Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 760 fois
  • 154 J'aime
  • 0 Commentaire

J'assiste à la pénétration de ma jeune voisine par son labrador

Chapitre 2

Zoophilie

Remis de mes émotions, j’ai visionné les photos d’Alice avec son chien, elles sont, dans l’ensemble, assez bien réussies, j’ai sélectionné cinq clichés particulièrement réussis où l’on voit la petite, cuisses écartées, se faire lécher par son compagnon, une autre ou Snoopy, langue pendante, est en train de tringler sa maitresse.

J’ai donc décidé de montrer ces quelques photos à ma petite voisine et qui sait, peut-être, profiter de la situation ….


Les jours qui ont suivis, je n’ai vu personne, après m’être renseigné, Alice, profitant des vacances, est partie chez sa grand mère passer quelques jours.

En fin de semaine, je la vois passer avec son chien en chantonnant, elle s’enfonce dans la forêt, maintenant je sais où elle va et pourquoi faire !

Affairé dans mon jardin, je guette son retour, à portée de main, l’enveloppe contenant les cinq photos sélectionnées.

Ça fait un peu plus d’une heure et les voilà qui reviennent, je m’approche du portail, je dis bonjour à Alice qui est habillée toujours aussi sexy, d’un petit haut transparent, sans sous vêtement et d’un short très moulant où une auréole de mouille et de sperme s’est formée à l’entrecuisse, je l’interpelle et lui tend l’enveloppe en lui disant que c’est pour elle et qu’elle peut regarder.

Elle sort les photos et là, je vois sa figure devenir rouge écarlate, ses yeux me regardent méchamment et me lancent des étincelles.

"Salop !", me dit elle, en me lançant l’enveloppe et en s’éloignant.


Je ne l’ai pas vue durant toute la semaine, je suis un peu inquiet, quand tout à coup, en fin d’après-midi, je la vois devant chez moi avec son compagnon, elle tourne et semble attendre que je m’approche.

Elle m’interpelle, me demande où j’ai eu ces photos et ce que je veux en faire ?

Je lui explique que je l’ai suivie, que j’ai été surpris de voir une aussi jolie fille se faire saillir par un chien, mais que j’ai bien apprécié le spectacle.

Elle me répond que c’est son problème et que cela ne me regarde pas.

Je lui réponds que je souhaite, moi aussi, goûter à ce qu’elle donne à son compagnon à quatre pattes.

Elle me regarde méchamment et me dit que c’est hors de question.

"Comme tu veux !", dis-je.

Elle ne dit rien et s’éloigne vers chez elle.

Le lendemain, elle passe lentement et me fait signe de la suivre, ce que je fais à distance pour ne pas attirer l’attention, bien qu’il n’y ait personne.


Je la rejoins dans sa cache secrète, elle est assise dans l’herbe et me regarde, son chien, lui est attaché un peu plus loin.

Elle me demande ce que je veux d’elle, je lui réponds, qu’elle est très jolie, et que je souhaite lui faire l’amour et que tout cela restera un secret entre nous.

À sa façon de me regarder, j’ai compris qu’elle accepte, je m’agenouille auprès d’elle, approche mes lèvres et lui fais un baiser, auquel elle répond.

Je la prends par le cou, l’embrasse plus profondément, faisant pénétrer ma langue, tout en la couchant dans l’herbe, sans résistance de la belle.

Elle me regarde dans les yeux, elle est assez craintive et me dit qu’elle n’a jamais fais l’amour avec un garçon, elle a bien eu un petit copain, mais il n’y a eu que des baisers et quelques caresses sur les seins et les cuisses et me demande de faire doucement.

Je la rassure, tout en la bécotant, je caresse sa poitrine, je plonge ma main à l’intérieur de son petit haut, elle a de petits seins très fermes, ses tétons grossissent sous mes doigts, je les triture, je les lèche et les pince avec mes lèvres, puis les mordille.

Sous mes caresses, la petite se détend, s’abandonne et prend du plaisir en poussant de petits cris, sa respiration s’accélère.

Je m’aventure un peu plus bas, je caresse l’intérieur de ses cuisses qui sont grandes ouvertes, je trouve le tissu protégeant son sexe bien humide, je la regarde, elle a compris et me sourit, j’écarte son mini slip et caresse, avec mon doigt, sa moulette qui est entièrement épilée, la petite tressaille et tremble, est-ce l’excitation ou le stress ?

Je remplace mes doigts par ma langue, je mordille son clitoris, simultanément, je fais coulisser un, puis deux doigts, à l’intérieur de sa grotte qui transpire.

La cochonne est très réceptive à ce que je lui fais, elle souffle et respire fortement, en laissant échapper des « oh, des ah, et des oui » je lui enlève sa culotte, je présente ma queue à l’entrée de son entrecuisse, promène mon sexe sur ses lèvres vaginales, je sens qu’elle appréhende cette pénétration et à la fois, elle est impatiente de connaître l’effet de ce pénis dans son intimité.

Je pousse un peu, le gland se faufile lentement entre ses lèvres humides et chaudes, cette lente pénétration semble la rassurer et lui donne bien du plaisir qui se lit sur sa figure, elle s’abandonne sans aucune retenue.

Une fois bien planté au fond de son ventre, je la regarde en souriant en la gratifiant d’un profond et langoureux baiser auquel elle répond en nouant ses deux bras autour de mon cou en me disant que c’est bon.

Après quelques allers-retours, au plus profond de sa minette, je la positionne en levrette, la prenant bien aux hanches, je la percute plus violemment, en accélérant le rythme, elle m’incite à aller plus profond et plus vite, c’est elle qui vient au devant de ma pique.

Elle me demande de bien la défoncer, qu’elle veut me sentir au plus profond de son ventre.

J’en profite pour enfoncer un doigt dans son petit cul qui s’ouvre légèrement à chaque poussée, mon index est prestement aspiré, preuve que le conduit de cette petite cochonne a déjà servi avec son amant canin.

Son chien, qui est à deux pas, ne comprend pas, car quand ils viennent dans cet endroit, c’est lui qui se farcit sa maîtresse, il couine et tire sur sa laisse pour venir la rejoindre.

Je demande à Isabelle de le libérer, je me couche sur le sol, je fais signe à ma partenaire de venir s’empaler sur mon pieu bien raide, la petite descend lentement, ouvrant sa chatte avec ses mains, pour venir se faire enfiler entièrement, je la fais se coucher sur moi, la faisant se cabrer et faisant relever ses fesses.

Le chien qui tournait autour de sa maitresse, lui donnant quelques coups de langue sur son intimité, a tout compris, il lui saute sur le dos, enserre son buste avec ses pattes avant et tente de lui pénétrer l’anus, après plusieurs essais infructueux, il y parvint.

Prise en sandwich, la femelle crie son plaisir, je suis obligé de lui dire de se calmer, car si quelqu’un est dans le coin, nous risquons d’être repérés.

À force de pomper l’anus de la petite, Snoopy s’immobilise, je sens son nœud grossir à travers la paroi qui nous sépare, je peux à peine bouger mon sexe, tant je suis à l’étroit dans son vagin.

Au bout de quelques minutes, il se détache, libérant une bonne quantité de liquide, qui coule le long des fesses de la minette et sur mes cuisses.

Je fais mettre ma partenaire à genoux, alors que je suis adossé à un gros chêne, je lui présente mon sexe et lui demande de bien me sucer, après quelques va et vient, je ne suis pas long à exploser et à lui envoyer quelques giclées de sperme au fond de la gorge.

Je lui demande d’avaler, ce qu’elle fait non sans difficultés.

Nous avons passé deux bonnes heures à forniquer, la petite est épuisée par ce traitement, elle m’embrasse sur les lèvres, en me disant qu’elle a bien aimé, surtout lorsqu’elle s’est fait prendre, pour la première fois, en double par son chien et par moi, elle m’avoue avoir joui violemment à deux reprises.

Nous nous rhabillons et repartons par des chemins différents.

Si vous avez appréciés, je vous ferez part de la suite.

Diffuse en direct !
Regarder son live