Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 11 814 fois
  • 13 J'aime
  • 0 Commentaire

Assan ???

Chapitre 1

SM / Fétichisme

C’est un vrai salaud  !!!!


Nous sommes,Pascale et moi, un couple approchant de la quarantaine .

Nous exerçons tout deux une profession libérale,et jusqu’ici,nous n’avons pas eu de temps pour s’occuper de nous,accaparés que nous étions ,l’un comme l’autre, par nos professions respectives,des professions qui vous ’sucent’ littéralement votre ’être’ et votre ’énergie vitale’ .


Mais l’approche de la quarantaine fait voir les choses sous un angle bien différent ; il y a la profession, mais il y a aussi tout le reste; et le reste, c’est les enfants, c’est nous, et c’est le sexe aussi ...


Question ’sexe’, plus précisément,depuis toujours ma femme Pascale m’a posé des ’problèmes’ ....

Jusqu’ici je n’avais relativement ’rien dit’ , mais ,je ne sais pas pourquoi, depuis quelques mois cette situation m’est devenue tout à fait intolérable .


Pendant des semaines,je n’ai pas cessé de me triturer les méninges sur ce qu’il fallait,ou sur ce qu’il ne fallait pas faire,quand un jour,un matin d’hiver,le destin est venu à mon aide sous la forme d’une belle plaque de verglas dans un bête virage .


Fracture du crâne,trépanation,une semaine de coma,un mois d’hospitalisation,que demandez de plus ?

Point de vue ’conjugal’,c’était l’occasion où jamais de ’pousser le bouchon’.... J’étais une victime après tout... Mon équilibre psychologique avait de toute évidence du souffrir de l’accident ... Mon caractère en était sûrement altéré de façon durable....

Bref ma femme ne devait plus me contrarier en rien ,et il était évident que nous devions ’récupérer le temps perdu’ ...


Je lui ai donc clairement et tout naturellement exposé ’la chose’ ; je voulais la voir en ’épouse soumise’, je voulais la voir baisée par quelqu’un d’autre, par plusieurs autres, par des nègres, par des arabes.... Je voulais qu’elle accepte un ’gang-bang’, bref j’ai vraiment ’mis le paquet’ ... Si ça tournait mal,les excuses étaient toutes trouvées;ma fracture du crâne, le choc psychologique, les médicaments ... Je n’avais que l’embarras du choix .... J’ai une fracture du crâne... mais c’est pas çà qui m’a fait perdre ma prudence ; dans ce genre de conversation,surtout avec son épouse, il faut toujours une ’porte de secours’ ...


Comme je m’ y attendais, ma femme a marqué un certain temps d’arrèt avant de fondre en larmes complètement sidérée par cette proposition assez innatendue .

Il était temps de passer à la seconde phase de la manoeuvre; arborer une mine de chien battu et triste , tout en errant sans but dans la maison...

Aucune femme au monde ne peut résister longtemps à un pareil traitement ....


15 jours se passent avant que Pascale n’aborde spontanément le sujet ..


15 jours !!! Putain, j’aurais pas cru qu’elle puisse tenir si longtemps ...

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Elle a vraiment un coeur de pierre ....


Ecoute chéri,je veux plus que tu restes comme çà,je veux te revoir ’comme avant’... Je vais faire un effort... Tu sais que pour moi ce sera un ’gros’ effort,mais je ferai mon possible ...


Ouahhhh !!!! Super les mecs !!!!! J’en attendais pas tant .....

Faut surtout pas tout faire capoter maintenant, faut y aller ’en douceur’ ...


’ T’ es gentille chérie !!! ’ .

’ T’ es gentille de t’occuper de moi comme tu le fais  !!! ’ .

’ Je ne tiendrais pas le coup sinon tu sais ...’ .

’ Tu peux pas savoir par où je suis passé...’.

’ C’est terrible tu sais ...’.


’Oui,oui mon chéri...’

’Je sais,ça peut arriver...’

’J’en ai parlé aux médecins,ils m’ont tous dit que ça pouvait arriver ...’


Hé hé ....Je remercierai jamais assez ’la médecine’ pour toute l’aide involontaire qu’elle m’a apporté sans le savoir ....


’ Bon,t’es gentille,tu vas voir,on va faire tout ça ’progressivement...’ .

’ Tu peux pas savoir comme je voudrais que nous soyons ’un couple comme les autres .... ’ .


Le lendemain , j’accueille mon épouse d’un air ’enjoué’ : ’ Regarde chérie, regarde, ’ça avence’ ,sur Internet j’ai fait passer une ’super annonce’ :

’ Homme 40 ans, recherche mec bien membré et bien décidé d’initier mon épouse à toutes les perversions possibles ...’.

’Ah chéri ! C’est bien ! Si tu crois que c’est ’bien’ pour nous,si tu crois que c’est bien pour toi, alors c’est ’bien’ ...’.


Hé,hé,les choses se passent encore plus facilement que prévu ....


Je sais bien qu’avec une annonce pareille,on est toujours certain d’avoir des réponses... faut pas ajouter de photos ni d’explications....mais un tel succès me laissait ’pentois’ ;dès le lendemain ma ’boite Mail ’ croule littéralement sous les réponses ...

Il n’y avait que l’embarras du choix .... des blancs, des noirs, des arabes, des jeunes, des vieux, des petites, des grosses, des longues, des dures ...il y en avait vraiment pour tous les goûts ...

Une des lettres, sans doute plus perverse que les autres, retient mon attention .

C’était un certain ’Assan’ qui m’écrivait.

Lettre correcte,sensée,sans faute,un français parfait,une éducation certaine,une perversité indéniable ... Le candidat idéal .


Nous décidons de nous rencontrer dans un café du centre-ville pour faire plus ample connaissance et fixer les limites de l’affaire .


Tranquillement installé dans le fond du café,je l’ai tout de suite reconnu .

Je ne l’avais jamais vu,mais ça ne pouvait être que lui,il correpondait trait pour trait à ce que je m’attendais ; un ’beur’,la petite trentaine, ’bon chic-bon genre’,suant la perversité par tous les pores .... Pascale allait être servie ....

Le programme qu’il avait réservé à mon épouse m’a laissé ’rèveur’...

Il était comment dire ? ’Maximaliste’ ... Je n’en demandais pas tant .... J’ai de gros doutes que mon épouse accepte le ’troisième niveau’ ... Mais fort heureusement,et dans un premier temps, le premier et le deuxième niveau me semblaient déjà fort intéressant ....


Quelques jours plus tard,Assan me téléphone pour me faire part des derniers détails ; ’la chose’ est prévue pour ce samedi .


Tout guilleret, j’annonce à ma femme que je lui ai trouvé son premier ’partenaire’; un mec tout ce qu’il y a plus ’comme il faut ’ , et qu’il nous attend pour faire connaissance au ’Copabana’, un bar bien connu du centre-ville pour son ambiance intime et chaleureuse, ainsi que pour son inépuisable carte de ’Cocktails’ .


’Si tu veux,chéri,et pour toi chéri, j’irai ....’


Ah,la charmante épouse toute dévouée à son mari malade !...


’Il le faut chérie, il le faut ...’ .


Pour cette première entrevue, il a suivi à la lettre mes conseils ; il est super bien sappé, il fait vraiment ’classe’, sans pour autant parraître ’coincé’ ou ’pédant’ .


Assan nous accueille chaleureusement et le plus naturellement du monde à sa table, comme si nous étions des amis de longue date .

A mon grand étonnement, la conversation s’engage sur tout et sur rien, et il n’est jamais question de sexe entre nous, même par allusion ...

Assan sait comment faire pour ne pas effrayer les ’oies blanches’ ....


Au deuxième cocktail, l’athmosphère se détend , je sens que ma femme n’est plus sur la défensive, et Assan le sent aussi ... Un chasseur ’sent’ toujours le gibier.....

Brutalement, mais de façon on ne peut plus naturelle, il aborde ’le’ sujet, en termes toutes fois très vagues : ’ Alors.... Comment envisagez-vous cette après midi ? ’ .


Sans nous laissez le temps de répondre, il s’adresse dans le même temps à moi, en me disant : ’Et vous,à propos, vous serez des nôtres’ ? ’ .

’Oui,oui’ , répond ma femme malgrès tout encore un peu anxieuse de se retrouver pour la première fois seule dans les bras d’un autre homme que son mari .


’Aucun problème ,aucun problème ’ - ’Je comprends les réticences de votre épouse’ - ’Aucun problème’ .


Puis s’adressant à moi du coin de l’oeil,il dit : ’...Et puis comme çà,vous vous rendrez compte que votre femme n’est pas tombée en de mauvaises mains...’


Il est bien aussi vicieux que je l’avais imaginé ...

Chic,distingué,intelligent,mais profondémnt ’vicieux’ .


Ma femme quant à elle, est ’sous le charme’ du bonhomme ; elle s’attendait sans doute à ce que je lui présente un ’homme des cavernes’, et c’est loin d’être le cas ...

Je suis moi même un peu inquiet de la tournure des évènements ; est-ce que je n’aurais pas ’introduit le loup dans la bergerie’ ?.... Il est un peu tard pour se poser ce genre de question ...

’Allez... Venez.... Je vous enmène ’ , dit Assan .

S’adressant à moi, il me dit comme pour se justifier; ’ Vous verrez, j’ai une collection d’armes blanches islamiques qui vous intéresseront sûrement ’ ...


Ben ’merde’... Si je m’attendais à çà comme remarque,dans des circonstances pareilles ...

Faudra se méfier de ce mec ...


Il nous entraine rapidement dans le parking souterrain tout proche, et nous fait monter dans sa grosse ’BM’ .


Nous partons direction le ’quartier des affaires’ , laissant sur le côté le quartier résidentiel . Assan nous conduit à son bureau .

Nous nous engageons maintenant dans un parking d’immeuble cossu qui héberge exclusivement des bureaux .

Nous sommes un samedi après midi, et l’immeuble est absolument vide .

Assan doit utiliser son passe magnétique pour ouvrir la grille d’acier et le portique auto . Le parking souterrain est absolument désert à cette heure, néanmoins Assan se parque bien sagement à sa place réservée .

Nous descendons .


Assan appelle l’ascensceur. L’immeuble est vide, l’ascensceur ne tarde pas à venir .

Nous y montons sans un mot. La porte se ferme . Assan appuie sans hésiter sur le dernier étage .

Je regarde stupidement la porte, quand soudain je remarque du coin de l’oeil qu’Assan a pris ma femme dans ses bras, et lui roule une pelle à lui décrocher les amygdales .

Ma femme n’est pas insensible à cette marque d’affection ; ravie et surprise , elle ensère une jambe d’Assan entre ses cuisses , appuyant son pubis tout contre celui d’Assan qui ne s’y attendait visiblement pas , mais qui semble vivement apprécier cette marque de satisfaction ...

Il lui glisse maintenant sa main droite sous sa jupe, décrit un rapide ’S’ du plat de sa main et revient tout naturellement, et à ma plus grande stupéfaction avec le slip de ma femme enroulé autour de son poignet .


Faudra tenir ce mec à l’oeil .... C’est ma première pensée ...


Il n’en reste bien évidement pas là ; il replonge aussitôt sa main entre les cuisses de ma fidèle épouse,visiblement à la fête...

En quelques mouvements rapides et bien ciblés, il a tôt fait de l’amener à l’orgasme ... Les râles de bonheur de mon épouse ne me laissent à ce sujet aucun doute ....


Bordel de bordel !...


Tout en tenant ma femme par la taille,il nous ouvre la porte de son bureau .


La pièce est spatieuse,et le mobilier ’de classe’ ;un énorme bureau fait face à une table de réunion pouvant facilement recevoir 8 personnes .

Au sol,une épaisse moquette . Derrière le bureau,sur le mur faisant face au visiteur, la cartouche introductive du Coran ; ’Par Dieu tout puissant et miséricordieux’ .

Cette cartouche est vraiment splendide et impressionnante,que l’on soit ou non ’croyant’ ; le travail est remarquable .

Elle a très vraisemblablement été découpée au laser numérique dans une large et épaisse feuille de métal .


Une imposante collection d’armes blanches islamiques orne les murs ; ici des ’Flissa’algériens ,de redoutables sabres-latte, là des ’Quilidj’; le sabre courbe Ottoman traditionnel à un seul tranchant , là encore, une superbe série de lourds ’Pala’ ; le sabre Ottoman à deux courbures et deux tranchants inversés ...

Au moins pour çà, Assan n’a pas menti ....


J’espère qu’il ne m’a pas mentit non plus quand il m’a promi qu’en fin de parcours il me remettrait ma femme ....

C’est pas que je m’inquiète... mais tout de même.... Je ne m’attendais pas à ce que les choses prennent cette tournure ... Ma femme avait approuvé l’idée du bout des lèvres,et ici dans l’ascensceur elle s’est vraiment comportée comme la dernière des trainées ...

Faut dire ce qui est ....


Avec un mobilier et une décoration pareille,je doute fort qu’Assan se soit spécialisé dans l’import - export d’eaux minérales...mais c’est pas mon problème ...moi,mon problème c’est de récupérer ma femme quand ’ tout ’ sera fini ... et visiblement ce sera pas ’facile’ ....


Tout à mon inspection des lieux, je ne me suis pas rendu compte tout de suite qu’Assan avait déjà ’repri la conversation’ avec ma femme ...


Je me retourne,et je vois qu’il l’a basculée sans façon sur la table de réunion .

La robe de ma femme est remontée jusqu’à sa taille,dévoilant ses bas à coûture.

Assan lui a fait mettre ses jambes sur ses épaules ,lui ouvrant ainsi tout droit la voie royale de sa chatte luisante de cyprine .

Il est lui,toujours entièrement habillé .Il s’est contenté d’ouvrir sa braguette et il la besogne le plus naturellement du monde sur cette couche insolite, qui de toutes évidences ne devait pas en être à son premier coït ...


En gamin espiègle sans doute , il s’amuse un long moment à lui taquiner la vulve à frotter son gland sur son clitoris, à entrer , à sortir, à s’attarder sur ses lèvres,puis sur la face interne de ses cuisses ....


Ma femme visiblement ’apprécie’ ce traitement, et elle ne manque d’ailleurs pas de le faire bruyament remarquer par des râles puissants ...


Pour m’enmerder, je suis sûr qu’elle en ’remet même une couche’, mais de toutes façons, il est évident que dans l’ensemble , ça lui plait ....


Assan prend à juste titre,ses râles pour un compliment ; voir ’participer’ une femme est toujours un puissant aphrodisiaque pour l’ ’égo’ d’un homme .....

Il décide que le moment est venu de passer aux choses plus sérieuses ,et il se met maintenant à pistonner ma femme lentement, et profondément .

Je ne tarde pas à comprendre que ce traitement là,lui aussi, lui convient à merveille ...


Je vois les jambes de ma femme se serrer de plus en plus fort autour du cou de l’homme qui la besogne apparement divinement bien .

Elle semble vouloir l’emprisonner dans son sexe,elle semble vouloir retenir l’orgasme puissant qui petit à petit la gagne ...


Ce mec commence ’sérieusement’ à me faire chier ...et cette truie là,qui n’arrète pas de gueuler à rameuter tout le quartier ... Elle pourrait le lâcher au moins...bordel...il est évident que ce type ne va pas se faire la malle avant qu’il en ait fini ...

Ah,là,là.... Les ’bonnes femmes’.... C’est vraiment ’con’ ...


Un râle plus puissant que les autres me ramène à la triste réalité; je suis cocu,et bien cocu .

Ma femme vient de se payer un orgasme comme je lui en ait rarement vu prendre ,et Assan n’en a visiblement pas fini avec elle ...


Je commence à le comprendre ce type... C’est un sournois...


Il reste là,avec sa queue à l’entrée du con de ma femme ,un con qui dégouline de foutre.

Il s’amuse comme tout à l’heure à y faire rentrer et sortir son gland,rien que son gland... Ce va et vient lancinant prolonge l’orgasme de ma femme qui mouille abondament ....


Ca en devient même écoeurant je trouve....


Mais tout d’un coup, je vois à la courbure du dos de ma femme que quelque chose de tout à fait inattendu est en train de se passer sous mes yeux ,ce salaud est en train de la sodomiser ,elle,ma femme,la mère de mes enfants ...se faire enculer devant moi,ici,sur cette table,par un inconnu....décidément j’aurai tout connu ...


Ce salaud d’Assan a bien préparé son coup ; en faisant jouer son gland dans la chatte de cette conne,il s’en est servi comme d’un piston,il n’avait plus qu’à attendre que le fouttre lubrifie le cul de cette conne pour pouvoir l’enculer comme un chef,...et dire que moi,je n’y suis jamais arrivé...et c’est pas que j’ai pas demandé,supplié...


Bordel de bordel !!!

Un baiseur comme çà,on devrait pas le laisser courir dans les rues ....

Je comprends maintenant les mecs qui votent ’FN’ ... Quand t’as une petite bite, qui en plus est ni ’agile’,ni ’endurante’, faut voter ’FN ......


Pendant toutes ces méditations intensives,sur la table devant moi,mes cornes en prenaient un sérieux coup... Bientôt je devrai faire gaffe avant de passer sous l’Arc de Triomphe ....

Assan a déjà pénétré la rondelle de ma garce de femme de toute la longueur de son gland .

Il ne faudra pas longtemps pour que tout son sexe le suive... et je ne dois visiblement pas trop compter sur ma femme pour le retenir .... non ...sûrement pas .... elle est en train de gueuller son plaisir comme une folle,et ses coups de reins sont visiblement destinés à se faire empaler un peu plus par la bite qui lui défonce son cul pour la première fois de sa vie ....


Bordel de bordel ... !!!


Le rythme de l’homme s’accélère,accompagné d’ailleurs par la variation parrallèle des râles de ma femme .

Ils jouissent ensemble, et pour la deuxième fois .


Tout çà, n’annonce rien de bon pour mon matricule ....


Assan,un grand sourire de satisfaction aux lèvres, se retire maintenant tout délicatement de ma femme, en la couvrant de baisers et en la complimentant sur sa beauté et sa féminité .

Il se met tendrement à côté d’elle, lui soulève délicatement la tête,la prend dans ces bras,lui roule un patin de siphoneur,tout en lui carressant son entrejambes,plus pour la faire ’descendre’ en douceur que pour lui procurer un nouvl orgasme .

Ma femme apperécie grandement cette marque de courtoisie et de savoir-vivre à laquelle il est vrai, je ne l’ai pas fort habitué ....

A son tour,elle saisit l’homme dans ces bras,et le serre jusqu’à à l’étouffer en guise de remerciement silencieux .


Salaud d’arabe... Cette fois c’est sûr; je vais vôter FN. ... Et c’est pas parce que j’ai une petite bite... Faut pas croire... Non j’ai mes raisons ... Des raisons ’personnelles’... Des raisons qui ne regardent personne !!!



Assan se retire délicatement,en baisant une dernière fois la main de ma femme,en ’ homme du monde ’ .


Se retournant vers moi,il me tiens un discours assez inattendu au vu de la situation ; ’ Je crois avoir rempli ma première part du contrat ? ’ .

’ Euh... Oui,oui... Bien sûr ... Vous en avez fait même plus que prévu ’...

’Merci,ce fut un plaisir pour moi aussi ’ dit-il ...


J’ai vu, ’du con ’ ...


’Madame,ce fut un plaisir pour moi,vous avez été charmante ,j’ai fort apprécié votre compagnie ...


Cà, pour l’avoir apprécié,il l’a apprécié ...


....Il se fait tard maintenant , puis-je vous suggérer de passer vous raffraichir avant que j’appelle votre taxi ? ’ .

Devant tant de gentillesse,devant tant de courtoisie et de savoir-vivre,nous ne savons plus quoi répondre .

Ma femme revenue à elle , prend ses vêtements pour ’ s’arrenger ’ dans la salle de bain attenante au bureaud’Assan .

J’entends qu’elle prend une rapide douche .

C’est vrai qu’elle en a bien besoin cette salope !

Elle nous réapparait toute habillée,tandis qu’Assan me faisait l’honneur de sa collection,m’expliquant dans le moindres détails les histoires,les annecdotes,les secrets de fabrication,les aventages et inconvénients des différentes armes blanches de sa collection .

Très intéressant .....


Ma femme n’ose plus relever la tête;je crois qu’elle a compris qu’elle y a été un peu fort,et qu’il y a une limite entre une séance d’échangisme ’raisonnable’ et la façon absolument indécente avec laquelle elle s’est comportée ...


On en reparlera ...

Ca c’est sûr ...

Mais un autre jour ...

Mais c’est vrai que j’ai rien à redire à Assan ; il a été ’réglo’ avec nous ...


Après cette première aventure qui s’était somme toute ’bien passée’, ma femme devait bien en convenir..., il est impératif pour moi de profiter de l’élan acquis pour la faire passer à l’étape suivante; la baise en groupe .


Assan nous donne rendez-vous une fois encore au Copabana ; il y a visiblement ses habitudes .

Comme à notre première rencontre,il est une fois encore sappé comme un Milord , ce que ma femme apprécie tout particulièrement .


Après les banalités d’usage,la conversation ’sérieuse’ s’engage .

Le premier,Assan prend la parole :


’Madame, je...’

’Pascale ! ... Je crois que nous nous connaissons maintenant suffisament ...’ .

’ En effet.... En effet ’ dit-il .

’Pascale donc,après avoir passé si bien votre première épreuve... Et je vous en remercie encore... Votre mari et moi, pensons qu’il est grand temps de passer à l’étape suivante de votre iniciation ; la baise en groupe ! ’ .

’Euh...déjà ?’ .

’Oui, il le faut ; votre mari a été très clair avec moi dès le début sur ce sujet .

Je ne suis pas ici uniquement pour vous baiser , mais pour vous ’initier’ ,et je ne tiens pas du tout à ce qu’une quelconque ambiguité puisse se créer ’ .

’Ce souci d’honnèteté vous honore....’ Je me retiens de dire qu’à titre accessoire,moi,il me rassure....

’Merci ’.

’Il faut vous dire également que ça ne se passera pas tout à fait comme la première fois; en accord avec votre mari,j’ai choisi vos ’amants d’un jour’ pour leurs capacités sexuelles beaucoup plus que pour leur éducation .. Je tiens à vous prévenir ... Ca évite les malentendus .... ’ .

’Ah ... Qu’est ce que tu en penses chéri ?’ .

’Il le faut chérie, on s’était mis d’accord je crois ...’ .

’Bien chéri,tout ce que tu voudras...Je ferai tout ce que tu veux pour toi ...même si pour moi, c’est très pénible... Je t’aime, tu sais ...’ .

’Oh chérie... Avec Assan ça n’a pas été trop pénible... Je crois même que ça a dû te plaire,tu ne crois pas ?....’ .

’Passons...’, fait-elle , le visage empourpré, visiblement un peu gènée de son attitude de femelle en rut ....


Nous terminons nos verres,et suivons Assan .

Nous étions sur le point de monter dans notre voiture,lorsqu’Assan vient à notre hauteur au volant de sa grosse BM .

’Montez avec moi,ça sera plus facile et aussi plus prudent ; moi on me connait ’.


Effectivement... On a vite compris le ’pourquoi’ de la chose à voir la direction prise .... Effectivement,c’est ’plus prudent’ d’être ’connu’ dans ce genre de quartier ... Surtout si on veut revoir sa voiture et sa femme ...ou sa femme et sa voiture , suivant l’ordre d’importance qu’on accorde aux choses ...

On s’arrête devant un ensemble HLM. Pas ’des pires’,mais ’il y a mieux’, ça c’est sûr ....


Assan ce dirige sans hésiter dans une cage d’escalier .

Sur son chemin,les quelques gamins qui squattaient le pas de porte s’écartent ; Assan ici ,c’est ’celui qui a réussi’ ....


Premier étage ,il s’engage dans un couloir à l’éclairage ’douteux’ ,il fait quelques mètres . Il n’a pas le temps de toquer que la porte s’ouvre .

’Entre... On t’as vu arriver avec ’ la pouf ’ ... ’ .


Charmante entrée en matière ....

Un moment, j’ai même peur que ma femme ne reculle .

Nos regards se croisent, je la connais suffisament pour comprendre que malgrès son envie de prendre ses jambes à son coup, elle va rester ... pour moi ...

Quelle charmante épouse ...


Le jeune nous laisse entrer tous les trois ,en me regardant d’un air goguenard et en soupesant au passage du coin de l’oeil les aventages et arguments de ma femme ....


L’appartement est minuscule ,et la pièce est très ’chichement’ meublée ; trois ’poires’ en tissus remplis de billes de frigolitte,une table basse et un grand divan,qui ont tout deux connus des jours meilleurs....

Au mur des décorations classiques et sans âme ;un poster de la Kaaba, et un horrible tableau lumineux sensé représenter une rivière qui coule ...

C’est pas possible des horreurs pareilles ...

Enfin,c’est du même goût que les gondoles qui tournent en faisant : ’dingue-dingue-don’ ...


Assan s’installe royalement sur une des poires .

A voir son attitude,je comprends qu’il ne participera pas ’à la fête’... ’plaisir des yeux’ comme on dit là-bas ... Il est ’chiant’,mais ’réglo’ ... C’est déjà çà ....


Les deux copains du jeune qui nous a fait entrer sont déjà installés sur le divan .

’Je me présente dit-il tout en allant rejoindre les deux autres ; moi c’est ’Rachid’,lui c’est ’Ahmed’,et lui c’est ’Mouloud’ .

’Assan, c’est notre ’pote’; il nous a expliqué ce qu’on attend de nous,et vous verrez,vous ne serez pas déçu..’.

Rachid prend soudain un ton très autoritaire en s’adressant à ma femme : ’Toi,la ’pouf’,tu vas commencer par te mettre à poil ’vite fait’ ! Salope ’ ! .


Pascale est un peu interloquée par ce changement de ’style’ ; Assan l’avait habituée à plus de ’tact’ ...

Ne sachant trop quoi faire,ou trop quoi dire devant nous,et ne voulant absolument pas me décevoir,elle s’exécute sans faire de remarque .

En femme du monde,elle garde son serre taille,ses escarpins et ses bas,dernier rempart sans doute de sa pudeur féminine ....


Sans un mot,Rachid se met à tourner autour d’elle,et l’examine sous tous les angles comme un maquignon examine un cheval, en se demandant si ’oui ou non’ il va l’acheter.

Je ne peux pas m’empècher,mais je me garde bien de dire,que dans son cas c’est tout à fait absurde,puisque de toutes façons,il va la baiser ...C’est sûr...

Je l’ai vu tout de suite à la bosse qui orne son Jeans ...


Hamed plus timide sans doute, entreprend de lui peloter les seins ,tandis que

Mouloud quant à lui, commence à lui lécher la chatte.

Malgrès l’incongruité de la situation,et à mon grand étonnement, je dois bien constater que le visage de ma femme s’illumine sous les caresses expertes et publiques qui lui sont procurées .....


Les trois mecs se déshabillent . Ils bandent fort, et sont fort bien ’pourvus’ ...

Sans ménagemnt aucun,ils la font mettre à genoux et lui présentent leurs sexes qui arborent déjà tous une superbe érection .

Devant la pléthore de l’offre,Pascale ne sait visiblement pas par le quel commencer .

Pour ne pas faire de jaloux,et pour ne pas créer d’incident sans doute,

elle entreprend de les sucer tous les trois, chacun à leur tour .


Après une courte sucette,d’ailleurs justifiée plus par principe que par nécéssité physiologique,Hamed délaisse sa place pour aller se placer derrière elle ,sans tenir le moindre compte des protestations des deux autres qui voyaient leur ’sucette’ un moment compromise par cette cassure dans le rythme.


Les deux mecs se rassurent vite,lorsqu’ils constatent qu’après avoir forcé ma femme à se mettre à 4 pattes,Hamed ne l’encule pas d’un coup et à sec comme à son habitude,mais qu’au contraire,il a décidé de se montrer très ’gentil’ et très ’serviable’ avec elle ,en lui lèchant successivement le con puis le cul .


Ce petit intermède avait l’air de plaire à ma femme qui suçait les deux autres de plus en plus fort,et de plus en plus vite .

Toute à son affaire,et alors qu’elle ne s’y attendait pas,elle se sent soudain traversée au plus profond d’elle par un grand coup de bite dans ses reins .

Hamed avait commencé la conversation ’à la régulière’,et l’instant de surprise passé,ma femme hurlait littéralement, et sans retenue aucune, son plaisir de salope,un cri que je venais à peine de lui connaitre,mais que je trouvais déjà très reconnaissable ...


En amateur éclairé, juste au moment d’éjaculer Hamed se retire et fourre d’autorité sa bite dans la bouche de ma femme ,pour y libèrer d’un coup toute sa semence dans un râle de satisfaction .

Ma femme a beau essayer d’aspirer tout ce qu’elle peut, il y en a trop .

Le sperme barbouille son visage,son cou,et dégouline sur sa poitrine .


Le spectacle ferait bander un saint ,et à voir ce qu’ils avaient déjà fait à mon épouse,les trois hommes n’avaient visiblement aucune chance d’être canonisé un jour....même par Jean Paul II ... pourtant peu regardant sur les canonisations ...même les canonisations ’discutables’....

Mais à voir la tête d’Hamed, les deux autres ont compris que ’la dame’ ne sera pas encore disponible pour eux avant un petit moment ....

Hamed arbore en effet , toujours une superbe érection à peine entamée par sa puissante éjaculation .

Un petit coup de langue et ce sera parfait doit-il se dire,car tout en saisissant violement ma femme par ses cheveux,il lui flanque sa queue en bouche ,

accompagné du rituel,mais bien inutile : ’Suce Salope’ !


... Pour ma part,je n’ai jamais vu de femme qui dans cette situation se seraient mises à souffler au lieu de sucer... mais c’est vrai que en théorie le risque existe...

Il ne faut pas longtemps pour que le membre ainsi traité reprenne vigueur,

longueur,et consistance .


Hamed décide qu’il est temps de passer à l’étape suivante .

C’est avec un ton ’mauvais’ qu’il apostrophe ma femme,alors qu’elle était en train de lui procurer une fort honorable ’gâterie’ : ’Ca suffit Salope, Je vais te pèter la rondelle maintenant ! ’ .


Mais les deux autres commencent à protester; ils veulent leur part,et ’maintenant’ .

’Ok, ça va les mecs’... C’est vrai .... Il en faut pour tout le monde .


Il s’adresse à nouveau à ma femme,toujours sur son ton autoritaire : ’Toi la salope,tu files dans la cuisine et tu ramènes au trôt une chaise ’ .


Ma femme s’exécute sans un mot ,et nous reviens,la tête basse et vaincue en trainant derrière elle cette chaise qui, elle le sait, va devenir le lieu de son calvaire .


A son retour parmi nous , elle est accueillie par un Hamed plein de reconnaissance et plein d’admiration pour sa prouesse intellectuelle  ; ’ C’est bien connasse ... T’as bien choisi ... T’as pris la bonne .... ’

’Bon,viens ici connasse, je vais t’expliquer la manoeuvre ; je vais m’assoir,toi tu viens sur moi te faire enculer et une fois que t’es bien entrée à fond,tu t’occupes de mes potes ’...


’T’as compris ? Je dois pas répéter ? ’.


’Non,non,ça ira...’


Ahhhh,les intellectuelles !!!!,fait-il d’un ton admiratif tout en rejoignant sa chaise .


Hamed s’installe sur sa chaise,et ma femme le suit .

Elle s’assied comme il le lui demande,dos à lui, et en écartant bien largement ses fesses avec ses mains pour faciliter la pénétration de sa petite rondelle par le sexe de bonne taille quilui est présenté .


Une telle attitude de soumission totale,c’est terriblement humiliant pour une femme ...terriblement excitant aussi...mais visiblement Hamed n’est pas du genre à s’encombrer l’esprit de nuances de ce genre ... Hamed est un homme ’sain’; il jouit de la queue,il ne jouit pas du cerveau...c’est pas un ’Pervers’ lui ...


Pour ma femme,c’est pas sa première enculade ; après l’épisode ’Assan’, elle y a eu droit bien évidement toute la semaine qui a suivi ... mais enfin,on ne peut pas dire non plus que c’est une experte en la matière .... Hamed s’en rend vite compte,et il n’en a que plus de plaisir .

Il l’empoigne vigoureusement par les hanches et l’abaisse littéralement sur sa bite,jusqu’à ce que sa rondelle vienne heurter ses couilles .

La grimace de douleur que fait ma femme à ce moment n’échappe pas aux deux autres qui y vont de leurs commentaires salaces ... :

’Attends Salope... T’as encore rien vu ....’

’Quand tu sortiras d’ici...ton cul.... tu pourras y mettre l’éclairage’....


’Premier arrivé, premier servi’,dit Rachid en plaçant sa queue entre les seins de ma femme pour qu’elle lui fasse une petite ’cravatte de notaire’,histoire de la mettre en train ...

’Ouais,bonne idée’, dit Hamed ... ’D’une pierre deux coups’ .

’Et moi,qu’est ce que je fais ?’ dit Mouloud

’Et bien toi,t’attends,tu nous fout la paix,et tu te fais sucer ’du con’...

’Ton tour viendra’, dit Hassan sur un ton courroucé par une remarque aussi incongrue ...


En gros feignant,Rachid profitte du ’travail’ d’Hassan qui encourage fermement de ses deux poignets vigoureux,ma femme à monter et à descendre en rythme sur sa hampe dressée .


Mais Rachid n’est pas content du tout :

’C’est pas une cravatte de notaire çà, la pouf!!! ’

’On t’as pas appris comment tu devais faire ? ’

’A ton âge ? ’

’Empogne tes nichons salope,serre les contre ma queue,et quand elle arrive à ta gueulle tu la pompe,sinon je t’en rallonge une dans la gueulle,que tu pourras tourner dans ’ l’Exorciste ’ et sans doublure !!!


Ah !!!! .... Je vois qu’il n’y a pas qu’Assan qui sait parler aux femmes ......


Morte de honte, du ton et de la justesse de la remarque, ma femme s’exécute .

Son délicat visage s’empourpre . Un instant, je vois une larme perler aux coins de ses yeux .


Mais la leçon a visiblement ’porté’ ,et c’est littéralement une Pascale

’ nouvelle’ qui nait sous nos yeux ...


Sans retenues aucune,elle s’empare de ses seins pour administrer une branlette divine à Rachid qui est maintenant ’aux anges’ .

Hamed non plus n’est pas oublié ;c’est avec des efforts louables qu’elle entreprend de chevaucher celui qui l’encule comme une cavalière le ferait d’un cheval au trot ;elle est ’pressée;elle a vu la bite de ce crétin de Mouloud,une bite énorme,une bite qu’elle enfilerait bien volontier au fond de son con ....


En femme organisée,elle décide donc de ’terminer’ le ’Hassan’ le plus vite possible pour pouvoir entreprendre ensuite,un ’double’ avec les deux autres... Un ’double’,elle ne l’a jamais fait,mais je lui en ai déjà tant parlé,qu’elle pense bien qu’ici,elle n’y échappera pas ...


Effectivement,le traitement infligé à la bite d’Hassan a vite fait de clôre la conversation ; il éjacule bruyament dans le cul de ma femme,en ralant et en proférant des remarques obscènes .


Triomphante,elle se relève,se retourne,,se baisse,et suce une dernière fois la bite d’Hassan en guise de remerciement .Elle s’adresse maintenant aux deux autres,restés ’bouche bée’ devant une femme qui se permettait de prendre l’initiative !!! .


J’ai envie d’un ’double’ ...d’un ’sandwich’ si vous préferrez....

Toi Mouloud,avec une bite comme t’as,tu va me baiser ... désolé mais grosse comme elle est,elle saurait pas m’enculer ...

Et toi Rachid,ben tu prends la place qui reste ....


Mouloud est con,mais il a rapidement compri ce qu’on attend de lui ; il se couche par terre ,sa gigantesque queue érigée comme un obélisque .

Ma femme vient se mettre à genoux au dessus de lui .

Elle s’empare de sa queue d’une main pour la mettre dans son con,mais,je ne sais pas pourquoi,sans doute pour l’avoir vu palpiter entre ses doigts,elle se ravise,et lui administre une fellation toride,mais toutes fois prudentes... Visiblement elle doit estimer qu’il est beaucoup trop tôt

pour se passer de la participation d’une bite pareille....

Mouloud est fier comme un paon,et surtout ravi de cet intermède non prévu au programme ...

La queue,pourtant couverte de salive est si énorme qu’elle a du mal à pénétrer ma femme qui pourtant fait de louables efforts pour se l’enfiler jusqu’aux couilles .


Au tour de Rachid maintenant ,sans pudeur aucune,comme une élève désireuse de montrer que la leçon a bien été retenue,sans que Rachid ne lui dise rien,elle s’est penchée vers la bouche de Mouloud,et elle est en train de lui rouler une pelle d’enfer,tandis qu’elle écarte,sans pudeur aucune,son cul de ses deux mains,laissant sa rosette bien apparante,une rosette qui a encore des traces du passage d’Hamed ...; du sperme coule encore de son orrifice dilaté ...


Rachid l’encule sans problème,à tel point même qu’elle se demande si il n’aurait pas été souhaitable d’inverser les positions avec Mouloud,... mais il est trop tard maintenant pour y penser ....

C’est son premier sandwich,et elle est visiblement folle d’excitation .

Je n’en reviens pas moi même de son comportement de salope déchainée .

Elle chevauche sans retenue aucune les deux bites raides, et ne se gène pas pour se payer orgasme sur orgasme .

Ravi de la tournure des évènements,les deux types la laissent se déchaîner, tout en rigolant .

Jugeant qu’ils ont été suffisament agréables avec elle,et qu’il est temps d’en profiter eux aussi,ils se mettent à la besogner à leur rythme .


A plusieurs occasions, elle se crispe ,le regard révulsé... Un orgasme, puis un autre !

Au point où elle en est,elle ne pourra pas descendre plus bas, alors autant profitter de la situation ... elle se déchaine,jamais elle ne se serait crue si masochistes;elle jouit de la situation,de l’humiliation publique qui lui est imposée , ici ,devant son mari,et peut-être aussi devant son amant d’un jour,mais un amant exceptionnel ,un amant dont elle se souviendra sa vie durant .


Comment peut-elle jouir ainsi, elle si précieuse , si délicate, si raffinée, jouir en public, prise par ces 3 hommes, des brutes, des bêtes qui la besognent sans aucun égard ?


Elle jouit comme une folle ,elle se découvre toute une face de sa personnalité qu’elle ne connaissait pas,mais qu’elle a bien décidé d’explorer ....


Les 3 mecs ne désarment pas , ils l’ont pistonnée tous les trois comme des bêtes , ils se la sont échangés jusqu’à épuisement total de tous ses orifices ,ne tenant aucun compte ni de ses râles de plaisir,ni de ses cris de souffrance .


Mais il y a une fin à tout, le soir commençait à tomber, et leur énergie aussi .

Ils en ont eu marre ... D’ailleurs ils avaient je crois épuisé l’entièreté de leur répertoire ...


Une dernière fois,ils ont forcé ma femme à se mettre à genoux devant eux .

Elle croyait qu’elle allait de nouveau devoir les sucer,mais non,c’était ’le final’,et il leurs fallait quelque chose de plus ’déshonorant’ encore pour clôturer la séance ; ils se sont une dernière fois branlés devant elle, et ce sont arrangés pour décharger tous les trois sur son visage, un visage épanoui,et qui ruisselait de sperme ...


En mari attentif , j’avais remarqué quant à moi, aux coins des yeux de ma femme des larmes de honte... La honte de la situation,la honte de l’humiliation,et la honte d’avoir malgrès tout ressenti, dans de telles circonstances, du plaisir en public .


’Va te rhabiller, salope...et va te laver d’abord... t’es dégoutante...je tiens pas à ce que les voisins fassent des remarques et disent que je fais entrer des ’poufs’ de bas-étage ici ’ !


C’est avec ces mots prononcés sur le même ton autoritaire qu’elle avait connu en entrant,que Rachid signifie à ma femme que pour elle,la récréation est terminée .


Le même Rachid s’adresse ensuite à moi et à Assan,sur un ton on ne peut plus aimable pour nous inviter à prendre un thé à la menthe parfumé à la fleur d’oranger .


Ma femme revient,nous trouve attablés devant notre verre de thé brûlant ,on ne lui en propose pas un .Elle qui avait été le seul centre d’intérèt des 3 mecs pendant des heures, n’existait plus,elle était devenue à leurs yeux transparente .


Assan se lève, c’est le signal, nous prenons congé de nos hôtes .


Pas un mot jusqu’à la voiture . Ma femme baisse la tête, l’humiliation qu’elle a connue aujourd’hui est totale , jamais elle n’aurait pu imaginer ’pire’;ces 3 mecs l’ont réduite à l’état d’objet sexuel,de poupée gonflable,de sac à fouttre ....


Assan nous reconduit jusqu’au pas de notre porte .

Il se donne la peine de sortir de sa voiture pour aider mon épouse à ouvrir la portière .

Tout en l’extrayant de son siège,il ne la quitte pas des yeux,des yeux verts qui le fascinent visiblement .


Il y a dans son regard toute la perversion du monde,et toutes les invites aux milles et une nuit de l’Orient .

Il n’y a aucun mépris dans son regard qui transperce ma femme,une femme qui a pourtant été publiquement humiliée devant nous,de la pire façon qui soit,et pendant des heures...

A y regarder de plus près,il y a même de l’admiration devant cette femme qui a passé toutes ces épreuves pour sauver son couple .


Assan,c’est pas un type comme les autres ...

Assan c’est un mec dangereux...


Salaud d’Assan !!!


Le FN a bien raison quand il dit que ’les étrangers,

c’est pas des gens de chez nous ’...


Ouais ! ...


Bien raison ! ....


N’est ce pas Monsieur Bidochon ?



Pervers Pépère perverspepere@nomade.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live