grâce à ma cage de chasteté, mon orgasme est décuplé.


Ses yeux rivés sur moi, elle me baise avec fougue jusqu’à ce qu’une vague déferlante de plaisir l’emporte en la faisant se vider au plus profond de mes entrailles.


Nous restons dans la chambre toute l’après-midi et la soirée, en prenant à peine le temps de manger.


Nous remontons du restaurant avec une forte envie de reprendre nos jeux.


Je fais découvrir mon érostek à Karine en lui expliquant que l’électro-stimulation donne des orgasmes secs, c’est-à-dire sans éjaculation Ce qui permet de continuer à jouir en ayant les bourses vides.


Je lui enfonce un plug conducteur de courant dans les fesses, j’enveloppe ses testicules dans un parachute serti de fils électriques et je termine en posant un anneau pénien sur son frein.


Prenant en main le boîtier érostek, je recherche la routine qui la fera jouir rapidement Pendant que le courant du plug irradie son bas-ventre, je vois ses bourses se soulever en cadence, sous les impulsions des ondes électriques, et sa queue en érection se balancer de haut en bas sous les décharges électriques de l’anneau qui entoure son gland Karine finit par jouir en se vidant lentement et en continu de sa sève, comme c’est souvent le cas avec cette technique.


Sans la laisser récupérer, je poursuis la séance Cette fois, elle jouit comme une femme en ayant plusieurs orgasmes à la suite sans éjaculer Epuisée de fatigue, elle me demande d’arrêter.


Prenant quelques instants de repos, nous décidons d’échanger nos dessous en improvisant un défilé de lingerie devant le miroir de la chambre, avant de poursuivre nos jeux, tard dans la nuit.


Après une courte nuit de sommeil et enlacées l’une à l’autre ; je me réveille en sentant les cuisses gainées de nylon de Karine se frotter contre les miennes Puis, elle m’embrasse à pleine bouche et glisse ses mains sous ma nuisette pour me malaxer les seins et commencer une séance de câlins sous la couette.


En prenant des forces au petit-déjeuner, nous imaginons les jeux de rôles que nous vivrons pendant la journée dominicale qu’il nous reste.


Pensez-vous également que la cage de chasteté puisse raviver la sexualité d’un couple ?

Diffuse en direct !
Regarder son live