Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 16 100 fois
  • 80 J'aime
  • 2 Commentaires

J'assiste à la pénétration d'une jeune femme par son berger allemand

Chapitre 1

Zoophilie

J’ASSISTE A LA PENETRATION D’UNE JEUNE FEMME PAR SON BERGER ALLEMAND



Cela fait plusieurs jours que je vois passer devant chez moi une jeune femme blonde d’une trentaine d’années tenant en laisse un superbe berger allemand qui doit avoir trois ou quatre ans, car il ne cesse de jouer avec sa maîtresse.

Toujours habillée assez sexy, avec ses longs cheveux blonds qui lui descendent presque en bas du dos, cette belle femme a attiré très vite mon attention de mâle.

Quand elle passe devant chez moi, pour aller dans la campagne avoisinante avec son compagnon, je ne peux m’empêcher de la regarder s’éloigner avec envie, en pensant que cette blondinette est particulièrement excitante, et que j’aimerai bien être à la place de son compagnon.

Dernièrement, en la regardant passer, je me demande ce qu’elle peut bien faire pendant plus d’une heure dans ces sentiers perdus où pratiquement personne ne va, je me promets donc un jour de la suivre discrètement.

Je pense que peut être, elle y retrouve quelqu’un et que la promenade du compagnon à quatre pattes n’est que prétexte?


Les jours passent, la jeune femme aux longs cheveux blonds continue ses promenades, avec son berger, ce vendredi de mai, en ce début d’après-midi il fait beau, je suis devant chez moi à nettoyer la clôture, quand j’aperçois le couple qui passe, la belle me fait un sourire en me saluant tout en se dirigeant comme d’habitude dans ces terres en friches.

J’abandonne mon travail, et me mets à les suivre discrètement, aujourd’hui la dame est resplendissante : elle est vêtue d’une petite mini jupe assez légère qui laisse découvrir ses cuisses assez haut, et d’un petit chemisier transparent, qui laisse deviner ses petits seins, quand elle est passée en me disant bonjour, dans le soleil, j’ai bien remarqué l’absence de soutien-gorge, sa jeune poitrine tressaute, au rythme de ses pas.

Elle marche assez vite cheveux au vent et s’enfonce dans les hautes herbes en suivant le sentier rempli d’ornières à peine praticable, au bout d’un quart d’heure de marche, elle ralentit, je la vois disparaître dans un champ en friche et longer une haie d’arbustes sauvages assez épaisse.

Elle s’arrête sous un gros chêne, la végétation à cet endroit est assez épaisse, principalement des ronces de plus de trois mètres de haut.

Je ralentis, et avance lentement à distance sans faire de bruit de peur de me faire repérer par le couple.

En écartant légèrement les feuilles, qui sont assez abondante à cette époque de l’année, et là, surprise, la belle est assise à même le sol, la jupe légèrement relevée, les cuisses entrouvertes, le museau de son compagnon est sous sa jupette entrain de lécher son entrecuisse.

La femme est adossée contre le gros chêne en position assise, elle relève encore plus sa petite jupette en repliant ses jambes, elle enlève son mini slip qui est trempé de sa mouille et de la salive de son compagnon, elle ouvre grand le compas de ses jambes. J’admire au passage sa belle minette épilée, toute luisante de mouille, le chien vient à nouveau lécher sa maîtresse qui apprécie et l’encourage en ouvrant ses lèvres vaginales avec ses mains, la langue râpeuse du chien pénètre profondément l’intimité de la cochonne, qui transpire, halète, et pousse des petits cris de plaisir.

Elle incite son partenaire à aller plus en elle : allez vas-y Flipper lèche bien la moule de maman, enfonce toi bien profond, oui comme ça tu vas me faire jouir mon salaud…

Le berger semble comprendre, sa longue langue s’enfonce dans les profondeurs de l’entrecuisse de sa maîtresse qui, la figure écarlate, la tête renversée en arrière, les yeux mi-clos, transpire maintenant abondamment en poussant des oh des ah, oui encore, lèche moi plus profond, j’ai envie de jouir…

Le sexe rouge et effilé de l’animal excité est déjà bien sorti de son fourreau.

Je ne suis pas au bout de mes surprises, au bout d’un moment qui me parait assez court, tant le spectacle est fascinant et surtout excitant.

La jeune femme se lève, se positionnant à quatre pattes, la tête à même le sol, son petit cul bien cambré, les cuisses ouvertes, le chien donne quelques coups de langue sur cette moulette d’où coule un mince filet de bave et de cyprine, il saute alors sur le dos de sa maîtresse, et enserre avec ses pattes avant le buste de sa maîtresse pour la pénétrer.

Sa queue, qui a pris de bonnes dimensions, tape sur les fesses de la fille sans pouvoir trouver le chemin du sexe de la belle, elle écarte sa chatte avec ses deux mains, pour faciliter cette pénétration qu’elle semble attendre avec impatience. Le sexe de l’animal d’où s’échappent quelques gouttes de liquide trouve alors la voie, la minette est pénétrée assez violemment, il tringle sa maîtresse à une cadence impressionnante, elle a bien de la peine à rester en position tant les assauts et les coups de butoir répétés du mâle sont violents.

Au bout de quelques minutes, le chien haletant, la gueule grande ouverte, la langue pendante ralentit, puis s’immobilise.

Les deux amants sont soudés, la femelle est toute rouge et transpirante, elle subit la loi du mâle, sur son visage, on peut lire l’excitation et le plaisir de se faire prendre, j’en profite pour faire quelques photos avec mon téléphone portable que par bonheur j’ai dans la poche.

Au bout d’un petit quart d’heure environ, les deux amants se libèrent dans un flop.

Une quantité importante de liquide s’échappe du vagin tout rougi par la violence de la saillie, et coule sur les cuisses de la femelle.

Le chien lèche son pénis, puis vient lécher les sécrétions qui s’échappent du vagin de sa maîtresse.


Devant un tel spectacle, très excité par ce que je viens de voir, il y a bien longtemps que j’ai éjaculé dans mon slip.

Après avoir nettoyé le sexe de sa maîtresse, la queue toujours sortie, l’animal, regrimpe sur sa partenaire qui n’a pas quittée sa posture et qui attend une deuxième pénétration, elle est à nouveau enfilée, toujours avec la même vigueur.

Mais cette fois le pénis de l’animal a pris une autre direction.

La chatte de la fille étant obstruée par un petit Plug, et c’est donc dans son anus que cette belle tige rouge et veinée s’est insérée.

Son amant lui laboure ses parties intimes, il fourrage cet étroit conduit, pour de nouveau s’immobiliser au bout de quelques instants.

La fille qui doit sentir ses fesses s’élargir sous la pression du nœud ouvre grand la bouche comme pour chercher un peu d’air.

Aucun son ne sort, seule une légère grimace laisse penser que la belle a de la peine à contenir et supporter la grosseur du nœud de la bête entre ses fesses. Cette pénétration anale semble à la fois lui procurer un immense plaisir, mais aussi une certaine souffrance au vu du trémoussement de son petit derrière qui laisse à penser qu’elle veut se soustraire à cette pénétration.

L’animal grimpé sur le dos de la femme tient fermement la belle blonde entre ses pattes avant, la bouche ouverte il tire la langue d’où coule un mince filet de bave sur le dos de sa femelle.

J’en profite pour faire de nouvelles photos un peu plus précises qui feront de bons souvenirs de cette sodomie par un animal.

Au bout de quelques instants les deux amants se libèrent, un liquide légèrement teinté coule des fesses de la blondinette sur ses cuisses.

La belle se relève et s’essuie avec des mouchoirs, met son slip dans son chemisier, rajuste la laisse à son compagnon et prend la direction du retour.

Tapi dans les hautes herbes, je ne bouge pas de peur de me faire repérer, les deux amants passent à quelques mètres de moi et je les suis à distance apercevant par instant les jolies fesses dénudées de la belle.

Je ne pensais pas assister aujourd’hui à un tel spectacle.

Pourquoi une aussi jeune et belle femme aussi désirable s’adonne-t-elle à ce genre d’exercice avec son animal ?

La réponse dans une prochaine histoire aussi excitante…

Diffuse en direct !
Regarder son live