Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 120 fois
  • 57 J'aime
  • 8 Commentaires

D'aspirant à salope

Chapitre 3

Travesti / Trans

Et il disparait de mon bureau, me laissant seul et désemparé.


Après quelques secondes je réalise qu’il m’a parlé au féminin en m’appelant ma belle. Cet homme est vraiment fou de penser cela de moi. Je ne suis pas homo et encore moins une femme.


Comme la veille je me retrouve devant la porte de ma chambre sans souvenir du trajet. Il y a un carton devant la porte c’est visiblement la télé avec magnétoscope intégré que j’ai demandé au fourrier de l’unité. Mes soirées seront moins tristes.


Mon cerveau est en vrac. Je m’assoie sur mon lit et mon regard part dans le vide.

Très vite je me souviens de cette boite et de ce code, la journée a été tellement dense que je n’y avais plus pensé. Pour commencer, le débrief à ma mère ensuite je serais tranquille pour réfléchir à ces 4 chiffres.


Pendant l’échange téléphonique mes yeux s’arrêtent sur le support de serviette et je revois le string rouge. Mon cœur s’accélère et j’abrège la conversation pour pouvoir le voir, le toucher et surtout le mettre sur moi.


Je m’en approche et la sensation de le prendre en main me fait bander immédiatement. Mon uniforme est jeté sur le lit et je me retrouve nu sous la douche avec à caresser mon sexe. Je jouis en 10 secondes. Je me sèche et passe ce bout de tissus.


Humm quelle extase dès que je l’ai sur moi. En fait je me sens bien, en sécurité et serein.


Une fois la télé installée, je l’allume pour faire un bruit de fond et je prends la boite pour trouver ce foutu code.


Mon capitaine m’a appelé "ma belle", mais il y a trop de lettres. Je relis le mot qui est noté sur la boite. Il y a un mot en majuscule c’est le mot LOPE, il fait 4 lettres et cela peut correspondre à ce qu’il pense de moi finalement.


5-6-7-3

La boite est déverrouillée. Je la pose sur le lit, je mets à genoux devant et me baisse pour avoir les yeux au niveau de l’ouverture.



— Je l’ouvre ou pas ?

- Et si c’était vraiment la boite de Pandore ?

- Quel impact cela va avoir sur ma vie ?

- Est-ce que je serais le même avant et après ?


Trop de questions, je la referme et enfile un jean, un tee-shirt et un pull pour aller manger. Sur le chemin je comprends que j’ai gardé le string ; tant pis. Je mange encore seul, mais cela me va bien. Je pense à ce que je porte. Je pense que je rougis tellement j’ai un coup de chaud, mais personne ne le verra.


Mes sensations sont folles :


— Crainte d’êtes découvert

- L’humiliation de la situation

- Sentiment de mal-être

- Mais excitation


Pourquoi excitation d’ailleurs, c’est le fait de pouvoir être vu comme cela, le contact de ce maillot de bain sur mon corps, la sensation d’humiliation. Et je bande à nouveau.


— Bonsoir MARTIN


Je relève la tête, c’est mon capitaine avec l’adjudant. Je rougis.


— Bonsoir mon Capitaine

- Tu manges seul ?

- Oui je préfère, cela me permet de réfléchir

- Parfait bon appétit…et réfléchis bien à ce que je t’ai dit tout à l’heure.

- Merci mon capitaine


Il s’appuie sur la table, se penche à mon oreille :


— J’espère que ce que tu as découvert dans la boite t’a plu


Et il finit sa phrase sans son, juste en articulant et je comprends " ma belle". L’adjudant me fait un sourire narquois et ils partent tous les deux sans un mot de plus.


Je dois ressembler à une pivoine avec ma peau super blanche et la chaleur que je sens sur mes joues. Cette humiliation m’a finalement excitée. Je ne saurais dire pourquoi !


Je n’arrive pas à finir mon assiette et je retourne dans ma chambre où je me sens en sécurité. Sur le chemin je ne croise personne et je n’ai pas froid malgré la température extérieure.


Ce petit bout de tissu qui me rentre dans la raie des fesses et mon sexe et mes bourses serrées dans le string plus la remarque de mon supérieur et le sourire de l’adjudant on finit de me rendre fou.


Enfin ma chambre, je rentre, verrouille la porte enlève mon pull et mon pantalon. Ça y est je suis en string et tee-shirt. Je bande. Le tissu du string est tendu par mes petits 7 cm. Je passe ma main dessus et j’éjacule aussitôt tellement la tension était forte.

Je passe sous la douche et nettoie mon objet de plaisir. Je suis triste il est mouillé, mais je le remets quand même. Cette fois si mon sexe disparaît complètement avec le froid.


Cette boite m’attend toujours sur mon lit. Je me remets à genoux devant. Je l’entrouvre et regarde à l’intérieur, puis d’un coup je l’ouvre complètement. C’est fait j’ai franchi le pas. Je me jette sur l’intérieur pour faire un inventaire de "mon cadeau"


Des dim up, un noir et un chair, 2 boites de collant noir et chair également, 1 ensemble de lingerie en dentelle noire avec un tanga et un soutien-gorge assortis, un string en tissu satiné rouge avec le haut dans la même matière, cela ressemble à une nuisette en plus court puisque cela arrive à la taille, j’apprendrais plus tard que cela s’appelle un caraco.


    Je découvre également le soutien-gorge qui va avec le string que je porte, c’est deux triangles à nouer. Avant de continuer j’ai envie d’essayer l’ensemble rouge. J’enlève le maillot de bain pour le faire sécher et je passe le string et le caraco.


Le tissu est beaucoup plus fin et la sensation de plaisir en est décuplée. Cette couleur sur ma peau blanche est magnifique. Je contrôle que les poils de mon pubis ne se voient pas car le string est très échancré, j’ajuste la taille avec mon rasoir et je suis prêt pour la suite de l’inventaire.


Il y a des cassettes vidéo porno hétéro, des BD média 1000, des BD de sissymaid , une BD de Manara "le déclic" et un roman "histoire d’O". Pour finir, il y a deux catalogues de lingerie de La Redoute et des 3 Suisses.


Après m’être installé confortablement sur le lit, je commence la lecture des BD média 1000. J’en ai déjà vu chez les vendeurs de journaux dans le rayon les plus hauts, mais je n’ai jamais osé en acheter.


Je me plonge dans la première BD et je bande vite. Je me caresse à travers le string, que j’aime ça. C’est l’histoire d’une femme contrainte d’obéir au désir sexuel d’un homme par chantage. Les dessins sont crus et très réalistes. Je change de livre mais je bande toujours autant, il faut que je me calme.


Je m’assoir sur le bord du lit. Je me trouve face au miroir. J’écarte les cuisses. Je sors mon sexe sur le côté du string et je me caresse en me regardant.


— Ouiiiiiiiii


Je viens de crier en jouissant de cette vision de me voir avec de la lingerie féminine. Je crois que je suis complètement dingue. Je fais quoi là ? L’excitation retombe vite et je ne me sens pas bien.


J’ai mon sperme plein la main et je l’essuie sur une serviette. Je remets le string en place, repasse devant le miroir et l’excitation revient aussi vite qu’elle est partie.


Je m’allonge sur le ventre et repense à la soirée que je viens de passer. Je tombe dans un sommeil réparateur. C’est mon réveil qui me sort de ma torpeur le lendemain. Je bande encore et je dois me soulager sous la douche. Je n’ai pas le souvenir d’avoir autant joui en si peu de temps.


Je range toutes "mes affaires" dans leur boite que je cache sous mon lit. Je mets mon uniforme et me voilà prêt pour la deuxième journée d’incorporation.


Le capitaine me croise, je lui présente mes respects. Il s’arrête à mon niveau se penche :


— Tu as l’air fatigué ma belle, tu as fait des folies de ton corps toute la nuit ?


Je baisse les yeux et regarde mes chaussures. La journée commence bien.

Diffuse en direct !
Regarder son live